Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig
( Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Leïa, le 19 juin 2002 (Montréal, Inscrite le 15 février 2001, 40 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 40 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (118ème position).
Visites : 11 754  (depuis Novembre 2007)

Vivement la passion

L'histoire se déroule dans une petite pension de la Riviera sur la Côte d'Azur au début du 20e siècle. Mme Henriette, une femme « comme il faut » délaisse tout ce qu'elle possède et s'enfuie avec un inconnu, un homme qu'elle ne connaît que depuis 48 heures. Tous sont d'accord pour porter « le » jugement disgracieux ultime à l'endroit de la dame. Une seule personne tente objectivement d’aller plus loin et de comprendre les motivations du geste de Mme Henriette, le narrateur. Ce geste inexpliqué touche beaucoup une dame agée de « bonne famille » et incitera cette dernière à révéler au narrateur comment vingt-quatre heures ont pu changer le cours de sa vie à elle. Ce livre est vraiment bien écrit. Le rythme est excellent, commençant lentement et laissant défiler le mouvement peu à peu pour se déchaîner en une passion agréable. Passion du cœur, de l'inconnu, du jeu, ce petit livre du début du 20e siècle traite de sujets inépuisables qui sont toujours d’actualité un siècle plus tard. J'ai beaucoup aimé ce roman.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Daté?

5 étoiles

Critique de Falgo (Lauris, Inscrit(e) le 30 mai 2008, 78 ans) - 12 avril 2016

Relisant ce livre après des années, je me sens plus proche de la critique de Bérénice que des autres, plus louangeuses. La construction du récit avec ses larmoiements, ses hésitations, ses retours en arrière m'a paru terriblement datée. Et comme le dit bien Bérénice, le récit lui-même, malgré ses raffinements psychologiques et sa perfection stylistique, est d'une effrayante banalité. Depuis cette époque, et même avant, la littérature nous a tant produit de récits de tous ordres sur le même thème que celui-ci s'affadit par comparaison. Cette relecture est donc une grande déception et je n'ai plus souvenir de l'impression que m'a procurée la première.

Du Zweig sans surprise

7 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 41 ans) - 8 février 2015

On retrouve les qualités d'écriture et de psychologie de Zweig dans cette nouvelle dont le sujet pique la curiosité : comment une femme peut-elle tout quitter en 24h pour un parfait inconnu?
J'ai beaucoup apprécié le cadre de cette société aristocratique et bourgeoise de la fin 19ème début 20ème. Le sujet est accrocheur mais le dénouement trop prévisible à mon goût.

Prenant...

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 13 mai 2014

Une belle histoire forte et touchante entre deux êtres touchés par deux passions qui se croisent et finalement s'opposent. Le seul moment où ils arrivent vraiment à communi(qu)er dans un instant de grâce (l'excursion) c'est quand chacun d'eux oublie sa passion (sa passion amoureuse pour l'une et sa passion du jeu pour l'autre). Grâce à son style précis et concentré (Ah l'histoire des mains...), S. ZWEIG parvient à nous captiver pour cette histoire dont le résumé laconique pourrait paraître si banal.
La mise en perspective "poupée russe" de l'histoire centrale racontée dans le cadre d'une autre histoire un peu similaire à laquelle viennent d'assister les 2 principaux personnages de la nouvelle crée un effet kaléidoscopique qui vient renforcer l'effet de vertige procuré par cette affaire de passions.
Un chef d'oeuvre.

Un classique à découvrir

6 étoiles

Critique de Lolita (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 31 ans) - 30 mars 2014

Un récit très court, au style fluide et lumineux, qui a constitué un véritable plaisir de lecture.

Ce roman (ou nouvelle ?) traite de la passion, celle qui dévore tout sur son passage. Une écriture saisissante et une fine analyse psychologique s'unissent pour nous embarquer dans deux récits imbriqués l'un dans l'autre.

La nature profonde de l'être humain est particulièrement bien traitée, et l'on retrouve le thème de prédilection cher à S. Zweig qui est la folie.

La confession de la vieille dame est tout simplement emplie de dignité et de pudeur. Quant à la description magistrale des mains du joueur, elle est tout à la fois fabuleuse et angoissante.

Les mots choisis avec soin font de cette oeuvre une lecture courte mais efficace. Dommage que tout s'accélère principalement vers la fin, le début m'a semblé un peu plus longuet.

D'aucuns pourraient reprocher que les rouages de l'histoire reposent essentiellement sur une austérité morale et des conventions de l'époque qui ne sont plus de mise aujourd'hui. Qu'importe, pour ma part, le récit est cohérent, et l'oeuvre mérite clairement d'être découverte ou redécouverte.

Violence et cruauté d'une passion éphémère

9 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 15 janvier 2014

Une bien belle histoire que cette nouvelle de Zweig. J’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans « La Confusion des sentiments », cette façon si particulière qu’a l’auteur de décrire avec talent et simplicité les soubresauts de l’âme tels que la passion, la douleur, l’angoisse … Doté d’un don d’observation unique, conjugué à la sensibilité qui le caractérise, il parvient à faire vibrer le lecteur à l’unisson des émotions de ses personnages. Ce qui est intéressant ici, c’est que la vieille dame racontant au narrateur sa liaison avec un jeune homme qu’elle avait rencontré dans un casino il y a de nombreuses années, explique comment elle a d’abord été subjuguée par ses mains. La manière dont est décrite cette espèce de danse à laquelle se livrent les mains fiévreuses du jeune homme en train de miser son argent, comme si celles-ci étaient des êtres vivants totalement autonomes, est proprement stupéfiante.

Cette nouvelle en mode enchâssé fut un très bon moment de lecture pour moi, malgré le format court qui, ajouté à la fluidité du récit, m’a laissé un (tout petit) peu sur ma faim. Mais l’histoire de cette dame, qui a gardé un silence un peu honteux sur sa brève pseudo-aventure pendant de longues années, avant de la raconter au narrateur principal pour enfin soulager son âme, est si triste qu’elle ne pourra que toucher tout lecteur un peu sensible… Au-delà de l’aspect romanesque, qui s’efface bien vite devant la réalité la plus triviale, l’auteur évoque aussi l’hypocrisie des conventions sociales qui prévalaient dans les milieux bourgeois de l’époque, véritables étouffoirs des passions amoureuses.

A noter que les dernières pages du livre (du moins la version « Livre de poche ») sont consacrées à la biographie de l’auteur, ce qui m’a permis de vérifier que la bande dessinée « Les derniers jours de Stefan Zweig », que je recommande vivement au passage, s’est efforcée de coller au maximum à la réalité des faits.

A lire, a écouter

9 étoiles

Critique de Junos2005 (, Inscrite le 12 mars 2013, 27 ans) - 14 janvier 2014

Dans un but d'accroissement toujours constant de découverte littéraire, je me mets peu à peu au livre audio. Celui-ci est mon premier et je ne suis pas déçue.
L'intrigue est magnifique avec l'aveu, ou du moins l'épanchement, de cette vieille femme qui nous bouleverse tant l'aventure la bouleverse après tant d'années. Comme toujours Zweig se révèle maître ès psychologie et particulièrement psychologie féminine! Le narrateur n'en est pas moins un personnage très travaillé et appréciable.
Zweig a une capacité de narration extraordinaire et un talent extraordinaire. J'ai particulièrement apprécié sa description du réveil de la femme au côté de son jeune inconnu; sujet vivace et atemporel qui n'a jamais été si bien abordé (ou simplement jamais abordé). La panique et la fuite du matin, sujet que ce séducteur d'écrivain semble bien connaître.
Bref un chef d’œuvre égal à ses autres chefs d’œuvre qui est merveilleusement mis en avant par les qualités de Marie Christine Barrault. Sa voix douce et expressive parvient à retranscrire chaque mouvement d'âme de l’héroïne et à nous envoûter!

Rencontre amoureuse

8 étoiles

Critique de Caro des bois (, Inscrite le 27 février 2010, 7 ans) - 4 mai 2013

C'est un livre que j'ai eu plaisir à lire quand j'avais 20 ans, et que j'ai relu avec le même plaisir 20 ans plus tard... Bien sûr, avec mes yeux de femme... ce récit reste pour moi une très jolie chronique d'une rencontre amoureuse, sans jugement.

Très bien écrit

8 étoiles

Critique de Vigneric (, Inscrit le 26 janvier 2009, 48 ans) - 8 avril 2013

J'ai lu ce livre juste après "Lettre d'une inconnue" et j'y ai trouvé le même plaisir ; c'est peut-être un peu moins bon, mais pratiquement du même niveau.
Ce que j'aime énormément chez cet auteur, c'est son écriture unique : Il est capable de nous faire entrer immédiatement dans ses histoires, écrites de façon quasiment autobiographique.
On a du mal à croire que ce qu'il raconte n'a pas été vécu.
L'autre point fort, c'est d'écrire des livres aussi forts alors qu'ils sont très courts.

Je conseille vraiment cette lecture, et pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, enchaînez avec "Lettre d'une inconnue".

