Métaphysique des tubes de Amélie Nothomb

Métaphysique des tubes de Amélie Nothomb

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Chat pitre, le 5 septembre 2000 (Linkebeek, Inscrite le 23 février 2001, 46 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 56 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (9 596ème position).
Visites : 11 707  (depuis Novembre 2007)

Les trois premières années de la vie selon Amélie Nothomb.

Cette année encore, Amélie nous a réservé une surprise de son cru.
Faisant suite à Stupeur et Tremblement qui racontait son expérience de travail au Japon, ce livre parle de la toute petite enfance d’Amélie au pays du soleil levant lorsque son père y était consul. Enfant étrange à souhait, elle fut, pendant deux années, surnommée " le légume " par ses parents tant elle était inerte et peu réceptive à de quelconques stimulations. Elle se prenait tout simplement pour Dieu, aidé en cela par sa nounou Nipponne, car au Japon, tout enfant de moins de trois ans est réellement considéré comme un petit dieu. Cette petite fille avait sans doute déjà tous les atouts pour devenir cet écrivain que l’on connaît aujourd'hui.
Qu’il soit réellement autobiographique ou que ce soit une interprétation de l'esprit très imaginatif d’Amélie, ce livre est amusant et se lit d'une traite, sans reprendre son souffle .

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Savoureux comme un carré de chocolat...

10 étoiles

Critique de Callisthene (Cagnes/mer, Inscrit le 12 juin 2014, 30 ans) - 12 juin 2014

Tout simplement génial.. Une plume sans pareille pour une oeuvre unique : on a envie d'y croire. On s'émerveille à mesure que les pages défilent.

Mon préféré

9 étoiles

Critique de Cecezi (Bourg-en-Bresse, Inscrit le 3 mars 2010, 37 ans) - 19 juillet 2013

Je viens de relire "Métaphysique des tubes", et j'ai été surpris par sa qualité, surtout en regard des derniers opus de la romancière. Des idées innovantes et bien conduites, un style clair mais pas négligé. Un sens du rebondissement et du rythme.
Amélie Nothomb par cet opus nous prouve qu'elle a tout ce qu'il faut pour être un écrivain de première catégorie.

Délicieux

9 étoiles

Critique de Catinus (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 66 ans) - 6 septembre 2012

Amélie qualifie elle-même « Métaphysique « comme étant le plus japonais de ses romans. En effet, elle décrit son enfance au Japon et quelle enfance ! et quelle description ! L’apprentissage du langage, la perception de ses semblables, sa dévotion pour le Japon, sa découverte de l’écriture, ses amours et ses dégoûts, son premier suicide (à ce jour). Comme vous le voyez, il y a de la matière …

Le génie d’Amélie-San est de rafraîchir des évidences dont nous avons oublié le sens premier.

Tout le roman est à pointer mais plus particulièrement peut-être l’épisode des égouts qui est absolument désopilant (pp. 114-121) et les passages où elle nous explique comment lui est venu son goût – devenu vital- de l’écriture ( pp. 125-127 et pp. 139-140).

Un bijou dans le genre (qui est de toute façon unique). Une relecture sublime !

Extrait

- On rencontre dans les salons des gens qui se vantent haut et fort de s’être privés de tel ou tel délice pendant vingt-cinq ans. On rencontre aussi de superbes idiots qui se glorifient de ne jamais écouter de musique, de ne jamais ouvrir un livre ou de ne jamais aller au cinéma. Il y a aussi ceux qui espèrent susciter l’admiration par leur chasteté absolue. Il faut bien qu’ils en tirent vanité : c’est le seul contentement qu’ils auront dans leur vie.


- Je persiste à penser que la meilleure raison pour se suicider est la peur de la mort.

Un titre incroyable, un livre médiocre.

3 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 35 ans) - 28 juin 2012

Disons-le clairement, passé le titre vraiment intrigant le roman sombre dans l'ennui. Mme Nothomb nous parlera donc de son sujet de prédilection, à savoir elle-même, en se mettant en scène en tant que génie infantile. Bon, ce n'est évidemment pas du tout crédible, mais cela serait sans importance si l'histoire parvenait à décoller un peu. Il n'en sera rien, à part de trop brefs moments où son humour fera mouche, on constatera que sa Métaphysique des tubes n'a pas le piquant de certains de ses autres livres.
Il a fait office de livre de plage et a parfaitement rempli son rôle : vite lu, vite oublié.

Décevant

2 étoiles

Critique de Morphée (, Inscrite le 7 décembre 2005, 37 ans) - 3 juin 2012

C'est le premier livre d'Amélie Nothomb que je lis et franchement, je m'attendais à mieux. Je l'ai trouvé sans intérêt, vide, pas du tout captivant. En plus, on ne sait pas si c'est de la fiction ou de la réalité, un mélange des deux peut-être? L'avantage c'est qu'il se lit vite et facilement, heureusement peut-être car je ne suis pas sûre que je l'aurai lu entièrement dans le cas contraire...
J'espère que je suis tombée sur le mauvais livre et qu'Amélie Nothomb pourra me surprendre une prochaine fois.

Totale vacuité

2 étoiles

Critique de Chrisland (, Inscrit le 27 septembre 2011, 57 ans) - 26 octobre 2011

Ce livre (roman ? autobiographie ?) est, comme pour la grande majorité des oeuvres d'Amélie Nothomb, d'une totale vacuité.

Une heure pour le lire (le parcourir, le survoler ? les phrases ont tellement peu de poids que le regard "surfe" sur le texte sans que l'oeil n'accroche), une heure pour l'oublier... Ce n'est pas mauvais, ce n'est pas désagréable, c'est... vide.

Certains auteurs actuels à grand succès et grand tirage font l'objet (à juste titre selon moi) du rejet ou -à tout le moins- de l'absence d’intérêt des lecteurs intensifs (compulsifs) dont je fais partie, notamment pour la platitude de leur style. Mais au moins ont-ils quelque chose à raconter ! Chez Musso, Sardou, ou autre Werber, il y a une histoire, un scénario...

Selon Nothomb, elle écrit chaque année trois romans, pour n'en publier qu'un. Mais que doivent être les non retenus ?!

