Purgatoire des innocents de Karine Giebel

Purgatoire des innocents de Karine Giebel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par LesieG, le 13 mai 2013 (CANTARON, Inscrite le 20 avril 2005, 52 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 15 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (835ème position).
Visites : 9 163 

Le nouveau grand cru est là

Alors là... quoi dire, il y en aurait tellement.... L'ambiance : stressante,
Les personnages : très complexes mais chacun dans son genre,
Auquel s'identifier, lequel comprendre : impossible à dire.
Attention toutefois ce roman est particulièrement violent.

Tout est très travaillé et recherché dans ce nouveau roman que j'attendais avec impatience et je dois dire que je n'ai absolument pas été déçue. Je l'ai littéralement dévoré. Quelqu'un dans une critique a parlé "d'addictif" croyez moi ce n'est pas exagéré.

Je l'ai fini il y a deux jours et j'en ai déjà attaqué un autre, malgré tout j'y pense encore, je rumine.

Avec grand art Karine Giebel aura réussi à faire passer certains de ses personnages pour des connaissances personnelles. Chapeau bas Madame.

4ème de couverture :

Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux.
Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux.
Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang.
Deux morts et un blessé grave.
Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.

Je m’appelle Sandra.
Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.
Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là…

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.
Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.
Et son sourire est le plus abominable qui soit…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Purgatoire des Innocents
    de Giebel, Karine
    Fleuve noir / Thriller Gf
    ISBN : 9782265097841 ; EUR 20,00 ; 07/05/2013 ; 592 p. ; Broché
  • Purgatoire des innocents [Texte imprimé] Karine Giebel
    de Giebel, Karine
    Pocket / Thrillers (Paris. 1998)
    ISBN : 9782266246248 ; EUR 8,10 ; 15/05/2014 ; 637 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Déçue

6 étoiles

Critique de Badzu (versailles, Inscrite le 6 novembre 2005, 43 ans) - 14 janvier 2019

Ce thriller n'est qu'une longue suite de séquestrations... des braqueurs qui séquestrent une femme, ensuite, pour pas spoiler, de nouvelles séquestrations... de femmes, d'enfants, d'hommes, tout le monde y passe. Et vas-y que "si tu fais pas ce que je veux je vais te faire ci" "ah tu me parles mal? prends ça!" etc etc, c'est sans fin. Des personnages bien campés, une écriture agréable et efficace mais au service d'une histoire hélas beaucoup trop longue et aux événements très répétitifs...
Je préfère Thilliez dans le genre.

Papa est là !

10 étoiles

Critique de Pierraf (Lyon, Inscrit le 14 août 2012, 61 ans) - 18 mars 2018

Un thriller extraordinaire !
Une ambiance terriblement angoissante, c'est l'horreur absolue (ça me rappelle l'atmosphère de "American psycho").
Des rebondissements en permanence, des personnages si sympathiques et si odieux.
Ce livre est un chef d’œuvre et Madame Giebel est la reine du thriller,
mais où va t-elle chercher toutes ces idées ignobles ?
Une fois le livre en main, impossible de le lâcher.

Hannibal Lecter peut aller se rhabiller !

7 étoiles

Critique de Ardeo (Flémalle, Inscrit le 29 juin 2012, 71 ans) - 16 avril 2017

C’est le premier roman de Karine Giebel que je lis et sans doute pas le dernier mais pas tout de suite ! En effet, si « Purgatoire des innocents » m’a plu, je dois ajouter que la somme des atrocités, tortures physiques et mentales, meurtres, scènes trash sont tellement nombreuses que pendant la lecture, je me suis trouvé parfois au bord de l’écœurement. Patrick est bien pire que le pauvre Hannibal Lecter. Son « raffinement » dans le Mal absolu est autrement plus performant que celui du pauvre Docteur cannibale. J’ai bien aimé la première partie où il est question de braquage et d’enlèvement, un peu moins la grosse partie centrale qui se passe « dans la maison de la Brenne » et j’ai trouvé la finale « accrochante ». Le style de Giebel concourt à l’intérêt de la lecture, il est très précis, alerte, prenant, attachant. La manière dont l’auteure présente les personnages, les évènements qui les font vivre et surtout les cauchemars qui les poursuivent est séduisante mais la répétition du même procédé pour décrire le mental de chacun des personnages principaux est redondante et lasse souvent pendant la lecture. Et quand elle passe en revue les unes après les autres toutes les tortures possibles et imaginables que l’homme -avec un petit « h »- a inventées depuis ou avant Sade, là, cela fait beaucoup trop. Ce qui est vraiment très mauvais pour moi dans ce bouquin, c’est cette référence au divin marquis qui va jusqu’à transcrire via la lecture par un des personnages de longs passages de son œuvre la plus connue, ridicule ! Cela n’apporte absolument rien au récit. Néanmoins, au total, « Purgatoire des innocents » est un roman intéressant et haletant par l’écriture et le sujet bien mené ! Si vous avez aimé Lecter et compagnie, ce livre est pour vous. Une dernière remarque concernant l’auteure : malgré les atrocités, il est difficilement compréhensible que dans le roman les hommes pleurent aussi souvent ! Pour moi, les hommes pleurent aussi mais pas si souvent que le dit Madame Giebel ! Et pas plus que les femmes ...

