Cahiers Albert Camus, tome 1 : La Mort heureuse de Albert Camus

Cahiers Albert Camus, tome 1 : La Mort heureuse de Albert Camus

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jules, le 20 mars 2001 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 904ème position).
Visites : 10 140  (depuis Novembre 2007)

Une recherche vers " l'étranger "

Il s’agit ici d'un roman publié dans les « Cahiers Albert Camus » après la mort de l’auteur et jamais terminé par lui.
Il est considéré comme une première réflexion ayant préparé « l'Etranger », tout en étant fortement différent.
L'histoire en est fort simple. Le héros, Patrice Mersault, tue Zagreus, homme impotent cloué dans un fauteuil d'infirme depuis des années, mais très riche et ayant son argent chez lui. Zagreus provoque presque son assassinat en développant sa théorie que le meurtre est acceptable dans la mesure où il pourrait amener au bonheur. Patrice Mersault va se dire que cet homme n'a plus rien de sa vie et que le tuer n’est donc pas si grave. En plus, l’argent que celui-ci possède va lui permettre à lui d'atteindre le bonheur. Le bonheur c’est le temps, et pour avoir le temps qui mène au bonheur, il faut l’argent. La boucle est fermée. Patrice Mersault tue donc Zagreus, part à Prague et voyage un peu en Europe. Il reviendra en Algérie où il vivra son « bonheur ».
Camus écrit : « Sans colère et sans haine, il ne connaissait pas de regret. » Il jouira donc pleinement de l'argent de Zagreus, à sa façon, et cet argent lui permettra d’atteindre ce que lui estime être le but final : une certaine mort. Après tout, mourir est la finalité pour tous mais toute les morts ne se ressemblent pas. Il y a « La mort heureuse » !

On sent bien que ce livre est inachevé, mais beaucoup d'auteurs auraient aimé en avoir écrit un comme celui-là…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Cahiers Albert Camus.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mortellement ennuyeux

4 étoiles

Critique de Tetef (Tarare, Inscrit le 24 février 2013, 44 ans) - 31 mai 2015

Pour les inconditionnels de Camus ou les étudiants en littérature sinon passez à un autre livre. Il y a de bonnes réflexions dans ce livre mais elles sont noyées dans d'interminables descriptions. Lire la critique de Dudule de 2010 et tout est dit.

Le passage du livre que je retiens : "Ne me faites pas dire que l'argent fait le bonheur. J'entends seulement que pour une certaine classe d'être le bonheur est possible (à condition d'avoir du temps) et qu'avoir de l'argent c'est se libérer de l'argent.".

Autre version de L'Etranger

8 étoiles

Critique de Stradivarius (, Inscrite le 7 février 2015, 75 ans) - 17 mai 2015

Dans ce livre, Camus reprend le héros de l'Etranger, Patrice Mersault, personnage taciturne , secret . Il s'apprête à commettre un crime , il rend visite à Zagreus , assis dans un fauteuil, un plaid sur ses moignons, je ne supprime qu'une moitié d'homme , l'infirme semble consentant. Mersault s'enfuit sans regarder autour de lui" il se coucha et dormit jusqu'au milieu de l'après-midi". Que faut-il voir dans ce crime? Un acte de charité. On suit Mersault en fuite, il voyage , part quatre jours à Prague.Il semblerait que Camus écrit une première mouture de l'Etranger , dans une version différente, on retrouve l'homme révolté , toujours déambulant seul dans les villes qu'il visite, cette publication a été décidée par la famille et délivrée aux lecteurs.Ses péripéties sont nourries de l'expérience d'une jeunesse difficile et ardente de l'auteur.

Le bonheur à quel prix !

7 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 12 janvier 2010

Considéré comme son premier roman. Il a commencé à prendre des notes dans le courant de 1936, mais le livre parut à titre posthume. Comme dans beaucoup de premiers romans, l’auteur y met toute son expérience, comme s’il n’écrirait plus jamais. Beaucoup de références autobiographiques, on retrouve le cadre de Belcourt, quartier populaire, la bataille de la Marne – la tuberculose – le voisin tonnelier sourd et à demi muet- l’évocation de « la Maison devant le Monde » .

Un bref résumé : Patrice Mersault, employé pauvre, fait la connaissance d’un riche infirme, Zagreus, présenté par Marthe, leur maîtresse commune. Mersault tue Zagreus dans des circonstances qui lui assurent l’impunité et s’empare de sa forturne. Il part en voyage, visite Prague et revient à Alger par Gênes. Là, il vit heureux. Il va s’installer seul dans le Chenoua dans une maison face à la mer. Il y tombe malade et meurt. Il a appris que le bonheur est volonté, et il meurt heureux.

La volonté du bonheur

8 étoiles

Critique de Kinbote (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 58 ans) - 16 août 2005

Roman écrit de 1937 à 1939 et qui ne fut pas publié car Camus s’attaque ensuite à l’écriture de L’étranger. Le personnage principal s’appelle aussi Mersault (mais sans u). Il recherche le bonheur qui est pour lui la vertu principale : « Ce qui compte seulement, c’est la volonté du bonheur, une sorte d’énorme conscience toujours présente. »
Le roman est encadré par deux morts, celle de la victime qui décède de mort violente et celle de son assassin, Meursault, qui meurt de maladie, mais comme l’annonce le titre, de manière heureuse car il était parvenu à un état de bonheur que même la mort ne pouvait entamer. Etrange roman car on ne comprend pas de suite ce que gagne Mersault à commettre ce crime, sinon pour l’argent qu’il substitue à sa victime. Après le meurtre (maquillé en suicide) d'un ami handicapé, pour lequel il n’est pas le moins du monde inquiété, il fait un voyage en Europe centrale et revient à Alger via l’Italie. Il fréquente alors une maison (la « Maison devant le monde ») occupée par trois étudiantes, la quitte, décide de se lier avec une femme et tombe malade.

Ciel, mer, monde, ces vocables sont présents à chaque page ; ils maintiennent Mersault comme en élévation ; leur constant rappel atteste que rien de la vie matérielle, sentimentale (il est peu sensible aux marques d’affections amoureuses ; Mersault est ce qu’on peut appeler un homme à femmes : « Je risquerais d’être aimé, et ça m’empêcherait d’être heureux. ») ou amicale (le meurtre de son ami ne lui procure aucun sentiment de culpabilité) ne peut vraiment le toucher. « Conscient et pourtant étranger, dévoré de passion et désintéressé » comme le qualifie Camus.
Ce qui le retenait d’apprécier pleinement la nature, sa solitude, son rapport constant au monde et à soi, c’était ces huit heures de travail, littéralement tuantes, et rien d’autre. En ce sens, ce roman possède une puissante charge politique car le meurtrier n’est pas puni pour son crime, il trouvera même le bonheur.
« Avoir de l’argent, c’est avoir du temps. Je ne sors pas de là. Le temps s’achète. Tout s’achète. Etre ou devenir riche, c’est avoir du temps pour être heureux quand on est digne de l’être. »

Une bonne dose de condescendance est présente, ai-je trouvé, dans les critiques de ses amis au sujet de ce roman non publié. On peut penser que leurs réactions auraient été autres si le livre avait été publié... J’ai relevé cette note à propos de la fin assortie de quelques corrections sur le manuscrit : « Les dernières phrases du roman ont fait l’objet d’une mise au point laborieuse ». Laborieuse !? Comme si toute fin de roman n’était pas un moment à soigner particulièrement.
Certes on a le sentiment que le roman est difforme, mal dégrossi même au niveau du style qui multiplie à l’envi les vocables cités plus haut et un modèle de phrase récurrent.
Galop d’essai pour l’écriture de ses romans suivants ? Pas seulement. Même s’il est établi que, par la suite, Camus parviendra à l’essentiel.

Forums: Cahiers Albert Camus, tome 1 : La Mort heureuse

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Cahiers Albert Camus, tome 1 : La Mort heureuse".