Walden, ou, La vie dans les bois de Henry David Thoreau

Walden, ou, La vie dans les bois de Henry David Thoreau
( Walden)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances , Littérature => Anglophone

Critiqué par Béatrice, le 17 décembre 2008 (Paris, Inscrite le 7 décembre 2002, - ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 189ème position).
Visites : 6 840 

Dissident

En 1845 Henry David Thoreau a décidé de vivre dans un cabanon dans les bois afin de mettre à l’épreuve sa philosophie de la vie simple et de l’ascétisme. « Mon plus grand talent a été de me contenter de peu ». Avez-vous aimé « Into the wild » ? Alexander Supertramp était en quelque sorte le disciple de Thoreau, qui à son tour était le disciple de R. W. Emerson. Contrairement au jeune homme parti pour l’Alaska, Thoreau n’était pas au bout du monde, mais au bout du village. Enfin, à 2 km du village. Il y est resté deux ans. Ce bouquin est un fragment autobiographique.

Notre dissident sarcle les haricots, cueille les myrtilles, pèche et observe la nature. L’étang, les arbres, les saisons, les bêtes, le chant des oiseaux, le vent du Nord, la fonte des neiges lui sont une source inépuisable de bonheur. « Il m’arrivait d’entendre les renards en leurs courses errantes sur la croûte de neige, par les nuits de lune ». Voilà pour la deuxième moitié du bouquin. Quant à la première partie, plus aride à mon sens, il s’agit de son credo. Le comment et le pourquoi de cette vie où l’on se contente de peu. Se concentrer sur l’essentiel, se détourner du consumérisme et du matérialisme. Que faire alors de son temps et son énergie ? Méditer, jouir de la nature, chercher la vérité, lire et s’instruire. Sa démarche m’interpelle, mais le style ne m’a pas enthousiasmé. Il y a des longueurs et la traduction datant de 1922 ne facilite pas les choses.

« Thoreau ne s’est jamais marié ; il a vécu seul ; il n’est jamais allé à la messe ; il n’a jamais voté ; il a refusé de payer l’impôt ; il n’a pas mangé de viande, n’a pas bu du vin et a ignoré le tabac ; tout en étant un naturaliste, il n’a utilisé ni piège ni fusil », dixit R. W Emerson. D’ailleurs une des œuvres de Thoreau s’appelle « De la désobéissance civile ». Tout un programme.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

L'écologie illisible

4 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 54 ans) - 29 novembre 2019

Ce grand classique écrit dans un anglais assez ancien est une œuvre poétique qui par son contenu détaille une forme de pensée encore très actuelle, mais surtout oblige le lecteur à s’accrocher.

Les considérations sont très intéressantes car étonnamment et résolument écologiques, alors qu'elles sont évoquées y a plus de 150 ans quand bien même ce livre a été écrit au début de la révolution industrielle aux Etats-Unis.

Cependant, le style affreusement décousu, sans ligne très claire et aux nombreuses références dignes d’un grand érudit, empêche d’apprécier cet ouvrage fondamentalement philosophique.

Terriblement ennuyeux

1 étoiles

Critique de Le magnifique (, Inscrit le 10 février 2016, 37 ans) - 10 février 2016

Si vous pensiez en débutant la lecture de ce livre que vous alliez apprendre comment l'auteur a survécu seul dans les bois loin de tout, la réalité est tout autre.

En effet, l'auteur philosophe sur tout et n'importe quoi. Il va par exemple écrire tout un chapitre sur son champ de haricots, les bruits dans la forêt, les couleurs de l'étang, ...etc.

De plus, l'auteur vivait à environ 2 km du village. Rien de bien méchant.

Enfin, le style est lourdingue et pas facile à lire. Je ne vous le recommande pas.

Il est disponible gratuitement au format électronique pour ceux que ça intéresse.

Quelle épreuve ... !

4 étoiles

Critique de Chene (Tours, Inscrit le 8 juillet 2009, 49 ans) - 5 février 2016

Fortement déçu par ce livre qui ne m'a pas apporté grand chose.
J'ai eu longtemps l'impression de perdre mon temps. Les 150 premières pages sont quasiment illisibles, tant le style est lourdingue. Est-ce un problème de traduction ?
J'ai failli plusieurs fois abandonner ces histoires de patates plantées, de champs labourés, de lac glacé (du nom de Walden), parfois contenant des reflets bleus, parfois contenant des reflets verts, de canards qui s'envolent au petit matin, d'écureuils etc...
Mais j'avais décidé d'aller jusqu'au bout par respect pour Thoreau, que j'apprécie par ailleurs, et pour ce classique de la littérature américaine. Mais j'attendais autre chose, je ne sais pas quoi au juste...
Je suis content d'en être venu à bout et de passer à autre chose.