Noir de noir!

9 étoiles

Critique de Palmyre (, Inscrite le 15 avril 2004, 57 ans) - 2 novembre 2016

Ouh là, on est dans du lourd!! J'avais déjà trouvé "Meurtre pour rédemption" assez dur, mais alors celui-ci! On est dans l'horreur très rapidement et on n'en sort qu'aux dernières pages. Un seul petit bémol, je trouve que l'auteur s'est un peu inspirée d'une tristement célèbre affaire judiciaire belge...
Mais à part cela ce roman est addictif de bout en bout!

Dégradant et insupportable.

1 étoiles

Critique de Artiste (, Inscrite le 3 mai 2016, 58 ans) - 3 mai 2016

Conseillée par une vendeuse, me disant que c'était un thriller passionnant, j'ai acheté ce livre. je l'ai détesté!
Sensible, mais quand même habituée à faire la part des choses, dans les livres et les films, je trouve que ce roman se complait totalement dans des scènes de violence, perversité et torture insupportables.
Et même, on en sort dégradé, quel plaisir peut-on éprouver à lire le détail de toute cette imagination malsaine?
En tous cas, de quoi donner plein d'idées à ces tortionnaires en tous genres qui sévissent dans notre société.
Quelques scènes choc, dans un bon thriller apportent un plus, mais quand ce n'est que cela et presque rien d'autre...
Sensibles s'abstenir, mais aussi personnalités positives et relativement équilibrées...

Sévices gratuits

8 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 3 janvier 2016

Depuis mon premier Karine Giebel, j’adore l’univers de cette auteure. A chaque fois, elle fait mouche et arrive à me bluffer. Elle pousse toujours le lecteur dans ses derniers retranchements et ne met jamais de gants afin de préserver ses personnages. Je pourrais la définir comme une jusqu’au-boutiste du roman noir et c’est ce que j’apprécie dans sa littérature.

Dans ce nouvel opus, l’atmosphère oppressante, spécialité Giebel, est encore présente. On est très rapidement dans le feu de l’action. Le déroulement des événements ne pâtit d’aucun ralentissement et on est entraîné pied au plancher dans ce huis clos qui se resserre inexorablement. Les protagonistes sont comme d’habitude tous aussi imprévisibles les uns que les autres. La folie semble s’immiscer dans les moindres recoins et des surprises redonnent régulièrement du rythme au texte.
Tout était ainsi réuni pour faire de ce livre un nouveau joyau. Cependant Karine Giebel a peut-être poussé ce coup-ci le vice un peu trop loin. En effet, lorsque l’on connaît les faits d’arme de la dame, on sait qu’elle n’hésite jamais à utiliser la violence exacerbée pour happer le lecteur. Je ne suis pas contre un peu de sang et de maltraitance pour créer la tension, j’aime beaucoup ça en général. Assister à 100 pages de torture au centre du roman, c’est un plaisir coupable, mais 250 pages, ça devient lassant et particulièrement écœurant. Les supplices se répètent et dépassent de plus en plus de limites, jusqu’à l’indigestion. Cette longue partie m’a donc paru interminable et de ce fait inefficace. Heureusement que l’histoire reprend à un moment le dessus sur ce déferlement de sévices gratuits pour pouvoir clôturer l’aventure comme il se doit.

Une nouvelle fois sans aucun filtre, Karine Giebel a bien failli me laisser sur le bord de la route. Son écriture simple et efficace mise au service d’un scénario toujours bien huilé, m’a permis tout de même d’apprécier cette histoire addictive, sans pour autant la classer dans mes préférées. J’ai été pris par le suspense du début à la fin. J’espère juste qu’elle ne transformera pas ses qualités d’extrémisme en surenchères inutiles dans ses prochaines œuvres.

