Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement de Franck Poupart

Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement de Franck Poupart

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Bernard2, le 22 septembre 2017 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 74 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (49 977ème position).
Visites : 4 569 

Quand l'exagération nuit à la crédibilité

Vision apocalyptique de la France dans une dizaine d'années. L'islam intégriste a tout détruit. L'économie s'est effondrée, l'Euro n'existe plus. On est revenu au temps du rationnement. Le gouvernement a quasiment disparu. Partout la violence et la terreur règnent. Notre civilisation n'a pas résisté ou plutôt ne s'est pas donné les moyens de résister à la folie destructrice de fanatiques dont le seul objectif a été de tout anéantir.
Un livre qui fait réfléchir face à la passivité relative de dirigeants qui n'ont pas mesuré l'étendue du danger. On n'est peut-être pas très loin de ce qui risquerait d'arriver. Malheureusement, l'auteur semble ne pas avoir su s'arrêter à temps dans sa vision de collapsologie. On glisse progressivement dans une violence gratuite et irréaliste, et dans une vulgarité inutile. Ce qui paraissait crédible finit par ne plus l'être du tout et devient de la science-fiction pure.

Message de la modération : Autoédition

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Grand effondrement

7 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 66 ans) - 16 mars 2024

À la fin du premier quart du XXIᵉ siècle, la France, qui doit assumer une dette s’élevant à 400% de son PIB, se retrouve contrainte par le FMI d’appliquer un plan de rigueur drastique appelé « Lois temporaires de sauvegarde nationale ». Ce plan comporte des licenciements massifs dans la fonction publique, une hausse drastique de la fiscalité, une suppression de toutes les aides sociales, une privatisation de l’assurance maladie et un gel des salaires et des retraites. Les riches se réfugient dans des zones sécurisées comme l’hypercentre de la capitale alors que les pauvres sont abandonnés à leur triste sort dans les périphéries. Et quand l’Etat ne fut plus en mesure de verser les salaires des policiers ni les soldes des militaires, ce fut l’explosion. Des zones entières déjà sous influence islamique firent sécession. Des milices para-militaires se créèrent pour tenter de récupérer ces territoires perdus de la République. Et en 2028, l’Union Européenne n’existe plus. Deux flics, Alex et Lucas patrouillent encore un peu dans les rues de Paris. Juste devant eux une voiture piégée explose. En même temps, une brasserie est mitraillée rue de Lappe, une école juive est prise pour cible. Une trentaine d’enfants y trouvent la mort. Et un fou d’Allah kamikaze déclenche sa ceinture d’explosifs devant le musée d’Orsay. Ainsi débute une guerre civile ethnique dont personne ne peut imaginer la fin…
« Demain les barbares » est un roman d’anticipation dystopique dans lequel l’auteur a basé toute son intrigue sur les conséquences prévisibles de réalités qui existent déjà. Il a continué de tracer les lignes de force d’une tendance et poussé à l’extrême la logique tout ce que nous vivons ou avons déjà vécu (Charlie-Hebdo, Bataclan, Stade de France, égorgements de prêtres ou de profs, attentat de Nice, etc.) Les tueries, les viols, les tortures, les actes de barbarie en tous genres (émasculations) se succèdent dans cette histoire qui fait froid dans le dos. Toutes ces horreurs, que l’on déconseillera aux âmes sensibles et à tous ceux qui vivent dans le déni de réalité, alternent avec de nombreuses scènes de sexe particulièrement torrides. Les personnages sont assez stéréotypés, tel ce président de la république déchu portant le nom de « François », pleutre, incapable et trouillard qui semble la simple démarque d’un certain autre. Le style de l’auteur est assez vivant malgré quelques approximations langagières et une tendance à abuser des pronoms personnels, ce qui oblige le lecteur à deviner de qui l’on parle et parfois d’y arriver à grand peine. Si les katibas islamistes sont décrites de manière assez réaliste et vraisemblable (simple reprise de l’actualité), leur pendant « Rempart » avec leur leader charismatique Cyrus Rochebin, sorte de cocktail 2/3 Soral, 1/3 Zemmour, relève de la fiction la plus totale. Ce mouvement est aussi caricatural qu’improbable, même s’il s’appelle « Renaissance et Partage » (cf « Egalité et Réconciliation »). En lisant cet opus, on peut même se dire que le futur sera sans doute pire que ce que l’auteur nous raconte. Pour qu’il y ait guerre civile, il faut deux factions en présence, sinon il s’agit plutôt d’une épuration ethnique, d’un génocide. Et l’histoire du monde est déjà pleine d’invasions, de tueries et d’appropriations indues de territoires. Et ça peut ne pas arriver qu’aux autres. Glaçant, mais donnant à réfléchir sur notre destin.

Forums: Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement".