Paludes de André Gide

Paludes de André Gide

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Kinbote, le 21 mai 2003 (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 58 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (9 915ème position).
Visites : 2 357  (depuis Novembre 2007)

Peut-on imaginer Tityre heureux?

Petit livre étrange paru en 1920 qui s’écrit pendant le temps où on le lit, chose d'ordinaire inconcevable qui nous fait aussi bien dire que ce livre qu’on a lu n’a pas existé. D’ailleurs, à la fin l'auteur en commence un autre : Polders. C’est l’occasion pour Gide d'interroger notre existence à travers celle médiocre de Tityre, d’après Virgile, qui trouve plaisir à contempler son
jardin marécageux. L'impossibilité inhérente à cet ouvrage tient peut-être au fait qu’on ne peut s'imaginer Tityre heureux.
« Tous nos actes sont si connus qu'un suppléant pourrait les faire
et, répétant nos mots d’hier, former nos phrases de demain. » remarque l'auteur. C'est donc moins une vie médiocre que par trop prévisible que notre narrateur entreprend de questionner.
Sommes-nous à jamais comptables de nos actes, ne pouvons-nous pas poser des actions qu’on n'aurait plus à assumer ensuite ? Ou exprimé dans les termes mêmes de Gide :« Ne pourrons-nous jamais poser rien hors du temps que nous ne soyons pas obligés de refaire ? »
C'est tout le problème de l'acte gratuit réactivé ici sur un mode léger, doux-amer. L'auteur parle du livre qu’il écrit à ses amis et connaissances et celui qu'ils s'imaginent, les commentaires et interprétations qu'ils en font, s’intègrent dans ce livre à écrire, ce work in progress dont le principe est à la base de plusieurs romans modernes.

Le narrateur prête une attention presque maniaque à ses faits et gestes ; il note ses obligations futures de façon justement à déjouer l'ordinaire de sa vie quitte à se réjouir d'un "imprévu négatif".
Ironie de l’histoire en question, l'existence aventureuse que prône l’auteur sera prise au pied de la lettre par l'un de ses amis. Quant à l'auteur, il reste sur le carreau de la vie à faire briller sa petite surface de quant-à-soi. Mais il peut désormais passer à l'écriture d’un autre ouvrage car sa leçon a porté :
il n’a pas écrit en vain Paludes.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

C'est le public qui révèle les oeuvres...

6 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 50 ans) - 22 mars 2005

Paludes (marais en latin) est une sotie, une sorte de drame issu du médiéval tenant de la satire sociale, et à ce titre, contient moultes sourires, souvent en coin....
Tout ça parait facile à lire, de prime abord compréhensible au tout premier degré, et pourtant j'ai relu de grands passages plusieurs fois en échappant souvent la finalité, et ce, malgré l'usage intensif de mon dictionnaire devant les nombreux mots inconnus....

Le narrateur écrit Paludes, dans lequel il parle de Tityre, sorte de non-héros contemplatif et content de son sort. En parallèle, mais en même temps toujours à l'intérieur, il voit ses amis et disserte, noircit son agenda, et tente de partir en voyage. Son agenda est symptomatique de sa vision de l'idiosyncrasie, il vous faudra le lire pour vous délecter de ces idées de génie !!

Poirot-Delpech parlait de «traité narquois de la velléité et du fiasco» pour Paludes, c'est exactement ça.

Je n'ai pas eu de révélation en entrant ainsi par Paludes dans l'univers de Gide, je ne peux pas dire que j'ai plus apprécié que ça, que ça s'adressait à moi, mais une chose est sûre, j'ai été dûement impressionnée, et je n'en resterai pas là avec Gide.

Heureux, Tityre?

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 61 ans) - 23 mai 2003

Imaginer Tityre heureux, se demande très justement Kinbote… Il m’étonnerait qu’il le soit dans l’esprit de Gide, car il cesserait alors d'être intéressant. « Que serait le récit du bonheur ? », se demande-t-il dans « L’Immoraliste » ou dans « Les Caves ». Heureux, Tityre. ou alors de ce bonheur inconscient qui nous ferait envier la paisible condition des vaches.
Car ce récit est celui de l'inassouvissement, de l’impuissance. Tityre le velléitaire entreprend d’écrire « Paludes » au début du livre ; à la fin, il abandonne ce projet pour en commencer un autre qui n'en est que le clone : « Polders ». Dans les deux cas il y a enlisement. Tityre s’embourbe dans des illusions qu'il prend pour des projets, des gribouillis qu'il prend pour de l’écriture, des distractions qu’il prend pour de l'action.
Tityre, navrant derviche tourneur des lettres, reclus sans gloire, vertueux par impuissance ou par manque d’imagination, tend depuis un siècle un miroir à ceux qui espèrent plutôt que de vouloir, à ceux qui croient que l'univers n'est pas, comme l’écrivait Joyce, dans une coquille de noix, mais dans le dé à coudre de leur nombril qu'ils passent le plus clair de leur temps à se gratter d’un doigt pensif en se disant qu’il en sortira toujours quelque chose.

Merci, Kinbote!

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 61 ans) - 21 mai 2003

Merci à Kinbote d'attirer l'attention sur ce petit récit qui, mine de rien, est à la base du roman moderne : le thème de la mise en abyme de l'écriture, déjà présent dans "Les Faux-Monnayeurs", s'associe brillamment à celui de la vacuité des vies pour tracer une piste dans laquelle se sont engouffrés, parfois même sans le savoir, bon nombre de nos cyniques nouveaux romanciers. Quant à la phrase ci-dessous, elle nous rappelle si besoin en était que Kinbote est l'un de nos plus fins comparses : "Quant à l’auteur, il reste sur le carreau de la vie à faire briller sa petite surface de quant-à-soi."

Forums: Paludes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Paludes".