Une très belle écriture

8 étoiles

Critique de Gregou (, Inscrit le 20 février 2013, 31 ans) - 26 mars 2013

Stefan Zweig nous narre les réminiscences d'une vieille femme qui a vécu les vingt-quatre heures les plus passionnées et puissantes de sa vie à Monte-Carlo dans un casino. Elle rencontre un magnifique jeune homme aux très belles mains qui a une addiction au. Il se détruit, se ruine. Stefan Zweig manie les mots avec élégance, son style d'écriture est très agréable. Ce ne sera pas mon dernier Zweig, c'est certain. Que faut-il retenir de cette passion très éphémère pour un homme qu'elle ne connaît à peine. Le mystère du coup de foudre?

Une pépite littéraire

10 étoiles

Critique de Hamilcar (PARIS, Inscrit le 1 septembre 2010, 62 ans) - 23 septembre 2012

Très sincèrement, je place les vingt quatre heures de la vie d'une femme dans l'incontournable, dans la liste de ceux qu'il faut absolument lire avant de partir, dans le registre de l'inoubliable, et promis, si je dérive vers une île déserte, j'aurais celui là dans ma mallette de survie. Stefan Sweig n'a jamais été avare de son talent, mais là, j'avoue qu'il m'a littéralement envoûté. La scène des mains sur le tapis de jeu est un régal. Et l'humain transpire à chaque page. De l'émotion. De la grande littérature.

Zweig: un fin psychologue

10 étoiles

Critique de Kian996 (, Inscrit le 30 juin 2012, 21 ans) - 12 juillet 2012

Dans ce roman assez court, Stefan Zweig arrive à retranscrire les sentiments d'une vieille femme qui se confie à un homme. Le roman bien qu'il soit court est intense: on découvre les plus profonds sentiments de cette femme et on en explore l'âme. Les descriptions sont poignantes: description de mains passionnées, de visages, de sentiments. Ce roman montre que vingt-quatre heures suffisent pour changer une vie pour toujours. Elle découvre dans un casino un joueur ivre de jeu qui ne peut vivre sans jouer et tente de le réconcilier avec le bonheur de la vie et les choses qui s'y trouvent.
Ce texte du grand auteur autrichien est fluide et bouleversant, on en sort perplexe et il pousse à réfléchir sur la question: Jusqu'où la passion peut-elle aller? Un livre exceptionnel et rares sont les auteurs qui arrivent à fouiller aussi profondément dans la psychologie des personnages...

Une demi-déception

6 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 36 ans) - 20 mars 2012

J'attendais beaucoup de cette nouvelle et à vrai dire je suis resté sur ma faim! L'intrigue a du mal à démarrer et quelques pages sont superflues, le comble pour une nouvelle déjà pas très longue! S'y ajoutent le style un peu ampoulé de S. Zweig et des descriptions un peu longues qui rajoutent à cette impression de lenteur et ralentissent inutilement l'histoire!
Reste quand même la force des sentiments bien retranscrite de ces 24 heures qui ont changé la vie de cette femme!
Néanmoins je m'attendais à autre chose, à une passion plus dévorante, et à la fin du livre j'ai envie de dire : tout ça pour ça?

Coup de foudre avec Zweig

9 étoiles

Critique de Sandie06 (, Inscrite le 20 mars 2012, 38 ans) - 20 mars 2012

Mon premier roman de Zweig... et je suis tombée amoureuse du style. Outre la psychologie des personnages particulièrement bien étudiée, le choix des mots est capital dans les descriptions de Stefan Zweig : le joueur compulsif est en premier lieu décrit à travers ses mains. Elles s'animent, retombent déçues et presque inanimées, ont un sursaut de vie.. Un personnage à elles seules ! La passion dépassant toutes les convenances sociales est également parfaitement bien abordée. On oublie les étiquettes pour ne vivre qu'à travers l'amour. Cet amour même que la première femme du roman, celle qui s'enfuit avec un autre homme, a la chance de connaître.

Pudique et sensible

8 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 21 janvier 2012

Un hôtel, un groupe d’estivants venus d’horizons divers, un fait divers qui vient rompre la routine sereine de leur séjour. Et les langues se délient, les souvenirs reviennent.
C’est un récit fin, sensible, d’une profondeur et d’une justesse psychologique extraordinaire, comme toujours avec Zweig. Et cette exploration des passions est servie par une langue simple et pure mais profondément évocatrice.