Dommage, car elle n'est pas dépourvue de talent, loin de là (voir "Hygiène de l'assassin"). Alors, s'il vous plait, Monsieur Cadbury, vous pouvez pas le faire un peu plus long, plus dense, et moins souvent ??

Quelques bons moments

6 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 59 ans) - 1 octobre 2011

Peut-être faut-il lire les romans de Madame Nothomb dans l'ordre, ou peut-être ses romans souffrent-ils simplement d'une inégalité littéraire.

On retrouve dans celui-ci les trois premières années de sa vie. Si ce sont des passages autobiographiques, Amélie était effectivement une enfant extraordinaire,; qu'elle se prenne pour un simple tube ou pour Dieu, ne m'a pas semblé d'un grand intérêt. Le « légume » se réveille à deux ans, et sa vie d'enfant et ses souvenirs vont nous être contés ensuite à la première personne.
« Il hurlait de plus belle et de plus laide. »
Ses miracles entre ses deux et trois ans relèvent quelquefois du cocasse ou de l'exubérant.
Elle refuse de parler et prendra le temps de bien choisir les mots et l'ordre dans lequel elle les prononcera.
D'où une réflexion intéressante sur le rôle et l'importance du langage. Le fait de nommer les gens leur donne une existence; une maman n'est maman que si quelqu'un l'appelle « maman ».
« Parler était un acte aussi créateur que destructeur. »
Mais il existe un emploi inoffensif de la langue:  « Beau temps, n'est ce pas?... »

C'est donc un roman que, mis à part ces réflexions intéressantes sur l'importance des mots, j'ai trouvé un peu léger.
Il n'en reste pas moins une écriture dont je suis toujours autant admirative, un titre à l'originalité impressionnante et un vocabulaire rare que j'ai toujours autant de plaisir à retrouver voire à découvrir.

Mon A.N. préféré

8 étoiles

Critique de Gnome (Marseille, Inscrit le 4 décembre 2010, 46 ans) - 7 décembre 2010

Amélie Nothomb ne laisse généralement pas de glace. On aime globalement ses livres, ou bien on les déteste. Je fais partie de la première catégorie et, n'ayant raté aucun de ses ouvrages, je dois dire que celui-ci a ma préférence.

Nothomb nous plonge ici dans la drôle de vie d'une curieuse petite fille belge qui grandit au pays du soleil levant. J'ai souri, ri et je me suis émerveillé de la façon très originale qu'a l'auteur de nous faire partager ce qui peut se trouver dans la tête d'un tout petit enfant.

Je crois que je vais le relire !

Un bon livre de métro...

5 étoiles

Critique de Yohann (, Inscrit le 16 juillet 2010, 34 ans) - 18 novembre 2010

Je cherchais un livre pour m'accompagner dans une longue traversée de Paris en métro et le premier qui me soit tombé sous la main a été celui là.
Mauvaise pioche diront certain, bon choix diront d'autres...
3h et 150 pages plus loin, je termine le livre avec un sentiment partagé.

De sa naissance à ses deux ans, Amélie vit dans une sorte de coma végétatif limitant ses activités à ingérer de la nourriture, l'excréter (d'où la notion de « tube » du titre) et observer le monde qui l'entoure.
A deux ans, Amélie se réveille et nous fait vivre ses premières interactions avec le monde, entre découverte du langage et premiers traumatismes.
Ces premières expériences de la vie sont prétextes au développement de nombreuses idées assez divertissantes : par exemple comment le fait de prononcer le mot modifie la perception de l'objet, les règles implicites entre sauveur/sauvé, l'enfant roi, etc.
Le style, simple et dynamique rend la lecture agréable et rapide, malgré quelques passages difficiles.

Ce qui me dérange : c'est une autobiographie et de fait, le caractère exceptionnel de la petite fille qui parle japonais couramment avant d'avoir prononcé le moindre mot, qui ordonne ses premiers mots pour légitimer certains membres de sa famille, etc. prend une tournure prétentieuse assez désagréable.
Humour et décalage diront certain ? Pour ma part je n'accroche pas.

A lire ou pas ?
Métaphysique des tubes est un livre divertissant, facile et agréable à lire.
Personnellement, je n'y ai trouvé ni lucidité, ni drôlerie promises par la quatrième de couverture, juste quelques réflexions sympas sur un fond autobiographique.
Donc au final je ne le conseillerai pas bien qu'il ait parfaitement tenu son rôle de livre de métro.

Yohann

Le Nothomb annuel

2 étoiles

Critique de Aria (Paris, Inscrite le 20 juin 2005, - ans) - 28 octobre 2010

Et si on ne lui payait ses romans qu'à condition d'en sortir un seulement tous les trois ans ?

Ca lui permettrait de travailler trois fois plus chacun de ses livres. Savoir s'il serait trois fois meilleur est un autre problème, car il y a du boulot !

Atypique, Nothombien, mais sans bouleversements.

5 étoiles

Critique de Laenan (, Inscrit le 19 septembre 2010, 25 ans) - 23 octobre 2010

Certes, le Nothombiannisme est à l'honneur. Une stylistique soignée, intéressante, inspirée (on le sent) par des siècles de grandes littératures françaises.
Cependant, le sujet abordé reste anecdotique, n'attendez pas de ce livre qu'il change en quoi que ce soit votre vision des choses. A peine révélateur de la civilisation japonaise, ce bouquin est divertissant, parsemé d'irrégulières vagues de mentions autobiographiques intéressantes, pas plus.
A lire sur un transat.

Un bon Nothomb

6 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 57 ans) - 19 septembre 2010

Toujours son style inimitable et des souvenirs d'enfance romancés avec talent. Les récits autobiographiques sont ce que je préfère chez Amélie.

Finalement, avoir un a priori sur un Amélie Nothomb, c'est encore, à mon avis, la meilleure façon de la découvrir.

