Quand nous étions orphelins de Kazuo Ishiguro

Quand nous étions orphelins de Kazuo Ishiguro
( When we were orphans)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par D'Artagnan, le 20 novembre 2001 (Tournai, Inscrite le 24 octobre 2001, 54 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 426ème position).
Visites : 5 618  (depuis Novembre 2007)

Enfance et trahison

Vous connaissez "Les Vestiges du jour", ce magnifique film adapté par James Ivory d'après le roman de Kazuo Ishiguro ? Du même auteur, voilà un beau roman, intelligent, complexe, qu'on peut lire à plusieurs niveaux.
Pour moi, une de ses clés essentielles est dévoilée par le héros dans cette phrase : "(Mon enfance) n'a rien d'une terre étrangère pour moi. A maints égards, c'est là que j'ai continué de vivre toute ma vie. C'est seulement maintenant que j'ai commencé mon voyage pour m'en éloigner." Cette phrase, elle est dite presque à la fin du livre. Nous sommes en 1937. Christopher Banks, un célèbre détective, tente depuis bien longtemps de retrouver ses parents, disparus à Shangaï alors qu'il était un tout jeune garçon. C'est la quête de toute sa vie, c'est sa manière à lui de lutter contre le mal qui ne cesse de gagner le monde, et il doit reconnaître à ce moment-là qu'il ne peut réussir dans cette quête fondamentale. Je ne peux pas vous raconter la fin, bien que le roman se présente comme une fausse enquête. La toile de fond historique (l'approche de la deuxième guerre mondiale, l'invasion de la Chine par les Japonais, les luttes entre les Chinois nationalistes de Tchang-kaï-chek et les Chinois communistes) peut aussi masquer ce qui, à mon sens, est le cœur du livre : l'enfance, l'amour de nos parents, les compromissions des adultes, leurs lâchetés, leurs trahisons. D'ailleurs, tout le livre ne cesse de fonctionner en flash-backs. C'est à la fois sa force et sa complexité ! Christopher va vivre une épreuve physique et morale à la fois grandiose et absurde pour essayer d'atteindre enfin ses parents : c'est au bout de cette épreuve qu'il mesurera pleinement le manque creusé en lui par leur disparition. "Quand nous étions orphelins"... Nous, c'est Christopher bien sûr, mais c'est aussi Sarah Hemmings, une jeune femme idéaliste et passionnée, qui recherche inlassablement le beau, le grand, le vrai; c'est aussi Jennifer, la fillette que Christopher a adoptée, et qu'il n'hésite pas à quitter pour partir à la recherche de ses propres parents; c'est aussi Akira, le jeune Japonais ami d'enfance de Christopher : il avait toujours ses parents certes, mais le Japon lui manquait. Tous ces personnages en manque sont récapitulés dans cette dernière page : "Notre destin, à nous et à nos semblables, est d'affronter le monde comme les orphelins que nous sommes, pourchassant au fil de longues années les ombres de parents évanouis. A cela, il n'est d'autre remède qu'essayer de mener nos missions à leur fin, du mieux que nous le pouvons, car aussi longtemps que nous n'y sommes pas parvenus, la quiétude nous est refusée." A nous, lecteurs d'Ishiguro, la nostalgie ne sera pas refusée.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un londonien en Chine

8 étoiles

Critique de ARL (Montréal, Inscrit le 6 septembre 2014, 32 ans) - 24 octobre 2017

On ne peut pas reprocher à Kazuo Ishiguro de se répéter. "Quand nous étions orphelins" est très différent des deux romans qui l'ont précédé, "Les vestiges du jour" et "L'inconsolé". En surface, Ishiguro s'essaie ici au roman policier. C'est du moins ce que l'amorce du récit veut nous laisser croire. Christopher Banks, détective londonien réputé, se promet de résoudre la disparition mystérieuse de ses parents dans la Concession internationale de Shanghai au début des années 1900. Mais son retour en sol chinois après de nombreuses années de recherches et d'enquête ne se passe pas comme prévu. Christopher se heurte aux fantômes de son passé et voit ses convictions s’effriter une à une.

La plume d'Ishiguro est toujours on ne peut plus britannique, toute en retenue. Les personnages sont flegmatiques, presque froids. Les émotions sont réprimées, même lors des moments les plus tragiques. Certains lecteurs trouveront peut-être cette distance agaçante, surtout s'il s'agit de leur première rencontre avec l'auteur. Néanmoins, le récit prend rapidement une tournure captivante, au fur et à mesure que l'oignon s'épluche et que les couches successives révèlent toute la tristesse de la vérité. Ishiguro construit son récit à sa manière, loin des archétypes du genre policier; lentement, par fragments, sans que l'on puisse tout saisir. "Quand nous étions orphelins" n'est sans doute pas son roman le plus percutant, mais il s'agit sans contredit d'une œuvre d'art à part entière.


De Shanghai à l'Angleterre : mou

4 étoiles

Critique de Elya (, Inscrite le 22 février 2009, 27 ans) - 30 décembre 2012

J’avais apprécié Kazuo Ishiguro dans Auprès de moi toujours : le caractère énigmatique de cette histoire, dénonçant les insanités de notre monde. On retrouve dans Quand nous étions orphelins la maîtrise des aller-retours dans le temps qui semble propre à l’écrivain. On dirait que celui-ci arrive à naviguer dans le présent, le passé et le futur de manière spontanée et non mesurée.
Le récit est cependant bien moins mystérieux et de fait moins captivant. Il retrace l’enfance puis l’âge adulte d’un natif de Shanghai expatrié en Angleterre suite à la mort de ses parents à l’âge de 8 ans. Il devient alors enquêteur privé, et sa vie se résumera à ses enquêtes dans sa vie professionnelle comme personnelle. Ses relations avec les femmes, souvent ambiguës, nous sont relatées, ainsi que ses souvenirs d’une enfance heureuse et typique faite de jeux, d’amitié et d’affection envers sa mère.

Arrivée au 1/3 du roman, on s’est déjà endormis. Le sujet change alors un peu, et on pourrait penser que si l’histoire avait démarré ainsi, elle aurait peut-être plus emballé.

Un Japonais anglais

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 1 février 2007

Qu’on ne s’y trompe pas. Kazuo Ishiguro, même s’il est né au Japon, vit depuis l’âge de cinq ans en Grande Bretagne. C’est donc d’un écrivain britannique, européen, qu’il s’agit.
Et de fait, ce Kazuo Ishiguro m’est apparu dans cette oeuvre comme le croisement d’un John Irving avec un André Malraux. La virtuosité d’un Irving pour monter, agencer et raconter ses histoires et le souffle épique d’un Malraux.
Peut-être Malraux s’est-il imposé à mon esprit de par le passage du roman en Chine pendant la guerre qui évoque irrésistiblement « La Condition Humaine ». Même confusion et incertitude de ce qui se joue là, de qui tue qui ou veut gagner quoi.
Orphelin, Christopher Banks l’est depuis qu’il a été évacué de Chine vers l’Angleterre, enfant, alors que ses parents avaient disparu.
Jennifer aussi l’est, la jeune fille adoptée par Christopher adulte, juste au moment où celui-ci, devenu détective réputé, décide de repartir en Chine plus de vingt ans après pour découvrir ce qui s’est passé …
Histoire d’enfance, d'amitiés d’enfance, d’aventures d’enfance, qui trouvent un terrible écho l’âge adulte venu. Car le retour de Christopher Banks en Chine pour mener sa quête de toujours, la recherche de ce que sont devenus ses parents est terrible. L’aventure est alors guerrière. Guerrière et en Chine et quand on se remémore ce que Malraux a pu raconter dans « la Condition Humaine », c’est tout simplement effrayant.
« Parmi les ruines, nous découvrions sans cesse du sang répandu – parfois tout frais, parfois desséché depuis plusieurs semaines -, sur le sol, sur les murs, sur les restes de meubles fracassés. Pire encore – et nos narines nous en avertissaient bien avant nos yeux -, nous tombions avec une régularité déconcertante sur des amas d’intestins humains à divers stades de décomposition. A un moment où nous reprenions haleine, j’en fis la remarque à Akira et il me répondit simplement :
« Baïonnettes. Soldats plantent toujours baïonnette dans le ventre. Si on l’enfonce ici (il montrait son thorax), baïonnette ne ressort pas. Alors soldats apprennent. Toujours le ventre. » »
L’histoire est poignante, le talent de l’écrivain impressionnant. Aussi à l’aise pour évoquer le monde de l’enfance d’un Christopher Banks, enfant de colons anglais en Chine que celui de l’enfer de la guerre et de ses dommages collatéraux au niveau des individus.
On dévore « Quand nous étions orphelins » plus qu’on ne le lit !

Quand nous étions orphelins

5 étoiles

Critique de Allegra (Huy, Inscrite le 4 décembre 2006, 45 ans) - 17 janvier 2007

Ce livre m'a déçue. Je lui reconnais pourtant beaucoup de qualités. Il est bien construit, il aspire le lecteur dans ses pages. Mais, je trouve, avis très personnel, qu'il contient une erreur psychologique dans la construction du personnage principal. Alors qu'il est si prêt de réaliser sa "quête", retrouver ses parents, il partirait avec une femme qu'il n'a même pas embrassée pour vivre avec elle, maritalement..... Personnellement, cela me semble trop gros ! Ou je n'ai rien compris !
Je n'en dirai pas plus pour ne pas dévoiler la fin du livre. Mais, vu le bien que l'on dit de cet auteur, je m'attendais à mieux.

L'enfance et les racines

8 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 22 novembre 2001

"Vestiges du jour" je n'en ai vu que le film et j'ai beaucoup aimé ! Ne pas connaître ses parents est, je crois, pire que de les avoir perdus, même jeune. Aucune racine, aucune idée d'où l'on vient, de qui surtout. De qui nous viennent ces gènes qui sont en nous... Je sens déjà cette curiosité chez mon petit-fils qui n'a que six ans. Il regarde les portraits de mes parents, grands-parents et même mon arrière grand-père avec une curiosité grandissante ! A chacune de ses visites, je dois répéter le comment, le "qui" et le "pourquoi". A chaque fois ses questions vont un peu plus loin: que faisait-il ?, où il habitait ?, tu l'as connu ?, il était gentil ?... Je dis "il" comme je dirais "elle", mais il veut savoir chaque fois un peu plus... Moi qui croyais que tout cela ne serait que du vieux bazar pour lui !... Même s'ils n'en sont pas conscients, ceux qui savent davantage de leur passé gagnent en racines et cela peut aider dans la vie. J'ai connu une femme adoptée à la naissance. Elle a fait des recherches pendant 5 ans pour retrouver sa mère (retrouvée dans un bled d'Australie) puis a tenté, sur base d'une information très mince de celle-ci, de retrouver son père. Elle est arrivée à un mur car sa mère a rompu totalement le dialogue... Tout ce qu'elle cherchait, à la limite, c'était d'avoir une simple photo de son père ! Je crains qu'elle ne l'aura jamais et aujourd'hui elle a quarante-cinq ans.

Forums: Quand nous étions orphelins

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Quand nous étions orphelins".