Dérangeant et choquant

10 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 46 ans) - 25 novembre 2015

Quelle claque ! Jamais il ne m'a été donné de lire un tel roman. Et pourtant quand on connaît l'univers de Karine Giebel, il faut s'attendre à passer des moments rudes et éprouvants. Mais là... que dire ou plutôt qu'écrire ?

Si l'enfer existe, alors il se trouve dans une ferme isolée de l'Indre où pense se réfugier une bande de malfrats auteurs d'un casse dans une bijouterie de la Place Vendôme à Paris. La prison s'avère bien plus attirante que ce lieu maudit où la folie et la torture ont élu domicile chez un fou furieux aux ressources et à l'intelligence insoupçonnées.

Le suspense est tout bonnement extraordinaire, et l'on suit cette histoire non seulement avec passion mais également avec appréhension tant l'avenir des personnages, auxquels l'on ne peut s'empêcher de s'attacher, ne tient qu'à un fil.
Percutant, choquant et autres superlatifs ne suffisent pas à décrire ce que l'on ressent à la lecture de ce roman.

Franchement les âmes sensibles devraient passer leur chemin tant le cauchemar se révèle innommable, effrayant et malsain. L'ambiance générale est glaçante, les horreurs perpétrées ne peuvent porter de noms, et lire ce roman ne peut que heurter n'importe quelle sensibilité. Aucun film ni aucun roman d'horreur ou du genre n'a jamais égalé cette œuvre en matière de destruction psychologique et de torture physique.

Très noir et très violent

8 étoiles

Critique de Chapitre31 (TOULOUSE, Inscrite le 18 août 2013, 49 ans) - 27 octobre 2015

Beaucoup de violence dans ce thriller ( scènes de tortures parfois insoutenables) , c'est mon second Giebel je crois, et son dernier roman : Satan était un ange est très différent.

Tout le monde bascule en enfer dans cette histoire que l'on a du mal à lâcher, un livre bien écrit.. j'ai aimé aussi lorsqu'elle revenait sur le passé des personnages.

A noter que Karine Giebel a obtenu plusieurs prix notamment pour Meurtres pour rédemption qui est considéré comme un chef d'œuvre du roman noir.

MONSTRUEUX

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 36 ans) - 25 juillet 2015

Je n'aurais jamais imaginé qu'un thriller (français ou d'autre nationalité) puisse aller aussi loin dans la violence, la noirceur, le glauque. Rien n'est épargné au lecteur, ce roman, c'est un peu comme le film "La Dernière Maison Sur La Gauche" de Wes Craven (pas vraiment pour l'histoire, encore que, mais pour le côté nihiliste et jusqu'auboutiste, sans répit, sans espoir). On ne cesse de se répéter 'ce n'est qu'un roman, ce n'est qu'un roman' tout du long, mais ça n'y fait rien : on en sort comme si on venait de se prendre une fusée dans la face.
Dur. Terriblement dur. Si votre idéal de polar est Mary Higgins Clark ou Elizabeth George, ne pas lire. Même les amateurs des thrillers de Chattam, Thilliez, Grangé et autres Sire Cédric (sans oublier les autres romans de Karine Giébel) devront faire gaffe, "Purgatoire Des Innocents" pète à la gueule de tout le monde, et ça fait mal.

Dernière chose : c'est un grand roman dans son genre, super bien écrit, passionnant et rempli d'un suspense douloureux. On n'arrive pas à le lâcher, tout en ayant du mal à encaisser sa noirceur qui, vraiment, est limite flippante (et on peut virer le 'limite' de ma phrase). MONSTRUEUX.

plus que dérangeant

8 étoiles

Critique de Seb (, Inscrit le 24 août 2010, 41 ans) - 2 août 2014

Après le très bon "juste une ombre" j'étais pressé de découvrir un autre roman de l'auteur pour voir si elle était capable de maintenir sa qualité d'écriture. Et bien il faut reconnaitre que même si on reste dans le thriller, le purgatoire des innocents est toujours aussi bien écrit. Le scénario est à retournement et la psychologie des personnages assez bien travaillée si ce n'est celui de Sandra. J'ai dévoré le roman en deux jours et les heures qui ont suivi l'épilogue laissent un goût amer. J'ai été moins emballé par contre par les scènes de torture, vraiment éprouvantes qui traînent en longueur et auraient mérité d'être raccourcies sans perdre l'intensité du roman.

