La somme de nos folies de Shih-Li Kow

La somme de nos folies de Shih-Li Kow

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Cyclo, le 30 janvier 2019 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 75 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 591ème position).
Visites : 3 660 

une bonne surprise

L'auteur est malaise, mais écrit en anglais.
Le roman se passe dans un petit village de Malaisie : Lubok Sayong, situé entre deux rivières et trois lacs, ce qui le rend inondé souvent à la saison des pluies; qui peut être terrifiante. Justement, ça commence par un déluge et une inondation catastrophique. Mami Beevi, dont la modeste maison est envahie par les eaux boueuses, profite de ce déluge pour sortir son poisson neurasthénique qui tournait en rond dans son aquarium et lui rend sa liberté. Naïm, éleveuse de sangsues, tente de les sauver de la noyade en les accrochant à son corps. Le potier Ismet pêche au filet tandis que ses poteries dérivent au fil de l'eau : il ne sauvera rien de sa production…
L'histoire est racontée en alternance par deux narrateurs, Auyong, un vieux Chinois revenu de tout qui observe ce petit monde et Mary Anne, une jeune orpheline de onze ans qui avait été adoptée par une sœur défunte de Mami Beevi et que cette dernière recueille après le déluge, car sa sœur habitait la grande maison de leur père, qui avait quatre femmes (nous sommes dans un pays musulman), dont elle hérite pour la transformer en chambres d'hôtes pour touristes...
Dépaysement garanti avec ce roman qui évoque les traditions, la vie quotidienne aussi bien que les histoires contées, notamment par Mami Beevie, et dont on ne sait pas si elles sont vraies ou imaginaires, sans doute un mélange des deux. Drôlerie, humour loufoque, tendresse, ironie outrancière sont au rendez-vous. Le roman est complexe, mais les événements sont si burlesques qu'on les enchaîne avec gourmandise. Les personnages sont pittoresques : Mary Anne, la jeune orpheline qui n'a pas les yeux dans sa poche est également chaperonnée par l’extraordinaire Miss Boonsidik, une "lady boy" (comprenons un transsexuel) servante de la grande maison, et entourée par Auyong, vieil ami célibataire de Mami Beevi, directeur d’une conserverie de litchis. On aperçoit aussi des touristes (le couple d'Américains Miller), une amie de Mary Anne, Mary Beth (dans l'orphelinat de filles, toutes sont prénommés Mary suivi d'un autre nom).
Le roman nous plonge dans une Malaisie contemporaine où le modernisme côtoie la tradition, où l'attrait des grandes villes à l'européenne fait des ravages chez les jeunes, où les hommes et femmes politiques ne se font voir que par des largesses avant les élections, où les différentes communautés (Tamouls, Malais, Chinois) vivent "ensemble" sans vraiment se mêler, le racisme ayant encore de beaux jours devant lui, sans parler des minorités sexuelles comme les lady boys que des militaires voudraient rééduquer. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde dans ce roman mené tambour battant de main de maître.
On suit avec passion l'alternance des récits du vieil homme et de la pré-adolescente, qui parfois rapportent les mêmes faits, l'un avec la finesse d'observation de celui qui a beaucoup vécu, l'autre avec la puissance imaginative de celle qui n'a pas connu sa mère et, sortant de l'orphelinat, interprète à sa manière "innocente"ce qui se passe autour d'elle.
Une belle surprise, mais qui n'étonne pas chez l'éditeur Zulma, découvreur de talent..

Message de la modération : Prix CL 2021 catégorie roman traduit

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Voyage au pays de la Malaisie moderne

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 65 ans) - 6 juillet 2021

Intéressante incursion dans ce pays du Sud-Est asiatique rarement sous les feux des projecteurs et qui gagne à être connu.
Ca vous a un côté « Chroniques de San Francisco », d’Armistead Maupin, avec des suites de petites histoires, dans un contexte fixe (le village de Lubok Sayong, ville fictive mais qui ressemble comme une goutte d’eau à des petites villes de l’intérieur malaisien), avec quelques personnages récurrents. Deux narrateurs : Auyong, directeur retraité d’un supermarché et en charge d’une conserverie de litchis, d’ascendance chinoise, et Mary-Anne, jeune orpheline adolescente, plutôt dégourdie, qui vient de quitter l’orphelinat, à Kuala Lumpur, pour Lubok Sayong (tendance « trou du cul du monde »), dans des conditions particulières et qui se retrouve recueillie chez Mamie Beevi qui exploite la grande maison familiale en maison d’hôtes. L’histoire va commencer par des habituelles inondations, dues à la conformation du site, coincé entre lacs et rivières (et puis quoi c’est l’équateur aussi en Malaisie).

