Bel amour, chambre 204, ou, L'autre moitié de Francis Dannemark

Bel amour, chambre 204, ou, L'autre moitié de Francis Dannemark

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jules, le 25 avril 2001 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 74 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 911ème position).
Visites : 3 384  (depuis Novembre 2007)

Une histoire qui vaut d'être lue

Un très beau petit livre ! Francis Dannemark nous a déjà habitués à des livres assez courts, d’une très belle écriture et pleins de charmes, comme « la Grève des archéologues » et « Qu’il pleuve ».
Celui-ci ne dépasse pas l’équivalent d'une nouvelle, mais il ne déçoit vraiment pas.
Esther a 85 ans et attend toute sa famille qui vient fêter son anniversaire chez elle. Elle a fait venir son petit-fils favori, David, avant les autres, afin qu’il l'aide à classer ses livres comme elle le souhaite.
David va faire la connaissance d’une de ses cousines, Fiona Dazzura, qu'il n’avait jamais vue.
Elle est belle et pleine de classe.
Ce petit roman est aussi une histoire de livres. Esther vivait avec un livre en main et son petit-fils David a hérité de cette passion. Voilà qu'il trouve un morceau de roman dans la maison d’Esther mais n’arrive pas à mettre la main sur la deuxième partie. Il va tout faire, pendant des années, pour tenter de retrouver ce morceau. Il le cherche et pourtant il n’en connaît pas encore toute l’importance !
Un exemple du style de Francis Dannemark ?
« On sait ce que c’est, le temps qui passe. C'est parfois très exactement quelque chose d'immobile. Une montagne de glace qui se détache si lentement que nul ne pourrait y voir l’iceberg qui un jour prendra la mer. »
Je vous conseille vraiment ce petit livre, il vous donnera un très bon moment !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Amour toujours

9 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 21 juin 2006

Quelle magnifique histoire que celle-ci, tendre et douce, cruelle aussi. Comme l'amour. Le fil conducteur de ce court récit. Amour entre David et Esther. Entre David et Fiona. Entre David et un livre dont la moitié a disparu. A travers sa quête obsessionnelle de cette moitié d'ouvrage qu'il tente à tout prix d'identifier, on devine que c'est lui-même qu'il essaie de cerner. Sa quête n'en est que plus douloureuse et en même temps elle est si belle, si noble.
Tout au long de ces belles pages, j'ai ressenti la présence d'Esther de manière tellement forte, comme si elle était un ange riant sous cape devant tout cela.
Voici de la lecture telle qu'on en redemande, dont on ne se lasse jamais, tant elle est riche et belle. Une écriture qui s'offre avec une fin qu'on espère tout en la redoutant, une fin qui rime avec amour, retour, détour, toujours. Une petite merveille!

Court mais intense...

8 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans) - 27 août 2002

Je partage toutes les éloges faites pour ce roman de Francis Dannemark qui allie poésie et fraîcheur. Un roman épuré, un roman fait de douceur et de beauté, un roman qui laisse entrevoir en peu de pages une vraie histoire, dépourvue de toute surcharge descriptive et qui pourtant ne donne pas ce goût de trop peu souvent risqué dans les livres courts.
Un amour délicat, inéluctable et indestructible, qui se créée, existe et dure au-delà des circonstances de l'existence.
Et cette surprenante Esther qui quitte le monde des vivants dès le début du livre mais en demeure, en filigrane, personnage à part entière. Cette si belle image que celle de ce livre dont les deux parties sont séparées l'une de l'autre et dont la réunion reste une quête, une obsession, un but, à travers le temps.
Et quelle magnifique écriture... pour un superbe roman.

