Hexagone
avatar 16/09/2009 @ 14:49:07
La musique et le cinéma acceptent mal la révolution numérique. Le problème n'est-il pas un peu le même poour les écrivains ?
Un livre est lu par combien de lecteurs ? Dans les bibliothèques quelle est la fréquence d'emprunt d'un livre ? J'imagine que cela dépend des auteurs, Dan Bronw doit s'emprunter plus que Jean Raspail. Cependant le manque a gagner est énorme. Je me souviens d'une proposition de loi, visant a création d'une taxe il y a quelques années concernant la l'emprunt des livres en bibliothèque, cela est passé à la trappe. Je sais qu'il y des bibliothécaires dur le site, peuvent-ils éclairer ma lanterne ?
Vaut-il mieux être lu et entendu par le plus grand nombre ou rester confidentiel ? La première proposition ne fera t-elle pas mécaniquement évoluer les ventes de l'artiste ?

Hexagone
avatar 16/09/2009 @ 14:56:01
Moi je trouve que ce sont des méthodes de fascistes! 300 000 euros d'amende, peine de prison,... alors que tout les ados sont bien obligés de downloader la musique, elle coute bien trop cher pour qu'ils puissent la payer.


Quand j'étais jeune, j'avais raccordé un enregistreur à cassettes sur mon poste de radio et j'enregistrais les airs qui me plaisaient. A cette époque ça ne semblait poser aucun problème, je ne sais même pas si Hadopi était né. J'espère que mes aveux ne vont pas me conduire en prison. Ah, bon, il y a prescription? Ouf, je respire.

N'empêche qu'à cette époque bénie les firmes de disques n'étaient pas encore paranoïaques. Elles produisaient des œuvres de qualité en faisant des bénéfices. Maintenant elles produisent des disques de la Star Ac, refusent de prendre le risque de lancer un artiste de talent, et hurlent qu'elles sont en difficulté à cause du piratage. Faudra-t-il bientôt nous cotiser pour assurer la survie de Philips et Sony comme on l'a fait pour Fortis et Dexia?

Vous n'avez pas l'impression qu'on se fout un peu de notre gueule?


Le rat, je ne suis pas toujours d'accord avec toi, mais là je souscris.
Que font les majors pour la promotion des artistes. La star ac et les hits parades ne me gênent pas? je ne suis pas encore obliger de les écouter. L'inconvénient c'est que l'histoire se répéte éternellmement. Il y a vingt ans on nous faisait le coup des compils pour le CD. Cela ne coûtait rien de retirer Johnny, Mickaël, beatles et consors. Aujourd'hui ils se font du fric avec star ac et ne réinvestissent pas les sommes sur des artistes pérennes. A l'époque du top 50 Henir Salvador remettait en cause ce hit parade lié à l'instatntanéité. Il disait vendre plus de disques sur une carrière que ces artistes éphémères. Qui mettra un kopeck sur un nouveau Salvador, Jonasz, Thiéfaine, Personne ???
La musqiue et avant tout victime de son époque consumériste et capitaliste dans le mauvais sens du terme, car oui le rat il ya le on et le mauvais capitalisme, comme le cholestérol :-)

Antinea
avatar 16/09/2009 @ 17:51:41

N'empêche qu'à cette époque bénie les firmes de disques n'étaient pas encore paranoïaques. Elles produisaient des œuvres de qualité en faisant des bénéfices. Maintenant elles produisent des disques de la Star Ac, refusent de prendre le risque de lancer un artiste de talent, et hurlent qu'elles sont en difficulté à cause du piratage. Faudra-t-il bientôt nous cotiser pour assurer la survie de Philips et Sony comme on l'a fait pour Fortis et Dexia?



Idem. Même si, comme Hexagone, je ne suis pas toujours d'accord à 100% avec ce que tu dis, là, je suis d'accord (sauf que je dirais pas faciste pour qualifier cela, car on en est pas au meurtre quand même).