» Les inondations....... Attention aux maladies véhiculées par l’eau, répétaient les gens de la capitale. Attention aux crocodiles et aux serpents. Attention de ne pas marcher sur la carcasse pourrie d’une bête morte. Gare au choléra. Gare aux tourbillons et aux courants. Ils publiaient des consignes de survie dans des journaux qui n’étaient pas distribués ici et qu’on lisait dans la capitale en sirotant un café latte frappé, bien installé au sec chez Starbucks. Gare à la vie. »

Il va donc y avoir une succession d’évènements, bien malaisiens, du cocasse au tragique, qui nous donne à connaître ce pays peu fréquenté par les Français, à tort. Un pays où cohabitent des origines qui ne se mélangent pas forcément ; Chinois, Tamouls, Musulmans, Chrétiens, et même Malais ! …
La lecture en est plutôt addictive, dopée par la relative brièveté des épisodes mais toujours d’une intensité telle qu’elle vous porte à tourner les pages.
Vous savez quoi ? Je retournerais bien faire un tour en Malaisie, moi !

Pittoresque et puissant !

10 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 56 ans) - 1 avril 2021

Nouvelliste et romancière,Shih-Li Kow est née (1968) au sein de la communauté chinoise de Kuala Lampur et écrit dans la langue de Shakespeare.
Son premier roman "La somme de nos folies" a remporté le prix du Premier roman étranger 2018 et a rencontré un écho retentissant dans la presse.

Lubok Sayong est une bourgade malaisienne au nord de KL (Kuala Lumpur pour les intimes... )
La vie de ses habitants est rythmée par les crues périodiques des 3 lacs qui viennent balayer habitations et outils de travail.
Cela ne semble pas affecter plus que ça la population qui se serre les coudes et reconstruit.
Mamie Beevi, femme au caractère bien trempée; son poisson neurasthénique; Auyong, vieil homme, patron de la conserverie de leetchi et Mary Anne, orpheline recueillie par Beevi, sont les personnages principaux du roman.
L'auteur nous relate quelques épisodes de leurs vies, tendres, burlesques et difficiles.

J'ai été séduit par ce roman dans lequel on entre facilement et que j'ai refermé avec regret.
Pas d'intrigue, ni suspense, mais une chronique douce amère d'une petite bourgade malaisienne que la modernité rattrape.
C'est de la Malaisie contemporaine dont il est question dans ce roman. Société multiculturelle (Malais, Tamouls et Chinois), corruption politique, confrontations religieuses (Musulmans, chrétiens, ... ) et uniformisation des villes de province qui perdent progressivement leurs spécificités.
Mais aussi, la confrontation des générations (Mamie Beevi et Auyong doivent accepter la jeunesse émergente)
La très grande force de ce roman est ce doux mélange de tendresse, de poésie et de loufoqueries.
Un moment de lecture unique !

Les chroniques de Lubok Sayong

7 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 46 ans) - 25 février 2021

J’ai vraiment passé un très joli moment de lecture avec la somme de nos folies ! On démarre avec l’inondation de Lubok Sayong, la petite ville où se déroule le récit, qui nous met tout de suite « dans le bain » (si j’ose dire !) car le ton de ce passage, à la fois grave, mélancolique, mais aussi décalé et empreint d’une pointe de magie, est tout à fait représentatif de l'ambiance générale (presque feel-good mais au bon sens du terme). La découverte de la Malaisie est un des intérêts du livre : il montre la grande diversité culturelle de ce pays où les communautés vivent dans une paix relative, car on sent que cette paix est fragile et peu s’effondrer à tout moment.

