Nathafi
avatar 05/05/2020 @ 12:50:37
Quelques semaines plus tard…

« Vous savez, Commandant, je n’ai pas eu la vie facile avec cette femme ! Et mon petit Baptiste, je l’ai élevé  ! Sa mère restait des journées entières confinée dans sa chambre, à rêver de la vie qu’elle aurait voulu connaître, et ce gamin, il était seul ! Il ne pouvait compter que sur moi, Sido comme il m’appelait !

A la mort de son mari, Norbert, Eleanore a sombré encore plus. Toute sa vie sous antidépresseurs, psychotropes, et le jaja, faut pas oublier ! Elle avait fait plusieurs séjours en asile psychiatrique, à l’époque ils ne prenaient pas de gants, camisole de force et électrochocs, elle en a subi des horreurs, pour revenir au château plus calme, forcément, mais encore plus abîmée ! La nuit je l’entendais hurler, des cris lancinants, elle m’appelait parfois, pour me dire qu’elle avait peur des bêtes. Elle voyait par la fenêtre des monstres se promener dans le jardin, elle entendait les oiseaux cogner la vitre, la réveillant la nuit, comme pour la sortir de sa léthargie. Parfois je la croisais au détour d’un couloir, avec une de ses vieilles lampes à pétrole, en chemise de nuit, pieds nus, les yeux hagards, munie d’un couteau, souvent.
Je la calmais, la remettais au lit, elle dormait deux heures, puis ça recommençait ! Et tout ça pour quoi ? Pour des cacahuètes ! Mes gages ? Quels gages ??? Elle ne me payait pas, tout ce temps durant j’ai travaillé pour la gloire !

Alors quand elle est morte, je suis restée là, ça ne dérangeait personne. Baptiste était d’accord, lui vivait sa vie. J’écoulais parfois à la salle des ventes une toile de maître, un vase Gallé, une statuette, ça ne mangeait pas de pain, je m’en gardais un peu, je ne l’avais pas volé, et j’envoyais de l’argent à mon petit gars !

Et puis un jour Baptiste a voulu faire les choses proprement… Je lui avais dit qu’on aurait des problèmes, que la vérité serait découverte, que ce serait la fin de notre collaboration, mais il avait dû avoir un sursaut de conscience, de repentir. Alors il a contacté son copain devenu notaire, pour qu’il s’occupe de tout ça. Celui-ci n’y a vu que du feu ! Je me faisais belle, j’avais de l’allure avec mon nom à particule !
Les délires d’Eléanore, je les connaissais par coeur ! Ses voyages au long cours, à m’en donner le mal de mer, les mallettes noires, les photos, tout ça c’était du flan ! Moi manipulatrice ? Moi mystificatrice ? On voit que vous ne l’avez pas connue, elle, avec ses airs de ne pas y toucher ! C’est qu’il s’en passait de belles, au château, fréquenté par des gens peu recommandables, qui venaient à la nuit tombée. Ils allaient à la cave, souvent, et repartaient avec des caisses en bois très lourdes, qu’avaient précédemment apportées les hommes de main de Monsieur Norbert. Monsieur Norbert !!! Un escroc, de grande envergure, je vous dis, moi à côté je suis une sainte !

Ce qu’il s’est passé l’autre soir ? Je vais vous expliquer… J’étais partie au grenier fouiller, avec ce notaire dans mes basques toute la journée, je n’étais plus libre de mes mouvements…
Eléanore lisait beaucoup, et elle avait une manie. Dans chaque livre elle mettait des billets, c’était ses économies. Elle possédait quantité de bouquins, dans la bibliothèque bien sûr, mais il y avait aussi des dizaines de caisses et cartons au grenier. Alors Baptiste m’avait demandé de récupérer tout cet argent, il y avait même encore des francs ! Et pas de petites sommes ! Donc je feuilletais un à un les livres, et j’avais apporté une vieille valise noire pour y mettre tout ce que je trouvais. Si j’avais connu cette habitude, j’aurais cherché depuis longtemps ! Mais Baptiste avait vu faire sa mère un jour, et il ne m’en avait parlé qu’il y a peu. Comme il n’y a pas d’électricité au grenier, j’avais apporté deux lampes à pétrole, celles avec lesquelles Eléanore se promenait la nuit.

Mal m’en a pris, l’une d’elle est tombée sur un carton de papier, heurtant au passage la bouteille de rhum entamée par le notaire que j’avais remontée avec un verre, pour me donner du coeur à l’ouvrage.
Et c’est comme ça, Commandant, que tout a pris feu, ça a fait comme un souffle, les flammes sont arrivées vers moi et j’ai eu le temps de me sauver de justesse, mais voyez mon côté droit, je suis bien brûlée ! Je suis punie, déjà !!! »

Radetsky
avatar 05/05/2020 @ 14:39:33
Ah ! Bravo Nath, beau travail. On a là un bon coup de projecteur (et de balai) qui renforce ce fil conducteur qui va permettre de remettre d'aplomb la situation...Au fond, ce Norbert et son épouse se valaient bien : des faussaires en tout genre.
A quand le mariage entre notre notaire et Sidonie...? ;-)

Tistou 05/05/2020 @ 15:38:58
Eh bien si mariage il doit y avoir, pas dur c'est dans le prochain épisode vu que ce sera le dernier.

