Histoires grotesques et sérieuses de Edgar Allan Poe

Histoires grotesques et sérieuses de Edgar Allan Poe

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Nouvelles

Critiqué par FightingIntellectual, le 4 décembre 2006 (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 34 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (43 022ème position).
Visites : 2 411  (depuis Novembre 2007)

Poe sur Poe

Publié en point d'orgue aux séries des Histoires Extraordinaires de Poe, ce bouquin ne comporte pas, ou très peu de nouvelles fictionelles. Poe y adopte une attitude narrativisante, mais le côté pur fiction est quelque peu laissé de côté. "L'Ange du Bizarre" et "Le système du professeur Goudron" sont probablement les deux seules nouvelles qui tiennent entièrement de la fiction.

C'est plutôt un recueil d'essais que Poe nous propose, sur différents sujets, qui vont de son idée sur le meurtre de Maria Cecila Rogers (Marie Roget, quand je vous parlait d'attitude fictionalisante) a sa philosophie sur l'ameublement. On y découvre les rouages sous l'écrivain de fiction, la réflexion et les considérations critiques sous-jascentes à ses oeuvres.

Alors que ce n'est que de très peu d'intérêt pour le lecteur dit "casual", les fans de Poe, les écrivains en herbes et les théoriciens de l'horreur seront ravis par ce recueuil un peu arride, mais très éducatif.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sec

4 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 2 janvier 2008

J’ai moins aimé que les Histoires extraordinaires et les Nouvelles histoires extraordinaires. Les personnages manquent de profondeur, l’écriture est aride, comme la plupart du temps avec Poe, sauf qu’ici le récit ne m’emporte pas.

Le mystère de Marie Roget (1850) : Très technique et long. 2/5

Le joueur d’échecs de Maelzel (1836) : La moins pire nouvelle du recueil, pour moi. Elle est intéressante, surtout quand on sait qu’elle est basée sur un fait réel. 3.5/5

Eleonora (1841) : Ennuyeux. Pas mon genre. 0.5/5

Un événement à Jérusalem (1850) : J’ai été perdue quelque part. À l’aide? 0.5/5

L’ange du bizarre (1844) : Huh? 0.5/5

Le système du docteur Goudron et du professeur Plume (1850) : Moyen. 2.5/5

Le domaine d’Arnheim (1847) : Je n’ai pas aimé. 1/5

Le cottage Landor (1850) : Faible comparé à ses autres nouvelles. 1/5

Philosophie de l’ameublement (1840) : Un mot: subjectif. Deux mots: très subjectif. 2/5

La genèse d’un poème (1850) : Beurk! Je n’aime pas la fixation de limites en écriture. 1/5

J’essais de lire l’oeuvre complète d’Edgar Allan Poe, pour le meilleur et pour le pire.

Forums: Histoires grotesques et sérieuses

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Histoires grotesques et sérieuses".