La Mort d'Ivan Ilitch de Léon Tolstoï

La Mort d'Ivan Ilitch de Léon Tolstoï

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par Jules, le 22 octobre 2003 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (107ème position).
Visites : 9 663  (depuis Novembre 2007)

Un homme parmi bien d'autres...

Ivan Ilitch est un des conseillers à la cour d’appel. Lorsque sa mort est annoncée, elle provoque davantage de remous parmi son entourage professionnel que de chagrin. Qui va recevoir son poste, mais aussi, qui va dès lors libérer le sien et pourra y mettre un parent ou un ami ? Et puis, pourra-t-on bien jouer au whist ce soir ?…
Ivan Ilitch était lui-même fils de fonctionnaire et son père est décrit en quelques mots : « Tel était le conseiller intime, membre inutile de diverses administrations superflues, Ilia Iéfimovitch Golovine » Quant à lui, un de ses collègues et amis l'observe sur son lit de mort et pense : « Sur ce visage on lisait que ce qui devait être fait l’avait été, et comme il le fallait. »
Cet ami pense d’ailleurs d'abord à lui-même quand il rend visite à la veuve. Quoi ? Ivan Ilitch a terriblement souffert ? La souffrance et puis la mort ?… Quel est le sens de tout cela ?. Mais après tout, il ne s'agit pas de sa mort à lui mais seulement celle d’Ivan Ilitch et cela ne peut concerner que lui !…
Tolstoï fait alors un retour en arrière et nous compte la vie d’Ivan Ilitch. Sorti de l’école de droit, il a de nombreuses qualités dont celles d’être jovial, aimable et d’avoir l’art de plaire à ceux dont il a besoin. Capable et consciencieux, il monte assez vite dans la hiérarchie. Occupant un poste en province, il rencontre sa future femme, assez jolie, et pour laquelle il éprouve également certains sentiments.
Mais, bien vite, celle-ci devient tatillonne et jalouse. Les disputes éclatent de plus en plus souvent dans le ménage. Aussi, « Très rapidement, une année à peine après son mariage, Ivan Ilitch comprit que la vie conjugale, tout en comportant quelques avantages, était au fond une affaire compliquée et pénible… » N'oublions pas au passage que l'auteur de « Guerre et paix » était plutôt du genre misogyne et qu'il suffit de lire « La sonate à Kreutzer » pour en avoir la preuve.
Ivan Ilitch va donc se réfugier de plus en plus dans son travail et dans le whist avec ses collègues. Un jour, suite à une promotion, il s'installe à Pétersbourg. Lors de la pose d'un rideau, il fait une chute et ressent une forte douleur dans le côté. Il y fait peu attention, se dit qu’il n'y a qu’un bleu et que cela va passer. Cela ne passe pas et, au contraire, la douleur gagne et devient lancinante au point qu’elle arrive à le distraire de ses audiences. Commence alors sa lente descente vers la mort.
L'essentiel de ses questions, outre l'angoisse terrible devant la mort, réside dans le fait qu’il ne comprend pas pourquoi toute cette souffrance lui est infligée ! Il a pourtant toujours fait ce qu’il fallait et comme il le fallait. Il avait donc eu une bonne vie !… Pourquoi cette punition ?
Jusqu’au jour où : « C'est toute ma vie, ma vie consciente, qui n’était pas ce qu’elle aurait dû être. » et encore : « Tout ce qui te faisait vivre et dont tu vis, - c’est mensonge, tromperie, qui te cachent la vie et la mort. »
Un livre court, mais percutant et très bien écrit. Ivan Ilitch, devant la vie comme devant la mort, est le portrait d’un très grand nombre d'entre-nous.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Recueils de nouvelles incluant La Mort d'Ivan Ilitch

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une réflexion sur la mort

8 étoiles

Critique de Salocin (, Inscrit le 12 décembre 2012, 36 ans) - 27 mars 2013

L'inéluctable, ce à quoi nous sommes tous condamnés, la mort, l'idée insoutenable qu'un esprit et sa conscience doivent affronter car l'homme sait qu'un jour il perdra sa substance corporelle et rejoindra un au-delà que chacun s'imagine à sa façon, le néant, le paradis, la réincarnation ... ? Mystère. Nous le saurons un jour (ou peut-être jamais si l'on croit qu'un mort n'a plus de conscience).