10 étoiles

Critique de Kimmi (, Inscrite le 25 juillet 2010, 27 ans) - 26 juillet 2010

Deux rumeurs antagonistes m'arrivaient aux oreilles qu'il m'était difficile d'affirmer ou d'infirmer sans avoir précisément étudié le sujet concerné. Le sujet: Amélie Nothomb et ses œuvres littéraires. Certains affirmaient que cette auteur est un génie, mais celle-ci a comme beaucoup d'auteurs ses partisans et ses réfractaires. Je décidais alors de me forger ma propre opinion et commençais tout naturellement par Métaphysiques des Tubes.

Dès les premières pages je sus. Amélie Nothomb concentrait dans ses romans le comique et le sérieux, précisément ici dans la bouche d'une enfant de zéro à trois ans. Cela me fascinait. Jamais je n'avais lu ce style de roman, de comique sérieux. C'était décidé, j'adorais, j'adhérais. Je relisais une énième fois Métaphysiques des Tubes, que l'on m'avait prêté et que par erreur d'emploi du temps je n'ai à ce jour toujours pas rendu à sa propriétaire. Fini en seulement quelques jours tellement les lignes m'emportaient, j'entamais hier soir Ni d'Ève ni d'Adam. Ce qui est bien chez Amélie Nothomb, en plus de son style d'écriture, c'est la facilité que l'on a de lire un de ses livres avant celui qui logiquement le précède. Je n'ai pas encore terminé celui-ci, mais je sais déjà qu'il n'y a rien que je ne comprenne pas du fait de ne pas avoir lu Stupeur et Tremblements en premier -deuxième devrais-je plutôt dire.

On attend avec impatience la page suivante, ne serait-ce que la ligne suivante. On connait l'histoire, pourtant chaque tournure nous étonne et nous comble comme un enfant devant une boîte de gâteaux qui découvre peu à peu boudoirs et spéculos, cachés derrière d'autres gourmandises alléchantes.
Amélie Nothomb met K.O. les rumeurs réfractaires comme le sol met K.O. les nuages pluvieux [Métaphysiques des Tubes].

du pur délire

1 étoiles

Critique de MEISATSUKI (, Inscrite le 2 octobre 2009, 41 ans) - 5 mai 2010

Je ne sais pas si je suis trop cartésienne ou pas assez intelligente pour ce type de lecture mais j'ai trouvé cet ouvrage inintéressant et déjanté dans le mauvais sens du terme (pour ne pas en employer un plus péjoratif). Quand on sait dans quel état se met l'auteur pour trouver son inspiration cela n'a rien d'étonnant. Pour ma part, ses livres ne feront pas partie de ma bibliothèque.

Bof bof et rebof

3 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 32 ans) - 4 mai 2010

J'ai lu ce livre il y a déjà un bout de temps mais le souvenir n'est pas le meilleur. Premier ouvrage (et le seul à l'heure actuelle) que je lis de ma compatriote et malheureusement, je n'ai pas été captivée. Ca se lit vite mais sans plus. C'est pas terrible disons.

Carpe Diem

8 étoiles

Critique de Tommyvercetti (Clermont-Ferrand, Inscrit le 18 décembre 2006, 29 ans) - 25 mars 2010

... Une carpe par jour ! XD
Hum, bref, ce livre de Nothomb est somme toute très fidèle à ses autres que j'ai lu. L'écriture est très simple et avec peu de mot, elle arrive à dire beaucoup de choses. Elle manie les idées d'une façon merveilleuse, et elle sait trouver les images, les métaphores, les façons de nous amener à comprendre des choses, à voir les choses à sa façon; et c'est parfois - souvent - déroutant, et délicieux.
Son humour est toujours pareil, très ironique, très détaché, très léger. Dans ce livre encore plus que dans d'autres, elle accentue ce détachement avec le fait qu'elle est, dit-elle, Dieu.
D'un point de vue psychologique, c'est aussi très intéressant. Bien qu'on devine que majorité de ses réflexions est surtout réflexion sur elle-même et compréhension, je dirai, autodidactique, certains choses très pertinentes reviennent par rapport à l'enfance, comme l'idée de tube, d'absolu, de dieu qu'on est durant ces premiers temps. Je trouve que cet éveil à la vie est représenté de façon très atypique, et vraiment délectable. C'est un régal de lire ce livre, car sans nous torturer les méninges, nous parvenons quand même à percevoir le monde à la façon dont Amélie Nothomb nous y amène, à travers les yeux de cette petite fille qu'elle dit avoir été, et l'invention (?) de ces premières années qui nous font découvrir le monde.

Amélie et ses histoires abracadabrantes ?

5 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 37 ans) - 7 septembre 2009

Je suis partagée... C'est un sujet assez bien mené dans l'ensemble. L'idée de parler de son enfance jusqu'à trois ans de cette manière est très ingénieux mais quelque chose me dérange et je ne saurais mettre le doigt dessus.
Cette petite fille, je l'ai trouvée un peu narcissique, un peu nombriliste, un peu trop... Je ne lui ai pas accordé beaucoup de sympathie. Et paradoxalement je pense qu'Amélie Nothomb a peut-être voulu démontrer le fait qu'un enfant de cet âge est en général mis sur un piédestal ?
Je ne sais pas, c'est recherché mais en même temps c'est bizarre. Et puis autobiographique ? Non je ne pense pas.
Comme à son habitude, Amélie Nothomb nous prouve ses capacités étonnantes d'écriture mais c'est vrai, je rejoins d'autres critiques, on oublie rapidement. Le livre à peine refermé on sèche...

Trou de mémoire

1 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 28 août 2008

C'est LE livre de Nothomb dont je ne me rappelle absolument, mais ABSOLUMENT de RIEN. Vide. Néant. Je lis les critiques, les résumés et aucune lumière ne s’allume. J’ai essayé de retrouver le livre pour le relire (je suis en phase relecture), mais rien, il a disparu. C’est peut-être pour le mieux, je crois que je ne l'avais pas aimé, mais quand même... Mystère...