Le gros problème, c'est que contre la loi du marché, c'est-à-dire celle faite par (et pour) la majorité d'entre nous qui achète chaque année l'album de la Star Ac ou de la nouvelle Star, nous les petits CLiens ou autres êtres qui se révoltent, on ne peut pas grand chose. ça rejoint le fil des nouveaux auteurs en quelque sorte. Si la maison de disque/l'éditeur a des produits qu'elle ne vend pas, elle les enlève du catalogue pour lui préférer un blockbuster, le dernier chanteur/ écrivain à la mode. D'ou uniformisation de l'offre... sur la demande, il faut le dire !

Bref, c'est comme pour la pomme de terre: on a choisi d'uniformiser les cultures en ne faisant pousser que la plus productive... et quand il y a eu un virus... on a crevé de faim.

Vous n'avez pas l'impression qu'on se fout un peu de notre gueule?


Heu... puisque c'est nous qui sommes à l'origine de cela... cqfd...

Comme disaient "Les inconnus": ne prenez pas les gens pour des cons, mais n'oubliez pas qu'ils le sont. Bref, ça fait froid dans le dos...

Hexagone
avatar 16/09/2009 @ 19:26:08
Antinéa,
je partage le fond de ton analyse, cependant je ne suis pas certain que le combat soit perdu. Le ouèb a été révélateur, fédérateur d'un grand nombre de personnes qui au sens large ont une vision alternative de ce que l'on nous présente à longueur de journée. Je dis alternatif,mais n'envisage pas la totalité de ces personnes dans un mouvement politisé quelquonque. CL me paraît un exemple assez précis, on y trouve des gens de tous les horizons, même si un large consensus règne sur le site, parfois des idées non convenues font surface et sont globalement tolérées par l'ensemble. je sais de quoi je parle. Il se trouve que CL a un esprit assez éloigné de la ligne dominante, il n'y a qu'a voir les critiques générales pour voir qu'il s'agit a bien des égards d'un site d'amoureux de la lecture qui n'est pas snobinard. Dans quel magazine ou journal pourrait on trouver cet éventail de goût et d'analyses ? Aucun. J'ai trouvé des idées de lecture auquelle je n'aurais jamais pensé, je communique avec des gens que la vie ne m'aurait jamais permis de rencontrer. Donc, à son niveau CL est une alternative heureuse au matraquage beigberderien de notre société médiatique. Nous pouvons créer un créneau qui fédérera un grand nombre de personnes motivées. On m'a touours appris que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Math_h

avatar 16/09/2009 @ 23:06:34
Juste une petite précision j'ai entendu une émission qui parlait de ça sur France inter, les 300 000€ et les 3 ans de prisons ne font en fait pas partis de la loi Hadopi, mais d'un texte déja existant sanctionnant la contrebande de copies piratés à grande échelle.

J'ai personnellement du mal à me positionner, c'est de toute façon inaplicable tout ça, ça fait du bruit, mais d'ici la fin de l'année et le début de l'application tout le monde sera comment ne pas ce faire choper...

Le truc qui niveau culturel m'attriste plus dans "l'industrie du disque" c'est qu'un groupe comme radiohead a à priori décidé de ce contenter de sortir quelques titres de temps en temps et d'abandonner le format LP... Je ne suis pas sur que les amateurs de musiques soient gagnant si la démarche ce généralise.

Smokey

avatar 16/09/2009 @ 23:52:49
Oui, c'est vrai. Mais Radiohead, ils aiment bien expérimenter de nouveaux projets, voir comment innover dans la composition des chansons. Venant d'eux, ça ne m'étonne pas. Mais j'espère comme toi que c'est pas un coup de manivelle qui sonne un départ, parce qu'un album, c'est avant tout un projet, une construction interne, j'aime les aborder un peu comme pour les Pink Floyd, une suite d'histoires qui forment un tout. Mais je crois également que ça changera sauf pour les chanteurs traditionnels (pas forcément vieux d'ailleurs).

Stavroguine
avatar 17/09/2009 @ 02:22:05
Matth et Smokey, je partage un peu votre nostalgie du LP, mais tout de même, le LP à proprement parler, où tous les morceaux formaient un tout cohérent, a quand même tendance à disparaître. Maintenant, la plupart du temps, on a juste une succession de 15 morceaux de 3'30" sans lien entre eux ni cohérence de l'ensemble. En plus, lesdits morceaux, on va s'empresser de les mettre sur son iTunes (c'est d'ailleurs le format MP3 qui est responsable de la mort du disque, bien plus que le téléchargement illégal - iTunes Store est le plus gros disquaire du monde : pourquoi acheter un disque quand on ne l'écoutera que via son lecteur MP3 ?) où on les lira en mode aléatoire donc, finalement, perdre le format LP, pas sûr que ça change grand chose à l'heure actuelle.

Virgile

avatar 17/09/2009 @ 13:46:24
Voila Antinea, je sors de mon camping. ;o)

Avec Camping Sauvach on fait partie des 90% des groupes qui ne roulent pas sur l'or grâce à leur musique. On n'a pas de maison de disque, donc les deux albums que nous avons sorti jusqu'ici on a dû les payer de notre poche. En gros ça à coûté environ 8.000 euros pour le premier qui n'était pas réalisé dans des conditions ultra pro et environ 25.000 euros pour le deuxième (produit dans de bonnes conditions tout de suite les coûts explosent).

On vend chaque album 15 euros lors des concerts, entre 6 et 8 euros pièce aux distributeurs qui les placent en magasin et ils sont aussi disponible en téléchargement légal sur la plupart des plateformes. Il y a 21% de TVA sur la musique (en belgique du moins, je ne sais pas pour la France ou les autres pays), contrairement au livre ou le taux est à 6%, la musique ce n'est sans doute pas assez culturel. :op

Il s'est écoulé environ 2000 exemplaires du premier et jusqu'ici environ 1000 du second sorti plus récemment. Comme vous pouvez le voir après un petit calcul mental on ne fait pas de bénéfices avec les ventes d'albums jusqu'ici. Et on sait très bien que pas mal de gens nous téléchargent illégalement.

A partir d'ici j'exprime mon avis, celui des autres membres du groupe diffère peut-être sur la question. Je trouve ça un peu hypocrite de trouver anormal qu'on puisse être sanctionné pour téléchargement illégal. Comme le dit bien l'expression c'est illégal. C'est du vol. Il y a clairement un manque à gagner pour les groupes (et aussi les maisons de disques bien sûr), difficilement chiffrable mais malgré tout présent.

Voler les "riches" (comme Johnny, 50 cent et autres cité notamment par stavro) est peut-être moins condamnable dans l'esprit des gens que de voler des artistes débutants mais ça reste bel et bien du vol (si ce n'est pas le cas alors je vais aller braquer une banque après avoir écrit ce message comme ça je pourrai donner les albums de mon groupe ^^).

Je trouve ça hypocrite de dire comme Saule que "tout les ados sont bien obligés de downloader la musique, elle coute bien trop cher pour qu'ils puissent la payer". C'est faux parce qu'ils peuvent écouter la radio ou télécharger de la musique sur des sites de musique libre comme Jamendo, le téléchargement illégal n'est pas la seule solution pour écouter de la musique sans se ruiner!

Et télécharger "seulement" deux ou trois albums par an est aussi illégal que de conduire bourré deux ou trois fois par an. Si tu commets une infraction il faut être prêt à en subir les conséquences, c'est normal non?

Ce n'est pas non plus vraiment comparable comme le dit le rat au fait d'enregistrer sur cassette ce qui passe à la radio comme quand il était jeune car les artistes sont rémunérés quand leurs oeuvres passent en radio (du moins pour les oeuvres qu'ils ont composées et/ou écrites pour autant que les SABAM, SACEM et autres fassent correctement leur travail ce qui n'est pas toujours le cas mais bon ça c'est un autre débat).

Pour les cd gravé à partir d'une location dans une médiathèque comme dit Hexagone là aussi le problème est un peu différent car il y aussi une rémunération des auteurs dans ce cadre là (En belgique chaque utilisateur paie un euro par an pour les auteurs, c'est minime et surement pas très bien redistribué mais c'est déjà ça).

Hexagone toujours écrit: "on nous vend des outils permettant de télécharger mais il ne faut pas le faire, en attendant les taxes sont prélevées sur les machines vendues et les usines tournent."
C'est un peu un sophisme ça, les machines vendues ne le sont pas dans le but express de télécharger illégalement et les taxes prélevées sur ces machines ne rémunèrent pas les auteurs floués par le téléchargement illégal.

