Vacances anglaises de Joseph Connolly

Vacances anglaises de Joseph Connolly
( Summer things)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Leïa, le 7 juin 2002 (Montréal, Inscrite le 15 février 2001, 42 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 12 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (33 879ème position).
Discussion(s) : 2 (Voir »)
Visites : 4 026  (depuis Novembre 2007)

Hilarant !!!

Quelles vacances! Vacances anglaises est un livre que je peux considérer comme « pathétique » dû à la déchéance de ses personnages. C’est vraiment un roman sublime qui nous fait rire du début à la fin tant les personnages sont au sommet du cliché et même du ridicule. Dans ce livre, on part en vacances avec Elizabeth, Dotty, Katie, Norman, Lulu & son John, Miles, etc. Chaque personnage est à la hauteur de l’histoire qui y est rattaché en ce sens où l’on découvre la face cachée de tout un chacun au fil des pages. Evidemment, plusieurs ne se connaissent pas au début du livre et tous finissent unis par quelconque lien à la fin du roman. Bref, j'ai beaucoup aimé et je crois que je me laisserai facilement tenter par d’autres livres de l'auteur. À découvrir!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pour faire rêver les paysans en tout genre

1 étoiles

Critique de Monde Vrai (Long Beach, Inscrit le 6 décembre 2011, 116 ans) - 7 février 2012

Il est de ces livres dont on ne se souvient de rien sinon un grand vide spatial, même si on les a lu pendant très longtemps ou attentivement... Vacances anglaises ou Embrassez qui vous voudrez est de ceux-là; c'est BCBG, smart, ça a l'air intelligent, fin et libertaire, et pourtant non, c'est juste mensonger et archi nul. D'abord Darius a fait une excellente critique de cette oeuvre comme quoi mes neurones aux abonnés absents n'avaient pas tout à fait tort. Enfin je ne sais pas, mais il n'y avait rien dans ce livre, il n'y a aucune saveur, aucun vécu, aucune récompense, juste un discours très mondain de gens qui sont très bien entre eux, du champagne Moet & Chandon, des bourgeois formidables qui s'encanaillent (ou qui ont soif d'une reconnaissance culturelle) à l'intérieur d'un monde tout autant extraordinaire et génial, d'ailleurs; mais avec physios devant et puis c'est gros comme une maison on dirait presque un livre écrit par XX. Je sais c'est tendance mais c'est quand même très loin de cette folle liberté des 70's ou autre et de toute façon non, personne, absolument personne, ne peut embrasser qui il veut. Je suis désolé.

Du plaisir !

9 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 63 ans) - 13 novembre 2011

Ils sont fous, snobs, concupiscents, monstrueux d'égoïsme, embarqués dans leur monde de riches-ou ex riches-, même la "pauvre" Mélody en profite .......
Menteurs, cyniques, petits, cruels mais hilarants.
Seul, Brian, naïf, honnête mais oh combien exaspérant échappe à ces épithètes ...
Et le personnage de Lulu, en butte à la jalousie maladive de son mari, nous surprend !
En fait, chaque personnage, derrière l'aspect loufoque, présente ses failles : sauf l'horrible Katie, une ado pourrie de pognon et de prétentions et Elisabeth, pétrie de certitudes !

La suite : N'oublie pas mes petits souliers" nous fait retrouver avec un grand bonheur l'ensemble des personnages et la suite de leurs démêlés décalés, absurdes et réels à la fois.

Bref, un monde qu'on ne connait pas, qu'on apprécie de découvrir dans les pages d'un livre (de 2 livres, si on lit le second) qui nous fait franchement rire mais que je ne suis pas sûre qu'on aimerait croiser !

En film ça donne : "Embrassez qui vous voudrez"

8 étoiles

Critique de Valeriane (Seraing, Inscrite le 16 novembre 2005, 40 ans) - 7 août 2006

Dotty et Brian sont les voisins de Elizabeth et Howard. Dotty envie Elizabeth depuis toujours, et cette année, pour éviter de la voir parler de ses « magnifiques » vacances, Dotty prévoit exactement les mêmes vacances que celle-ci... Malheureusement, le compte en banque de Brian n'est pas aussi brillant que celui de Howard, qui débourse toujours plus pour répondre aux attentes de sa femme et de sa fille Kathie... Donc, Brian va opter pour une solution de secours, qui fera le malheur de Dotty... Kathie, elle, a opté pour Chicago, en compagnie de Ellie (amie fictive), alias Norman, agent immobilier dans la boîte de Howard. Enfer pour Norman : fou amoureux mais fauché, saura-t-il répondre aux désirs les plus fous de Kathie...
Histoire qui a l'air toute simple, mais les destins se croisent et apparaît une foule d'autres personnages, qui vont alimenter ce récit. Des épisodes crus et très humour noir.
Divertissant, malgré des côtés assez dramatiques de la vie de chacun... bonne lecture!

Tabloïd version longue

5 étoiles

Critique de Ena (Le Gosier, Inscrit le 25 octobre 2004, 57 ans) - 22 décembre 2004

Je suis immédiatement rentré dans cette histoire ou l’on est plongé dans l’intimité de personnages plutôt intéressants mais qui ont tous des penchants ou travers qui ne les rendent pas que sympathique. En fait ils sont comme vous et moi, humains. Les anecdotes s’enchaînent et ça tourne au feuilleton, cela ne manque pas d’imagination ni même d’humour mais cela manque de profondeur. J’avais déjà acheté la suite « N’oublie pas mes petit souliers » avant de finir « Les vacances … ». C’est une prolongation, on retrouve « Le groupe des vacances » pour la période des fêtes de fin d’année et la ça a été l’indigestion et j’ai du rapidement lâcher l’affaire.