Aveu

9 étoiles

Critique de JEyre (Paris, Inscrite le 17 juillet 2010, 36 ans) - 22 octobre 2011

J'avoue avoir eu au début un regard rieur sur cette femme dont la caste et l'époque poussent à des convenances qui peuvent sembler désuettes aujourd'hui. Et l'aveu, qui est le sujet même de la nouvelle, repose sur ces convenances et la culpabilité qu'elles peuvent engendrer lorsqu'il s'agit de passion, de mouvements de l'âme, de choses finalement bien naturelles.
Cependant l'écriture si sensible, si belle, l'empathie de l'auteur à l'égard de cette femme, la délicatesse des images, des mots, des sentiments, ont eu raison du temps et des moeurs. C'est un véritable petit bijou que cette nouvelle, tant sur le fond que la forme. Proche d'une certaine perfection.

Court mais excellent !

8 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 42 ans) - 27 juillet 2011

Pas besoin d'en dire beaucoup pour exprimer combien j'ai apprécié en son temps ce livre. L'écriture de l'auteur est vraiment comme toujours à la hauteur et tient son lecteur en haleine. En un mot c'est captivant, je n'ai pas lâché ce roman avant de l'avoir fini !

Vingt-quatre heures pour toute une vie!

10 étoiles

Critique de Pieronnelle (un petit hameau quelque part, Inscrite le 7 mai 2010, 69 ans) - 26 juillet 2011

Ce roman/nouvelle, forme que personnellement j’aime beaucoup, arrive à nous transporter dans l’univers incroyable de la passion et de la désillusion. Mais ici, la passion l’emporte à coup sûr ! Ces vingt-quatre heures, petit vent dévastateur et tellement riche en émotions et sensations, laisse le lecteur un peu pantois face au récit de cette dame âgée, dont les souvenirs d’une aventure vécue intensément perdurent encore après des dizaines d’années. Ici, c’est l’écriture qui fait tout ! La description des mains du joueur est un pur joyau ! Arriver à faire « parler » de cette façon des mains est fascinant. On comprend pourquoi, cette dame, si convenable, encore endeuillée, se laisse emporter par cette fascination. Et il s’agit bien d’une passion amoureuse même si la démarche initiale de compassion, qui pourrait paraître complètement irréaliste à première vue, s’articule pourtant comme une évidence. Stefan Zweig arrive à entrer dans la psychologie féminine avec beaucoup de subtilité et de force au point que les hommes du roman restent dans l’ombre, même s’ils ont tous deux été déclencheurs ; le premier, de cette confession (peut-être bien Zweig ?), qui reste néanmoins impressionné par cette histoire sortant des convenances ; et le second, de cette passion en héros romantique …Quel magnifique écrivain !

Une femme en perdition

9 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 35 ans) - 5 juillet 2011

Une fine analyse de la passion amoureuse chez une femme "mûre". Zweig parvient à retranscrire le cheminement d'une frénésie des sentiments avec délicatesse et justesse.
Comment une femme respectable et discrète parvient à s'abandonner à un parfait inconnu, à l'aimer de toute sa chair et de tout de son cœur, jusqu'à être prête à abandonner sa famille, sa réputation, ses relations.
Un grand Zweig qui nous entraine dans les tréfonds de l'âme d'une bonne lady anglaise avec son écriture élégante et grâcieuse.
Un grand moment de littérature contenu dans cette courte et fantastique nouvelle.

Une histoire touchante!

9 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 32 ans) - 26 juin 2011

C'est le troisième livre que je lis de cet auteur et je suis toujours autant charmée. Cette histoire m'a beaucoup plu et j'ai adoré la narration. Je me suis retrouvée transportée dans un monde plein d'amour et de passion. Stefan Zweig a l'art de décrire les sentiments qui fait qu'on a l'impression de les ressentir soi-même.

Je ne peux que conseiller ce bouquin car il est magnifique. J'aime beaucoup cet auteur.

Un Stefan Zweig, tout court !!