Au milieu du chemin

2 étoiles

Critique de Serguei (, Inscrit le 29 juin 2005, 43 ans) - 26 février 2007

Un soir, une adorable démone déposa sur ma table de chevet ce romanicule d’Amélie Nothomb et me somma de le lire. Je m’exécutai. À ma grande surprise, alors que j’avais craint de tomber sur les nouvelles jacasseries d’une insupportable perruche, une petite musique se fit entendre tout au fond de ma lecture, quelques petites notes…
La première lecture à peine digérée, je fis ce que je ne me serais pas cru capable hier encore : je le relus. À cause de cette petite musique qui me restait dans l’oreille, cette mélodie mélancolique que le flot de pitreries et de burlesque forcé qui inonde les pages de ce livre ne parvenait pas à étouffer. Je compris alors que ce timbre si émouvant, ce chant du cygne qui traverse ce roman, c’était la voix d’une petite fille, - pas celle du roman, totalement artificielle -, mais la voix tragique d’Amélie, notre sœur humaine, martyrisée par Amélie l’écrivaine.
Amélie, esclave de l’humour, joujou éditorial, pauvre petit clown narcissique, bientôt quarante ans : au milieu du chemin de sa vie, que peut-on lui souhaiter de mieux qu’à la faveur d’"un événement venu du destin", elle se perde à son tour en une obscure forêt et trouve la force de revenir de l’enfer de l’écriture facile et de la dépossession de soi. Alors, peut-être mettra-t-elle fin à sa fuite et, tout en gardant quelque temps le silence, laissera enfin le monde entrer en elle.
Je veux bien parier que la prochaine époque d’Amélie Nothomb (dans 2 ans, dans 5 ans ?) sera celle de sa Vita Nova.

on lit et on oublie

1 étoiles

Critique de Janou (, Inscrite le 14 novembre 2005, 41 ans) - 12 février 2007

j'avais déjà lu "robert des noms propres", c'était bizarre et sans grand intérêt littéraire à mon goût.
j'ai voulu récidiver par "métaphysique des tubes" et mon impression est très partagée.

le bouquin se lit en deux heures, et deux heures après on a tout oublié tellement le livre est vide...

je ne dis pas que la lecture soit désagréable au contraire, j'ai parfois souri à quelques réflexions amusantes de l'auteur mais ce genre de livres très médiatisés du genre Marc Levy, ça m'insupporte !!

effectivement c'est très narcissique, c'est le genre de bouquin qu'on aime ou qu'on déteste , je comprends qu'on puisse apprécier mais de là à l'encenser, je ne crois pas que ce soit nécessaire...

on ne loupe rien à ne pas le lire !!

La vie d'un tube

6 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 45 ans) - 1 novembre 2006

Métaphysique des tubes est le 1er Nothomb que j'ai lu; un souvenir étonnant pour moi qui raconte la vie de son auteure pendant sa toute petite enfance (jusqu'à 4 ans environ).
La vision qu'elle révèle d'elle, a postériori, est celle d'un tube digestif comme véritable moteur de son corps à cet âge.
La métaphysique est donc très présente ici et Nothomb fait ce constat: l'enfance est une succession d'actions où le corps s'adonne à ses besoins de façon despotique alors que l'âme ne fait que constater cet état sans en avoir le moindre contrôle.
Nothomb nous amuse avec ce corps débile qui l'étonne et la vacuité de son "être" pendant l'enfance. Très drôle et rapide à lire même si je n'ai pu m'empêcher d'y trouver une pointe d'égocentrisme qui m'a agacé (mais ce n'est que mon avis).

L'état divin de l'enfant dure trois ans

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 19 août 2006

L'état divin de l'enfant dure trois ans : c'est ce que nous rappelle avec humour et auto-dérision Amélie Nothomb, fille du Consul de Belgique au Japon, née au pays du Soleil levant. Mais elle a connu deux années à l'état végétatif, sans pleur, ni rire, ni autre apparence d'expression. Et c'est à partir de là qu'elle s'est comme réveillée, avec toute une série d'incongruïtés qui s'ensuivirent.
C'est un livre amusant, rafraichissant sur l'univers de l'enfance, à conseiller.

Mon premier Nothomb... ravi !

7 étoiles

Critique de BONNEAU Brice (Paris, Inscrit le 21 mars 2006, 33 ans) - 19 juillet 2006

Je n'aurais jamais cru que j'écrirais un jour, sur quelque support que ce soit, la critique d'un roman d'Amélie Nothomb. Alors ça, vraiment pas. On m'en a très souvent parlé, trop probablement, en tout cas bien trop pour me donner envie de le lire. Un peu comme Dan Brown, le battage médiatique m'avait fait peur, de prime abord, m'obligeant à n'en faire la lecture qu'un an après sa publication tapageuse.

Je ne voulais donc pas lire Nothomb, dont on m'avait assuré, à s'en faire décapiter, les antagonismes suivants : "écoute, vraiment, c'est formidable, ça se lit tout seul, s'est simple, rapide, clair, et assez sympa", puis des "bon, je te cache pas que Nothomb, c'est franchement particulier, on aime ou on aime pas, mais je doute que ça te plaise".

Après que mon meilleur ami l'ai lu lors de notre dernier périple en 4x4 dans le désert Marocain (lieu hautement adapté à une telle littérature, vous noterez... !), et que mon "nouveau petit ami" me l'ai conseillé, j'ai craqué, je suis allé dans la partie "Poches français" de la FNAC, vers les "N", en m'assurant qu'aucun regard ne me surprendrait entrain de prendre un de ses livres. J'ai opté pour Métaphysique des tubes par hasard, persuadé de tenir là son premier roman.

Globalement, je dois avouer que le livre est assez sympathique. Certes original, mais j'ai finalement bien aimé, ce qui me range par automatisme dans "ceux qui aiment", et m'éloigne du groupe de "ceux qui n'aiment pas". Je l'ai lu en une journée, toujours sponsorisé par les transports en commun parisiens.

Je ne m'étendrais pas sur le fond du roman, assez peu probable autobiographie (disons, assez romancée, fantasmagorisée), mais qui ferait une études très interessante sur la perception du monde par un nouveau-né, la conscience de soi post-natalité, etc. J'étais d'ailleurs persuadé que Nothomb était pédopsychiatre ou psychologue, pour décrire de manière aussi romancée ce que l'on "apprend" dans la psychologie du développement.

Pour synthétiser, parce que je suis beaucoup moins digeste que Nothomb : "ce livre se lit tout seul, est simple, rapide, clair, et assez sympa".

