Britannicus de Jean Racine

Britannicus de Jean Racine

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Plum01, le 26 mars 2005 (Lyon, Inscrit le 30 août 2004, 31 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (34 703ème position).
Visites : 7 791  (depuis Novembre 2007)

Britannicus, une tragédie propre à Racine

J'ai beaucoup apprécié cette tragédie. En effet, tout comme dans l'autre tragédie du même auteur que j'ai lue il y a peu (à savoir Bérénice), on retrouve des thèmes récurrents similaires comme par exemple, l'amour impossible entre Britannicus et Junie.
On retrouve surtout l'implacable Néron dont la méchanceté n'a pas de limites et toute la rupture d'équilibre de l'oeuvre repose essentiellement sur Néron qui convoite Junie l'amante de Britannicus...
Voici ma toute première critique approfondie. Je vous demande au possible de la compléter par des critiques éclairs. Pour terminer, je dirais que nous avons ici une oeuvre propre à son auteur, des thèmes de conflits très intéressants. Adeptes de Racine, si ce n'est fait, n'hésitez pas. Après Bérénice, ce livre là m'a aussi beaucoup plu...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Britannicus [Texte imprimé], tragédie Racine éd. présentée, annotée et commentée par Gilles Guilleron
    de Racine, Jean Guilleron, Gilles (Editeur scientifique)
    Larousse-Bordas / Petits classiques Larousse.
    ISBN : 9782038716818 ; EUR 4,14 ; 10/07/1998 ; 207 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

la politique et le pouvoir, en alexandrins

10 étoiles

Critique de Cyclo (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 73 ans) - 27 juillet 2019

Britannicus est la première pièce que j'ai lue de Racine, elle m'a donné le goût (que Corneille avait déjà préparé avec Le Cid) du théâtre classique français, de ses alexandrins ciselés. Je n'ai jamais cessé d'en lire, et je suis étonné (sans tout à fait l'être, car je sais que pour les habitués du smartphone et des sms, cette langue "soutenue" qui me paraît très simple, doit paraître un peu difficile à avaler) que nos grands auteurs classiques soient plutôt assez mal aimés sur CL.
Ici, on a affaire à une pièce éminemment politique, on y trouve, pour paraphraser Marivaux, les "jeux de l'amour et du pouvoir" admirablement mis en scène, sans un temps mort. Voir, si elle se joue encore, la mise en scène qu'en donne la Comédie française, en costumes modernes, avec la magnifique Dominique Blanc dans le rôle d'Agrippine. Je l'ai vue, l'an passé, lors d'un passage à Paris.
Le "monstre" Néron n'est pas plus monstrueux que bien des hommes politiques du XXe et du XXIe siècle. Il a fait des petits, même...
Et quelle langue, d'une beauté souveraine. Après ça, lire de la littérature contemporaine, on tombe (il y a, heureusement, quelques exceptions), c'est le cas de le dire, de haut ! Et même de très haut...

Si vous n'aimez pas les rimes ni les vers, courez ailleurs !

3 étoiles

Critique de Lilip (, Inscrite le 22 juillet 2009, 27 ans) - 22 juillet 2009

Je n'ai pas vraiment apprécié ce livre ...

Certes le thème et l'histoire sont intéressants. Et c'est un des classiques qu'on se doit de lire.

Mais la manière dont c'est écrit .... il faut vraiment avoir envie de le lire ou alors il faut être un inconditionnel du genre !

Si ce n'est pas votre cas, passez votre chemin.

En rimes...

4 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 17 novembre 2007

La première chose qui m’est venu à l’esprit c’est: « Oh mon dieu, c’est écrit en rimes ». Je l’ignorais ou ne m’en rappelais plus. Bien que j’aime le contenu, j’ai beaucoup eu de difficulté de passer au travers de la forme. Le fait que le texte est écrit tout en rimes fait que je trouve que l’ensemble manque de naturel.

J’ai lu ce livre pour être préparé pour le roman Les Souffleurs de Cécile Ladjali. Dans le résumé de ce livre, on fait référence à Othello et à Britannicus. Je ne sais pas si c’était utile, mais de toute façon je voulais lire Britannicus pour Néron.

Il faut vous dire que j’adore les folies de Néron depuis que j’ai dévoré Vies des douze Césars de Suétone. Alors, peut-être que je ne suis pas impartiale, mais je suis plus du côté de Néron et contre Agrippine, l’ambitieuse, et Britannicus que je trouve beaucoup trop naïf, pour ne pas dire stupide.

C’est une tragédie et ça ne m’a pas touché. C’est un peu comme pour Shakespeare, il faut aimer le genre.

Mouarf

8 étoiles

Critique de Poupi (Montpellier, Inscrit le 11 août 2005, 29 ans) - 30 octobre 2005

Que de complots!! Pièce très sympathique, j'ai toujours aimé le personnage de Néron, et ici on le voit très conspirateur et j'ai beaucoup aimé!!
Un classique à lire!

Forums: Britannicus

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Britannicus".