Les bâtisseurs du vent de Aly Deminne

Les bâtisseurs du vent de Aly Deminne

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 12 juillet 2019 (Inscrite le 22 novembre 2016, 54 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 147 

Une pépite , à découvrir d'urgence !

Attention pépite !!! Ce premier roman est une merveille, sa mise en forme est comme un conte des temps modernes. Une jeune plume Namuroise qu'il faudra suivre à mon avis.

Andreï Voronov et son père ont quitté la Pologne dans les années 50 pour se réfugier rue du Vhan, une rue pentue à l'orée du village,dans les bas-fond, là où se retrouvent d'autres immigrés vivant dans des constructions de fortune. C'est le quartier des pauvres, contraste important avec le village où les riches et le clergé font la loi.

A 15 ans son père aujourd'hui disparu lui avait transmis son savoir de bâtisseur. En cet été 69, Andreï travaille toujours dans le bâtiment, il se débrouille de chantier en chantier, sous payé, se contentant de peu pour se chauffer et se nourrir. Sa vie est simple.

C'est l'été, un gros orage éclate et la foudre tombe sur le clocher de l'église, détruisant celle-ci en grande partie.

Une réunion a lieu au village et les riches le désignent, le sommant de reconstruire l'église pour Pâques de l'an prochain sous peine d'être expulsé et de raser le Vhan. Andreï exige un document "officiel" lui conférant à lui et à ses voisins, le droit d'y rester et de devenir propriétaire de leur parcelle. Une petite victoire bien amère car en échange il devra reconstruire l'église sans être payé.

Le chantier est immense, impossible pour Andreï de ne pas y arriver.

Il va commencer à reconstruire avec Fabrizio l'italien et d'autres occupants du Vhan solidaires. Les riches sont hypocrites, vils, ils mettent des bâtons dans les roues, interdisant par exemple de faire du bruit et de travailler à partir de 17h, coupant l'électricité entre autres.

C'est la lutte des classes et ses aberrations, les notables et le clergé mènent la danse voulant à tout prix débourser un minimum.

C'est une aventure humaine que nous propose Aly Deminne. C'est passionnant. Différents thèmes comme la reconstruction de l'église, la solidarité qui se dégage entre les plus démunis, les habitants du Vhan. De très courts chapitres nous font vivre jour après jour leurs vies, les espoirs, les peines, les joies, le découragement, les coups durs, les rires et l'avidité et la connerie humaine des uns.

C'est la vision d'une époque, le clivage de la bourgeoisie et des miséreux. Une autre vision des émigrants d'un autre temps.

Ce premier roman est extrêmement bien construit. L'écriture est juste magnifique, juste, poétique, magnifique, captive, un livre impossible de le lâcher avant la fin.

Une plume très prometteuse, un niveau très élevé pour un premier roman.

Voici votre lecture de l'été.

Gros coup de coeur ♥♥♥♥♥

Un tout grand merci à Elisa et Flammarion de m'avoir suggéré de découvrir je le redis cette pépite.

Les jolies phrases

Pauvre est le riche qui considère toujours son tout comme pas assez. Riche est le pauvre qui parvient toujours à faire du peu qu'il a son suffisant. De fait, il vaut mille fois mieux être un pauvre riche qu'un riche pauvre.

- Les petits sous font toujours des histoires, souffla Andreï.
- T'as bien raison ! Ceux qui en ont passent leur temps à essayer d'en avoir davantage. Ça les bouffe de l'intérieur.

J'ai réfléchi au pourquoi les riches gens nous traitent toujours de voleurs... Les nantis aiment l'argent, pas vrai ? Ils l'aiment, ils le veulent, alors ils pensent que tout le monde est comme eux, y compris les plus pauvres. Et comme ils pensent le pauvre sans honneur, ils avancent que le pauvre est voleur.
- Peut-être. Mais le problème est qu'ils pensent trop. Et aussi qu'ils pensent mal.
- Préjugé ?
- Pire, stupidité et hypocrisie? Les plus grands voleurs du monde sont les mieux lotis. La plupart d'entre eux ne se contentent plus ne ne voler que le solide. Ils volent aussi l'impalpable; la dignité, la gentillesse, la charité. Ils volent la justice aussi.

La terre entière partait de beaux pays. Et ils étaient beaux parce qu'ils vibraient au rythme des coeurs qui les peuplaient.

Au fond, ces deux-là n'avaient rien d'autre que le partage, mais ça leur suffisait amplement.

- On dort ici ? bâilla le Polonais.
- Vaut mieux pas, bredouilla son camarade. Y a mon lit qui m'attend. Il est pire qu'une épouse, tu sais. Il peut me sermonner des heures si je rentre tard.
- Comment ?
- En grinçant. Des petits râles aigus qui te font regretter jusqu'à des choses que tu n'as même pas faites.

Apprendre aux enfants une langue que l'on avait soi-même apprise sur le tas, c'était leur transmettre un accent. Et l'accent mettait en exergue la différence ; différence dont abusaient beaucoup de gens pour rabaisser son porteur. C'est sans doute pour cela que Li-Mei n'avait jamais osé leur apprendre les mots qu'elle savait. La peur de transmettre le signe d'une autre origine l'avait bloquée.

La coutume, l'habitude, la nécessité même, voulait qu'on partage régulièrement. Cela donnait ambiance et apaisement.

Agir, gamin ? marmonne Michelino. La règle est la règle. Frapper un riche, c'est un crime. Frapper un pauvre, c'est l'éduquer.

L'oubli n'impliquait plus aucun effort alors qu'ignorer en demandait un constant.

Certains avaient coutume de dire que l'on tournait une page. Pour le peuple misère, on changeait carrément de livre. Et à livre nouveau, nouvelle histoire. C'était ce que chacun souhaitait, ce que chacun espérait.

En gravissant son échelle, le bâtisseur réalisa qu'il existait trois types de personnes en ce bas monde ; ceux qui faisaient, ceux qui constataient pour en témoigner, et ceux qui constataient pour critiquer.

Ces gens-là, il le savait, étaient capables du pire. Il savait surtout qu'au fond, rien ne pouvait arrêter la méchanceté en meute. La solitaire, il y avait toujours moyen de la faire museler. Car le méchant n'a, seul, pas assez de courage pour ne serait-ce qu'oser. Mais à additionner les méchants, l'on additionnait leurs courages - même ridicules. Et un tas de ridicules pouvait vite faire naître une montagne de rage.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les bâtisseurs du vent (Littérature française)
    de Deminne, Aly
    Flammarion
    ISBN : 9782081444706 ; EUR 13,99 ; 10/04/2019 ; 288 p. ; Format Kindle
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les bâtisseurs du vent

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les bâtisseurs du vent".