Maintenant que j'ai franchi le pas pour Nothomb, je me sens presque prêt à lire du Houellebecq...

Une merveille......

9 étoiles

Critique de Becpie59 (, Inscrit le 26 décembre 2005, 29 ans) - 25 mars 2006

C'était la première fois que j'avais un livre d'Amélie Nothomb dans les mains. Tout d'abord, en lisant la 4ème de couverture, je me suis dis qu'il ne valait pas la peine d'être lu, mais je me suis lancé.

Malgré les premières pages qui sont un peu confuses, on est très vite absorbé par l'histoire, ne lâchant le livre que très rarement. Le style d'écriture que nous laisse Amélie Nothomb est vraiment unique, mêlant humour, ironie et mélancolie.

Cette petite fille que l'on voit dans ce livre est intéressante. L'éveil de connaissances et la compréhension de son environnement et des humains en général font que parfois, on a l'air bêtes. Car c'est vrai qu'à trois ans, faire preuve d'autant de capacité d'apprentissage et de réflexion tient du miracle. Invention? peut être.

L'autre gros bonheur, c'est les passages philosophiques qui nous font parfois réfléchir. Certes, ils ne sont pas très recherchés, mais tout de même, comparer un enfant à Dieu, ou plutôt faire que l'enfant se prenne pour une sorte de "messie" sans lequel le monde ne pourrait pas vivre.

La seule petite chose qui m'a interpellé, se trouve quand la grand mère donne le chocolat blanc à la petite fille. Le passage dans la narration du "elle" au "je" est un peu brusque, mais on s'y fait très vite.

Il n'empêche que je garde un très bon souvenir de ce livre et que je compte poursuivre avec les autres oeuvres d'A-N.

Mon premier Nothomb

8 étoiles

Critique de Mme90 (, Inscrite le 14 janvier 2006, 27 ans) - 14 janvier 2006

C'est mon premier Nothomb et j'ai adoré. Je crois que ceux qui disent que ce livre est creux n'ont rien compris!!! Un bon livre que j'ai lu en un rien de temps et je crois que je vais continuer à lire les autres écrits de la miss Nothomb...

the livre

10 étoiles

Critique de Ptitecrevette (, Inscrite le 23 décembre 2005, 28 ans) - 23 décembre 2005

moi j'ai lu ce livre en 3 fois rien de temps, je l'ai dévoré! il est vraiment très bizarre à commencer je l'approuve mais on ne peut plus le lâcher depuis que je l'ai acheté je n'arrête pas de le lire le relire. J'aime la façon d Amélie Nothomb d'écrire, elle a un style bien à elle qui est vraiment très simple à comprendre dans son ensemble. c est ma vision des choses ...

Amélie Nothomb ou le devenir de la littérature française

1 étoiles

Critique de Lucretia (, Inscrite le 26 novembre 2005, 31 ans) - 16 décembre 2005

J'éspère que Nothomb n'est pas le devenir de la littérature française. A. N n'a ni une prose ni des idées fantastiques. Elle ne révolutionne en aucun cas une littérature française qui est déjà en déclin. Il me semble que romancer ses trois premières années n'est pas du tout novateur, et de plus elle le fait avec une si grande "boboisation" que son livre Métaphysique des tubes, n'est pas moins que La vie d'une jeune bourgeoise au Japon !
Livre que je ne conseille vraiment pas.

Un titre et puis rien

2 étoiles

Critique de Clorebelle (, Inscrit le 31 octobre 2005, 51 ans) - 31 octobre 2005

Amélie Nothomb est jolie et a le sens du marketing littéraire. Ses livres sont creux et d'un intérêt très limité. C'est une valeur soufflée. A éviter. Il y a tellement de meilleurs romans à lire !!

Cru très moyen

4 étoiles

Critique de Clo31 (, Inscrite le 9 septembre 2005, 59 ans) - 11 octobre 2005

Heureusement que ça parlait un peu du Japon dont je suis une fan... Loin d'être son meilleur livre !

Un tube long et creux

4 étoiles

Critique de Guigomas (Valenciennes, Inscrit le 1 juillet 2005, 48 ans) - 16 août 2005

J'avais aimé "Stupeur et temblements" et décidé d'enchaîner avec "Métaphysique des tubes". Quel ennui !

Le tube est vide, creux, et le restera jusqu'à ce qu'on en émerge avec la sensation d'avoir perdu son temps (pas trop, heureusement, Miss Nothomb sait faire bref)

Reste son style, sa griffe, la patte Nothomb... mais les pattes Nothomb, même si c'est bon, ça lasse...

Mon premier Amélie Nothomb

8 étoiles

Critique de Neithan (, Inscrit le 19 juin 2005, 30 ans) - 20 juillet 2005

J'ai beaucoup aimé ce livre, mais bizarrement, aucune des réflexions philosophiques de l'auteur n'a vraiment réussi à me captiver... Ce qui ne veut pas dire que je ne l'aime pas, non, la plupart du temps ces romans me plaisent, mais disons qu'elle pourrait mieux faire...

C'est un récit autobiographique que nous livre ici Amélie Nothomb, depuis sa naissance, où elle se compare à... Un tube... Elle ne parle pas, ne semble pas vivre, (ne pleure pas, ne bouge pas...) elle ingurgite et défèque, point.. D'où la comparaison avec un tube digestif, totalement inerte...

Au fil de la lecture, Amélie Nothomb se comparera avec Dieu, en se prenant pour créatrice de toute l'humanité à chaque fois que des personnes s'intéresseront un tant soit peu à elle... Mais je vous laisse le soin de le découvrir, car j'avoue que la lecture est réellement plaisante...

du vide

8 étoiles

Critique de Marie.lina (, Inscrite le 11 juillet 2005, 61 ans) - 15 juillet 2005

Délicieuse et terrifiante perversion des enfants,la noyade d'Amélie c'est déja son système . Bien le bonjour d'une ancienne petite fille àune encore toute jeune femme,ce frisson vaut bien celui que procure au "Tambour" le crachat de sa fausse belle mère!