Pour ce qui est de la qualité des artistes signés sur les grosses maisons de disque je rejoins Antinea, elles signent ce qui est susceptible de se vendre et donc le consommateur lambda est en partie responsable de ce comportement.
Et en effet ce débat rejoint un peu celui du fil "quelle chance laissez vous aux nouveaux auteurs?". En musique aussi il y a l'équivalent des petites maisons d'éditions, de l'auto-édition,... Mais le téléchargement des livres ne touche pas encore le monde du livre autant que celui de la musique(ça viendra peut-être avec le perfectionnemment des e-books).

La loi hadopi n'est certainement pas une loi parfaite mais je ne la trouve pas spécialement injuste ou scandaleuse et je me rend bien compte qu'en écrivant ça je prend la majeure partie des gens à rebrousse poil mais c'est pas grave hein, vous n'allez pas me lapider? ^^'

Math_h

avatar 17/09/2009 @ 13:51:23
Sans parler d'album concept avec un lien dans le récit des chansons, il y a quand même une atmosphère, un travail de production qui donne une cohésion aux morceaux. J'imagine que je suis pas le dernier à mettre un album sur ma platine CD ou vinyl et à le laisser tourner jusqu'à la fin de la "ghost song"... Déjà j'avais du mal avec l'idée des Best of mais le titre par titre ça va vraiment devenir triste.

Virgile

avatar 17/09/2009 @ 14:13:22
Bah, tout comme le cd n'a pas tué le vinyle le mp3 ne tuera pas le LP.

Hexagone
avatar 17/09/2009 @ 15:01:48
Virgile,
merci de tes explications fournies par quelqu'un de concerné par l'affaire.
Ma démarche d'écoute musicale est subordonnée à notre époque de consumérisme excessif. J'écoute beaucoup de musique de tout genre excepté le rap. E, ce moment c'est jazz manouche, le moindre CD de cette musique coûte entre 15 et 22 euros autant dire un gouffre, donc j'emprunte en médiathèque, comme les livres. L'écoute de la musique c'est tellement démocratisée comparé à nos parents, ils ne possédaient ques quelques dizaines d'albums. Aujourd'hui la musique est présente partout, donc forcément le piratage est une forme d'écoute. La notoriété apportée par le piratage n'est elle pas bienfaitrice en ce qui concerne le report sur les ventes ?
Toi qui est musicien trouves tu normal qu'un CD commes ceux de Clapton, pink floyd, jackson soit vendu 20 euros ?
Il existe de nombreux paradoxes. Tu télécharges la grande vadrouille, tu es un pirate. en revanche le film passe à la télé, tu l'enregistre pour le conserver et dans ce cas rien à reprocher, c'est un peu tiré par les cheveux. Pour ma part j'achète les CD de groupes que je veux encourager, un exemple les têtes raides que je vais voir en concert ( génial), cependant je n'achéterais jamais le dernier tube radiophonique qui néanmoins me plaît le matin dans la salle de bain.
Le monopole n'existe plus et hadopi ne changera rien.
Et puis toi qui est un musicien, ne trouves tu pas que l'on nous prend pour des cons, voir la piètre qualité des CD, aucun livret, aucune photo juste un bout de papier faisant office de couverture, une honte.
Les artistes n'ont qu'a se bouger, offrir des plus avec leurs CD, de l'interactivité, des innovations.
La musique est entrée dans le temple de l'hyperconsommation, c'est un fait qu'aucune loi ne pourra combattre. ET puis les clès usb permettent de s'échanger des fichiers sans contrainte, bref un bel emplâtre sur une jambe de bois cet hadopi. Allez je vous laisse je vais sur myspace voir ton site ;-)

Virgile

avatar 17/09/2009 @ 16:03:42
Je ne dis pas que le piratage n'est pas une forme d'écoute, je dis que c'est une forme d'écoute illégale et je ne pense pas que quelqu'un pourra prouver le contraire (téléchargement illégal ça dit bien ce que ça veut dire). :o)

La "notoriété apportée par le piratage" ne s'équilibre pas avec les pertes engendrées d'autre part non. En tout cas dans notre cas c'est clair, on touche un public plutôt jeune qui télécharge à tout va, et qui (je m'en rend compte en leur parlant) ignore tout des coûts de production de nos albums, c'est pour ça que j'en parle dès que je peux. ;o)

"Toi qui est musicien trouves tu normal qu'un CD commes ceux de Clapton, pink floyd, jackson soit vendu 20 euros ?"

Je ne sais pas où tu achètes tes cds mais ceux de ces artistes en général ils sont à 10 euros en moyenne chez les disquaires que je fréquente. :o)

"Il existe de nombreux paradoxes. Tu télécharges la grande vadrouille, tu es un pirate. en revanche le film passe à la télé, tu l'enregistre pour le conserver et dans ce cas rien à reprocher, c'est un peu tiré par les cheveux."

Ce n'est pas un paradoxe. Quand il est diffusé à la télé il y a des pubs qui rapportent de l'argent et la télé paie les auteurs. Quand tu télécharges illégalement les auteurs ne touchent pas un rond.

"Pour ma part j'achète les CD de groupes que je veux encourager, un exemple les têtes raides que je vais voir en concert ( génial), cependant je n'achéterais jamais le dernier tube radiophonique qui néanmoins me plaît le matin dans la salle de bain."

Bah personne ne te force à acheter le dernier tube radiophonique, on veut juste t'interdire de le voler c'est logique non? :o)

"Et puis toi qui est un musicien, ne trouves tu pas que l'on nous prend pour des cons, voir la piètre qualité des CD, aucun livret, aucune photo juste un bout de papier faisant office de couverture, une honte."

Non je ne trouve pas qu'on nous prend pour des cons, on ne nous force pas a acheter des cds mal fichus.

"Les artistes n'ont qu'a se bouger, offrir des plus avec leurs CD, de l'interactivité, des innovations."

Ces innovations dont tu parles ce seront des coûts supplémentaires qu'il faudra donc bien répercuter. Et puis tous les musiciens ne sont pas des infographistes ou web designers capables de rajouter mille brols interactifs à leurs cd hein. :op

Enfin bon il y a des trucs intéressants qui se mettent en place, les sites comme akamusic ou mymajorcompany ou les internautes peuvent produire les artistes qu'ils aiment vont sans doute prendre de plus en plus d'essor et grignoter un peu le terrain sur les maisons de disque traditionnelles. Mais comme dans toutes les crises du genre ce ne sont pas les majors qui mourront les premières mais les "petites maisons de disque de qualité"...

"Allez je vous laisse je vais sur myspace voir ton site ;-)"

N'oublie pas d'acheter le cd si ça te plaît hein ça comblera un peu notre déficit! ;oD

Mallollo

avatar 17/09/2009 @ 16:10:01
Par rapport aux messages de Virgile et de Saule, je voudrait ajouter qq chose: pour moi, le débat Hadopi ne s'arrête pas à savoir s'il faut contrer ou non le téléchargement illégal, mais va plus loin.

Primo, la distinction téléchargement légal/illégal. Pas toujours claire pour tout le monde, mais il faut savoir qu'il existe des logiciels, de la musique, des vidéos, des livres (!) et tout un tas d'autres type des fichiers dits "libres", c'est-à-dire dont le partage gratuit est autorisé (en gros) - comme exemples connus, on a Linux, Firefox, les musiciens chez Jamendo, les vidéos de Kassandre (moins connues, bon...)
Un des moyens d'échange légal de ces fichiers est (était?) le P2P, où ils faisaient office d'exception au milieu des innombrables téléchargement illégaux.
Hadopi tient-il compte des téléchargements légaux? La réponse est dans le ton fâché de la question. Téléchargement = téléchargement illégal.

Deuzio, la présomption d'innocence, censée être la règle dans nos pays démocratique. Saule, ti dis qu'il est impossible d'envoyer des équipes de flics enquêter sur l'origine des téléchargements illégaux recensés. Ben oui, c'est pour ça qu'ils ont décidé d'être plus malins, et de déclarer que ce n'est pas au comité Hadopi de prouver que tu es en tord, mais à toi à prouver que tu ne l'es pas. Présomption de culpabilité, donc, et c'est une des raisons pour lesquelles l'UE n'approuve pas la loi.

Tercio, ils ont cru bon de prévoir un système d'amende pour "négligence caractérisée" si tu n'as pas bien sécurisé ton réseau internet. Ah oui, parce qu'ils se sont dit que c'était un peu facile de se défendre en disant "c'est pas moi c'est ma ligne qui a été piratée", alors on devrait commercialiser des logiciels spéciaux de sécurisation pour prévenir du piratage et empêcher les téléchargements P2P. Logiciels qui ne fonctionnent d'ailleurs que sous Windows, dans un pays où les gendarmeries et les administrations commencent à utiliser de plus en plus des distributions Linux, ça ferait drôle... Sans compter toutes les failles de ce système de sécurisation: 1 logiciel installé sur 1 PC à la maison veut dire que tu te sécurises, bravo. Mais si tu as 2 PC, tu te gardes bien de sécuriser le 2e, et tu peux télécharger en toute impunité.

La morale de cette histoire, c'est que les "vrais pirates" qui s'y connaissent un peu vont pouvoir bidouiller sans problème pour continuer à télécharger illégalement pendant que Madame Michu, qui trouve normal que Johnny soit rémunéré pour son travail d'artiste, va peut-être recevoir des mails pour lui demander d'arrêter de télécharger l'intégrale de Metallica.

Pour moi, c'est ça le plus gros problème, en plus de la disproportion du dispositif: on monte une instance administrative à qui on donne des pouvoirs insensés, pour des résultats qui en feront rire plus d'un dans 50 ans.

Mallollo

avatar 17/09/2009 @ 16:16:56
Et maintenant que je passe derrière le 2e message de Virgile (qui est apparu pendant que je tapotais): sur le fond, je suis bien d'accord avec tout ça...

Hexagone
avatar 17/09/2009 @ 17:35:53
La musqiue et la " culture " en général sont sortis du chapeau du magicien capitaliste qui a vu le moyen de se faire un max de pognon sur le dos du fan.
Il y va comme de l'industrie en générale, d'ailleurs se sontles mêmes qui sont derrière.
Tout est basé sur une base d'échange acceptable. Le tourisme sur la côte d'azur et représenatif de ce mode de fonctionnement.Le moindre resto ou tu manges de la M****** te coûte la peau des fesses. Dans le sud ouest tu fait un resto gastronomique pour 20 euros et la qualité est au RDV.
C'est ce que les gens sont prêts a accepter qui fixe la barre des prix.
La logan est vendu 2000 euros plus chère chez nous car nous avonsles moyens.
Il se trouve qu'avec l'outil informatique les individus ont trouvé le moyen de faire la nique au majors et autres producteurs.
Je viens d'acheter Don Quichotte sur le site partenaire de CL, montant 8,08 euros. Il s'agit du deuxième livre le plus lu après la bible ( soit disant). Il a 400 ans, a été vendu à des millions d'exemplaires, quelle aubaine pour l'éditeur. Y a comme un bug, le dernier livre en format poche d'un contemporain sera au même tarif.
On ne va pas me dire que tous les albums studios reviennent au même tarif. Bleach de Nirvana a été réalisé avec 2000 dollards, que bénéf. Si j'achète une voiture allmande la qualité est différente d'une roumaine, je peux comprendre la différence de tarif. Pourquoi cela ne s'aplique t-il pas a la musique et au livre ? je l'ai déjà dit ici, l'Ebook va faire un mal terrible aux éditeurs, c'est pour cette raison que ici en France tout le monde freine des quatre fers. Mais le train est en route, on ne pourra pas l'arrêter.

Saule

avatar 17/09/2009 @ 21:14:09
Je suis d'accord en tout point avec Mallolo. Elle a raison de rappeler que téléchargement ne veut pas dire illégal.

Quand on était étudiant, on empruntait les livres à la bibliothèque et on les photocopiait. On se prêtait les disques entre nous et on les copiait sur cassettes. Maintenant c'est exactement la même chose: quelqu'un achète un disque, puis d'autres le copie. Sauf que avec internet ça se fait à très grande échelle. Mais tant qu'il n'y a pas de commerce organisé, j'ai du mal à accepter que c'est illégal.

Je schématise pour choquer un peu, mais en gros on nous dit: il est interdit de partager avec les autres! Ça c'est du fascisme: des lobbys veulent imposer une loi pour réprimer quelque chose dont l'illégalité est douteuse.

Il faut trouver d'autre solution, regarder du côté du mouvement open-source. Ou alors mon idée qui est de rémunérer les artistes avec l'argent public et de rendre la musique gratuite. Ou vendre la musique à un prix tellement modique que les gens accepteraient de payer plutôt que de copier (faire payer entre 10 et 20 euros pour le dernier Oasis ou Madonna,...c'est ça qui devrait être illégal).

Saint Jean-Baptiste 17/09/2009 @ 21:39:24
Moi, fondamentalement, je me demande pourquoi il faut payer pour jouir d'une œuvre d'art.

En peinture, on peut voir une œuvre autant de fois qu'on veut, ou la regarder dans un livre sans devoir payer chaque fois.
On paye, éventuellement, l'entrée au musée, ou le livre, mais pas la contemplation de l'œuvre.

Une œuvre d'architecture ou une sculpture, une cathédrale, par exemple, ou une statue dans une ville, est faite pour être regardée autant qu'on voudra, et sans payer.

Je trouve que l'idée de payer l'artiste pour jouir de son œuvre ne se justifie pas du tout.

En littérature, on paye le support, le livre, mais on ne devrait pas payer l'auteur.
Pour les chansons, si on a trouvé le moyen de les entendre autant qu'on veut, par téléchargement, on devrait payer le support : le disque, le DVD, le MP3, ou le CD, que sais-je ? (je m'y perds un peu dans ces appellations), et puis c'est tout.

Si les artistes chanteurs veulent vivre de leurs chansons, ils doivent se produire dans des concerts.

Hexagone
avatar 17/09/2009 @ 21:40:47
Dans le même esprit on pourrait t'interdire de prendre des gens ta voiture et les obliger à acheter un véhicule, ou a ne pas prêter ton téléphone quand tu es en illimité sous pretexte que l'appelant ne paie pas etc...

Hexagone
avatar 17/09/2009 @ 21:43:25
Moi, fondamentalement, je me demande pourquoi il faut payer pour jouir d'une œuvre d'art.

En peinture, on peut voir une œuvre autant de fois qu'on veut, ou la regarder dans un livre sans devoir payer chaque fois.
On paye, éventuellement, l'entrée au musée, ou le livre, mais pas la contemplation de l'œuvre.

Une œuvre d'architecture ou une sculpture, une cathédrale, par exemple, ou une statue dans une ville, est faite pour être regardée autant qu'on voudra, et sans payer.

Je trouve que l'idée de payer l'artiste pour jouir de son œuvre ne se justifie pas du tout.

En littérature, on paye le support, le livre, mais on ne devrait pas payer l'auteur.
Pour les chansons, si on a trouvé le moyen de les entendre autant qu'on veut, par téléchargement, on devrait payer le support : le disque, le DVD, le MP3, ou le CD, que sais-je ? (je m'y perds un peu dans ces appellations), et puis c'est tout.

Si les artistes chanteurs veulent vivre de leurs chansons, ils doivent se produire dans des concerts.


Je pense qu'il y a une part du mythe de la rock star. Réussier,avoir plein d'oseille en chantant.
De toute façon la crise va nous faire revenir à des fondamentaux. Exit tous ces individus qui se faisaient un fric fou avec des ritournelles stupides.

Saint Jean-Baptiste 17/09/2009 @ 21:56:17
J

des lobbys veulent imposer une loi pour réprimer quelque chose dont l'illégalité est douteuse.
.

C'est quand même marrant ! Les lobbys dont tu parles ce sont les chanteurs, volontiers donneurs de leçons, gauchisants - bohêmes, artistes-vagabonds, anti-capitalistes : «mort aux riches ! – Tous pourris ! »…
Aujourd'hui c'est eux qui défendent l'industrie capitaliste et le gros fric…!
Ils ont le cœur à gauche mais le porte-feuilles à droite…
;-))

Début Précédente Page 2 de 4 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier