Albin, Saison 1 de Albin Bis

Albin, Saison 1 de Albin Bis

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Sterne, le 4 novembre 2013 (Inscrit le 4 novembre 2013, 50 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 488ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 2 069 

Albin, le coureur immobile

Nous voici dans un univers proche de ceux de Tardieu, de Michaux, et pourtant tellement différent. Dépaysement farfelu garanti, Albin surprend et nous entraîne hors des sentiers battus. À mille ans, Albin se découvre une vocation d'écrivain. Il consigne son quotidien sous forme de billets, donnant sur le monde familier un regard inattendu.
"C’est écrit avec presque rien, trois figures qui sont à peine des personnages, un seul temps et guère plus de lieux et soudain c’est comme ce gars qui sur le coin d’une nappe en papier en trois coups de crayon vous fait dire Mais c’est moi !"
Philippe Annocque

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Albin [Texte imprimé] Albin Bis
    de Bis, Albin
    L. Bottu
    ISBN : 9791092723014 ; EUR 14,00 ; 01/08/2013 ; 1 vol. (124 p. p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Albin

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Albin, saison 1

9 étoiles

Critique de Issa (, Inscrite le 4 novembre 2013, 42 ans) - 4 novembre 2013

C'est un livre très divertissant, qui sous l'humour propose une vision du monde originale, entre vie quotidienne, poésie et philosophie.

4e de couv' :
"Avec le poisson rouge, compagnon facile, l'affaire se passa plutôt bien. Au court-bouillon il est tout de suite moins fade. Encouragé par l'expérience, Albin viserait plus haut. Brûler les étapes qu'une nature besogneuse interpose entre le poisson rouge et la poule mouillée.
Testerait le chat."

Extrait :
"Ce qui le captive ? Le mouvement, quoi d'autre. L'interminable chute en vrille régulière. Ah, se rêver machine... Albin rejoint l'artiste. Cette chose sans support ni racine, sans substance, sans attache, plus tellement végétale et pas inorganique, inclassable, quasiment rien, ce truc hybride qui vole, ce machin vibrionnnant ou la perfection même force l'humilité d'Albin qui n'a jamais tourné aussi rond si longtemps, dans tous les domaines supérieure au vivant la mécanique par sa présence seule en souligne les ratés, on comprend mieux dès lors pourquoi Albin reste accoudé bouche bée à la fenêtre. Admiratif. Un peu jaloux."

Forums: Albin, Saison 1

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Albin, saison 1 6 Sterne 4 novembre 2013 @ 22:52

Autres discussion autour de Albin, Saison 1 »