La somme de nos folies de Shih-Li Kow

La somme de nos folies de Shih-Li Kow

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Cyclo, le 30 janvier 2019 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 551 

une bonne surprise

L'auteur est malaise, mais écrit en anglais.
Le roman se passe dans un petit village de Malaisie : Lubok Sayong, situé entre deux rivières et trois lacs, ce qui le rend inondé souvent à la saison des pluies; qui peut être terrifiante. Justement, ça commence par un déluge et une inondation catastrophique. Mami Beevi, dont la modeste maison est envahie par les eaux boueuses, profite de ce déluge pour sortir son poisson neurasthénique qui tournait en rond dans son aquarium et lui rend sa liberté. Naïm, éleveuse de sangsues, tente de les sauver de la noyade en les accrochant à son corps. Le potier Ismet pêche au filet tandis que ses poteries dérivent au fil de l'eau : il ne sauvera rien de sa production…
L'histoire est racontée en alternance par deux narrateurs, Auyong, un vieux Chinois revenu de tout qui observe ce petit monde et Mary Anne, une jeune orpheline de onze ans qui avait été adoptée par une sœur défunte de Mami Beevi et que cette dernière recueille après le déluge, car sa sœur habitait la grande maison de leur père, qui avait quatre femmes (nous sommes dans un pays musulman), dont elle hérite pour la transformer en chambres d'hôtes pour touristes...
Dépaysement garanti avec ce roman qui évoque les traditions, la vie quotidienne aussi bien que les histoires contées, notamment par Mami Beevie, et dont on ne sait pas si elles sont vraies ou imaginaires, sans doute un mélange des deux. Drôlerie, humour loufoque, tendresse, ironie outrancière sont au rendez-vous. Le roman est complexe, mais les événements sont si burlesques qu'on les enchaîne avec gourmandise. Les personnages sont pittoresques : Mary Anne, la jeune orpheline qui n'a pas les yeux dans sa poche est également chaperonnée par l’extraordinaire Miss Boonsidik, une "lady boy" (comprenons un transsexuel) servante de la grande maison, et entourée par Auyong, vieil ami célibataire de Mami Beevi, directeur d’une conserverie de litchis. On aperçoit aussi des touristes (le couple d'Américains Miller), une amie de Mary Anne, Mary Beth (dans l'orphelinat de filles, toutes sont prénommés Mary suivi d'un autre nom).
Le roman nous plonge dans une Malaisie contemporaine où le modernisme côtoie la tradition, où l'attrait des grandes villes à l'européenne fait des ravages chez les jeunes, où les hommes et femmes politiques ne se font voir que par des largesses avant les élections, où les différentes communautés (Tamouls, Malais, Chinois) vivent "ensemble" sans vraiment se mêler, le racisme ayant encore de beaux jours devant lui, sans parler des minorités sexuelles comme les lady boys que des militaires voudraient rééduquer. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde dans ce roman mené tambour battant de main de maître.
On suit avec passion l'alternance des récits du vieil homme et de la pré-adolescente, qui parfois rapportent les mêmes faits, l'un avec la finesse d'observation de celui qui a beaucoup vécu, l'autre avec la puissance imaginative de celle qui n'a pas connu sa mère et, sortant de l'orphelinat, interprète à sa manière "innocente"ce qui se passe autour d'elle.
Une belle surprise, mais qui n'étonne pas chez l'éditeur Zulma, découvreur de talent..

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La somme de nos folies

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La somme de nos folies".