Le président perd les pédales de Hubert Ben Kemoun

Le président perd les pédales de Hubert Ben Kemoun

Catégorie(s) : Enfants => 10-12 ans

Critiqué par Lolita, le 18 décembre 2001 (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 35 ans)
La note : 3 étoiles
Visites : 4 596  (depuis Novembre 2007)

Pas si drôle que ça!

Ce livre fait partie de la collection "Délires" destinée aux enfants à partir de 9 ans. Pourtant, malgré son titre prometteur, à part des blagues lourdes et complètement paranormales rien ne nous fait bien rire dans ce livre.
Grégoire Tole, le président de la République, a horreur d'une chose : c'est d'être réveillé de bon matin. Pourtant, c'est ce qui lui arrive!! Et pour cause : la Tour Eiffel a disparu!! Et ce n'est qu'un début!!! Peu à peu, la ville entière de Paris disparaît!!! Dénouement : ce sont simplement des extra-terrestres qui l'ont fait disparaître pour tester ses composants.
On reste un peu sur sa fin, d'autant plus que les embrouilles ne sont guère amusantes. Seuls les plus jeunes apprécieront ce livre.
Extrait :
"Ces évaporations de nos richesses ne sont ni des sottises ni des balivernes ! rétorqua le futur mangeur de lunettes. Il faudra bien pouvoir les expliquer au pays! La terreur s'est emparée de tout Paris. La population fuit comme à l'imminence d'un tremblement de terre. La panique gagne la province! Plus personne n'ose sortir de chez soi, c'est aussi catastrophique que si une bombe atomique était tombée sur Paris! L'Europe..., que dis-je, le monde entier nous observe! Et, vous savez ce qu'elles vous disent, mes lunettes?
Surrel essaya de calmer la querelle. Il rappela que l'on ne déplorait pour l'instant aucune disparition humaine, car, si les éclipses des monuments étaient soudaines, au moment des volatilisations le personnel et les habitants des sites se retrouvaient à chaque fois indemnes - au milieu des grands terrains vagues laissés par les édifices perdus -, un peu hagards, bien sûr, incapables d'expliquer quoi que ce soit, certes, mais sains et saufs. N'était-ce pas le principal? Le ministre de la culture osa répondre :
-Non, ce n'est pas le principal! Entre la perte de la Joconde et la disparition d'une femme de ménage du musée du Louvres, mon choix est vite fait !
Immédiatement des camps se formèrent autour de la table. Les attaques fusaient d'un ministre à l'autre. Foudroyantes, elles divisaient l'assemblée. Surrel, autant que les autres, participa à la bataille. Personne n'écoutait plus personne. Personne ne prenait soin d'accorder la moindre attention aux messages de téléscripteur que les huissiers déposaient toujours sur la grande table et qui annonçaient, laconiques : "23H34. Grand palais revenu à sa place, attendons avec impatience retour du Petit palais!" "0H30. Disparition du jardin des tuileries et des quais de la seine!" "0H52. Disparition du Palais du Luxembourg et parc alentour!" "0H58. Signalons le retour de la tour Montparnasse, dont nous n'avions pas noté la disparition!"
A 2H21 du matin, ce grand...."

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le président perd les pédales

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le président perd les pédales".