L’arroseur arrosé …

8 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 46 ans) - 4 juin 2014

Punaise, ça se confirme Karine Giebel écrit vraiment des livres de malade …
Alors qu’en la voyant on pourrait lui donner le bon Dieu sans confession, cette nana nous concocte des romans qui vous dressent les cheveux sur la tête, qui vous retournent et vous laminent. C’est sans concession. Aucune.
Je ne vous parlerai pas de l’intrigue en elle-même, d’autres l’ont déjà très bien fait dans les précédentes critiques.
Mais sachez que dans Purgatoire des Innocents, Karine Giebel a créé un monstre qui pourrait faire passer les psychopathes les plus terribles pour des télétubbies …
Vous verrez quand vous aurez fait la connaissance de Patrick alias « Papa » …
Bon par contre, je trouve qu’on est vraiment dans la surenchère. On a parfois l’impression d’avoir le catalogue de toutes les tortures et sévices possibles et imaginables. La monstruosité n’a plus de limite et le malaise va en s’amplifiant.
Je préfère quand elle est plus sobre et plus psychologique. Sinon gare à l’écœurement …

bienvenue en enfer

9 étoiles

Critique de KAROLE (, Inscrite le 9 février 2010, 43 ans) - 23 septembre 2013

Un livre très violent où les personnages basculent en enfer,
une lutte pour survivre,on se demande jusqu’où l'horreur ira.
Très dur psychologiquement et éprouvant donc âme sensible s'abstenir.
Je suis encore plus perturbée en sachant que c'est une femme qui a écrit ce livre .
Karine Giebel est très forte et passionnante quelle imagination ....elle est géniale.

N'hésitez pas à dévorer ce roman il est excellent

Voyage au bout de l'horreur

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 16 août 2013

Raphaël Orgione est un braqueur; on pourrait dire un "bandit" avec ce que cela comporte de délits mais aussi d'un certain respect du code et de l'honneur.
Associé à son frère Will et à un étrange couple Fred et Christel, ils braquent une bijouterie. Mais cela tourne mal; coups de feu, deux morts et Will gravement blessé. C'est la fuite jusqu'au petit village de Mermaisan où, en pleine nuit, Raphaël décide d'appeler le vétérinaire pour sauver son frère.
Le vétérinaire qui arrive est une jolie jeune femme, Sandra. Les quelques jours de cohabitation imposés par la blessure de Will vont révéler une curieuse personne. Soumise et rebelle, capable de douceur comme de violence. Mais elle les prévient: "Partez avant que mon mari ne rentre!"

Et c'est ce qu'ils auraient dû faire. L'arrivée de Patrick va tous les faire plonger dans l'horreur absolue.

Quatrième livre de Karine Giébel que je lis, je suis toujours fascinée par la force de ses intrigues. Des romans très noirs, au suspense incroyable, terriblement bien construits, car même si l'on veut arrêter une lecture quelquefois insoutenable, on n'arrive pas à s'en détacher... ni à l'oublier.

Et c'est le reproche que je fais à ce roman; si la violence a toujours été présente dans ses livres, dans celui-ci, elle atteint un niveau insupportable et pas toujours nécessaire. Je pense que de nombreuses scènes n'apportent rien à l'histoire.
Il n'en reste pas moins que Madame Giébel est une maîtresse incontestable du thriller.

Personne n'en sortira indemne

8 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 43 ans) - 18 mai 2013

Purgatoire des innocents est certainement le thriller le plus noir qu'il m'a été donné de lire. J'avoue qu'à certains moments je me dépêchais de finir le chapitre tant la perversité qui se dégageait du texte me dérangeait et pourtant j'estime que je suis un lecteur "habitué" à ce genre de texte.Je le conseillerais donc à un public plus qu'averti.
Karine Giebel est la reine du Thriller Français, elle le mérite n'ayant pas de concurrence dans la justesse des descriptions du ressenti de ses personnages.
Petit résumé : un gros braquage qui tourne mal , les malfaiteurs trouvent refuge dans une ferme tenue par une vétérinaire mais lorsque le mari de celle-ci rentre , les rôles vont s'inverser
Dans ce livre croyez-moi qu'elle a crée un monstre comme on en voit rarement ....
Très sincèrement c'est du grand art MAIS j'avoue que de temps en temps la violence du récit m'a décontenancé.

Forums: Purgatoire des innocents

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Purgatoire des innocents".