Le goût du bonheur

8 étoiles

Critique de Kinbote (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 60 ans) - 10 mai 2002

Dannemark cultive dans ses romans le goût des rencontres dans les cafés, des livres à lire ou à écrire , du temps qui file en creusant des rides, qui est celui de la vie quand elle se conjugue avec le bonheur de vivre. En quelques dizaines de feuillets, il concentre dix ans d’existence, et en rappelle cent autres: ceux d’Esther, la grand-mère qui rassemble sa descendance avant de partir. Comme on l'a écrit, c’est le récit
de la quête de l'autre moitié
d'un livre, d'un amour qui, depuis Platon,
ne peut être un et un seul que reformé de ses parties disjointes. Economie de moyens au service d'une histoire touchante. Sens de l'ellipse et de la pudeur illustré parfaitement dans ces deux extraits :
« Un peu de lumière filtrait. Il frappa un seul coup, très léger, puis il entra. Fiona
avait le plus beau sourire du monde. Elle le garda jusqu’au matin. »
« Elle entra dans la maison, sourit, s’installa dans un fauteuil et, du même mouvement, souple et lent, prit une place dans sa vie. »
Sans dire, pour ne pas dévoiler la fin, à qui appartiennent les lèvres ci-dessous citées, on peut aussi mentionner ces lignes : « David ferma les yeux. C’était la même chaleur. Les lèvres les plus douces du monde. Et le monde était complet. » Comme notre plaisir de lire cette "romance"!

Magnifique critique eclair de St-Germain...

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 48 ans) - 6 mars 2002

... qui a pu rendre magnifiquement les mots et l'histoire de ce Bel Amour. Cela rappelle tant de choses, tant de vécus. Oui, on veut y replonger le plus souvent possible. On veut le faire perdurer à l'infini, comme cette vieille dame de 85 ans... Regards qui se croisent... Dannemark réussit là un bel exploit...

Quête de l'inaccessible, rêve accessible?

9 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 51 ans) - 6 mars 2002

Me voilà totalement conquise par le style et le propos de Francis Dannemark.
Le livre se dévore en peu de temps et, arrivé à son terme, le lecteur n'a qu’une envie : y goûter à nouveau.
Il est de ces phrases, courtes, incisives ou rondes, qui vous trottent encore dans la tête, dont l’écho vous poursuit.
Esther est une grand-mère fascinante : clairvoyante, sincère et donc souvent en décalage par rapport à la bienséance, pétillante et parfois même un brin folle.
A l’occasion de son quatre vingt cinquième anniversaire, elle invite le ban et l'arrière-ban familial.
Deux hôtes se découvriront, deux regards s'accrocheront.
Un peu plus tard, David, l'un des deux, plonge dans un livre trouvé chez la vieille dame sa grand-mère.
Curieux.
Il n’y a qu'une moitié de livre..
La couverture et la seconde partie manquent, comme déchirés.
David, captivé, ne ménagera pas ses peines pour dénicher la suite.
Histoire d'une double quête donc, celle d’un livre qui est bien plus qu’un livre, et celle d'un amour.
Je vous laisse découvrir vous-mêmes le dénouement, qui, même si on le devine, même si on l'espère, suscite une émotion, un serrement de gorge.
Et voilà que point le désir de reprendre le livre...

Cette saga en peu de mots...

8 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 63 ans) - 30 décembre 2001

Oui, un très beau livre, que son auteur aime définir par le joli paradoxe : "Cette saga en peu de mots..." Francis Dannemark s'avoue incapable d'échafauder un roman long à personnages multiples comme le "Retour à Montechiarro" de Vincent Engel. Voilà pourquoi il privilégie les récits courts et finement ciselés comme ce petit chef-d'oeuvre qui pourrait réconcilier avec la lecture ceux qui ont perdu l'habitude de prendre un livre pour compagnon (ou ceux qui ne l'ont jamais eue). Jules nous offre dans sa critique un exemple bien choisi du style de Francis Dannemark. Une image très juste sur le passage du temps. Permettez-moi d'être un peu romanesque, et de vous révéler quelque chose

une histoire intimiste

8 étoiles

Critique de Plume (Reims, Inscrite le 25 mai 2001, 49 ans) - 25 mai 2001

le debut de ce roman est un peu decevant, avec une fausse impression d'histoire à l'eau de rose puis on se laisse charmer par la musique de cette histoire. A lire absolument.Mon seul regret c'est qu'il soit si court.

Forums: Bel amour, chambre 204, ou, L'autre moitié

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Bel amour, chambre 204, ou, L'autre moitié".