10 étoiles

Critique de Farfalla (Tunis, Inscrite le 22 avril 2011, 26 ans) - 25 juin 2011

Ton incroyablement enjoué …style unique lui appartenant … Il me semble être passionné de « grandes amoureuses » pour reprendre sa propre expression … histoire vieille comme je n’aime pas que les histoires soient !!! Pourtant, quelque chose me retient et m’accroche aux lignes ! Même le sur-détail qu’il ne cesse de fournir m’attire autant qu’il me repousse ! Du détail mais jamais du superflu !
Et puis ses longues illustrations bien étayées d’exemples … me rappellent mon propre acharnement par moments sur la finalité d’éclaircir, de faire comprendre mais surtout de faire vivre, à tout prix 
Et puis j’ai un certain souvenir, une certaine familiarité avec ce genre d’histoire de vie qu’on me répète et que de vraies gens m’ont aimablement mais foudroiement racontées … c’est particulièrement touchant comme expérience …
Tout comme en lisant Lettre d’une Inconnue du même auteur, je me trouve profondément saisie par cette lecture … par le recours de Zweig à des personnages parfaitement exceptionnels… ; des exceptions témoignant du talent génial et magistral d’un auteur qui a toujours su créer des personnages si lointains et pourtant si près de chacun de nous … les humbles personnages des livres dans le lointain, nos propres personnages complexes tout près …
Et puis cette lecture a pu me confirmer que dans ce monde, la « perfection » que je cherche existe !!
Entre le titre qui m’a décidément accrochée et le sens qu’ont pris les mots qui composent la vraie œuvre, il y a un fossé !agréable !subjuguant !

Passions foudroyantes!

10 étoiles

Critique de LaCritiqueuse (, Inscrite le 14 avril 2011, 29 ans) - 5 juin 2011

Une réflexion sur les pulsions qu’engendre la passion et ses répercutions foudroyantes. Magnifique ! Superbe ! Déroutant de justesse et de finesse.

J’ai adoré, j’en reste muette !

Ce petit extrait m’a marqué :
« Toute souffrance est lâche : elle recule devant la puissance du vouloir-vivre qui est ancré plus fortement dans notre chair que toute la passion de la mort ne l’est dans notre esprit. »

Belle humanité...

7 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 38 ans) - 27 avril 2011

L'histoire de cette petite nouvelle retranscrit extrêmement bien les vices et les tentations auxquels un homme ou une femme peut être confronté tout au long de sa vie.
En un court récit, S Zweig arrive à faire ressortir les différentes facettes de l'humain. Son écriture fluide et complexe à la fois, reste son plus bel atout.

Féministe

7 étoiles

Critique de Maufrigneuse (Saulieu, Bourgogne, Inscrit le 1 novembre 2010, 28 ans) - 29 décembre 2010

L'histoire se déroule dans une ambiance particulièrement bien mise en place. L'univers du jeu et de la haute société de l'époque nous absorbe tout de suite.

Le récit émouvant de la personnage principale apparaît comme un plaidoyer féministe après la discussion violente des premières pages du livre. Dans la société phallocratique du début du XXe siècle, prendre ainsi la défense de femmes qui osent rejeter les principes d'une morale aliénatrice pour vivre pleinement est un acte politique fort.

Ce roman court, qui n'a donc ni la concision d'une nouvelle ni l'ampleur d'un roman, est à la fois touchant et engagé.

3,5 étoiles!

7 étoiles

Critique de Js75 (, Inscrit le 14 septembre 2009, 34 ans) - 31 août 2010

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme est un livre écrit par Stefan Zweig.Le style de l'auteur,d'un bon niveau,est classique,fluide.L'intrigue est concise,prenante.Les personnages sont fouillés psychologiquement(avec les thèmes de la passion et de l'obsession).Un bon livre,très agréable à lire,tragique,d'une grande profondeur psychologique.

Petite lecture très agréable

9 étoiles

Critique de Leroymarko (Toronto, Inscrit le 19 septembre 2008, 44 ans) - 22 août 2010

Au début du siècle dernier, dans une pension de famille sur la Côte d'Azur, les visiteurs discutent avec véhémence de cette femme qui a pris la poudre d'escampette, durant la nuit, avec un homme qu'elle ne connaissait que depuis quelques heures. C'est sur elle que l'on jette l'oppropre de cette folle décision. Pourtant, une dame plus âgée confie au narrateur avoir vécu une aventure semblable il y a bien des années. Ce sont les 24 heures qui ont changé la vie de cette femme qui nous sont ici racontés avec brio par Zweig. Économe côté mots et pages, l'auteur n'en réussit pas moins à nous charmer par son style d'écriture. Chemin faisant, il jette un regard perçant sur la passion et sur le jeu, sur les risques et périls qui y sont associés. À lire!

Je ne regrette pas cette petite lecture...

10 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans) - 15 avril 2010

Stefan Zweig est un écrivain que l’on considère aujourd’hui comme un des maîtres de la nouvelle longue. En moins de pages que pour un roman classique il plante des personnages, décrit une scène d’action et nous raconte une grande histoire, voir deux ou trois car il est le roi des récits imbriqués…

Quand la bonne société voit une femme partir au bras d’un amant en laissant tout tomber sur son chemin, quand les mauvaises langues commencent à se délier et porter des jugements abrupts et quand on sent que le drame n’est pas très loin… Stefan Zweig commence le véritable récit de la vie de cette femme, plus exactement les fameuses vingt-quatre heures qui l’ont transformée, qui lui permettent de voir le départ de madame Henriette avec d’autres yeux que ceux qui se contentent des apparences…

Ce récit est d’une force incroyable car il permet de voir une femme tomber sous la fascination intégrale d’un homme. Cet homme est aussi un grand «fasciné», il est joueur au casino et l’histoire se passe à Monte-Carlo.

