Vingt légendes du pays de Liège de Robert Ruwet

Vingt légendes du pays de Liège de Robert Ruwet

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Histoire

Critiqué par Catinus, le 29 avril 2013 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 3 528 

Pour mieux comprendre Lîdge

Des légendes, pour la plupart crées de toutes pièces par l’écrivain liégeois Robert Ruwet, où se mêlent habillement l’histoire de la fameuse Cité, dite ardente. Comprenez qu’on y apprend des chôses. Elles sont donc efficaces, première qualité d’un écrivain.
Avertissement : ne comptez pas y trouver des histoires de princesses enfermées dans des châteaux, de princes charmants et fols d’amour, de preux chevaliers, … Que nenni ! (ce n’est pas trop le genre de la maison). L’auteur préfère les fantômes – il en a d’ailleurs rencontré un, > lire « le fantôme du vieux gymnase «-, les vampires, les malandrins, brefs des gens pas très recommandables. Il aime également flirter avec les arcanes de l’espace et du temps, la quatrième dimension, la mécanique quantique. Oufti !

L’occasion nous est donné de parcourir les rues de Lîdge,- lire entre autres > « Cervelle et boyaux «, des lieux oubliés – « Le curé de Saint-Nicolas-aux-mouches «, « Le bête du Chaffour «, « Le Bingo du diable «, « La cigogne de pierre «. Le quartier Sainte-Marguerite est lui aussi bien visité – « La ruée vers l’or «, « Thomas, gardien des enfers «.

On le sait maintenant, rapport à ses déjà nombreux écrits, Robert Ruwet manie l’humour – le plus souvent noir, hé ! - avec une dextérité redoutable et vous risquez bien fort de vous surprendre, ici et là, en train de vous esclaffer de rire. Il aime également vous prendre à témoin (quitte à vous rouler royalement dans la farine), autre qualité intrinsèque de notre homme. On ne s’en plaindra pas.

Voici donc un splendide ouvrage pour tout public (presque), historique,
didactique et humoristique.



Extraits :


- Naguère, une autre voie reliait la rue Souverain-Pont à la rue de la Madeleine (…) elle portait un nom qu’on ne peut oublier : la rue Ma Tante Sara. Personnage historique, et appartenant de plein droit au panthéon de nos gloires locales, cette ma tante était dam di scole (« institutrice « en wallon) dans un minuscule local situé dans une minuscule rue. (…)

- La paroisse de Saint-Nicolas-aux-mouches ; l’église en était minuscule, le presbytère avait des allures de niche pour chien de taille moyenne. Il s’agissait pourtant d’une bien vieille paroisse (an 1030) (…)

- Edmond Jamar naquit à Liège le 14 mai 1853. (…) Il marqua de son empreinte trois illustres bâtiments liégeois : en 1901, la Grand-Poste (abandonnée), en 1905, la gare du Palais (détruite !), et en 1914, l’église Saint-Pholien. Trois bâtiments au style néogothique évident…

- ( Robert Ruwet parle ici d’un moment particulier de sa vie)
C’est dans cette « Musara « que j’ai décroché mon premier vrai rôle dans un vrai théâtre. Avant cela, je n’avais connu que des spectacles du style patronage que d’éphémères bandes d’illuminés montaient à droite et à gauche. Et pour ce premier grand rôle, j’avais droit à la salle du Gymnase ! C’était inimaginable. (…)

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Vingt légendes du pays de Liège

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Vingt légendes du pays de Liège".