Merci Nathafi d'avoir repris le flambeau au débotté (et sans le faire tomber sur la bouteille de rhum près des caisses de papier !) alors que tu t'attendais à un épisode avant.
C'est un épisode rassembleur, qui n'ouvre pas forcément de nouvelles pistes mais qui raccorde beaucoup d'éléments, préparant de la sorte la piste d'atterrissage pour Arundhati (au passage, ouh ouh Arundhati, es-tu là ?).
Cet épisode réhumanise Sidonie et relativise ses actions. On a confirmation au passage que c'est bien consciemment que Baptiste a manipulé Pierre.
Parfait Nathafi, c'est un paquet tout propre que tu remets entre les mains de l'auteur du "Dieu des petits riens". Enfin, sinon de l'auteur (auteuse d'ailleurs), au moins d'un de ses admirateurs !

Cyclo
avatar 05/05/2020 @ 17:38:24
Eh bien voilà, la bonne Sidonie raconte : mais tout est-il vrai ? Ne manipule-t-elle pas encore ? Et Baptiste, est-ce qu'on finira par le voir, depuis le temps qu'on en parle ?
Que de questions se posent encore !!!
Bravo, Nathafi pour cet épisode qui explique (peut-être) bien des choses, mais pas tout...

Radetsky
avatar 05/05/2020 @ 18:15:29
..... Enfin, sinon de l'auteur (auteuse d'ailleurs), au moins d'un de ses admirateurs !

Auteuse....! ça fait un peu "sauteuse", non ? Quelle horreur cette orthographe néostalinienne, cette novlangue du "korrekt". Une langue a une histoire et là, on la fout à poil pour lui carrer une combinaison "scène de crime"...
Mais je m'égare...

Garance62
avatar 05/05/2020 @ 21:41:58
Formidable Nathafi ! Epatant ! Ca me scotche la facilité avec laquelle les morceaux du puzzle (qui au départ n'existait même pas !) se mettent en place.
Ca tient sacrément la route et avec du panache !
Attendons l'épilogue, snif, c'est presque déjà fini...Dites monsieur Cadbury ? .... :)

Tistou 05/05/2020 @ 23:28:43
..... Enfin, sinon de l'auteur (auteuse d'ailleurs), au moins d'un de ses admirateurs !

Auteuse....! ça fait un peu "sauteuse", non ? Quelle horreur cette orthographe néostalinienne, cette novlangue du "korrekt". Une langue a une histoire et là, on la fout à poil pour lui carrer une combinaison "scène de crime"...
Mais je m'égare...

Mais dis-moi mon bon nounours, on dit une voyageuse, une menteuse ? Alors pourquoi pas auteuse ?
Une combinaison "scène de crime" ? Diable, tu tapes fort !

Lobe
avatar 06/05/2020 @ 09:19:01
..... Enfin, sinon de l'auteur (auteuse d'ailleurs), au moins d'un de ses admirateurs !

Auteuse....! ça fait un peu "sauteuse", non ? Quelle horreur cette orthographe néostalinienne, cette novlangue du "korrekt". Une langue a une histoire et là, on la fout à poil pour lui carrer une combinaison "scène de crime"...
Mais je m'égare...


Mais dis-moi mon bon nounours, on dit une voyageuse, une menteuse ? Alors pourquoi pas auteuse ?
Une combinaison "scène de crime" ? Diable, tu tapes fort !

Soyons précis: je crois que les néostaliniens préfèrent "autrice" (sinon ils envoient au goulasch).

Radetsky
avatar 06/05/2020 @ 11:14:11
.....Soyons précis: je crois que les néostaliniens préfèrent "autrice" (sinon ils envoient au goulasch).


Au goulasch...! :-D)))) J'adore (du moment qu'il y a quelque chose à boulotter, hein).. Mais les néostaliniens ont en faitnraison !
Puisque le latin auctor a donné auteur et qu'il existe un pendant féminin auctrix, ça pourrait très bien coller....on a bien "actrice" et là, personne ne ne couvre la tête de cendres.

Darius

avatar 06/05/2020 @ 11:43:47
oups, cela épaissit encore la situation embrouillée...
Pour se défendre, est ce que Sidonie raconte la vérité ?
Elle aurait trimé toute sa vie pour ne rien recevoir en échange ?
Mais elle devait en connaître un rayon sur les trafics, puisque notre Eleanore était dans un sale état psychiatrique...

Baptiste veut jouer franc jeu et engage le notaire pour récupérer l'argent... avait il signalé à Monsieur Pierre que sa vraie mère était décédée ?

Bonne chance au suivant, moi, je ne m'y retrouve plus dans ce fratras.. pire qu'Agatha Christie, je viens de terminer "le meurtre de Roger Ackroyd" et je n'ai toujours pas compris pourquoi l'assassin était l'assassin...:-(

Ludmilla
avatar 06/05/2020 @ 12:00:56
je viens de terminer "le meurtre de Roger Ackroyd" et je n'ai toujours pas compris pourquoi l'assassin était l'assassin...:-(
Il te reste à lire "Qui a tué Roger Ackroyd ?" de Pierre Bayard pour compliquer encore un peu...

