Le miracle de San Gennaro de Sándor Márai

Le miracle de San Gennaro de Sándor Márai
( San Gennaro vere)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Monito, le 2 novembre 2009 (Inscrit le 22 juin 2004, 45 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (18 309ème position).
Visites : 2 625 

Voir Assise sous un autre jour et espérer Naples

Quelques années après le second conflit mondial, Sándor MÁRAI nous donne à voir de cette Italie défaite la vie de Napolitains tous pauvres, tous hauts en couleurs, tous si généreux dans leur solidarité, dans leurs colères, dans leurs excès et dans leurs différences.

Avant l’exil américain Sándor MÁRAI a manifestement largement aimé son séjour italien.

Introduction à deux confessions autour d’un homme pour qui la rédemption figure la seule issue dans un monde où, après le nazisme, le bolchevisme a rendu toute résistance illusoire.

De très belles pages sur la douleur de l’exil mais aussi de belles analyses sur un monde ébranlé en si peu de temps par tant de cataclysmes, du fascisme au nazisme, du nazisme au bolchévisme pour finir par la bombe atomique.

Plutôt que de devoir renoncer par faiblesse à ce qu’il est, à ce qu’il pense, l’Homme que décrit Márai (et qui finalement pourrait être l’auteur lui-même) ne voit qu’une issue, celle de sauver le monde par son sacrifice personnel. Cette réflexion sur la rédemption, le miracle, le sacrifice et la vanité s’illustre par une vénération non dissimulée de St François d’Assise.

De très belles pages, des formules puissantes, un roman qui ne cesse de réfléchir au plus profond de soi.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Chroniques napolitaines d'un "réfugié"

9 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 78 ans) - 28 février 2010

Après avoir assisté en 1945 à la "libération" de Budapest (voir son remarquable récit publié sous ce même titre), Sandor Marai choisit l'exil, en commençant par l'Italie où il passera plusieurs années avant de partir définitivement aux USA (il se donnera la mort en 1989). Son séjour à Naples lui inspirera certainement ce roman exceptionnel.

Tout commence par une série d'anecdotes mettant en scène le petit peuple napolitain qui, après la fin de la guerre, vit dans une misère désespérante, en comptant, sans trop y croire, sur un miracle seul en mesure de les ramener à une existence décente. Mais d'où viendra-t-il ce miracle ? Des Américains, des communistes ou des saints innombrables et folkloriques dans cette partie de l'Italie. S.Marai nous régale avec son talent incomparable d'observateur maniant l'humour et la tendresse. On pense un peu à Malaparte (La Peau) mais aussi à Vialatte dans un tout autre registre ; où sont donc passés les journalistes d'antan, ceux d'aujourd'hui ne nous parlent que de polémiques et de communication...

La deuxième partie du roman concerne exclusivement un couple de réfugiés ayant fui le nazisme et le communisme et se sont retrouvés mêlés à ces napolitains pittoresques. Ils portent en eux le désespoir, d'avoir perdu biens matériels et identité propre bien entendu, mais surtout de constater la lâcheté des Occidentaux vis à vis du communisme. Pour eux le monde ne peut survivre que par une nouvelle "Rédemption" redonnant à chacun une conscience individuelle. Leur démarche est analysée dans des pages splendides qui restent d'actualité, la conclusion ne surprendra pas.

Bravo aux "Héritiers de Sandor Marai" et à l'éditeur français de nous permettre de prendre connaissance de ce chef d'oeuvre sans prétention.

Forums: Le miracle de San Gennaro

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le miracle de San Gennaro".