Tolstoï dans cette nouvelle invite le lecteur à réfléchir à sa propre mort, pas seulement l'idée en elle même, mais aussi sur la façon dont celle-ci peut être vécue par la personne qui, se sachant condamnée, se rapproche jour après jour de son départ terrestre. Angoissant peut-être mais il intéressant que l'auteur achève son roman par une note joyeuse et optimiste, Ivan Ilitch part définitivement l'esprit libéré et heureux, en paix avec lui même. Espérons qu'il en soit ainsi pour chacun d'entre nous !

Il est question de notre propre mort, mais également de la mort d'autrui car Tolstoï aborde là un point fondamental : on délaisse la mort dans un coin de sa tête, peut-être en y repensant de temps en temps, mais quand la santé est bonne et que les affaires prospèrent, à quoi bon s'y intéresser ? La mort c'est l'autre, elle ne nous concerne pas, et ce d'autant moins que les personnes qui meurent autour de nous, nous rappellent à notre grande joie égoïste la force, la permanence de notre propre vie. Les autres meurent donc je suis. Cette idée revient plusieurs fois dans la nouvelle : " le fait même de la mort d'un ami éveilla comme toujours en tous ceux qui apprirent cette nouvelle un sentiment de joie : ce n'est pas moi, c'est lui qui est mort. Voyez donc ! Il est mort , et moi je vis ! Ainsi pensait-on ou sentait chacun."

C'est une attitude misérable, renforcée dans la nouvelle par l'égoïsme dont font preuve les amis d'Ivan Ilitch à sa mort : ils ne peuvent résister durant la soirée qui suit l'enterrement à jouer à une partie de cartes. La mort est très vite oubliée, les préoccupations quotidiennes reprennent rapidement le dessus. Egoïsme aussi car un des amis en apprenant la mort d'Ivan Ilitch pense alors immédiatement à la souffrance qui pourrait accompagner sa propre mort avant même de se désoler de la mort de son ami.

C'est une nouvelle dont la richesse contraste avec le style d'écriture d'une étonnante simplicité et d'un dépouillement total. Etonnante expérience de lecture et Tolstoï a su adopter le ton, le style juste qui donne au récit une vraie puissance.

Le livre que j'ai acheté comprenait une autre nouvelle, "Maître et Serviteur", tout aussi intéressante et qui traite également mais d'une autre manière, du thème de la mort. Cette dernière vient frapper brutalement un riche homme d'affaire, prisonnier de la neige, sa propre réflexion sur sa propre mort est ainsi plus spontanée et immédiate qu'Ivan Ilitch qui meurt quant à lui d'une maladie le condamnant lentement. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la fin de "Maître et Serviteur" car si le serviteur échappe de justesse à la mort, Tolstoï très finement n'oublie pas de conclure en résumant ce qui sera la vie restante du serviteur et ne manque pas de préciser qu'il mourra des années plus tard dans le calme et la quiétude. Inéluctable.

Saisissant et lucide

10 étoiles

Critique de Saumar (Montréal, Inscrite le 15 août 2009, 84 ans) - 16 juin 2011

La mort est un des thèmes principaux de l’œuvre de Tolstoï. C’est dans « La mort d’Ivan Illitch » qu’il la raconte, on ne peut plus saisissante et lucide, à croire qu’il l’a déjà expérimentée pour la décrire d’une façon si vraie. Je trouve insoutenable de devoir abandonner la vie, donc tout attachement. Qu’est-il de plus pénible que d’avoir à quitter sa famille et ses amis pour toujours?