Shih-Li Kow prêche l’ouverture et la tolérance, y compris pour les différences sexuelles. Elle rend aussi hommage à la richesse des contacts qu’on peut trouver dans les petites villes et dans les provinces, a contrario de l’anonymat des mégalopoles. Enfin elle met à l’honneur les contes, puisque ce récit, quoi qu’ancré dans le réel, est baigné de légende et de faits quelques peu étranges, à l’image des histoires qui sont enjolivées à l’envi par Mami Beevi, un des personnages haut-en-couleur du roman.

La Maison vernaculaire

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 63 ans) - 8 février 2021

Lubok Sayong, malgré ses 10 000 habitants, est encore une ville de Malaisie à taille humaine en comparaison de Kuala Lumpur. Une ville située en contrebas de trois lacs, résignée face aux inondations, même si cette dernière crue dépasse les mesures les plus pessimistes.

La maison de Mami Beevi n’y échappe pas. Elle décide donc de rendre sa liberté à son étrange poisson qui vivait dans son aquarium de 2 m de long.
Elle peut compter sur son ami Ayong, propriétaire d’une conserverie de litchis.
Ce qui va bouleverser la vie de Mami Beevi n’est pourtant pas la grande crue mais la mort accidentelle de sa demi-sœur Assunta qui venait d’adopter (ou plutôt qui avait décidé d’être son « sponsor ») Mary Anne une orpheline de 11 ans.
Mami Beevi récupère la fillette à sa sortie de l’hôpital ainsi que la Grande Maison qui appartenait à leur père Saïd Hameed, occupée par Assunta, fille de la troisième épouse, qu’elle considérait comme un peu comme sa propre fille.

La Grande Maison deviendra une maison d’hôte, peuplée de bibelots, de souvenirs et d’histoires, de contes et de légendes racontées par Mami. Mary Anne finira par y trouver sa place, malgré l’éloignement de sa meilleure amie Mary Beth.
"Est-ce que c’est vrai, presque vrai ou complètement faux ?... Ma mère est une star de cinéma. Vous ne le saurez jamais et je ne saurai jamais si vous me croyez…. mais bon, tant qu’on y est, et comme c’est moi qui raconte, je vous dirai juste que ma mère est une star de cinéma et que je vois des anges aux endroits les plus bizarres… les meilleures histoires de Mami étaient celles qui étaient presque vraies..."

Un récit très intéressant qui permet de visiter ce pays discret, de découvrir comment s’entremêlent traditions et modernités, comment cohabitent les différentes ethnies, les différentes religions.
"Le thé triple couche : c’est raciste, noir en bas, jaune au milieu et marron en haut.
Je mélangeai mon thé et les trois couches se fondirent en une teinte moka. On fait comme si le monde vivait en harmonie."

Je ne connaissais pas non plus le sort des lady-boys ; enfermés par certaines familles dans des pensionnats et soumis à des entraînements militaires, mais acceptés dans d’autres comme Miss Boonsidik dans la Grande Maison.
Une lecture vraiment très agréable même si le roman s’essouffle un peu, je regrette juste une fin un peu trop prévisible.

Banjir sampai balik Cina

10 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 57 ans) - 28 décembre 2020

« La plupart des habitants de notre bourg ne savent même pas qu’on lui doit une expression locale, Banjir sampai balik Cina, une crue à vous ramener en Chine, autrement dit une très grosse inondation. Bien trop souvent d’ailleurs, ces dernières années, nous avons eu à subir les caprices de ceux qui veulent nous renvoyer en Chine, les politiciens comme la météo. »

Dès les premières pages, le ton est donné.
Mélangeant souvenirs et légendes, l’auteur nous plonge avec humour dans sa Malaisie multiculturelle.
L'histoire est racontée par Auyong, un homme d'affaires local et Mary Anne, une jeune orpheline.
C’est une première pour moi, je n’avais jamais lu de littérature Malaisienne et j’ai beaucoup aimé.
C’est un coup de cœur, un livre à lire !

Forums: La somme de nos folies

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La somme de nos folies".