Les pages décrivant le joueur en train de perdre sont étonnantes de force et vérité. Je sais d’autant plus de quoi il s’agit que depuis plus d’un an je passe quelques heures par semaine à écouter des joueurs en difficulté. Stefan Zweig frappe si juste qu’il a du jouer ou avoir un de ses proches joueur…

Mais le plus fort est dans les pages qui suivent, quand la femme devient le Saint Bernard du joueur, puis l’obstacle au jeu, quand elle aime au point de se détruire, quand elle est comme convalescente pour retrouver un sens à sa vie… Vingt-quatre heures à Monte-Carlo ont failli l’emporter dans le néant et elle n’en est pas revenue indemne. Par contre, son cœur qui a souffert s’est ouvert et elle est plus à même de comprendre les autres. Ce n’est pas de l’empathie ni de la charité, non seulement une expérience qui lui donne la capacité à comprendre, de façon neutre sans justifier, pardonner ou condamner…

Une magnifique nouvelle que je ne peux que conseiller à tous ceux qui ne l’auraient pas encore lue, ou qui auraient envie de profiter de l’ouverture et la légalisation des jeux d’argent sur Internet pour connaître le grand frisson…

En lisant ces « Vingt-quatre heures de la vie d’une femme » j’ai compris pourquoi un des intervenants de ma formation en addictologie comportementale tenait à ce que nous l’ayons dans notre bibliothèque, dans notre culture, dans notre tête… Comme «Le joueur d’échec» du même auteur, «La dame de Pique» de Pouchkine ou «Le joueur» de Dostoïevski, la littérature en dit beaucoup plus que les essais les plus savants car elle ne théorise pas, elle fait partager l’expérience, la vie, les passions…

Une passion foudroyante

8 étoiles

Critique de Clara33 (, Inscrite le 29 septembre 2008, 70 ans) - 2 mars 2010

Dans le cadre suranné d'une pension de famille de la Riviera, au début du xxème siècle, une femme va se livrer auprès du narrateur à une étrange confession. Elle raconte sa rencontre quelques 20 ans plus tôt, avec un jeune homme dans un casino de Monte-Carlo. Il n'y a rien de commun entre cette femme, déjà vieillissante, pour l'époque, et ce joueur invétéré qui parie jusqu'à sa dernière pièce d'or. Pourtant Mme C. ressent chez ce jeune homme une fébrilité, une détresse qui l'attirent. Elle s'attarde longuement sur le jeu de mains du joueur et cette description est inoubliable pour le lecteur .
Stephan Zweig décrit une double passion: la passion amoureuse et la passion du jeu. Il analyse avec beaucoup de sensibilité les états d'âme d'une femme qui va vivre en quelques heures tous les tourments d'une passion foudroyante. Il y aura peu de place pour le bonheur dans ces quelques heures mais elles seront d'une telle intensité qu'elles la marqueront pour toujours: "je voudrais vous raconter un seul jour de ma vie, le reste me semble sans importance".
Stephan Zweig s'attarde aussi sur les conséquences de la passion amoureuse: ces vingt quatre heures ont laissé chez Mme C. le goût amer de la culpabilité et de la honte. Cette longue confession va alléger le poids de ses remords et agir un peu comme une psychothérapie .
Stephan Zweig trace ainsi le portrait d'une femme de la haute société de l'époque. Veuve, elle promène une sorte d'ennui de villégiature en villégiature. Son désoeuvrement la prédisposait à ce genre d'aventure. Sa sensibilité la protège pourtant et nous la fait apparaître comme une femme touchante.

Mon deuxième Zweig

8 étoiles

Critique de Tommyvercetti (Clermont-Ferrand, Inscrit le 18 décembre 2006, 29 ans) - 20 décembre 2009

Magnifique... Le thème abordé de la passion qui défie toute raison est ici, sans être caricaturé, superbement romancé. D'une part, la passion de cet homme pour le jeu, qui détruit toute sa vie, et qui montre le côté noir, affreux, d'une passion qui n'écoute rien d'autre qu'elle-même, et d'autre part la passion de cette femme qui est tombée amoureuse d'une part de cet homme, de sa faculté à exprimer ses émotions, et qui à partir de là est elle aussi devenue aveugle à toute raison.
Et comme la passion, dans le sentiment fusionnel qu'elle fait naître, provoque aussi les sentiments les plus destructeurs en retour... La colère, la haine, le désespoir...

