Le nez de Mazarin de Anny Duperey

Le nez de Mazarin de Anny Duperey

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jemangeleslivres, le 17 janvier 2005 (Inscrite le 25 mai 2004, 47 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (44 438ème position).
Visites : 4 577  (depuis Novembre 2007)

Un roman formidable

j'ai découvert cet écrivain formidable très récemment. Anny Duperey n'était alors pour moi qu'une comédienne sympathique et j'avoue-à ma grande honte!- que j'étais loin de lui imaginer un tel don d'écriture, car il s'agit bien d'un don. "Le nez de Mazarin" m'a bouleversée, sans autre mot.
L'histoire est captivante: pourquoi Claire tue-t-elle son mari? qu'est-ce qui pousse cette femme, en apparence heureuse, dans la folie et le meurtre? Mais surtout, la description de la douleur et des mécanismes de la dépression sont d'une incroyable justesse et d'une grande finesse. L'écriture est impeccable, juste, sobre, sensible, en un mot parfaite.
"Le nez de Mazarin" est à lire absolument.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le nez de Mazarin [Texte imprimé], roman Anny Duperey
    de Duperey, Anny
    Seuil / Points (Paris).
    ISBN : 9782020253123 ; EUR 7,00 ; 03/05/1995 ; 264 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une dépression qui ne finira jamais

2 étoiles

Critique de Odile93 (Epinay sur Seine, Inscrite le 20 décembre 2004, 66 ans) - 18 octobre 2020

Je m''étais réjouie à l'idée de lire un livre d'Anny Duperey et la quatrième de couverture me laissait présager d'agréables moments de détente.

L'histoire démarre bien. Une femme heureuse dans son couple tue son mari un an plus tard. Mystère ! Pourquoi ? Comment est-ce possible !?

La suite aurait pu être intrigante, passionnante, avec plein de rebondissements... mais non ! C'est tout le contraire !!!!

L'autrice nous raconte DANS LE DÉTAIL l'état dépressif de Claire et montre le désarroi de son mari, témoin du mal-être de sa femme.

Et ça dure, ça dure.... Je lis alors en diagonale... Enfin arrivée à la page 176, je me dis chouette, Claire rencontre un homme dans la rue. Il va se passer quelque chose...

Mais non toujours la routine, le mal-être. Moi qui fuis dans la vie ce genre de personnes ...

Finalement, aucune surprise, même à la fin. Ce livre n'arrivera pas à éveiller chez moi un quelconque intérêt.

amour et haine

6 étoiles

Critique de Stradivarius (, Inscrite le 7 février 2015, 78 ans) - 27 février 2015

Anny Duperey décrit parfaitement la descente aux enfers de Claire. Elle ne vit qu'à travers son mari, elle ne travaille pas , s'ennuie et en plus elle cultive sans cesse une apparence normale auprès de ses proches. Peu à peu ce couple sans problèmes se désagrège, la vie de cette femme devient intenable, rendant son mari coupable de son état. Elle ira jusqu'au crime... L'auteur décrypte minutieusement la dépression, avis au psy , comment peut-on en arriver à cette situation finale.

Je suis passé totalement au travers...

1 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 41 ans) - 8 juin 2010

Et bien cette fois-ci, je n’ai pas adhéré à l’écriture de Duperey. Evidemment ça décrit très bien cet état dépressif, mais à la lecture c’est lourd, c’est long, c’est indigeste. Beaucoup de glauque inutile, pas le moindre signe légèrement positif.

Certains lecteurs plus torturés (ou du moins ayant plus de vécu à ce niveau là) pourraient sans doute s’y retrouver mais à moi, ça n’a pas parlé.

L'étrangère - Perte de la raison et de soi-même

7 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 42 ans) - 13 juin 2008

Cette femme abandonne tout, renie sa vie monotone, un mari qui l'ennuie, sa pudeur qu'elle finit par effeuiller malgré elle et avec frayeur, jusqu'à commettre l'irréparable, un crime, qui la condamne judiciairement, après s'être déjà murée dans le mutisme et le rejet du monde : elle a comme commandé sa peine de réclusion, par le malaise psychologique dont elle est atteinte et qu'elle a fini par accepter.

Viviane, son amie de lycée, qu'elle retrouve après une recherche volontaire, la dégoûte par sa vie affreusement normale, alors qu'elle avait incarné l'esprit rebelle de sa jeunesse. Viviane m'a un peu rappelé l'auteur.

Ce roman est rempli de certaines transcendances, et Claire, le personnage principale a des réminiscences de l'Etranger d'Albert Camus, en féminin en milieu urbain européen.
Pourtant, je n'ai pas toujours accroché, et mon attention a sauté, par le fait d'un nombre de scènes glauques un peu trop importantes à mon goût. Mais le style est agréable de simplicité.

Forums: Le nez de Mazarin

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le nez de Mazarin".