L'homme de la montagne de Joyce Maynard

L'homme de la montagne de Joyce Maynard
(After her)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 31 janvier 2017 (Inscrit le 10 mai 2004, 60 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 149ème position).
Visites : 828 

Polar atypique

C’est vrai, « l’homme de la montagne » se classe naturellement dans la catégorie « polars », pourtant c’est autre chose d’abord. On ne nous conduit pas au cœur d’une enquête policière. Elle existe, bien sûr, et menée par le père des deux sœurs, protagonistes principales du roman, mais ce n’est pas elle le sujet. Le sujet reste bien ces deux sœurs, Rachel et Patty, leur relation et leur évolution dans le cadre de, et après, cet « été meurtrier ».
Rachel est l’héroïne principale puisque c’est elle, trente ans plus tard devenue romancière, qui va revenir sur cet épisode fondateur qu’est cet été meurtrier. Elle a treize ans au moment des faits et Patty, sa sœur, a deux ans de moins. Elles vivent, mal, une séparation forcée de leurs parents. Leur père, Anthony Torricelli, est inspecteur de police mais surtout ce qu’on pourrait appeler « un homme à femmes ». Tant et si bien qu’il a déserté le domicile familial et que sa femme s’en remet plus que difficilement, élevant ses deux filles dans une surveillance … relâchée.
Rachel et Patty sont donc assez libres de leurs mouvements dans leur petite bourgade au pied du Mount Tamalpais, à une quinzaine de kilomètres au nord du Golden Gate Bridge qui relie la ville de San Francisco à la péninsule du Comté de Marin. Elles sont plutôt malheureuses de la situation aussi – comme tous les enfants de couples séparés, j’imagine – aimant toujours leur père si peu présent et vivant dans des conditions financières difficiles avec leur mère.
Et la grande affaire, c’est qu’en cet été 1979, un « serial killer » s’attaquant à de jeunes filles se met à sévir. Dans la montagne. Tout près de chez elles. C’est leur père qui est chargé de l’enquête et sa notoriété subite leur procure tout à coup une aura auprès de leurs congénères mieux lotis.
C’est plutôt cet aspect que Joyce Maynard va traiter, se mettant remarquablement à hauteur de pré-adolescentes vivant une vie compliquée.
Inconscientes du danger, et peu contrôlées par leur mère, elles vont mener en quelque sorte leurs propres investigations, frôlant le coupable, la solution, frôlant la catastrophe aussi, mais elles ne seront pas prises au sérieux …
Et c’est trente ans plus tard que Rachel va nous raconter cette histoire ; c’est « l’homme de la montagne », c’est un récit d’apprentissage de la vie de deux petites filles nord-américaines.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'homme de la montagne [Texte imprimé] Joyce Maynard traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Adelstain
    de Maynard, Joyce Adelstain, Françoise (Traducteur)
    10-18 / 10-18
    ISBN : 9782264065285 ; EUR 8,10 ; 16/09/2015 ; 360 p. ; Poche
  • L'homme de la montagne [Texte imprimé], roman Joyce Maynard traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Adelstain
    de Maynard, Joyce Adelstain, Françoise (Technicien graphique)
    Philippe Rey
    ISBN : 9782848764146 ; EUR 14,99 ; 21/08/2014 ; 320 p. ; Format Kindle
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

"Ne vous approchez pas de la montagne"

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 58 ans) - 21 mai 2017

Rachel et Patty, deux sœurs de seulement deux ans d'écart, vivent une petite enfance heureuse grâce à leur papa, policier, formidable héros. Son départ sera un bouleversement énorme, dans l'attente permanente de son passage. Seules avec leur mère dépressive, elles sont laissées complètement libres ; cependant heureuses, elles s'inventent des jeux, des histoires, des défis, sans interdiction ni règles, inconscientes du danger jusqu'au jour où elles aperçoivent leur père sur un écran de télé. Et sans savoir ce qu'il dit (elles regardent l'écran du jardin des voisins), elles comprennent que l'heure est grave quand il prend même le temps de les appeler pour leur interdire la montagne, où le corps d'une jeune femme violée vient d'être découvert.
Les meurtres se succéderont mais malgré ses injonctions, les deux soeurs décideront d'aider leur père à résoudre son enquête.

Si pendant quelques dizaines de pages, on est bien dans la lecture d'un roman policier, on comprend vite pourquoi la classification de ce dernier n'a pas été une évidence. On se retrouve vite passionnée par la vie de ces deux adolescentes, de leurs rêves, de leurs émotions, surtout pour l’héroïne Rachel.
Le passage de l'enfance, l'envie d'être adolescente, de devenir une femme , avec tout son lot d'espoirs et de désillusions.
Comme dans "Les filles de l'ouragan", l'auteure décrit de beaux portraits de femmes dans leurs variétés, la force des relations humaines, envers un père, une sœur, avec un roman à la fois léger, rempli de la fraîcheur naïve et musicale de l'enfance et de la gravité dangereuse du monde extérieur.

Un livre original, qui séduit, qui passionne. Une belle réussite, entremêlant avec une grande habileté réalité et fiction.

L'homme de la montagne

6 étoiles

Critique de Dixie39 (, Inscrite le 12 mars 2017, 46 ans) - 2 mai 2017

Je pensais lire un roman policier et cela a, je pense, beaucoup influencé ma lecture. Et puis, ce n'est pas facile d'enchaîner un autre livre juste après celui qui a été pour moi un réel coup de cœur. Enfin, tout cela pour vous dire qu'entre attente et impatience, je suis passée un peu à côté de l'homme de la montagne.

J'ai pourtant apprécié la relation complice, fusionnelle entre les deux sœurs, leur imagination débordante pour occuper leur quotidien, loin du regard des adultes.

Joyce Maynard dresse un portrait de l'adolescence et de ses préoccupations assez juste, ainsi que celui d'une mère, perdue et démissionnaire, après un divorce, retranchée derrière les volutes de tabac et les pages de romans.

Ma mère "avait, étant jeune, rêvé d'aller à l'université étudier l'anglais, ou peut-être passer des examens de bibliothécaire. Cette ambition, en tout cas, s'était évaporée depuis longtemps, et elle paraissait ne pas s'attendre à en trouver chez ses filles. Peut-être parce que l''idée que nous puissions désirer quelque chose qu'elle ne pouvait offrir la rendait trop triste, ou parce qu'elle était parvenue à la conclusion que ne rien espérer nous éviterait la déception de ne rien obtenir."

Mais malgré toutes ces qualités, ce n'est pas un livre qui restera gravé dans mon esprit...

Forums: L'homme de la montagne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'homme de la montagne".