L'homme de la montagne
de Joyce Maynard

critiqué par Tistou, le 31 janvier 2017
( - 60 ans)


La note:  étoiles
Polar atypique
C’est vrai, « l’homme de la montagne » se classe naturellement dans la catégorie « polars », pourtant c’est autre chose d’abord. On ne nous conduit pas au cœur d’une enquête policière. Elle existe, bien sûr, et menée par le père des deux sœurs, protagonistes principales du roman, mais ce n’est pas elle le sujet. Le sujet reste bien ces deux sœurs, Rachel et Patty, leur relation et leur évolution dans le cadre de, et après, cet « été meurtrier ».
Rachel est l’héroïne principale puisque c’est elle, trente ans plus tard devenue romancière, qui va revenir sur cet épisode fondateur qu’est cet été meurtrier. Elle a treize ans au moment des faits et Patty, sa sœur, a deux ans de moins. Elles vivent, mal, une séparation forcée de leurs parents. Leur père, Anthony Torricelli, est inspecteur de police mais surtout ce qu’on pourrait appeler « un homme à femmes ». Tant et si bien qu’il a déserté le domicile familial et que sa femme s’en remet plus que difficilement, élevant ses deux filles dans une surveillance … relâchée.
Rachel et Patty sont donc assez libres de leurs mouvements dans leur petite bourgade au pied du Mount Tamalpais, à une quinzaine de kilomètres au nord du Golden Gate Bridge qui relie la ville de San Francisco à la péninsule du Comté de Marin. Elles sont plutôt malheureuses de la situation aussi – comme tous les enfants de couples séparés, j’imagine – aimant toujours leur père si peu présent et vivant dans des conditions financières difficiles avec leur mère.
Et la grande affaire, c’est qu’en cet été 1979, un « serial killer » s’attaquant à de jeunes filles se met à sévir. Dans la montagne. Tout près de chez elles. C’est leur père qui est chargé de l’enquête et sa notoriété subite leur procure tout à coup une aura auprès de leurs congénères mieux lotis.
C’est plutôt cet aspect que Joyce Maynard va traiter, se mettant remarquablement à hauteur de pré-adolescentes vivant une vie compliquée.
Inconscientes du danger, et peu contrôlées par leur mère, elles vont mener en quelque sorte leurs propres investigations, frôlant le coupable, la solution, frôlant la catastrophe aussi, mais elles ne seront pas prises au sérieux …
Et c’est trente ans plus tard que Rachel va nous raconter cette histoire ; c’est « l’homme de la montagne », c’est un récit d’apprentissage de la vie de deux petites filles nord-américaines.