Ivan Illitch, bourgeois de bonne famille, vivait bien, « comme il faut ». Conseiller de la cour d’appel, il désirait, au plus haut point, l’ascension dans sa carrière. Ses dernières fonctions nourrissaient sa soif du pouvoir. Obtenant donc la réussite sociale et financière, tout va à merveille, jusqu’au jour où il apprend qu’il est atteint d’une maladie incurable. Ce qu’il n’accepte pas.
La maladie et l’indifférence de l’entourage lui font prendre conscience de la vanité et de la superficialité de son existence. Ivan Illitch réalise que tout ce qui gravite autour de lui n’est que mensonge. À l’approche de l’agonie, il aurait préféré n’avoir personne, près de lui, sauf Guérassime, le domestique, qui éprouve de la compassion pour son maître. Il haïssait la présence de toute autre compagnie, même sa femme qu’il dévisageait, il lui en voulait pour l’éclat de son regard qui pétille la vie. Il se sent bien avec Guérassime. Toutes les raisons lui viennent à l’esprit pour garder cet homme bon, humble et sincère dans sa chambre. Puis repassant sa vie centrée sur les apparences, il se rendit compte qu’il a passé à côté de l’essentiel. Sa volonté de refuser la mort s’estompe doucement. Puis, aux derniers moments, il aurait voulu lui-même atténuer la douleur des autres à son chevet. Ce nouveau sentiment altruiste le régénère, lui permettant d’oublier ses souffrances et de mourir sereinement. « Je les fais bien souffrir, songea-t-il… Ils ont pitié de moi, mais il vaut mieux pour eux que je m’en aille : ils seront plus heureux… »La fin de vie d’Ivan Illitch, nous remplit d’émotions. Pour le lecteur, elle est sombre et triste parce qu’elle le renvoie à sa propre mort.

Avec quelle justesse de ton et de véracité cet auteur talentueux fait la description de la mort de son personnage principal. Tolstoï a su lui rendre, ses derniers moments de vie réconfortants, avec le même réalisme percutant qu’il utilise tout le long de cette sublime nouvelle, dont on sort remué et, qui fait réfléchir sur la condition humaine.

Jeu de dupes

10 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 30 mai 2011

Contrairement à mes principes, je ne suis pas l'ordre chronologique des œuvres de Tolstoï et ma foi, je suis surprise de la noirceur macabre de ce récit. Où sont passées les belles descriptions lumineuses des œuvres de jeunesse ? Pourquoi une telle propension à décrire l'agonie dans toute son horrifiante absurdité. Car la mort est tout aussi absurde que la vie pour Tolstoï et il nous le démontre ici à travers les souffrances physiques et surtout, les angoisses qui assaillent le pauvre Ilitch agonisant.

Toutes les questions du pauvre homme restent sans réponse. Ses cris de souffrance résonnent dans un vide effroyable. Son entourage attend sa mort comme une délivrance et il le réalise. Une haine sourde s'empare alors de lui devant l'échec de sa vie. Lui qui croyait avoir vécu selon de bons principes et s'être bâti une existence valable découvre que tout cela n'était qu'illusions. Il prend conscience du jeu de dupes de sa famille et des mensonges qu'on lui sert jour après jour, de l'odieuse hypocrisie qui prévaut dans toutes les conversations et les bons mots qu'on lui prodigue et cela ajoute à l'horreur de sa condition de moribond.

Enfin, ce n'est pas une lecture facile ni très joyeuse. Tolstoï prend un malin plaisir à tout décrire en détail de l'agonie d'un homme. Il le fait tellement bien qu'on en vient à se demander s'il n'est pas déjà mort lui-même et ressuscité tellement il semble connaître toutes les étapes de la fin de la vie.

Bien sûr le style est toujours aussi puissant mais ne lisez pas cela si vous êtes le moindrement impressionnable car ici, le grand écrivain nous entraîne en enfer rien de moins. J'accorde une note parfaite car le récit est impeccablement construit et le style admirable malgré la noirceur du propos.

Un chef d'oeuvre!

10 étoiles

Critique de OC- (, Inscrit le 4 mars 2011, 20 ans) - 8 mars 2011

En voilà un chef d'oeuvre : La mort d'ivan ilitch!

Le début m'a fait peur, on peut alors croire que, durant ce court de récit de 100 pages, Tolstoï va nous conter l'histoire de la banalité en personne : riche, marié mais sans plus grand amour, quelques enfants, un bon travail dans un tribunal, bourgeois, dans la norme, >, etc...
Mais lorsqu'il tombe malade, il se rend compte. Il se rend compte que toute sa vie n'a été qu'un mensonge, que toute sa vie il n'a pas réellement touché au bonheur, que toute sa vie il n'y a même peut-être pas touché (la Vie).