Débézed

avatar 06/05/2020 @ 16:40:28
..... Enfin, sinon de l'auteur (auteuse d'ailleurs), au moins d'un de ses admirateurs !

Auteuse....! ça fait un peu "sauteuse", non ? Quelle horreur cette orthographe néostalinienne, cette novlangue du "korrekt". Une langue a une histoire et là, on la fout à poil pour lui carrer une combinaison "scène de crime"...
Mais je m'égare...


Mais dis-moi mon bon nounours, on dit une voyageuse, une menteuse ? Alors pourquoi pas auteuse ?
Une combinaison "scène de crime" ? Diable, tu tapes fort !

Ouais et une entraineuse ne fait pas le job d'un entraîneur, demande à Nath qui, elle, entraîne des athlètes !

On ne pourrait y foutre la paix à notre langue, il y a déjà tellement de gens qui ne la connaissent pas, ce n'est pas le moment de la changer encore. elle est déjà toute gangréné d'expressions pseudo anglophones. il est temps de revenir vers nos grands classiques qui écrivaient si bien la belle langue.

Débézed

avatar 06/05/2020 @ 16:48:46
Trop fort Nathafi : la valise, le rhum, les billets, les livres, tout dans la même flambée presque finale ! Après avoir été prise au débotté, tu t'es drôlement bien sorti de la situation que nous avions embrouillée les uns après les autres. De l'Agatha Christie pur sucre !

Marvic

avatar 06/05/2020 @ 16:57:04
Voilà les explications de Sidonie, et cette fois-ci, on y croit...comme dans les épisodes précédents d'ailleurs ;-) Cela la rend plus sympathique.
Ton texte apporte de la cohésion à l'ensemble, ce qui me va très bien !

Marvic

avatar 06/05/2020 @ 17:00:57
.....Soyons précis: je crois que les néostaliniens préfèrent "autrice" (sinon ils envoient au goulasch).


Au goulasch...! :-D)))) J'adore (du moment qu'il y a quelque chose à boulotter, hein).. Mais les néostaliniens ont en faitnraison !
Puisque le latin auctor a donné auteur et qu'il existe un pendant féminin auctrix, ça pourrait très bien coller....on a bien "actrice" et là, personne ne ne couvre la tête de cendres.

Pour apporter mon grain de sel :
si personnellement j'utilisais "auteure", j'ai effectivement constaté que les noms qui finissaient par "teur" , se terminaient par "trice" au féminin en général. J'aurais dû le savoir, j'étais institutrice ;-))

Magicite
avatar 06/05/2020 @ 17:06:19
Un peu triste pour ces livres qui brûlent mais cette explication est vraiment bien trouvée. Moi je mettais pas des billets mais des cartes postales d'un peu partout dans mes livres(d'une époque où j'avais une grande biblio pour les retrouver par surprise et où la carte postale était peut-être plus fréquente que le courriel), ça sert de marque pages et quand j'ouvre un livre je tombe sur des mots amis.
Bien trouvé si je comprends bien tout le monde mentait dans cette histoire du fils à la baronne, le mari, sa bonne et même le notaire.
Un épilogue bientôt comme dit Garance c'est un peu triste ce presque déjà finit.

Magicite
avatar 06/05/2020 @ 17:08:22
auteureuse? Non d'accord je vais aller au Goulasch.

Darius

avatar 06/05/2020 @ 18:27:55
tiens, moi, je ne m'étais même pas posé la question, persuadée que le féminin de auteur était "auteure", je venais encore de l'utiliser pour un travail d'étudiant.. du coup, suis allée voir sur le net, apparememnt, "auteure" est bien accepté..

https://laculturegenerale.com/auteure-autrice-femi…

Nathafi
avatar 06/05/2020 @ 18:57:01

Disons écrivaine pour mettre tout le monde d'accord ! :-)

Et oui Débézed, je suis entraîneuR de Marche Nordique, pour ne pas dire "coach" !

Merci pour vos commentaires, je sais bien que je n'ai pas pris le large sur ce coup-là, je suis plutôt terre à terre, même si j'aime la mer ! J'ai bien essayé de trouver une porte de sortie, mais je l'aime bien, moi, Sidonie ! Cependant des questions demeurent...

Et pour les billets dans les livres, c'est du vécu ! Je faisais ça quand j'étais ado, ça m'a valu de belles surprises parfois, parce que je ne me souvenais jamais dans quel bouquin je les avais rangés :-)))

Darius

avatar 06/05/2020 @ 19:18:10
écrivaine, ok, mais çà dépend dans quel contexte,....dans un travail d'étudiant, çà ne va pas de dire .. "l' écrivaine, Jocelyne Giasson ," alors qu'elle a rédigé un livre scientifique...

moi, j'ai écrit : "L'auteure, Jocelyne Giasson, est professeure titulaire à la Faculté des Sciences de l'éducation de l'Université Laval au Québec."

Page 1 de 2 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier