Le Zahir de Paulo Coelho

Le Zahir de Paulo Coelho
( O Zahir)

Catégorie(s) : Littérature => Sud-américaine

Critiqué par Leura, le 12 juin 2005 (--, Inscrit le 29 janvier 2001, 66 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 922ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 9 448  (depuis Novembre 2007)

Et encore un Coelho !

Le Zahir, c'est la quête, l'inaccessible étoile, l'obsession dont on n'arrive pas à se défaire, omniprésente, jour et nuit. Pour le narrateur, un écrivain célèbre, c'est sa femme, disparue sans un mot il ne sait où. D'abord, pourquoi est-ce arrivé? Comment? Il avait pourtant l'impression que son couple était solide, stable et tout. L'amour qu'il ressentait pour Esther était si grand, et elle l'aimait, il en est sûr. Alors, pourquoi, pourquoi?

De rencontre en rencontre, le narrateur va remonter la piste jusqu'à l'autre bout du monde. Un jeune Mongol inspiré, (à moins qu'il ne soit épileptique?), des clochards, une nouvelle petite amie (eh oui, on n'est pas de bois), tous joueront à leur insu ou non un rôle dans sa conquête du Zahir, qui ne deviendra possible que quand il aura maîtrisé sa part d'ombre.

On retrouve donc un des thèmes les plus exploités par Coelho, celui de la quête initiatique, mais on ne s'ennuie pas un instant. Les réflexions sur le couple et sur la vie en général dont l'auteur émaille son texte sont vraiment intéressantes, mais est-il vraiment nécessaire de les répéter tant, de livre en livre?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sceptique

5 étoiles

Critique de Sihame (, Inscrite le 27 mai 2008, 28 ans) - 27 mai 2008

C'est le premier livre de Paulo Coelho que je lis. L'écriture est très belle, très spirituelle, et la quête décrite est interessante. Cependant, je trouve que l'histoire en elle-même est creuse et bourée de lieux communs. Je n'ai pas aimé le personnage principal, je le trouve prétentieux; il a commencé à me plaire seulement vers la fin où il fait preuve de beaucoup de courage.
Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre, j'ai besoin de lire un autre Coelho pour me faire une idée.

peut-être trop intime

4 étoiles

Critique de Raphaelle521 (, Inscrite le 12 juin 2006, 27 ans) - 15 août 2006

Paulo Coelho s'étend, s'étend et s'étend toujours davantage dans l'espoir de nous faire rentrer dans son fort intérrieur.
J'ai trouvé ça long et stagnant.

Avant de partir dans les Steppes, l'auteur se lamente et se traîne durant des pages et des pages... Je n'imaginais pas du tout ça du personnage !
C'est décevant.

Mais tout de même il faut avouer que sa quête est belle, courageuse et que la remise en question est réussie !
Son séjour dans les Steppes est superbe ; les descriptions donne envie d'y être et l'ambiance est magique.

Le passage avec la bande des rues est peut-être le plus instructif et le plus palpitant de ce récit ; c'est du moins celui que j'ai lu le plus vite et avec le plus d'attention.
Pour le reste il faut rester bien accroché...

Au fond dans "Le Zahir", quel est le véritable interêt ?
Le message que nous dit que l'amour repousse les limites de l'impossible et de chacun ??
Il faudrat que Mr Coelho écrive un autre livre pour me l'expliquer mais plus clair et bref cette fois-ci..

Pour faire connaissance

5 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 69 ans) - 29 mai 2006


... avec cet auteur, si apprécié sur ce site, je me suis plongée dans cette lecture.

J’ai apprécié, beaucoup, le regard que COELHO porte sur les hommes en général. Sa critique sur l’être ou le paraître. Toutes ses réflexions sur le couple, ses contradictions aussi. La fidélité, oui, mais…un pas sur le côté ne le dérange pas, j ‘avoue avoir eu du mal à le comprendre à certains moments.
Peut-être ne suis-je pas prête à lire ce genre de « récit un peu philosophique ».
Plusieurs fois au cours de ma lecture, mon attention s’est envolée ….
Pourquoi ??? C’est évident, je n’ai pas bien accroché à l’histoire.

Rien à dire sur l’écriture, fluide et moderne (mérite les étoiles).
Par contre, il y a un tas de redites. Les mêmes réflexions reviennent plusieurs fois.
J’ai même été jusqu’à penser : un tel écrivain ferait-il aussi du remplissage de pages ?

Le mot de la fin, je vais sûrement le relire un jour, pour essayer à nouveau de pénétrer totalement dans l’histoire.

Le message

10 étoiles

Critique de Syp (, Inscrite le 22 décembre 2005, 43 ans) - 28 décembre 2005

Il raconte le plus simplement du monde l'histoire d'un homme qui a perdu l'amour de sa vie..
Dans ce livre qui est différent d'un livre à l'eau de rose, il arrive à travers une histoire "banale" d'amour, transmettre le message tant convoité avant lui par d'autres écrivains, le message de L'ENERGIE de l'Amour...
Je ne vous parlerai pas de l'histoire d'amour du bouquin... Elle sert de support, de toile de fond au message.

Mais du message :
L'amour que nous convoitons tous plus ou moins, se trouve dans l'être aimé mais aussi dans une fleure qui nous touche, un ami fidèle ou une passion... Ce n'est pas une révélation, beaucoup d'écrivains en ont déjà parlé.

Quand on meurt de soif, on peut boire toute l'eau d'un puits... Mais il va vite s'assécher. Par contre si on prend un peu d'eau dans chacun des puits que nous avons à disposition ( travail, passion, amitié, nature, famille et cetera) ils pourront tous nous offrire de l'eau en abondance tout en se renouvelant.

Ce qui est nouveau dans le message de Coelho, c'est que pour pouvoir s'abreuver aux puits de l'amour, il faut d'abord faire de la place en soi. Sortir les poubelles.
Chacun a un vécu différent, constitué de joie et de malheurs. Ce qui est important c'est de finir les cycles, de terminer une période de malheur puis de la sortir, pour qu'elle ne fasse plus vraiment partie de nous. Il faut en garder les émotions, mais pas la charge...

Pour cela Coelho conseil de raconter, raconter, et encore raconter son histoire personnelle... A chaque fois un peu du poids sera déchargé de notre vécue... A chaque conte, elle pèsera moins lourd jusqu'à qu'elle ne fasse plus vraiment partie de nous. On la gardera toujours comme une expérience et comme émotions mais plus comme une charge.

Ensuite, il faut remplir ces espaces que nous avons libéré en nous. Chaque poubelle de malheurs que nous avons sortis, doit être remplacée par de nouvelles expériences, de nouvelles rencontres. Pas si compliqué que ça.. Il suffit de descendre du bus que vous prenez tous les soirs pour rentrer du boulot et de faire le trajet à pied, de laisser votre voiture au garage pour aller bosser en bus ou de changer n'importe quelle petite habitude...
Encore plus simple, lever les yeux quand vous marcher, observer le ciel, les nuages ou les oiseaux..


Quelques citations de ce livre que je trouve très parlante:
Au Kazakhstan, les habitants disent que le ciel est toujours bleu, car ils savent que derrière les nuages le ciel est bleu.

Après s'être battu ensemble contre un incendie, deux pompiers vont au bord de la rivière. L'un deux à le visage couvert de suie et de cendre, noir comme du charbon et l'autre est parfaitement propre.
Le quel va se laver?

Le propre évidemment. Car en voyant le visage de son collège qui est sale il va se dire, je suis tout noir, j'ai besoin d'une toilette.. Alors que le collège sale, voyant son ami propre ne pensera pas qu'il en a besoin...


Ce livre regorge de petit message comme celui la. Qui nous rappel que si nous sommes heureux, tous les gens autour de nous en sentirons l'Energie...



Une légende personnelle

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 11 octobre 2005

Dans une entrevue, Coelho confiait que ce roman est 60% autobiographique. On serait enclin à penser qu’il s’agit de plus.

Avec une grande lucidité il parle de sa carrière et du regard des autres sur celle-ci. Mais le centre du livre porte sur sa femme, l’amour de sa vie, disparue sans explications, son Zahir. Cette épreuve l’amène à se questionner sur l’amour, sur le couple, mais aussi à partager avec nous ses réflexions sur divers sujets tournant autour de la spiritualité. C’est une approche simple. Une écriture simple.

Ce n’est pas inintéressant contrairement à ce que ses détracteurs colportent. Toutefois, il s’agit d’un propos plus approprié pour l’essai que la trame romanesque. À plusieurs reprises, on sent que l’auteur s’évertue à forcer des rebondissements pour satisfaire les normes de la fiction, alors qu’il serait visiblement plus à l’aise dans la dissertation.

Pas à la hauteur

4 étoiles

Critique de Clo31 (, Inscrite le 9 septembre 2005, 59 ans) - 23 septembre 2005

Il est sans doute difficile d'assumer quand on a déjà fait des livres excellents et surtout un must (l'Alchimiste).
Sentiment de déjà vu, de lire un livre écrit parcequ'il fallait écrire.
Bref, le grand auteur est resté dans l'ombre.
Je dois avouer que je suis contente qu'on me l'ait offert, si je l'avais acheté j'aurais eu le sentiment de m'être faite avoir !
L'histoire n'est pas désagréable à lire 'est vrai mais j'attends mieux.

Jolie quête

7 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 27 juillet 2005

Paulo Coelho nous livre une de ces histoires tendres dont il a le secret, et qui pourrait très bien lui arriver. Je me suis demandé s'il ne s'agissait pas d'une déclaration déguisée à son épouse.
Il faut noter l'importance du Kazakh qu'il rencontre et qui le mènera jusqu'à sa femme, qui se trouve dans son pays. Peut-être n'est-il pas inutile de rappeler qu'Esther, l'épouse de l'auteur, est journaliste de guerre, passionnée par son métier, ce qui explique sa disparition subite, dont je vous laisse deviner et découvrir à quel degré elle est volontaire.
Les réflexions sur la vie de couple sont intéressantes et belles. Il est juste dommage, néanmoins, que l'auteur se perde encore dans des interrogations métaphysiques, qui n'apportent pas ici grand-chose : son ami étranger, qui a été l'amant d'Esther, se dit entendre des voix et livre des messages au personnage principal. En réalité, il s'avère être épileptique. On apprend alors que Jeanne d'Arc et Saint-Paul l'étaient aussi, ce qui casse un peu ses réflexions en matière de spiritualité, mais rend cet anti-héros d'autant plus touchant dans ses doutes et sa fragilité.
C'est un roman agréable à lire, mais j'ai tout de même eu l'impression de lire un livre aux thèmes déjà ressassés. Il y a pas mal de déjà lu et de déjà vu. Somme toute, il est pas mal, mais est loin d'être très original.
Pour conclure, c'est une bonne lectre d'été.

Forums: Le Zahir

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  question 4 Pretty 26 octobre 2017 @ 18:56

Autres discussion autour de Le Zahir »