Page
avatar 01/08/2020 @ 11:18:59
Avec le Prix Goncourt en 1920, Ernest Pérochon peut commencer une carrière littéraire et plusieurs de ses romans sont traduits en anglais, néerlandais, italien, russe, finnois, portugais,allemand et japonais

Monocle
avatar 01/08/2020 @ 13:53:40
Je n'ai pas été convaincu par NENE (c'est le moins qu'on puisse dire) je vais toutefois tenter d'intercaler un autre de ses titres dans mes prochaines lectures, histoire de voir si mon premier jugement est faussé et que Pelochon est bien l'immense talent (méconnu) que vous décrivez

Page
avatar 01/08/2020 @ 16:46:12
Monocle, Je ne peux que vous encourager à lire "Les creux-de-maison" ou "Les Gardiennes" (qui a eu une adaptation récente et très remarquée au cinéma). "Nêne" est sûrement l'ouvrage le plus sentimentaliste de la série, sa dimension ethnologique n'est pas spontanément compréhensible; on retrouve ces catholiques anticoncordataires dans "Babette et ses frères", également à forte dimension sentimentaliste.

Le talent de Pérochon est aujourd'hui oublié il est vrai et si je n'ai jamais parlé d'"immense talent", par contre il est certain qu'il fut tout sauf "méconnu" dans l'Entre-deux-guerres.

Jeanne60 01/08/2020 @ 18:48:05
On peut dire que "Nêne" c'est une histoire de femmes, puisque les trois personnages principaux sont de ce sexe féminin et que l'intrigue est basée sur l'amour des enfants.

Sans caricaturer, ce récit parle plus spontanément aux femmes qu'aux hommes, je pense.

Koudoux

avatar 02/08/2020 @ 08:48:22
Pour moi inconnu et pas dans ma bibli du village.
Dès la réouverture du prêt inter, j'en lirai un mais lequel?

Cyclo
avatar 02/08/2020 @ 16:35:40
Bon écrivain traditionnel du ruralisme, qui s'est même essayé dans la SF avec "Les hommes frénétiques".
Très connu dans le Poitou, où j'ai travaillé.

Hiram33

avatar 02/08/2020 @ 16:56:07
J'avais beaucoup aimé son manuel de lecture en classe de CE2. J'en ai fait un résumé

https://google.fr/url/…

Page
avatar 03/08/2020 @ 14:45:43
Pérochon aborde le spiritisme dans "Les ombres" et "Huit gouttes d’opium", la psychanalyse avec "Le crime étrange" de Lise Balzan, l'émancipation de la femme de l'Entre-deux-guerres pour "Marie-Rose Méchain", et le travail des femmes à la campagne durant la Première Guerre mondiale grâce aux "Gardiennes" dont on a tiré un film en 2017.

Page
avatar 03/08/2020 @ 14:47:12
"Le crime étrange de Lise Balzan"

et non "Le crime étrange" de Lise Balzan

"Les creux-de-maison" est un roman populiste avant la lettre

Feint

avatar 04/08/2020 @ 14:17:24
Je n'ai pas lu Ernest Pérochon mais je recommande vivement le tout récent Adelphe, d'Isabelle Flaten, publié par le Nouvel Attila, où la lecture de Nêne joue chez les personnages un rôle important.

Jeanne60 05/08/2020 @ 10:18:36
Le pasteur Adelphe Delande se voit offrir par Gabrielle, une de ses fidèles, le roman Nêne de l’écrivain Ernest Pérochon.et cela aura des conséquences pour la suite du récit d'"Adelphe".

Page
avatar 06/08/2020 @ 09:41:01
La demeure de Pérochon à Niort est aujourd'hui un centre d'art contemporain photographique

http://www.cacp-villaperochon.fr/

Lobe
avatar 06/08/2020 @ 10:51:11
Je n'ai pas lu Ernest Pérochon mais je recommande vivement le tout récent Adelphe, d'Isabelle Flaten, publié par le Nouvel Attila, où la lecture de Nêne joue chez les personnages un rôle important.


Merci Feint pour le conseil !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier