Nêne de Ernest Pérochon

Nêne de Ernest Pérochon

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Monocle, le 17 février 2013 (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 60 ans)
La note : 2 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 302ème position).
Visites : 2 164 

Nêne.

J'avais décidé, il y a quelque temps, de lire tous les prix Goncourt. Voici donc le lauréat de 1920, qui, (il faut l'avouer) ne marquera sans doute pas l'histoire de la littérature.
L'histoire est cependant touchante : Madeleine, une jeune femme, se "gage" à l'année dans une ferme où vit un jeune veuf et ses deux jeunes enfants.
Madeleine (Nêne), se prendra d'un amour sincère et maternel pour ces deux enfants jusqu'à rêver de sortir de sa condition de servante. Mais les choses sont ce qu'elles sont dans ce monde où chacun doit garder sa place et surtout ne pas rêver !
Le maître de maison se mariera finalement avec une jeune femme de la ville qui s'empressera de chasser Nêne...

L'histoire se déroule dans une Vendée sous tension où cohabitent de façon conflictuelle catholiques, protestants et "dissidents" (héritiers des chouans).

Pas grand chose à dire de ce curieux livre au style assez pauvre mais à l'histoire touchante.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Cruautés

7 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 44 ans) - 30 juin 2020

L'histoire prend place dans la rugueuse campagne vendéenne du début du XXème siècle. Madeleine Clarandeau trouve une place de servante dans la ferme de Michel Corbier, veuf avec 2 enfants. Rapidement elle s'attache jusqu'à la dévotion aux deux petits. Malheureusement la petite société au sein de laquelle elle évolue ne la laissera pas longtemps profiter de cette paix relative.

L'amour trouve peu de place dans cette société. Il est plutôt question de pragmatisme, de désir ou de manipulation. Les conventions corsetées, les rancœurs et les convoitises, enfin la faiblesse toute humaine, ne donnent pas beaucoup d'espace à la bonté et au bonheur. Et le dénouement sans surprise ne dénote pas.

Un destin individuel tragique en phase avec un vécu collectif funeste

10 étoiles

Critique de JulesRomans (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 62 ans) - 18 février 2013

Une histoire touchante, bien écrite où les femmes ont les premiers rôles. La campagne poitevine à la Belle Epoque avec une belle dramatisation originale autour de l'amour portée à des enfants qui ne sont pas les siens. Des pages finales où une servante se suicide devant des enfants qui sacrifient l'affection qu'ils lui ont portée. Une fin de roman écrite au moment où l'Europe se prépare à sacrifier des millions d'hommes et ainsi se suicider (en reniant ses valeurs humanistes et sa foi dans le progrès).

Un roman adapté au cinéma par Baroncelli en gommant ses aspects les plus dramatiques. Maurice Pialat souhaitait également en faire une adaptation mais cela n'aboutit pas, par contre Emmanuel-Odet Vergnaud réussit à proposer "Nêne" en 2012 au cinéma, il déclare "J'aime son écriture, c'est pour ça que j'ai gardé tous les dialogues".

Cet ouvrage peut s'apprécier d'abord par ceux qui ont au moins compris en le lisant que catholiques et dissidents sont deux groupes descendants des Vendéens autant les uns que les autres. Les catholiques sont ceux qui ont pour ancêtres les contre-révolutionnaires ayant accepté le Concordat de Napoléon ; les dissidents ont pour ancêtres les contre-révolutionnaires qui l'ont refusé (pour créer la Petite Eglise) et ils vont à l'école laïque. Les tensions existent alors entre les catholiques concordataires et le bloc de tous les autres (laïcs, protestants, dissidents). Les plus fortes rivalités sont celles qui agitent les dissidents face aux catholiques, car le passage d'une communauté à l'autre est ici possible et le groupe des membres de la Petite Eglise redoute qu'un de ses membres "se change" (cette dernière communauté est sur la défensive).

Si certains personnages, dans le roman, réagissent comme ils le font c'est en fonction de leur appartenance à un groupe précis certes, mais aussi par le fait qu'ils appartiennent soit à la majorité soit à une des minorités.

Les Vendéens ne sont pas des Chouans. Les Vendéens ce sont des paysans du sud de la Loire, habitant des parties des départements de Vendée, Deux-Sèvres, Maine-et-Loire et Loire-Inférieure récemment créés. Ils sont regroupés derrière des nobles qui tentent de constituer des armées, les Chouans au nord de la Loire tirent leur nom de Jean Chouan contrebandier avant 1789. La durée du conflit, le type d'action militaire, les dégâts laissés par la guerre civile n'ont pas grand chose à voir selon que l'on soit côté nord ou sud de la Loire.

Pour comprendre ce titre il faut aimer les romans historiques. Lors de sa publication il est déjà un roman historique, "Nêne" aurait dû sortir fin 1914 et il paraît dans l'univers des Années folles qui n'a plus rien à voir avec la France majoritairement rurale de la Belle Epoque. Ce roman a été écrit par celui qui était alors un instituteur et qui avait passé toute sa vie dans l'univers qu'il peint. Pérochon est considéré comme un des romanciers ethnographes les plus représentatifs en milieu universitaire.

Ce prix Goncourt est très représentatif des titres primés par les Goncourt des origines jusqu'à la fin des années 1920, il dépeint un milieu précis où les personnages principaux ont un lien fort avec l'univers naturel où ils vivent. En cela il marque l'histoire de la littérature française.

Si vous lisez tous les prix Goncourt, mieux vaut lire quelques-uns de la même période à la suite. Ceci permet de comprendre leurs points communs et pourquoi ils ont été couronnés. La connaissance de ceux qui sont les jurés d'une époque aide aussi considérablement à expliquer les choix faits.

Forums: Nêne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Nêne".