Compassion, pitié de Tolstoï envers la vie des hommes comme Ivan Ilitch? J'y ai plutôt vu une critique, une diatribe envers cette homme : , voilà ce que nous dit Tolstoï. Vivons, tout simplement!

Sa vie aussi …

7 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 15 juillet 2010

On annonce la mort d’Ivan Ilitch, magistrat russe, au début du texte. Les réactions soulevées sont plus « réalistes » que compassionnelles. De la part de ses collègues, réflexions sur les promotions à venir pour remplacer le disparu, supputations sur ce que cette nouvelle peut apporter d’évolutions au sein de leur Administration …
Puis Léon Tolstoï nous plonge dans ce qui fût la vie d’Ivan Ilitch (c’est bien beau de mourir mais il a fallu vivre !), et ce sera l’essentiel du roman, de cette grosse nouvelle. Ce n’est pas en vain qu’il nous retrace cet itinéraire de vie puisque ceci nous permettra de comprendre la relative indifférence de ses proches, hormis son fils, à son agonie puis son décès.
C’est donc la trajectoire d’un parvenu ( ?), au moins parvenu à une belle situation de juge, Conseiller à la Cour d’Appel, avec le pouvoir que cette fonction peut procurer (pouvait ?, en Russie). Un homme humainement peu intéressant, qui va de manière anodine se faire mal en tombant d’une chaise en installant des rideaux (Tolstoï n’a pas fait dans le glamour !), et de manière pas si anodine en souffrir, longtemps de manière sourde, puis jusqu’à l’agonie puisque probablement ce bobo était davantage qu’un bobo. Léon Tolstoï en profite donc pour dérouler de multiples considérations sur ce qui fait le pouvoir d’un homme, ce qui fait qu’on le respecte, comment sa déchéance peut arriver, … toutes choses éternelles et donc encore fort actuelles ! La mort, les conventions, les ressorts de nos sociétés, c’est ce sur quoi Léon Tolstoï s’est penché avec cet Ivan Ilitch.
J’y ai retrouvé la même atmosphère que chez Gogol, dans « Le nez » par exemple. Les proximités géographique et temporelle y sont pour beaucoup évidemment. Sauf que Gogol fait dans le fantastique quand Tolstoï reste dans le sociologique.

Expressionniste

6 étoiles

Critique de Béatrice (Paris, Inscrite le 7 décembre 2002, - ans) - 17 octobre 2009

Tout est noir dans cette nouvelle, elle me rappelle les peintures expressionnistes du début du XX siècle avec leurs figures grimaçantes. Elle dépeint l’horreur de tout un chacun : la mort dans la souffrance et la solitude. Il y a un coté moralisateur qui me gêne.

Toute blessent la dernière tue.

8 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 16 octobre 2009

Je partage l'opinion de toutes les critiques précédentes. Cependant c'est surtout la deuxième nouvelle qui m'a le plus plu. Maître et serviteur. Le froid qui prend possession peu à peu des corps, l'engourdissement. On se sent proche de ces deux êtres perdus au coeur de la plaine enneigée et froide. Le trio cheval et hommes est un concentré de relations très fortes au sein de la tourmente. Etonnant que personne n'en ait vraiment fait mention. La nouvelle qui donne le titre n'est point mauvaise, cependant elle un peu plus conventionnelle et très Tolstoïenne. Un livre court qui se lit très agréablement malgré la profondeur du sujet abordé. En revanche pour ma part je trouve que la mort de Jean Valjean dans les misérables fait elle aussi partie des must de la littérature. Ce sentiment de la fin et du devoir accompli est merveilleusement rendu par Hugo.

Faut-il faire semblant?

