Un appartement à Paris de Guillaume Musso

Un appartement à Paris de Guillaume Musso

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Coper, le 17 avril 2017 (Inscrite le 2 octobre 2014, 35 ans)
La note : 2 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 459ème position).
Visites : 2 099 

Mauvais

Présentation de l'éditeur :
" L'art est un mensonge qui dit la vérité... "
Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.


De manière générale, je précise que je lis peu les romans de G.Musso que je trouve souvent trop simplistes tant dans l'histoire que dans la narration, généralement je les trouve mous. Du "thriller" (si tant est qu'on puisse les ranger dans cette catégorie) assez bas de gamme en comparaison de nombreux autres auteurs bien meilleurs mais bien moins connus (malheureusement).
Cette fois, finissant un bon livre, je me suis dit pourquoi pas retenter ? les critiques sont élogieuses...

Une fois encore déçue...
G. Musso surfe sur la mode de l'art urbain et du mythe de Banksy dont il s'inspire très grandement. Mais le livre reste creux, le fond peu documenté, l'histoire grotesque... je n'ai pas aimé les personnages non plus, même les descriptions de l'artiste mort sont fades... dommage quand le fond de l'histoire reste l'art (et donc l'imagination, la poésie... ça aurait dû transporter le lecteur).

Bref, aucun intérêt...
A vouloir écrire trop vite et publier pour publier, le travail est bâclé.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une salade de Musso …de premier choix.

8 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 67 ans) - 27 août 2018

C’est en lisant le résumé de ce roman que j’ai décidé d’acheter à prix réduit mon premier Guillaume…
Et j’ai eu du pif... même si l’auteur use dans son roman de pas mal de citations qui d’ailleurs, sont toutes aussi pertinentes les une que les autres comme celle-là par exemple « Je suis profondément optimiste sur rien du tout » de Francis Bacon. Je me suis régalé. Par l’intrigue bien sûr, mais aussi par ces deux personnages principaux malmenés tout le long de leur enquête.
Un bon petit moment.

Quand des existences bancales se soutiennent l'une l'autre

8 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 51 ans) - 23 novembre 2017

L'ex-policière Madeline Greene et l'auteur Gaspard Coutances ont tous deux loué la même maison à Paris. L'une, dépressive, se prépare à une intervention chirurgicale et l'autre, alcoolique, vient y écrire sa pièce de théâtre annuelle. L'agence immobilière a fait une erreur en la louant deux fois. Cette maison a appartenu à un peintre renommé, mort récemment.
Après le clash entre les deux locataires, leur attention se focalise petit-à-petit sur trois tableaux disparus présumés peints à la fin de sa vie et ensuite sur le drame qu'a vécu le peintre Sean Lorenz. En effet, il a perdu son fils suite à un kidnapping. Ce drame vient raviver chez les deux protagonistes leur histoire personnelle douloureuse.
Excellent roman ! Passionnant ! L'enquête est menée à deux, la plupart du temps chacun de son côté. Cela se lit facilement et le style est convenu, mais le lecteur passe un agréable moment ! Un bon Musso !
Petit bémol pour la toute fin qui suggère qu'on peut effacer les drames de l'existence d'un revers de main et ne plus s'en souvenir (hautement improbable).

Street Art

7 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 44 ans) - 27 août 2017

Ok on pourra tout dire, que Musso Brothers c'est comme Levy (Marc) de la littérature facile, littérature de gare.
Ok, mais pour les vacances cette littérature, c'est pas si mal, facile à lire on ne perd pas le fil.
Je venais de finir (l'excellent) livre de Mathias Malzieu - Le journal d'un vampire en pyjama, voulant une lecture tranquille, ce roman de Musso m'a convenu.
De plus il m'a fait connaitre le peintre Bansky et ça c'est déjà pas mal.

Forums: Un appartement à Paris

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un appartement à Paris".