Le film est meilleur que le livre

5 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 3 février 2004

Pour une des rares fois, je crois que la version cinématographique de Michel Blanc est de beaucoup supérieure au livre, car elle ne s'éparpille pas dans les pensées interminables de chaque personnage pour se concentrer sur les péripéties amusantes. Le style littéraire de Connolly est très lourd et gâche beaucoup la sauce.

Du faux humour anglais pour un livre sans prétention (j'espère)

5 étoiles

Critique de CptNemo (Paris, Inscrit le 18 juin 2001, 45 ans) - 5 mai 2003

J'ai terminé il y a quelques jours ce roman sans prétention et je suis plutôt partagé.
Pour le côté positif, je peux dire que la lecture est agréable et que j'ai ri à plusieurs reprise. Mais si j’ai ri c’est parce que je suis bon public.
En effet, l'humour de Connolly s’appuie beaucoup sur des quiproquos en tout genre ce qui le rapproche plus de la comédie de boulevard que de l’humour « so british » que j’aime tellement.
Mais le vrai hic c’est qu'à force de donner dans la caricature pour nous faire rire, Connolly tue complètement la crédibilité à ces personnages et ceux ci ne suscitent rapidement quasiment aucune réaction de la part du lecteur, ni sympathie, ni antipathie.
Au fur et à mesure de la lecture on est de plus en plus distant et on suit sans intérêt les péripéties des protagonistes en attendant les passages comiques. En résumé, un livre drôle, agréable à lire, vite lu et vite oublié.
Petite remarque : je l'ai lu dans l’édition de poche et je dois dire que l'éditeur n'a pas fait beaucoup d'effort de relecture. Les coquilles et les fautes de frappes sont innombrables, je dirais même qu’une telle profusion est inacceptable.

Vraiment ringard !

1 étoiles

Critique de Darius (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans) - 27 avril 2003

Franchement, ce bouquin n'a rien d'humoristique !! Il a vraiment l'air d'avoir été écrit par un vieux ringard qui se complait dans le quotidien d'une famille hypertraditionnelle dont les rôles de chacun sont programmés d'avance. Et les rôles, ce sont les hommes qui les distribuent. Bref, ce genre d'humour à blagues éculées qui ne fait plus rire que les hommes un peu simples d'esprit. C'est aussi chiant et débile que "les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus" Comme j'ai horreur de perdre mon temps, vous comprendrez que dès les premières pages, j'ai affirmé que ce n'était pas ma tasse de thé

je ne compare pas

8 étoiles

Critique de Catpat (Nieppe, Inscrite le 10 juin 2002, 54 ans) - 20 décembre 2002

Moi aussi, j'aime bien David Lodge, mais Vacances Anglaises m'a aussi beaucoup fait rire. Bien-sûr, le style est tout à fait différent, et les personnages beaucoup plus caricaturaux. Comment rire du malheur des autres sans avoir aucun scrupule? Mais en lisant Vacances Anglaises, évidemment! (À éviter de lire dans les transports en commun si vous n'êtes pas du genre à attirer l'attention (éclats de rire fréquents, et cela fait un bien fou))

Du piètre humour anglais

2 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 41 ans) - 4 juillet 2002

Adepte de l'humour anglais, je me suis tout naturellement précipitée sur ce livre dont la quatrième de couverture m'avait alléchée. Dès les premières pages, j'ai du décanter. En effet, la vulgarité se partage la vedette avec une cruauté sans nom. Le style de l'auteur ne m'a pas du tout séduite. Son humour est potache et plus que douteux et n'est pas représentatif de l'excellent humour anglais, tel qu'il est pratiqué par David Lodge, Johnathan Coe ou P.G Wodehouse pour ne citer qu'eux.

Vacheries anglaises

8 étoiles

Critique de D'Artagnan (Tournai, Inscrite le 24 octobre 2001, 56 ans) - 18 juin 2002

Je suis d'accord avec Rosenblum Petit. Ce livre est hilarant, mais cinq étoiles c'est beaucoup ! Je l'ai trouvé à la longue très cruel et j'hésiterais quant à moi à en lire d'autres...

Sympathique... Mais pas 5 étoiles!

7 étoiles

Critique de Rosenblum Petit (Marcinelle, Inscrite le 22 novembre 2001, 45 ans) - 7 juin 2002

Sans vouloir revenir sur le sujet brûlant des "étoiles", je trouve, Leïa, que cinq étoiles, c'est un peu exagéré.
J'ai lu ce très bon roman les vacances dernières et il est vrai qu'on rit beaucoup. J'aime beaucoup ce genre de littérature. Et l'"English Touch" n'est pas de trop.
Très bonne lecture d'été, à déguster avec le soleil... S'il montre le bout de son nez cette année!

Forums: Vacances anglaises

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Michel Blanc persiste et signe... 3 Patman 7 octobre 2018 @ 19:33
  Vacances anglaises et suite.... 10 DE GOUGE 13 février 2012 @ 19:53

Autres discussion autour de Vacances anglaises »