Belgique, terre d'Aphorismes de Michel Delhalle

Belgique, terre d'Aphorismes de Michel Delhalle

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Débézed, le 4 décembre 2018 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 71 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 144 

La bible de l'aphorisme

L’aphorisme, cette forme littéraire dont peu connaissent réellement la définition et dont tous ceux qui en produisent ne sont pas toujours d’accord sur sa forme et son sens, il fallait en écrire la bible, le document de références disant ce qu’est un aphorisme et recensant tous ceux qui en ont produit et qui, pour certains, en produisent encore. Michel Delhalle l’a fait et Cactus inébranlable édition l’a publié. Dans sa préface, Christine Béchet écrit : « Michel Delhalle est en réalité un exceptionnel manieur de ces phrases qui révèlent au quotidien leur part d’incongruité. Il trouve au bon moment le bon mot pour décapiter la bêtise, la médiocrité ou la futilité ». Cette « anthologie fait œuvre de salubrité publique et est vivement recommandée pour ses effets préventifs – voire curatifs ! – contre tous les désenchantements ».

Michel Delhalle dit qu’avec cette anthologie il a cherché à démystifier ce mot que chacun accommode à sa façon et que même les éditeurs rechignent à utiliser, on parle souvent de réflexions, de décoctions, d’inscriptions, de pensées, etc… mais très rarement d’aphorismes. Cette fleur littéraire s’épanouit particulièrement bien en Belgique où le terreau a été longuement et patiemment cultivé par les surréalistes, il était donc devenu nécessaire de dresser cet état des lieux pour accorder toute sa place à ce genre littéraire dans la culture belge.

Alors pour que ce genre littéraire, que ces inventeurs de formules courtes et percutantes, trouvent toute leur place dans « Un pays d’irréguliers » cher à Marc Quaghebeur, Michel Delhalle s’est mis au travail, il a lu, lu, lu, noté, noté, classé, reclassé, reclassé encore et il a fini par dresser environ deux-cent-cinquante fiches, je n’ai pas compté mais, si la pagination est juste, je ne devrais pas être très loin du compte. Une fiche par auteur, par groupe ou mouvement littéraire et une fiche aussi par revue ou support spécialisé dans le genre. Sur chaque fiche, il y a le nom de l’auteur, du mouvement, de la revue, … quelques mots sur ses origines, son parcours, huit aphorismes choisis pour chacun d’eux et ses principales références bibliographiques. Le tout emballé de la préface de Christine Béchet, d’un préambule de l’auteur, d’un bref historique et quelques avertissements de l’éditeur qui a ajouté une postface pour bien cerner le sujet.

En introduction à son œuvre, l’auteur donne quelques indications pour bien préciser le sujet qu’il veut explorer : l’« Aphorisme vient du grec aphorismos qui veut dire définition ». « Au même titre que les citations, les maximes ou les pensées, les aphorismes font partie d’un genre littéraire qu’on appelle les formes brèves, mais que l’on ne s’y méprenne pas, ce n’est pas un genre mineur, c’est un style littéraire à part entière et les plus grands noms de la littérature lui ont donné ses lettres de noblesse ». André Stas abonde en déclarant : « écrire court ne veut pas dire écrire vite ». L’auteur a aussi laissé la parole à d’autres auteurs qui ont un avis sur la question, j’en ai choisi trois au hasard pour montrer la diversité des points de vue :

Éric Allard : « Le vers solitaire est-il à l’origine de tous les aphorismes ? »
Théophile de Giraud : « Aphorisme : équivalent d’un roman sans toutes les phrases inutiles. »
Alain Dantine : « L’aphorisme est le petit caillou dans la chaussure de la poésie. »

Dans ce vaste inventaire, cette anthologie regroupe des hommes célèbres, des grands noms de la littérature belges : Henri Michaux, Achille Chavée, Louis Scutenaire, Marcel Mariën, André Stas et bien d’autres encore mais aussi des auteurs moins connus et même méconnus, des gens qui ont laissé leurs pépites au fond de leur tiroir. J’y ai trouvé des personnalités bien connues, des amis, des auteurs que j’ai déjà lus, des auteurs que j’aimerais lire et des gens inconnus pour moi que désormais j’aimerais mieux connaître dont j’aimerais au moins lire quelques lignes.

Je ne voulais pas clore cette chronique sans soumettre quelques spécimens à votre dégustation, comme Je ne voulais pas choisir parmi les deux milliers d’aphorismes proposés dans cette anthologie, j’ai puisé au hasard dans les coups de cœur & coups de chapeau choisis par l’auteur, ils sont tous aussi goûteux et savoureux :

- Gérard Adam : « L’eau oxygénée ne manque pas d’air. »
- John Ellyton : « Il ne faut pas confondre un oncle mort prématurément et une tante hâtive de suicide. »
- Philippe Leuckx : « J’écris tous les jours et tous les jours m’écrivent. »
- Georges Simenon : « Les gens vraiment dangereux portent en général un smoking. »
- Franck Herlemont : « Il se protégeait souvent à l’ombre d’un doute. »
- Roger Cantraine : « Les phares n’éclairent que les évidences. »
- Alain Delbrassine : « L’eau pétillante n’est Que le rire de la pluie. »
- Ernest Pirotte : « A force de mâcher ses mots, il contracta une gastrite, ce qui le rendit muet. »

Je suis convaincu que ce magnifique ouvrage, fruit d’un colossal travail, trouvera sa place sur les rayonnages de toutes les bibliothèques de Belgique et d’ailleurs encore, qu’elles soient universitaires,
académiques, publiques, populaires ou je ne sais quoi. Cette anthologie était indispensable désormais elle est. Mais avant de peupler les étagères des bibliothèques, je suis convaincu qu’elle vous procurera un grand moment de bonheur au moment de sa lecture. Je ne vous donnerai qu’un seul conseil, ne vous laissez pas emporter par votre enthousiasme, faites durer le plaisir.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Belgique, terre d'Aphorismes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Belgique, terre d'Aphorismes".