Étrangement, j'ai lu ce livre peu après avoir discuté, à la suite d'un cours, de la moralité et de ce qui se passe dans la tête des gens qui comme ça, au milieu de leur vie, quittent tout ce qu'ils ont, famille, enfants, boulot, pour partir vivre leur vie, et qu'on ne revoit jamais. Je pense que ça se rejoint directement. L'endormissement des sentiments que provoque une vie trop réglée et trop froide de passions rend la personne extrêmement sensible au moindre sursaut de Vie qu'il peut apercevoir. Et si quelque chose attire son regard, une personne, une pensée, un désir si fort... Alors il peut tout quitter et mourir pour sa passion, car à quoi bon vivre si l'on ne vit pas ?

Excellent...

9 étoiles

Critique de Baader bonnot (Montpellier, Inscrit le 11 janvier 2008, 34 ans) - 20 février 2008

Zweig aurait pu écrire sur tout et n'importe quoi tellement son style est fluide, prenant et novateur. Dans cette nouvelle, il retrace 24 heures de la vie d'une femme en compagnie d'un inconnu à qui elle décide de venir en aide dans un premier temps. Cet inconnu est malade, il a la passion du "Jeu" et ne peut s'empêcher de dilapider son argent dès qu'il en possède un peu. Il interprète mal l'aide de la femme et un quiproquo s'installe entre les deux acolytes. Des passages sont merveilleusement décrits, comme celui où ils se retrouvent à l'hôtel dans la même chambre sans se connaître. A lire absolument!!

Des choix Cornéliens

9 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 45 ans) - 21 mars 2007

Nous sommes au début du siècle dans une pension de famille de la côte d'Azur. Mme Henriette disparait brutalement et laisse son mari désespéré; on apprend le lendemain que sa femme s'est enfuie avec un jeune Français arrivé deux jours plutôt et qui s'était accordé les faveurs de tout ce beau monde par sa sympathie et son savoir-vivre.
Le narrateur qui faisait partie de l'assemblée est le seul à ne pas accabler Mme Henriette et à chercher à lui trouver quelque excuse.
Mrs C., une vieille anglaise de la pension va alors décider de s'entretenir avec le narrateur afin de lui expliquer le grand secret de sa vie, ou plutôt de vingt-quatre heures de sa vie qui ont bouleversé ses opinions et ses préjugés sur l'amour, la passion et l'abandon à un homme.

Ce livre de Zweig est un très bon moment à passer; il nous mène sur les chemins périlleux de la folie amoureuse et nous éclaire sur les risques de l'abandon. La passion n'est pas toujours réciproque et peut mener à l'abîme mais vingt-quatre heures d'un bonheur sans limite ne valent-elles pas plus qu'une longue vie d'ennui ? C'est la question posée ici et le final de ce petit roman semble tenter de répondre à la difficulté très cornélienne de ce choix.

passion

8 étoiles

Critique de Marion1209 (Mandelieu, Inscrite le 6 mai 2005, 32 ans) - 6 mai 2005

personnellement j'ai découvert ce livre par un cours sur la passion. en effet on peut observer chez l'héroïne une passion débordante pour les choses simples de la vie.
un moment agréable à passer!!

Quel romantisme !

10 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 4 mai 2005

Je suis assez fleur bleue et prie de m'excuser ceux que cela énerve.

Il s'agit là d'une de mes oeuvres préférées. Je ne pense pas que je serais capable d'une telle abnégation, ce qui me renvoie à mes propres lâchetés.

C'est une nouvelle sur la beauté que peuvent avoir les pulsions instinctives, avec ce qu'elles peuvent avoir de dangereux et de poignant. Cela fait réfléchir également sur l'intérêt de saisir les opportunités qui s'offrent à vous et sur la complexité des passions humaines.

J'ai trouvé cette oeuvre enchanteresse.

zweig contre dostoïevski????!!!!!!!

8 étoiles

Critique de Machoo (, Inscrite le 28 novembre 2004, 26 ans) - 28 novembre 2004

je voudrais faire passer un coup de gueule rapport à "l'ennui" de bérénice. tout d'abord, comment peut-on comparer zweig à dostoïevski? peut-être que le sujet des deux livres mentionnés est (à peu de choses près) le même, mais tout y est différent! le style, l'environnement des personnages, et quand on connait l'histoire de chaque auteur, on se rend bien compte à quel point c'est différent!
non mais!

