Bingo (Père & Fils) de Jean-François Pigeat

Bingo (Père & Fils) de Jean-François Pigeat

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Débézed, le 7 mars 2017 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 70 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 476 

La roue de la fortune

Bingo ! Gagné ! Mais pour savoir si c’est effectivement gagné, il faudra lire le livre jusqu’au bout, à ce stade je ne peux que vous dire que Bingo c’est avant tout le surnom que Jacky Bingolacci a transmis à son fils Florian. Jacky c’est un jeune homme beau comme un Apollon dont le plus grand souci est de repousser la meute des filles qui voudrait se l’accaparer au moins pour un petit moment d’intimité. Il a transmis son physique à son fils qui exerce le même magnétisme sur la gente féminine sans savoir bien gérer cette attraction.

Bingolacci père n’est pas très attiré par l’école qu’il quitte vite, il veut devenir artiste de cinéma, prend même quelques leçons, obtient des figurations, des rôles sans importance qui ne lui permettent pas de nourrir décemment la famille qu’il fonde avec Nicole et Florian. Il tombe dans les petites combines et finit par tomber lui-même pour une banale histoire de vol de statue en bronze. En prison, petit fretin, il est repéré pour sa candeur et sa faiblesse par un vrai caïd qui lui propose un marché sous une très forte pression. Il doit déplacer un trésor de guerre dont la cache est menacée par un projet immobilier. A sa sortie de prison, il entreprend donc le transfert de ce trésor quand des malfrats s’immiscent violemment dans cette opération.

Pendant ce temps, le fils, pas plus passionné que son père pour les études, déserte le lycée accomplissant consciencieusement mille petits boulots pour conquérir la belle dont il est follement amoureux malgré qu’elle soit en situation irrégulière et chaperonnée par trois cousins velléitaires qui n’hésitent pas à utiliser la violence pour intimider leurs victimes. Florian n’est pas le bienvenu, la cousine est promise à un gars du pays, un pays qui n’existe pas dans un pays qui n’existe plus, et elle doit être livrée intacte, vierge.

Le père et le fils ne se voient plus, le fils ne veut pas d’un père en tôle et à sa sortie de prison le père s’est évaporé dans la nature mais les deux mondes dans lesquels ils gravitent vont finir par interférer l’un dans l’autre. Les petits malfrats de la cité vont percuter les bandits internationaux sans l’avoir voulu, coinçant dans ce combat le candide Florian qui se débat comme un lapin de garenne dans le piège du braconnier. Florian n’est qu’un amoureux transi égaré dans un grand jeu qui lui échappe totalement où les coups sont très violents et même souvent mortels.

Un polar comme on en écrivait au siècle dernier, un Simenon sans Maigret, un McBain, on dirait que Pigeat s’est inspiré de ces auteurs et qu’il a voulu leur rendre hommage à travers ce roman très animé, bien rythmé, plus parodique que vraiment noir. Mais un roman bien de notre temps qui met en scène les mouvements révolutionnaires désagrégés mais enrichis et des petits voyous de banlieue plus forts en gueule que vraiment dangereux. L’auteur décrit ainsi la transmission du pouvoir de la marge des brigades révolutionnaires aux réseaux de trafiquants venus de l’Est.

Pigeat ne se complait jamais dans une violence sanguinolente, il l’évoque quand c’est nécessaire mais à la limite de la drôlerie, avec plus de gouaille que de pathétisme, sans exhibitionnisme déplacé, sans complaisance outrancière, sans débordement dégoulinant d’hémoglobine. Un bon moment de détente qui fera oublier l’ambiance morose qui règne actuellement dans l’actualité.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Bingo (Père & Fils)

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Bingo (Père & Fils)".