9 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans) - 18 avril 2006

Ivan Ilitch est un fonctionnaire appliqué qui a grimpé les échelons de la réussite à force de travail mais aussi de persuasion et de pression sur autrui. Son mariage, au début heureux, le rend amer. Ses collègues ne voient plus en lui qu'une réserve de services en attente. Sa vie pourrait être belle, il essaie de s'en convaincre. Jusqu'au jour où Ivan Ilitch tombe malade. Aucun médecin ne peut le soulager, la douleur ne le quitte plus et avec elle, bientôt, la mort. Les derniers jours d'Ivan Ilitch sont pour lui l'occasion, hélas tardive, de se remettre en question et de poser des questions cruciales sur ce qu'a été sa vie, ce qu'elle aurait dû être, ce qu'il aurait surtout fallu montrer. Jusqu'au bout, l'apparence est maîtresse du royaume.

En une centaine de pages, Tolstoï pose quelques thèmes de première importance: le pouvoir de l'apparence, le poids des normes, la peur de la mort, l'absurdité de la maladie. Autant d'éléments forts qui s'imbriquent les uns dans les autres pour faire d'Ivan Ilitch un être physiquement fragile, à l'esprit tourmenté et aux certitudes cependant bien tenaces. Car même si dans les dernier sinstants, il réfléchit au sens de la vie, on réalise qu'il ne le fait qu'en termes de ce qu'il aurait fallu faire aux yeux des autres, pour autrui. On a beau dire qu'il n'y a plus de conventions à respecter à l'instant ultime, je constate qu'ici, il n'en est rien et jusq'à son dernier souffle, Ilitch tentera de tester la réussite de son bonheur personnel en fonction de normes, des usages et de coutumes. La remise en question personnelle ne l'est qu'aux yeux des autres et Tolstoï le démontre avec talent. L'ironie et la désinvolture avec lesquelles les émdecins considèrent leur aptient, qui s'en remet entièrement à eux, tout en les maudissant, témoigne aussi à mes yeux de cet enfermement dans les apparences et la normalité. On exécute sans aller voir plus loin ce que le médecin a ordonné, on se plie, parce que c'est ainsi. Toute sa vie, Ilitch restera cet homme enfermé dans ses repères. Le constat est amer et admirablement dressé par Tolstoï.

La vie, la mort et les conventions

9 étoiles

Critique de Mieke Maaike (Bruxelles, Inscrite le 26 juillet 2005, 44 ans) - 9 décembre 2005

Tout au long du livre, on assiste à un jeu de miroir entre la réalité et les conventions. Les collègues d’Ivan Ilitch expriment des regrets en apprenant sa mort, mais pensent d’abord au poste qui se libère. Son ancien camarade fait ses condoléances à la veuve mais en réalité pense à sa partie de whist qui risque d’être annulée. Les membres de sa famille lui tiennent des propos se voulant compatissants tout en espérant qu’il meure au plus vite. Ivan Ilitch lui-même est tiraillé entre le respect des conventions et l’envie de se laisser aller à la vie, à la mort. « En eux il se voyait lui-même, il voyait sa façon de vivre, et constatait que tout cela était faux, que tout cela était une énorme et terrible illusion, qui dissimulait et la vie et la mort ».

Du tout grand art.

Dégradation

8 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 20 octobre 2005

De l'ascension à l'effritement. Une vie futile, menue et superficielle. Un vernis à peine craquelé. Ivan Ilitch meurt, Ivan Ilitch sait. Ce livre est rempli d'idées obsédantes, affolantes et d'angoisse. Court comme un acte ultime, un cri, épuisant comme un besoin jamais assouvi.
On monte vers la mort au lieu d'y descendre. Vers le rien, qui déjà s'empare de lui. Rien symbolisé par ces autres pour qui il devient un objet encombrant.
C'est un livre étouffant, lourd. Mais excellent.

Noir ? pas tant que cela…

9 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 45 ans) - 23 août 2005



A la lecture de ces trois nouvelles de Tolstoï, le moins que l’on puisse dire c’est que nul n’a envie de danser la gigue…
La mort en est le sujet. Les agonies, la douleur ressentie et surtout la peur panique qu’elle suscite, sans doute chez l’auteur, mais aussi pour l’essentiel de ses personnages mis en scène.
Avec la mort, Tolstoï nous dit que nous trouvons là le meilleur moyen de nous regarder en face, elle nous révèle à nous même. Cette finalité dont tous nous sommes conscients mais qu’inconsciemment nous rejetons en ne pouvant nous imaginer ce moment venu fait de nous des être humains.
Tolstoï nous invite donc à apprivoiser cette « fatalité » et que ce soit Ivan Illitch, le Maître et le Serviteur ou Trois morts, chacune de ces nouvelles par la densité de l’écriture, la force issue de la simplicité des situation vécues, donne à chacun des atouts pour réfléchir et un jour vivre ou affronter la mort.

Une référence incontournable

10 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 42 ans) - 5 août 2005

Cette nouvelle est bouleversante. L'histoire est affreusement banale et renvoie à ce qui nous arrivera tous inéluctablement un jour et que, pourtant, nous essayons toujours de fuir, tant nous en avons peur.

La vie d'Ilitch n'aura été que vanités. Que fausses satisfactions. Ilitch perçoit, au seuil de son trépas, que toute sa vie, il s'est trompé. Qu'il s'est menti à lui-même.

La nouvelle renvoie à la question fondamentale suivante : que faire de ma vie?

L'Homme essaie d'y répondre depuis six mille ans...

La plus célèbre agonie de la littérature

10 étoiles

Critique de Lev (, Inscrit le 19 avril 2005, 28 ans) - 21 avril 2005

La mort d'Ivan Iliitch est une nouvelle splendide, sublime ! Elle surprend par sa banalité, son peu de profondeur à l'abord, son absence des grands dilemmes philosophiques...

Mais ce n'est qu'un faux semblant ! C'est par cette simplicité, ce simple cri de désespoir contre l'absurdité de la mort et de la vie, cette incompréhension, que Tolstoï nous émeut, nous fascine, et nous fait réfléchir.

Oui, Ivan Iliitch est quelqu'un de banal, un homme ordinaire, qui a plutôt réussi dans la vie, aisé, marié, il a des enfants, et ne se pose pas trop de questions jusqu'à présent mais... voilà que la mort vient le surprendre...

Et tout à coup il est confronté à cette réalité inéluctable de la mort, oui mais pas seulement... aussi à la vanité de toute son existence ! Il se rend compte que cette vie, heureuse en définitive, ne vaut rien. Il a le sentiment que tout est vide en lui, il n'y a ni amour, ni compassion.

La mort d'Ivan Iliitch est la plus belle et la plus célèbre agonie de toute la littérature ! Tolstoï y exprime toute sa pitié pour notre condition d'homme ordinaire.


La vie et la mort

10 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 81 ans) - 26 novembre 2004

J'ai lu le premier chapitre et je l'ai savouré, puis je l'ai relu, goulûment, comme on se ressert de crème au chocolat, par gourmandise, tellement c'est bon. C'est du Tolstoï à l'état pur, c'est tout dire.
Il nous fait ici le portrait d'un homme qui va mourir et qui regarde la mort qui vient vers lui ; et la mort lui pose la seule question, qu'elle posera à coup sûr à nous tous : "qu'as-tu fait de ta vie ?"
Ce n'est pas un livre à lire à la va-vite. C'est un livre grave et beau, qui pose la question essentielle du sens de la vie et de la mort.
Tolstoï a un art d'écrire qui n'appartient qu'à lui. Ici, il a pétri son personnage dans de la pâte humaine ; et il nous regarde en nous disant : toi non plus, tu n'échapperas pas à ton destin !
Cette histoire de la vie et de la mort d'Ivan Ilitch est un modèle du genre.
Au passage, on aura savouré, comme l'a fait Sybilline, les scènes entre médecin et patient (ça se passait il y a 120 ans et vraiment rien n'a changé).
On appréciera aussi, avec Saule, cette finesse d'observation des rapports entre les bien-portants de la famille et le malheureux mourant (là aussi, vraiment, rien ne changera jamais !).
Vous l'aurez compris, ce livre, de moins de 100 pages, est à lire doucement et à méditer longuement.

Une histoire simple, banale...et affreuse

10 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 11 août 2004

« L’histoire d’Ivan Illitch est simple, banale et la plus affreuse qui soit ».

