Le dernier roi soleil de Sophie des Déserts

Le dernier roi soleil de Sophie des Déserts

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Hervé28, le 24 novembre 2018 (Chartres, Inscrit(e) le 4 septembre 2011, 49 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 577 

"Jean d'Ormesson, sa vie, son oeuvre" ou un portrait très intime de Jean d'O

Après le très consensuel « Jean d'Ormesson : Ou l'élégance du bonheur » de Arnaud Ramsay , publié en janvier 2009, Sophie de Déserts nous offre une nouvelle biographie de Jean d’Ormesson, mais cette fois-ci elle bouscule l’image que beaucoup ont ou avaient de l’académicien.
Pas de langue de bois avec cet ouvrage. D’ailleurs, le bandeau du livre annonce la couleur : Jean d’Ormesson, portrait intime. Contrairement à Arnaud Ramsay, elle a rencontré pendant 3 ans l’écrivain, quasiment jusqu’à la veille de sa mort. Il ressort de ses échanges des portraits assez saisissants (elle décrit une Françoise d’Ormesson, sa femme, froide, par exemple) et des anecdotes voire des révélations qui vont jusqu’à presque parfois écorner l’image du Commandeur. Elle relate notamment ce que le tout Paris n’ignore pas « les gestes déplacés » de Jean d’Ormesson envers des femmes, comme « un baiser volé au cou d’une attachée de presse, une caresse sur la gorge d’une normalienne, un déshabillé soudain, chez lui, devant une étudiante en lettres ». Mais comme le souligne Sophie de Déserts, « on passe tout à Jean d’Ormesson »
Car les femmes jouent un grand rôle dans sa vie. On le sait, mais à travers cette biographie, l’auteur révèle ce que l’on devinait à travers les livres de Jean d’Ormesson. Depuis sa confession dans « Qu’ai-je donc fait » et non pas dans « le rapport Gabriel », comme l’indique Sophie de Déserts, de l’affaire « Charrette », la femme de son cousin, qu’il avait enlevé (cette histoire familiale aura de telles répercutions qu’une grande partie de la famille de Jean d’Ormesson ne se rendra pas à ses obsèques en décembre 2017 aux Invalides) à la mystérieuse et très jeune Ayyam Wassef, en passant par Nine de Montesquiou, (d’ailleurs il dédicacera des ouvrages à ces deux femmes) rien n’est passé sous silence .
Mais, l’auteur nous confirme (ce n’était plus un secret, il l’avait évoqué à mots à peine couverts dans l’excellent « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle ») que Jean d’Ormesson avait trouvé en Malcy Ozannat sa Juliette Récamier. Car, comme son adversaire politique François Mitterrand, il avait une double vie (d’ailleurs, on apprend que ces deux hommes avaient partagés la même femme, Charrette), allant même passer les vacances avec sa femme et sa maîtresse en même temps.
A travers cette rencontre avec Malcy, on ne peut plus lire certains de ses romans (je ne parle pas de ses nombreuses –fausses- autobiographies-), par exemple, « voyez comme on danse », où la famille et Dieu sont absents, comme avant : la scène du repas entre le narrateur , Marina et Meg prend une autre signification. Même le personnage de Romain (alias Sam Mansour) prend une dimension autre , une fois lue cette biographie.
Sophie de Déserts nous offre ici un livre beaucoup plus centré sur la vie du plus célèbre de nos académiciens, que sur son œuvre, la jugeant parfois sévèrement (en notant qu’un ou deux seuls titres de Jean d’O sont traduits à l’étranger). D’ailleurs parmi les proches de Jean d’Ormesson, certains sont incapables de citer à la journaliste un seul titre de son œuvre (je pense à son ami Nicolas Sarkozy ), l’homme l’emportant véritablement sur ses écrits., même si Jean d’O confie à Sophie de Déserts qu’il est assez inquiet pour la postérité de son œuvre, même si son entrée dans la pléiade lui garantit un espoir d’éternité. (« C’est mieux que le Nobel ! » lance-t-il ). On découvre aussi, un écrivain assez intolérant avec la critique (il n’hésitera pas à gifler un de ces critiques lors d’un dîner mondain, rapporte Sophie de Déserts)
C’est donc un portrait sans complaisance que nous offre Sophie de Déserts, et j’ai dévoré son livre en deux jours.
J’en conseille vivement la lecture, même si j’ai relevé quelques coquilles de typographie, Sophie de Désert a mené une enquête passionnante, et les dernières pages sont assez émouvantes. Sans nul doute que cette biographie restera marquante pour les amateurs de Jean d’Ormesson, même si cet ouvrage ternit parfois l’image que j’ai de l’écrivain, que je lis et relis toujours et que je continue à apprécier.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le dernier roi soleil

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le dernier roi soleil".