L'être relatif de Guylian Dai

L'être relatif de Guylian Dai

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Annick Ferrant, le 21 septembre 2017 (Inscrite le 21 septembre 2017, 55 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 242ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 301 

RECOMMANDE PAR LE RESEAU CULTURE CHRONIQUE

« L’être relatif » est un roman futuriste. Dans le monde de Guylian Dai les humains sont tous fichés, les hommes sont devenus des pions localisables à chaque instant. L’auteur nous affole, il active tous nos neurones car nous vivons effectivement une période hyper connectée et nos libertés individuelles sont menacées et bafouées. Que risque-t-il d’arriver ? Guylian Dai à écrit une fiction saisissante. C’est mobile, comme dans une vitrine animée.
Ce texte impose une certaine exigence. Ne fuyez pas, ce n’est pas difficile à lire. Il suffit de se relier à la longueur d’onde de l’auteur, c’est l’unique condition pour passer un bon moment. Lisez deux pages, fermez les yeux, imprégnez-vous de l’atmosphère du roman et recommencez. Il faut entrer dans la dimension de Guylian Day et s’insérer dans son paysage. Ses frontières s’étirent du fantastique au philosophique et s’arrêtent sur une plage politique. Monsieur le Président, ne cherchez plus de Ministre du travail, vous avez Guylian Dai !

Ilhan a eu un accident de voiture. Déjà, il n’aurait pas dû avoir cet accident. Il a enfreint les règles, il a conduit en mode manuel et ce n’est pas autorisé. Ilhan perd connaissance et se réveille à l’hôpital. Ilhan Jung. Son nom lui est complètement inconnu, il ne se souvient de rien. Heureusement, la médecine apporte des réponses sur tout, la médecine n’est plus que technologie. Ilhan part à la recherche de lui-même et il est constamment dérouté. Il a la sensation d’être manœuvré. On lui a inoculé des faux souvenirs, il le sent. Il est manipulé, il le sait.
Le point fort du texte, c’est l’écriture originale et si belle de Guylian Dai. Elégance, souplesse, distinction, finesse. Ça fait beaucoup vous me direz et bien non, ce n’est pas encore assez. La qualité d’écriture de Guylian est supérieure à la norme.
Le paradoxe, c’est que dans son texte, les êtres humains ont perdu leur liberté de mouvement mais que lui Guylian, s’en est emparé. Rien n’est statique. Il y a du mouvement dans chaque phrase, les gestes sont finalisés à l’extrême pour notre plus grand plaisir. Dans « l’être relatif » les détails ne se transforment jamais en longueurs, notre œil accompagne chaque geste, des images précises se dessinent dans notre esprit. Ilhan court après sa mémoire et on le suit. On se pose des questions, on se demande où le romancier veut nous amener et on obtient des réponses. Les visions sont parfois drôles, l’auteur aime nous surprendre !
J’ai plongé avec plaisir dans le genre de Guylian Dai et je m’y suis sentie bien.

Annick FERRANT

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un roman d'initiation ? Un peu, oui, même plutôt !

10 étoiles

Critique de Tchazarin (, Inscrit le 22 octobre 2017, 53 ans) - 22 octobre 2017

D'une histoire d'amnésie qui pourrait être, somme toute, ordinaire, Guylian Dai a écrit un roman que j'ai trouvé fascinant, exceptionnel et surtout singulier. J'ai eu une vraie empathie pour ce personnage que j'ai trouvé troublant et décharné, mais terriblement attachant et lumineux. Le style du livre est très ciselé, chaque mot est pesé, l'écriture est fluide, tout en tenant en haleine le lecteur. Guylian Dai m'aura fait passer un très bel été 2017 en saines et exaltantes lectures !

L'être relatif de Guylian Dai.

8 étoiles

Critique de Marie B (, Inscrite le 13 septembre 2017, 71 ans) - 26 septembre 2017

C'est un roman original et ambitieux, où se mêlent la poésie, le fantastique et la philosophie. Quand il se réveille d'un accident de voiture à l’hôpital, Ilhan ne sait plus qui il est. Il part alors à la recherche de lui-même. On entre dans un univers étrange où le suspens est mené de main de maître par Guylian Dai. Le style est très personnel. L'écriture est dense et le vocabulaire recherché. On ne lâche pas ce livre qui nous fait vivre une expérience hors du commun.

Marie B. Guérin, auteure de roman.

Forums: L'être relatif

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  "Être relatif" ? 3 Guylian D 26 septembre 2017 @ 11:33

Autres discussion autour de L'être relatif »