Vivre simplement, simplement pour vivre

8 étoiles

Critique de Maufrigneuse (Saulieu, Bourgogne, Inscrit le 1 novembre 2010, 30 ans) - 3 novembre 2010

C'est un livre assez difficile à lire, certains passages sont assez ennuyeux et le style est extrêmement lourd. Les phrases sont très longues, pleines de virgules et de propositions qui s'entremêlent. C'est surtout le début du livre qui est peu accessible, constitué de réflexions très générales qu'il est parfois difficile de vraiment suivre.

Mais dès que Thoreau parle véritablement de son expérience personnelle, de manière un peu plus descriptive, l'ouvrage devient très vite passionnant. J'ai été très intéressé par la simplicité de la vie qu'il propose, il définit clairement ce qui est strictement nécessaire à la vie d'un homme, sans toutes les fioritures que peuvent apporter l'argent ou le progrès. Vivre simplement, simplement pour vivre ; voilà comment je résumerais ce livre. J'ai beaucoup aimé aussi son ode à la nature, aux saisons, au temps qu'il fait comme au temps qui passe. Thoreau a de très bonnes connaissances naturalistes et c'est toujours agréable de voir la nature décrite avec autant de précisions et de justesse.

L'enseignement que peut apporter ce livre est considérable, je pense qu'il peut vraiment être pris comme une petite méthode pour être heureux.

Retour à l'essentiel

8 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 6 mars 2010

"Quand j'écrivis les pages suivantes, ou plutôt en écrivis le principal, je vivais seul, dans les bois... (...)"

Henry David Thoreau entame Walden par une longue approche de ce qu'est le monde et de ce qu'il devrait être. Plus particulièrement comment nous devrions nous comporter avec lui et par rapport à nous-mêmes. Profession de foi écolo-économique qui dicte quelques principes que l'on retrouve aujourd'hui dans les programmes de nos chers décideurs qui savent aligner les beaux mots sans pour autant les mettre en pratique. Une pratique que Thoreau, lui, connaît, n'ayant pas hésité à s'isoler pendant des mois, en parfaite symbiose avec une nature qui lui a donné ses bienfaits en échange du plus profond respect.
Cela donne naissance à des lignes critiques, parfois grinçantes, souvent pertinentes, sur notre mode de vie.
C'est également le récit fabuleux d'une expérience hors normes que l'on aimerait vivre tout en sachant qu'on ne dispose certainement pas du courage nécessaire pour le faire. Ô rêve, quand tu nous tiens...

Une des grandes qualités de ce recueil est sans aucun doute la simplicité et la qualité de l'écriture de Thoreau, qui énonce les choses avec sobriété et sincérité, sans se soucier des effets de genre ou des recherches stylistiques. Une écriture en adéquation avec le propos: un retour à l'essentiel.
En se coupant du monde, Thoreau apporte aussi pas mal de crédibilité au récit. Il sait ce dont il parle, ne pratique pas l'écologie de salon et surtout, ne propose pas de grands principes irréalisables. S'attardant sur l'économie, qu'elle soit domestique ou nationale, il enchaîne les conseils à vivre avant de se replonger dans l'observation de la faune, de la flore, de manière humble et curieuse. De quoi longuement méditer...

Complexe

6 étoiles

Critique de Elya (Savoie - Dauphiné - Ardèche, Inscrite le 22 février 2009, 29 ans) - 22 février 2009

J'ai aimé ce livre, mais les 50 premières pages décrivant et critiquant la société de l'époque sous tous ses aspects (économie, mode, politique, quotidien...) , regorgeant de métaphores et de comparaisons parfois tirées par les cheveux, ont été assez difficiles à surmonter pour moi.
Le texte est aussi un peu fouillis, complexe, et finalement, peu de conclusions s'offrent à nous.
Cependant, cette vie plus que ces écrits est attirante, et ce genre de témoignage est intéressant.

Forums: Walden, ou, La vie dans les bois

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Walden, ou, La vie dans les bois".