Madame Edouard de Nadine Monfils

Madame Edouard de Nadine Monfils

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Palmyre, le 26 juillet 2004 (Inscrite le 15 avril 2004, 57 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 549ème position).
Visites : 2 949  (depuis Novembre 2007)

Déjanté!

Dans ce roman, premier d'une série mettant en scène le commissaire Léon, un policier pas ordinaire, dont le passe-temps favori est le tricot (!) l'enquête policière passe un peu au second plan. En effet, il évolue au milieu d'une galerie de personnages tous plus loufoques les uns que les autres! Sa mère, une Bruxelloise exilée à Montmartre, Nina sa secrétaire (très excentrique!), Madame Edouard, un travelo qui fait des ménages, Rose la poivrote du quartier et le chien Babelutte qui suit le commissaire dans tous ses déplacements. Tout ce petit monde va être secoué par une série de crimes dans le milieu des peintres.L'assassin a la sale manie d'enterrer ses victimes derrière la tombe de peintres célèbres et de leur sectionner l'avant-bras droit.
Ce roman vaut surtout la peine d'être lu pour son humour et ses personnages pittoresques. Un grand bol de franche rigolade!!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les enquêtes du commissaire Léon
  • Madame Edouard

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bonne réédition, à ne pas manquer !

9 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans) - 7 juillet 2012

Je pourrais commencer ma critique par un « Jubilatoire ! » criant et sonore. Mais, franchement, en dehors du fait que je ne serais que l’énième à l’écrire ou le dire, cela ne vous donnerait aucun élément objectif pour comprendre ce que Nadine Monfils vous offre à lire comme roman. Or une critique, ce n’est pas pour se faire plaisir à soi, ni même pour satisfaire l’ego du romancier, mais bien pour vous donner une indication majeure : ce livre va-t-il, peut-il, me plaire ?

Je n’ai découvert Nadine Monfils que récemment à l’occasion de la sortie de son roman, entre autre, Les vacances d’un sérial killer. Du coup, je ne connaissais pas ce fameux Léon dont j’avais entendu parler mais que je n’avais pas fréquenté de près… Comme les éditions Belfond rééditent les deux premiers romans de la série en un seul volume, c’est vraiment l’occasion de la découvrir…

Commençons par bien mettre les choses au point. Les enquêtes du commissaire Léon sont à la fois de véritables polars, plutôt bien sanglants, avec une énigme solide, des personnages jouant bien leurs rôles ce qui permettra au lecteur de faire travailler ses neurones. Mais elles sont aussi assez déjantées avec un humour bien réel lui-aussi. Nadine Monfils glisse des expressions belges au milieu de celles qu’elle a intégrées depuis qu’elle vit à Montmartre si bien que nous sommes aussi – autre facette du roman – dans une écriture expérimentale comme pouvait l’être celles des Rabelais, Céline, Frédéric Dard…

Oui, je sais bien qu’une telle comparaison va en effrayer quelques-uns, en réjouir d’autres, en faire fuir ou laisser dubitatifs les derniers. Pourtant, je crois que ce que cette romancière nous offre dans ces textes est bien de ce genre-là. Alors, on peut aimer ou pas, mais moi j’adore et je rigole régulièrement, même entre deux morts atroces…

Léon, célibataire qui vit encore avec sa mère et son chien atypique, est un policier qui a ses habitudes – comme celle des putes quand on lui laisse le temps – et qui est très généreux, surtout avec ses amis qui n’appartiennent pas, disons-le franchement, à la haute société parisienne…

Dans Madame Edouard, Léon est confronté à des morts étranges de filles qui ont un point commun, celui d’être des artistes peintres. On les retrouve mortes, mais avec une main et un avant-bras en moins… Collection cruelle, meurtres en série, œuvre d’un fou, les pistes ne sont pas très nombreuses et Léon a du mal à y voir clair. Heureusement – ce n’est peut-être pas le mot à utiliser – son équipe est là pour le seconder : une secrétaire foldingue qui se refait une beauté en permanence, y compris en faisant appel à la chirurgie esthétique – et qui lorgne du côté d’un lieutenant pourtant marié ; un lieutenant marié, père d’une très nombreuse famille qui découvrira un jour, probablement, la contraception ; un autre policier dénué de toute intelligence ; enfin, pour ne pas tous les citer, un autre policier non gradé qui fréquente des lieux pas strictement en concordance avec sa vie familiale…

Les collègues de bistrot ne sont pas tous de meilleures essences, et je pense que l’un des personnages étonnants de ce premier roman est Irma qui est d’une crédibilité surprenante tout en étant improbable. C’est un peu comme si les mots de la romancière pouvaient tout nous faire croire ! Quel talent !

Mais je ne vais pas vous en dire plus, vous allez découvrir Marie, Carine et tout cet univers de Nadine Monfils en espérant que vous vous y plairez autant que moi. Une excellente lecture estivale à prolonger toute l’année si affinité, bien sûr !!!

Forums: Madame Edouard

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Madame Edouard".