"Au commencement il n'y avait rien"

7 étoiles

Critique de Ice-like-eyes (nantes, Inscrite le 26 mars 2005, 33 ans) - 3 juin 2005

Métaphysique des tubes, biographie romancée de son enfance au Japon, avec une Amélie déjà précoce a l'âge de trois ans !
Très vivant comme roman , très agréable !

très bien

10 étoiles

Critique de Mélodie (, Inscrite le 22 avril 2005, 29 ans) - 22 avril 2005

parmi plusieurs Nothomb que j'ai lu, je viens à peine de terminer celui ci et je trouve que c'est le meilleur! j'aime beaucoup sa manière d'écrire assez ironique. j'ai remarqué que c'était sa troisième autobiographie, Amélie aimerait-elle parler d'elle?!
En tout cas, celle-ci est à mon avis, la meilleure.

Femme mystérieuse mais adorable

9 étoiles

Critique de Tchoupinette (, Inscrite le 18 mars 2005, 32 ans) - 18 mars 2005

je lis et relis toutes les critiques sur l'oeuvre d'AMélie Nothomb et je ne peux m'empêcher de réagir à certaines... vous jugez parfois Amélie Nothomb un peu cruellement à travers son oeuvre mais l'ayant rencontré car nous avons à quelques-uns adapté stupeur et tremblement au théâtre je peux vous dire que c'est une femme au coeur sur la main, très ouverte et très sympathique.. elle nous a épaulés et donné beaucoup de conseils.. maintenant pour ceux qui trouvent que "métaphysique des tubes" est "nul" ou "décevant" car l'autobiographie sonne faux, je leur dirai simplement d'apprendre à lire entre les lignes car tout le monde peut finalement se reconnaitre dans cette découverte du monde....

Le génie d'Amélie

9 étoiles

Critique de Kreen78 (Massy, Inscrite le 11 septembre 2004, 39 ans) - 4 décembre 2004

Avec ce livre, elle m'a épatée.

C'est de loin un de mes préférés.

Ce fut un émerveillement pour moi que de lire cette histoire. L’auteur dépeint les réactions de bébé avec comique parfois, et belle lucidité. Le ton est vraiment enfantin et cela rend le livre très spécial et plutôt unique à mes yeux. A lire, pour ceux qui aiment les enfants ou le sont restés.

Extase et décadence

9 étoiles

Critique de Ivan Illitch (, Inscrit le 2 décembre 2004, 32 ans) - 2 décembre 2004

Ce livre m'a permis de découvrir Amélie. Ce n'est pas rien eu égard au tapage qu'elle provoque.

Le début du roman est réellement un instant rare et fragile de bonheur, de fraicheur, d'humour... Car quelle écriture. C'est effarant d'écrire des choses aussi sensées avec une telle légèreté. C'est admirable en fait, et trop rare.

Avec ce livre j'ai découvert une auteure douée, drôle, oui vraiment, et pleine de réflexions très intéressantes sur toutes choses, et qui jamais ne s'appesantit telle une moraliste sur le message qu'elle voudrait faire passer. On réfléchit donc beaucoup avec Amélie, mais sans jamais s'en lasser. Ce qui n'est pas rien. On aurait alors envie de la voir traiter plein de sujets auxquels on est attaché....

Merci Amélie, je vais me faire un plaisir de découvrir le reste de votre oeuvre.

Le fabuleux destin d’Amélie-san

9 étoiles

Critique de Ena (Le Gosier, Inscrit le 25 octobre 2004, 55 ans) - 7 novembre 2004

Quand je lis A.N. je me demande si nous sommes de la même espèce, celle des humains. Elle me scotche littéralement par son niveau de réflexion. Dans ce livre c’est pire, dans sa tête ça a l’air de fonctionner à la vitesse du son alors qu’elle n’a que deux ans et demi. En réfléchissant (à mon rythme) tout cela est cependant crédible car d’autres exemples corroborent cette précocité ne serait-ce que W.A.Mozart chez qui le génie a aussi démarré tôt (d’aucun disent que cela rend marteau). Bon, en dehors de ces considérations j’ai évidemment adoré sa façon de raconter le monde Japonais, l’opposition entre les deux femmes de maison, son père et son apprentissage du « No », l’invasion de Okinawa en 1945, ses réflexions sur la mort et sur le monde des carpes. Petite citation pour le plaisir "on n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent".

un bon début dans mon estime

6 étoiles

Critique de Plum01 (Lyon, Inscrit le 30 août 2004, 29 ans) - 2 novembre 2004

Cela faisait longtemps que je voulais lire du nothomb et perso, je n'ai pas été déçu. Au début, c'est un peu embrumé mais on comprend vite. J'ai beaucoup aimé cette Amélie-enfant à part, connaissant ses premiers plaisirs comme ses premières déceptions. Moi j'ai assez bien aimé mais tout dépend de ce que vous aimez lire en général, en tout cas, c'est à découvrir.

Métaf', Mon deuxième préféré

10 étoiles

Critique de Elseline (, Inscrite le 10 septembre 2004, 30 ans) - 18 octobre 2004

Avant d'avoir lu Biographie, celui-là était très cher à mon coeur... Il est terrible!!! Rarement vu un livre aussi drôle. En tout cas, plus je le lis, plus j'apprécie!!!! Il est vraiment génial. Mais, tout de même, je préfère Biographie (celui-là est imbattable)

poétique sur la beauté de l'enfance

10 étoiles

Critique de Le petit K.V.Q. (Paris, Inscrit le 8 juillet 2004, 25 ans) - 22 août 2004

tout est dans le titre. texto : j'adore. à la fin, on se dit : le japon est un pays magnifique. genetien. explosif, hilarant (d'la Baltique) métaphysique des tubes est beau

De la plénitude au néant...

7 étoiles

Critique de Banco (Cergy, Inscrit le 6 août 2004, 35 ans) - 6 août 2004

A trois ans, Amélie Nothomb esquissa et manqua sa seule tentative de suicide après quoi il ne lui arriva plus rien d'important, du moins d'aussi important que ces trois ans qui la firent passer du stade de dieu tube à celui de petite fille suicidaire

Au commencement des temps, Amélie n'était rien. Un rien végétatif, sans mouvement et sans regard, comblé par sa propre existence de tube. Un rien qui ne demandait rien sauf peut-être de continuer indéfiniment son existence de Dieu tubulaire. Jusqu'à ce qu'un jour ordinaire, l'enfant tube soit retrouvé hurlant dans son berceau, animé par une inexorable colère. Dès lors, la maison vécut sous le joug de ses hurlements. Ce ne fut que la découverte du plaisir, faite sous la forme d'un baton de chocolat blanc offert par sa grand-mère, qu'Amélie put donner à sa vie un sens qui lui convenait et devenir pour le coup une enfant comme les autres et la fille d'un diplomate belge en poste au Japon.

Fille de diplomate née au Japon, enfant-légume jusqu'à l'âge de deux ans, Amélie Nothomb se rappelle, au grand plaisir du lecteur, avoir eu une enfance extraordinaire. A travers une écriture simple percée d'une ironie mordante et émaillée d'oxymores aussi scintillants que "ce changement ne changea rien", Amélie revisite pour la deuxième fois avec une grande originalité les souvenirs d'enfance en se penchant cette fois sur la très petite enfance, celle dont on ne se rappelle habituellement rien et dont elle jure se rappeler tout. L'écrivain belge sait même recréer la sensation de distanciation, d'aliénation déroutante qui touche l'enfant sage qui tente d'embrasser un monde irrationnel avec sa raison et de comprendre pourquoi tout le monde ne l'adore pas au même point que sa gouvernante japonaise mais qui ne s'offusque pas encore que personne n'ait l'idée de la sauver quand elle se noie. Toutefois le passage le plus réussi du livre par son ironie désopilante est tout entier dans les premières pages : Amélie touchée par une apathie pathologique est réduite à la condition d'une plante ce qui finalement satisfait bien ses parents, très tolérants de nature et bien contents d'avoir un rejeton végétal après deux enfants agités. Et l'enfant tube démontre triomphalement le pouvoir occulte de l'immobile avant que l'idée en soit effacer par le mouvement des pages.

intéressant oui

7 étoiles

Critique de Nelibelul (TOURS, Inscrite le 19 juillet 2004, 48 ans) - 3 août 2004

tout d'abord plonger dans l'univers et l'enfance d'Amélie, ça me plait bien, l'histoire est joliment racontée, on a envie de poursuivre, on vit son histoire, avec elle...

et ce moment où elle nous fait vivre son dégout pour les carpes, très imagé, je voyais les carpes devant moi à la lecture et ça me dégoutait tout autant qu'elle !!!

merci Amélie !

Agréable et frais

8 étoiles

Critique de Niddle (Le Raincy, Inscrit le 13 janvier 2004, 38 ans) - 14 janvier 2004

C’était la première fois que je lisais Amélie Nothomb. Je n’ai vraiment pas été déçu du tout. La lecture est agréable grâce à une écriture très limpide parsemée d’images bien vues. Le style n’est peut-être pas assez « osé » par rapport à l’ampleur que peut prendre l’histoire par moments. En tout cas, j’ai lu ce livre très rapidement. Le style est frais et donne envie de s’intéresser à d’autres livres de l’écrivain. Pour passer un bon moment et pour réfléchir… un petit peu quand même :o)

"Ensuite, il ne s'est plus rien passé."

9 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 62 ans) - 4 juin 2003

Hymne à l'enfance, seule période de la vie où l'on vit vraiment. Ensuite on s'habitue. On ingurgite les jours à petites doses si bien que l'on oublie qu'ils sont un poison mortel. Toute une vie concentrée sur trois ans et puis, il ne se passe plus rien. Rien ne se passe mais la vie passe...
Un bon test : vous feuilletez n'importe quel livre pendant une minute trente et vous cherchez un passage vraiment intéressant. Trois phrases que vous auriez aimé écrire vous-même. Si ça marche, c'est un bon livre. J'ai essayé avec celui-ci : ça marche.
La preuve : "Une hirondelle ne fait pas le printemps. A trois ans, on aimerait savoir à partir de quel nombre d'hirondelles on peut croire en quelque chose. Une fleur qui meurt ne fait pas l'automne. Deux cadavres de fleurs non plus, sans doute. Il n'empêche que l'inquiétude s'installe. A partir de combien d'agonies florales faudra-t-il, dans sa tête, tirer le signal d'alarme de la mort en marche?"

Un joli piège pour ses détracteurs...

8 étoiles

Critique de Zenith_ (Bruxelles, Inscrite le 28 janvier 2001, 36 ans) - 15 mars 2003

Le livre ne raconte rien. Ah bon? Comment diable fait-elle pour ne rien raconter en nous détaillant trois ans de sa vie? Ce n'est peut-être pas un traité de philosophie, mais pourquoi ce dernier donnerait-il plus de plaisir à ses lecteurs? Je n'étais pas très enthousiaste à l'idée de commencer la lecture de cette autobiographie, trouvant, de prime abord, le thème insipide. Mais cet auteur m'a prouvé le contraire... Que même sur des petites choses, on pouvait créer un récit débordant d'humour, d'auto-dérision, de clins d'oeil au lecteur. Encore une fois, charmée par les mots et les habiletés d'Amélie Nothomb...

Drôle de lecture

8 étoiles

Critique de Leïa (Montréal, Inscrite le 15 février 2001, 40 ans) - 12 décembre 2001

Depuis le premier roman que j'ai lu de l'auteur, j'ai accroché à son style d'écriture. Dans Métaphysique des tubes, j'ai aimé que la petite fille de trois ans se raconte comme si elle en avait 30. J'aime beaucoup les descriptions que l'on retrouve dans ce livre. Encore une fois, je n'ai pas été déçue du bouquin d'Amélie Nothomb. Les personnages étaient en retrait, ce qui donnait toute l'importance à la fillette.

