La petite conformiste de Ingrid Seyman

La petite conformiste de Ingrid Seyman

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Fanou03, le 31 août 2020 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 45 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (36 399ème position).
Visites : 173 

Entre rire et malaise

À la fin des années 1970, à Marseille, les parents d’Esther, Élisabeth et Patrick, éduquent leurs enfants dans l’esprit des principes libertaires de mai 68. Mais Esther déprime : elle ne supporte plus les excès de cette éducation. Aussi quand, bizarrement, Élisabeth et Patrick, au mépris de leur athéisme et de leur positionnement politique à gauche, inscrivent Esther et son petit frère dans une école privée catholique, cela va être une véritable bouffée d’oxygène pour leur petite fille. Mais parviendra-t-elle à cacher son encombrante et atypique famille aux yeux de ses jeunes camarades imprégnées par les valeurs bourgeoises ?

Une comédie dramatique : voilà comment je définirai La petite conformiste d’Ingrid Seyman. L’auteur joue sur le fil, et le fait bien. Soyons clair : j’ai d’abord été navré, voire rebuté, par les outrances du récit des premiers chapitres : l’éducation qu’Élisabeth et Patrick inculquent à leurs enfants est pleine d’outrance, caricaturale (les repas se prennent tous nus, les parents semblent hystériques, le père en particulier avec ses tocs et ses listes de choses à faire). J'ai commencé à mieux apprécier l'histoire au moment de l’intégration d’Esther à l’école catholique. Cette partie est savoureuse, et sert parfaitement la comédie, qui si elle ne fait pas toujours dans la nuance, fournit un contrechamp très drôle aux excès des parents d’Esther.

Et puis... petit à petit La petite conformiste se pare d’une gravité. On sent qu’il y a des choses qui clochent effectivement dans cette famille et dans ce couple. On sent que la libéralité d’Élisabeth et Patrick cache des failles. Mais quelles failles ? On croit les deviner : les fantômes de l’Holocauste et de la guerre d’Algérie (Patrick est issu d’une famille de pieds-noirs juifs rapatriés d’Algérie) hantent en effet tout le livre et l’histoire familiale. Le dénouement final est brutal. Il finit par donner au livre, malgré les passages comiques et décalés qui le constituent, un étrange ressenti en demi-teinte, doux-amer, qui ne m’a pas forcément mis très à l’aise.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La petite Esther

8 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 55 ans) - 21 septembre 2020

Après lecture de la quatrième de couverture, je pensais avoir un livre drôle.
Mais cette histoire ne m’a pas fait rire.
Par contre, je me suis attachée à Esther et j'ai détesté son père.
Un barjo qui rendait la vie impossible à sa fille (je serai plus indulgente à la fin du livre).
Au début le roman est une comédie habile et une satire sociale sur fond d'histoire politique, puis le ton change lorsque la jeune fille est victime de l’ambiance familiale et se termine en tragédie.
Beaucoup de thèmes sont repris : différents types d’éducation et de religion, l’origine familiale, le divorce, les classes sociales, les années 70 …
Un bon moment de lecture avec une fin perturbante!

Forums: La petite conformiste

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La petite conformiste".