La huitième case de Herbert H. Lieberman

La huitième case de Herbert H. Lieberman
( The eighth square)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Joehill, le 17 juillet 2005 (Inscrit le 22 juin 2005, 41 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 594ème position).
Visites : 2 659  (depuis Novembre 2007)

Déception...

Le sujet de ce livre m'avait d'emblée attiré, ainsi que la référence explicite à Lewis Carroll et au jeu d'échecs. J'ai achevé péniblement la lecture de ce qui promettait d'être un bon polar : un groupe de personnes parcourent un domaine situé en pleine forêt et finissent par se perdre. Leur guide perd peu à peu la raison et ne donne plus au groupe que des indications erronées. Les relations entre les différents personnages, dont on découvre au fur et à mesure les faiblesses, les lâchetés, les haines, les passions, deviennent de plus en plus tendues, tout le monde perdant patience et souhaitant à tout prix retrouver le chemin du retour. Le retrouveront-ils ? Vous le saurez en lisant ce livre. Mais il faut s'armer de patience car tout cela est très long et répétitif et la fin quoique "inattendue", d'après ce que prétend la quatrième de couverture, est tout de même décevante.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fascinant !

9 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 63 ans) - 4 décembre 2011

Ces 9 personnages, perdus en forêt, (inutile de redonner les détails cités ci dessus), à part l'apprenti géomètre, se connaissent tous depuis l'enfance: entre quadra et quinqua, ils rejouent un éternel rapport de force !
Violence verbale et physique, envie, haine, moments-rares- de tendresse et surtout, vieilles rancoeurs accumulées : un triste spectacle ! Ils sont pleins de fiel, de frustration, d'adultères dans l'ennui, de vrais faux échanges et d'un étrange rapport à la terre (plus exactement la forêt) dont ils sont propriétaires et qu'ils ne connaissent qu'intellectuellement et affectivement et dont ils se retrouvent prisonniers ...
Drôle de livre .....

Passionnant, par moment écoeurant, mais envoûtant.

Un Lieberman différent, mais passionnant

un huis-clos en forêt

10 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 71 ans) - 27 juin 2009

Un roman étrange et fascinant, qui se déroule dans les grandes étendues forestières de la Nouvelle-Angleterre. Accompagnés d'un arpenteur (nous dirions un géomètre), un récent propriétaire et ses voisins immédiats partent en pleine nature pour repérer les limites de leurs propriétés. Au bout de quelques heures l'arpenteur, seule personne à savoir se diriger et reconnaître les lieux, est victime d'un accident vasculaire cérébral, qui laissera le petit groupe totalement démuni au milieu d'une nature quasi inviolée. Tel est le début d'un drôle de drame, qui mettra face à face des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, et servira de révélateur à leurs pulsions et leurs inhibitions. Une analyse passionnante des rapports humains, avec une fin inattendue qui ouvre sur le fantastique.

Forums: La huitième case

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La huitième case".