Au Royaume de l'Enfant-Roi

10 étoiles

Critique de Darius (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans) - 6 septembre 2001

Amélie persiste et signe en nous entretenant du Japon.. On y apprend que le Japon déifie les enfants jusqu'à l'âge de trois ans.. je suppose qu'ensuite, ils deviennent des bêtes à concours. Ce que j'ai trouvé excentrique, sinon peu réaliste, c'est la maturité dont fait preuve une petite fille de trois ans.. Alors, on se demande pourquoi elle souhaite une peluche pour son 3ème anniversaire.. Sinon, j'ai noté une japoniaiserie de plus : la petite Amélie se noie au bord de la plage sous l'oeil débonnaire des Japonais "qui assistent à la noyade sans bouger, fidèles au vieux principe nippon de ne jamais sauver la vie de quiconque, car ce serait le contraindre à une gratitude trop grande pour lui.." Pas tellement éloigné de la philosophie Thaï qui laisse le patron européen aller droit au mur, de peur de l'offenser en donnant son avis.. En gros, beaucoup d'humour, grand sens de l'observation, connaissances techniques, fruit d'études ou de discussions scientifiques ? Exemple cité au vol : "le temps est une invention du mouvement. Celui qui ne bouge pas ne voit pas le temps passer.."

Tout à fait d'accord !

5 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 19 juillet 2001

Cent pour cent d'accord avec cette critique qui, en plus, est vraiment très bien faite. Les mots utilisés le sont, et je me retrouve tout à fait dans les sensations ressenties à la lecture de ce livre.

quelle déception

1 étoiles

Critique de Zoom (Bruxelles, Inscrite le 18 juillet 2001, 63 ans) - 19 juillet 2001

Piètre histoire. D’ailleurs il n’y a pas d’histoire et j’ai baillé au tiers du livre que je n'ai pas achevé : c'est prétentieux, ça sonne faux, c'est inintéressant et ennuyeux,
je n’y ai pas cru un instant. Parfois il n’y a pas besoin d'y croire pour apprécier, mais ici, cela sonne faussement autobiographique. Pourtant, après " stupeur et tremblements " , je n'ai pas hésité une minute à acheter ce dernier Nothomb, mais c'est une vraie déception qui m'a même rendu l’auteur antipathique.

Un délice!

9 étoiles

Critique de Elise (ll, Inscrit le 12 septembre 2000, 38 ans) - 19 avril 2001

Honte à celui qui n'a pas lu Amélie Nothomb! Remarquez, il n'est jamais trop tard pour commencer, et pourquoi pas par ce roman? Drôle, riche, intelligent, bref, un super livre.

Agréable à lire...

6 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 11 mars 2001

Rares sont les auteurs qui, comme Amélie Nothomb, prendraient le pli d'écrire un roman sur leurs 3 premières années de vie. Qui plus est, si ces dernières sont la description d'un état végétatif divin!
Je ne remettrai pas en question les talents d'écrivain d'Amélie Nothomb, ils sont indiscutables. Mais il est vrai que le thème est assez creux.
Néanmoins, la lecture est agréable, amusante. Difficile pourtant de croire entièrement à un récit autobiographique. Amélie Nothomb manie habilement les mots mais de là à accepter qu'elle fut parfaitement bilingue avant de prononcer ses premiers mots (autrement dit que ces derniers étaient soigneusement choisis en fonction d'évènements particuliers), cela me paraît un peu naïf. L'idée est amusante, séduisante, certes, et elle s'intègre très bien au roman, si bien qu'il est difficile de répondre à cette question "est-elle sérieuse ou y a-t-il un part d'autodérision dans tout cela?".
Enfin, c'est de l'Amélie Nothomb, qu'ajouter de plus?!

pointe de déception

5 étoiles

Critique de Néo-plume (Termes, Inscrite le 11 mars 2001, 35 ans) - 11 mars 2001

C'est avec enthousiasme que je m'étais ruée dasn la librairie pour acheter le livre dès sa parution, mais une fois ma lecture finie,je fus assez déçue.Bien que le fait de raconter son enfance lorsqu'elle était au Japon soit amusant parce que sa nourrice la vénérait (selon le livre) et que l'autre nourrice n'ai jamais voulu que sa mort,Amélie Nothomb bâcle un peu une histoire qui aurait pu faire un aussi gros carton que son livre précédent.Irons-nous jusqu'à dire que c'est dommage? Sûrement pas car le livre réjouira certainement tous les adeptes de Nothomb mais est-ce que c'est décevant? Là je répondrai par un oui,qui restera inchangé.

L'art de l'inintéressant

0 étoiles

Critique de Prophet (mont-sur-marchienne, Inscrite le 10 février 2001, 39 ans) - 23 février 2001

Amélie Nothomb est une écrivain belge aux nombreux fans, ses livres sont attendus avec fébrilité, et elle fait montre d'une maîtrise certaine dans l’écriture. Ce livre en est encore la preuve. Un sens de l'humour assez narquois, la vie tournée en dérision, des mots qui sonnent justes, voilà les qualités de son œuvre.
Mais parlons plutôt des défauts : qui s'intéresse réellement aux souvenirs d’un tube sans réaction ? Amélie Nothomb a l'art de raconter là où il n’y a rien d'intéressant à dire, et je n'arrive pas à savoir si je l'admire ou si elle m'énerve. N'importe qui d'autre narrerait cette histoire, on en baillerait certainement d'ennui. Pourtant, avec ce talent mesuré qui est le sien, elle décrit le rien. Le défaut de ce livre est qu'il n’a pas d’histoire. Maintenant qu’elle nous a prouvé qu’elle savait écrire, il serait peut-être temps qu'elle nous prouve qu'elle a quelque chose à dire.

Un livre vif, attendrissant et intelligent

0 étoiles

Critique de Tartuffe (Bruxelles, Inscrite le 16 novembre 2000, 43 ans) - 6 décembre 2000

Une fois de plus, Amélie Nothomb nous entraîne au Japon. Mais cette fois-ci, le narrateur a pris la forme d'une fillette à l'intelligence fort éveillée. Celle-ci va nous entraîner au travers des différentes étapes de son éveil, avec ses questions, ses angoisses et ses vérités. Un livre plein de vivacité et d'intelligence. Qui a aimé ces précédents ouvrages dévorera celui-ci, avec délice. Bonne lecture.

Forums: Métaphysique des tubes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Métaphysique des tubes".