L'ennui de "Bérénice"

8 étoiles

Critique de Jules 2 (, Inscrit le 11 mai 2004, 73 ans) - 8 juin 2004

Peut-être est-il surtout provoqué par le style des deux auteurs évoqués. Si, à mes yeux, Zweig écrit mieux que Dostoïevski (que je préfère par ailleurs), il est tout aussi évident qu'il travaille bien plus en souplesse et finesse. Dostoïevski est comme un torrent qui emporte tout avec lui. Zweig peut alors paraître un rien plus fade, tout en étant excellent en soi. Par ailleurs, "Le joueur" n'est certainement pas mon roman préféré de Dostoïevski, car on n'y retrouve pas ses éclairs soudains de génie ! La passion oui, mais moins les idées. Je mets 4 étoiles à Zweig mais je n'en mettrais pas autant au "Joueur" par rapport aux autres livres de l'auteur.

Ennui passioné

4 étoiles

Critique de Bérénice (Paris, Inscrite le 18 mai 2004, 31 ans) - 8 juin 2004

Après avoir lu Le Joueur de Dostoïevski, j'ai trouvé les "24 heures" bien décevantes. Par rapport à Dostoïevski, c'est fade et lent. Peut-être suis-je passée à côté de ce livre : mais ni l'histoire d'amour, ni la passion du jeu, ni la tentation de tout quitter ne m'ont apparu. Je n'ai pas perçu leur profondeur. Les enjeux me paraissaient anodins. Je ne me suis pas sentie concernée et j'ai trouvé l'héroïne tout à fait facile à oublier. J'ai fini le livre par devoir plus que par envie. Seule l'écriture est appréciable. Et quelques belles images qui me sont restées. Mais c'est bien en-dessous des autres Zweig.

Bravo !

10 étoiles

Critique de Isabel (, Inscrite le 31 mai 2004, 58 ans) - 1 juin 2004

C'est le premier livre de Stephan Zweig que je lis. Quel bonheur de lire un livre aussi bien écrit ! Je l'ai littéralement dévoré !.. Cette histoire passionnante, en plus du plaisir qu'elle apporte, nous aide aussi à oublier une fois pour toutes "les feux mals éteints" que certains d'entre nous se traînent plus ou moins à un moment de leur vie.. Beaucoup d'intelligence et de délicatesse. Bravo !

La rage!

8 étoiles

Critique de Sorcius (Bruxelles, Inscrite le 16 novembre 2000, 47 ans) - 24 janvier 2004

Une histoire simple et tragique. Comment une femme peut renoncer à tout: enfants, famille, honneur, réputation, pour une passion soudaine.
Et puis une autre passion, celle du jeu. Plus qu'une passion, une drogue. Au même titre que l'alcool ou les drogues dures. Une malédiction qui vous emporte malgré vous, une folie furieuse qui vous entraîne et vous noie. Vous ne pouvez rien contre elle et, malgré toute la volonté du monde, elle vous mène à votre perte.
C'est terrible. Une femme vieillissante (enfin, pour l'époque!) rencontre un jeune homme, s'éprend de lui presque malgré elle et tente, vainement, de le sauver de cette passion mortelle qu'est le jeu.
On a la rage, la rage contre ce jeune homme qui ne parvient pas à se défaire de son envie de jouer, la rage contre cette femme qui aurait mieux fait de ne pas le quitter des yeux, la rage enfin et surtout contre la dépendance, au jeu ici, mais aussi en général, et contre le monde qui nous rend dépendant, encore et encore et toujours plus.

24 heures pour se justifier

8 étoiles

Critique de Ondatra (Tours, Inscrite le 8 juillet 2002, 36 ans) - 31 janvier 2003

Comment expliquer que 24 heures ont suffi à cette femme pour partir avec un inconnu en abandonnant sa famille ? Alors, une femme qui a connu la même passion 20 ans plus tôt pour un jeune homme pris par la passion du jeu va expliquer l'acte de cette femme... Mais la passion justifie t elle tout ? A lire, mais comme dans le joueur d'échecs, on doit faire face à des êtres passionnés et dévorés par leurs passions.

Passion du jeu, passion amoureuse

9 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 17 juillet 2002

Un livre (ou une nouvelle) qu'on lit avec la même avidité que celle dont font preuve les deux protagonistes de l'histoire; la dame de bonne famille, qui succombe à une passion amoureuse telle qu'elle en oublie tout et le jeune homme, un joueur pris par le démon du jeu. La description des troubles et tourments causés par ces deux passions est fantastique. Un livre à lire.

Forums: Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Vingt-quatre heures de la vie d'une femme".