Cette histoire est d'autant plus affreuse que c’est la nôtre : on se marie, on fait des enfants, on rencontre quelques succès professionnels, bref le temps passe avec ses petits bonheurs…et puis on un jour on se retrouve sur son lit de mort en train d’agonir. On commence par nier la mort (cela n'arrive qu'aux autres), puis quand elle est là il faut l'affronter, une sorte de jugement dernier que l'on vit seul avec soi-même...ou seul avec un Autre.

Arrivé à ce moment Ivan Illitch ne peut plus tricher : il comprend que toute sa vie n’était qu’une mascarade, un écran destiné à lui éviter de se poser la vraie question, celle du sens de la vie et de la mort. Il devra l’admettre pour en finir de cette terrible agonie, entrer dans le sac noir dans lequel il sent que la mort veut le pousser et terminer les terribles tourments de son âme mourante.

Ce livre est un cri d’angoisse d’un écrivain génial face à la question métaphysique de la vie et de la mort. Même si on n’aime pas trop entendre parler de sa mort, je crois qu’il faut lire ce livre, afin d’éprouver le questionnement profond de celui qui est confronté avec la mort.

Sibylline mentionne la relation médecin–patient, que Tolstoï aborde avec humour et réalisme. Plus encore, j’ai été impressionné par la description des relations familiales lorsque la souffrance et la mort fait son entrée dans une famille. En particulier la terrible scène des fiançailles de la fille : il y a le père souffrant qui se sent accusé d’être le trouble-fête, la fille qui en veut insidieusement à son père de gâcher son plaisir. Il y aussi la croyance confuse de l’épouse que cette maladie de son époux est quelque chose de destiné à l’ennuyer. Finalement ce court livre décidément très riche contient aussi une critique de la haute bourgeoisie, de sa fatuité qui est mise en exergue par comparaison avec le brave domestique qui seul comprend et soutient son maître.

fascinant

10 étoiles

Critique de Sibylline (Normandie, Inscrite le 31 mai 2004, 67 ans) - 31 juillet 2004

« La mort d’Ivan Ilitch » est un livre qui m’a littéralement fascinée. On y dit l’histoire d’un homme, le récit de ce que fut sa vie, jusqu’à ce point qui nous attend tous : la mort. Ce qui est fascinant dans ce roman, c’est qu’au moment où Ilitch, réalise que c’est vraiment de sa mort qu’il s’agit, qu’il y est arrivé, nous pouvons parfaitement saisir ce qu’il éprouve; et nous-mêmes, nous parvenons à entrapercevoir notre propre fin.
La violence de cette découverte pour tout homme, est annoncée dès le début du livre lors de la visite qu’un ami fait à la nouvelle veuve. Comme on lui raconte la dure agonie d’Yvan, un moment, il réalise qu’il serait possible que cela lui arrive aussi. Et bien vite, il chasse cette pensée car il ne pourrait la supporter. Nous en sommes tous là, pauvres humains. A ne pouvoir regarder notre mort en face. Ilitch était ainsi également et en cela, il est notre frère.
Si Tolstoï, sur ses vieux jours est devenu d’une religiosité assez fanatique, par contre, il n’est guère question ici de religion. C’est à la rencontre, d’abord incrédule, puis épouvantée, de l’homme et de sa mort que nous assistons. C’est une rencontre matérielle et qui n’a rien d’abstrait. On n’y parle pas de monde meilleur, ni même d’une autre vie, mais bien de celle-ci, qui s’échappe.
Jules, dans sa critique (excellente) a été plus sensible au récit de la vie conventionnelle d’Ilitch; moi, ce que j’ai retenu de cet ouvrage, c’est le récit de sa mort, de sa découverte horrifiée de sa propre fin et là, il n’y a plus de convention qui tienne. La vie d’Ivan Ilitch, n’est pas notre vie, mais sa mort, c’est la nôtre, c’est celle de chaque humain. C’est l’humanité qui s’y retrouve.
PS : Quant au « rein flottant », si quelqu’un sait ce que c’est et si même cela existe vraiment qu’il ajoute un forum ci-dessous pour me l’expliquer.( Ah oui, les relations patient-médecin aussi valent la description.)


Forums: La Mort d'Ivan Ilitch

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Mort d'Ivan Ilitch".