Habemus piratam de Pierre Raufast

Habemus piratam de Pierre Raufast

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Septularisen, le 23 octobre 2018 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 53 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 638ème position).
Visites : 3 380 

ET COMME TOUJOURS... ON SE LAISSE PRENDRE!

Francis est le jeune curé d’un petit village de la vallée de Chantebrie. Entre deux confessions de ses ouailles – toujours les mêmes, toujours avec les mêmes histoires – il s’ennuie ferme dans ce morne petit village et célèbre tranquillement ses messes…

Un jour pourtant, un curieux pénitent entre dans le confessionnal. Il dit être un des plus grands pirates informatiques de tous les temps et avoir tour à tour enfreint tous les dix commandements. Le curé l’encourage à la confession. Il apprend que l’homme (dont il ne connaîtra jamais le nom, ni ne verra jamais le visage…), s’est réfugié dans ce lieu éloigné de tout et de tous, pour se cacher et échapper ainsi à la vindicte de certaines de anciennes victimes…

Dès lors, chaque semaine, avec la régularité d'un métronome, le hacker revient se confesser. S’ensuivent alors toute une série d’histoires de piratage informatique toutes plus incroyables les unes que les autres… Très vite l’abbé Francis tombe littéralement sous le charme de ce pénitent, au point de se mettre à attendre avec impatience sa confession hebdomadaire. Il va même jusqu’à vérifier la véracité de ses dires sur le net. Ce qu’il ignore par contre, c'est que quelque part sur la Toile, des gens bien renseignés, puissants, mais avec de très mauvaises intentions, l'ont repéré et le suivent à la trace…

Ceux qui connaissent l’œuvre de Pierre RAUFAST (*1973), savent bien sûr que cette histoire n’est que le début, et quelque part «l’excusent» pour nous raconter toute une série d’histoires, plus ou moins éloignées de celle du départ, mais toujours toutes plus incroyables les unes que les autres!

Ce quatrième livre de l’écrivain français est toutefois très différent des précédents. Ici M. RAUFAST nous fait «profiter» à fond de ses connaissances professionnelles en informatique. (Aussi les « prunes» en Windows comme moi, n’hésiteront pas à se référer régulièrement au petit «glossaire simplifié» présent à la fin du livre…).
Il se la joue un peu dans la provo’c, il suffit de regarder le titre du libre, librement inspiré de l’expression «Habemus Papam »… Mais, je vous assure que comme toujours, son écriture est simple, belle, remplie d’intelligence, précise, documentée, pleine de drôlerie, d’anecdotes toutes plus incroyables les unes que les autres, d’humour, remplie de petits détails, qui bien que sur le moment ne semblant pas avoir d’importance, se révèlent ensuite être essentiels!

Et attendez! Je ne vous ai pas encore parlé de l’essentiel! À savoir : La ribambelle de personnages tous plus originaux les uns des autres, et tous je dois le dire, très bien décrits et fouillés psychologiquement. Vous ferez ainsi tour à tour connaissance avec Georgette et Claudine, passionnées de Scrabble, Monsieur S., curieux patron d’une société secrète très select, la voluptueuse Zelda et sa passion pour la lecture, Jessica, sculptrice de génie, adepte de l’évasion fiscale, Milan, pirate informatique dont le hacking n’était pas la vocation, M. Tamahagane, le capitaine d’industrie, aussi puissant que dangereux, Kevin, le jeune et naïf pirate informatique, la belle et mystérieuse Eurydice K. etc…

Et comme toujours on «se laisse prendre»! Non mais quel conteur ce M. RAUFAST! Le double «twist» à la fin du livre vous laissera sur le c… (non, n'insistez pas je ne vous la raconterai pas...). Je vous jure cela vaut la peine de lire le livre rien que pour cela! On rigole beaucoup tout au long du livre et nul doute que le grand écrivain finlandais Arto PAASILINNA (1942-2018) qui vient juste de nous quitter, a trouvé en France, un digne successeur en la personne de Pierre RAUFAST. Donc, après « Le Gabriel Garcia MARQUEZ de Laponie», aura-t-on un jour droit à « L’Arto PAASILINNA d’Auvergne»?

A la fin de cette recension je ne sais plus quoi dire pour vous inciter à lire les livres de Pierre RAUFAST ? Peut-être que j’ai trouvé là «l’auteur de l’année 2018»?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Vengeance 2.0 !

6 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 55 ans) - 22 mars 2021

Pierre Raufast (1973 - ) est un écrivain français.
"Habemus piratam" paraît en 2018 (Alma)

Depuis bientôt 2 ans, Francis - jeune curé de la vallée de Chantebrie- s'ennuie ferme.
Ses journées sont rythmées par les messes et les confessions.
Des confessions pendant lesquelles ses ouailles âgées tentent d'obtenir le pardon pour avoir... triché au Scrabble.
Aussi, quand un beau jour, un pénitent des plus singuliers lui révèle que sa tête est mise à prix, ses jours comptés car il est allé trop loin dans son activité de Hacker informatique , Francis reprend du poil de la bête.
A chaque confession, le récit d'un délit répréhensible mais ô combien passionnant .

Un roman singulier autour du "Hacking" et de ses dérives. On ne mesure pas à quel point le détournement et le vol de données informatiques peuvent déstabiliser les entreprises et les états. Les intérêts financiers sont considérables et les nuisances sans limites.
L'auteur maîtrise son sujet et y mêle humour et satire sociale.
Cependant, ça ne fait pas un bon roman. Nous sommes plus près d'un "essai romancé, petit polar teinté d'humour" que d'une oeuvre forte.
Certes, les 3 derniers chapitres sont savoureux, on ne s'y attend pas du tout.. .
Un agréable moment de lecture mais pas mécontent de passer à autre chose .

Conte pour hacker

8 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 56 ans) - 21 décembre 2020

Un prêtre s'ennuie ferme dans sa petite paroisse située dans la vallée de Chantebrie.
Les confessions sur les rumeurs et secrets du village l’agacent, jusqu’au jour où un paroissien différent des autres lui annonce qu’il va mourir car c’est un hacker recherché.
Chaque semaine, il vient se confesser en racontant une de ses aventures.
Petit à petit le piège se referme…
On s'amuse énormément. Mais nous prenons conscience de la vulnérabilité de notre système informatique.
Malgré le glossaire en fin de livre, le vocabulaire technique est un peu ardu pour moi.
Cela ne m’a pas empêché de passer un bon moment de lecture dans le rire et la surprise.
La fin est très surprenante, peut-être un futur tome 2 !

Le cyberpénitent

10 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 63 ans) - 10 novembre 2020

Francis est prêtre dans un petit village où il se passe peu de choses. Il entend régulièrement les confessions sans intérêt de Georgette et de Claudine, deux retraitées voisines, partenaires (et tricheuses) de scrabble, confessions pendant lesquelles il lui arrive même de perdre le fil de leurs propos.
Puis arrive un homme, un inconnu, qui souhaite se confesser avant d’être assassiné. Hacker professionnel, il va raconter ses exploits, ses méfaits démontrant qu’il a trahi les 10 commandements.
Francis est intrigué, puis intéressé, puis passionné par ces récits, à tel point qu’il va chercher à en savoir davantage sur le net, passant des heures à vérifier les aventures, la réalité des méfaits ou l’identité des gens cités.

Un formidable roman, d’une grande originalité, une construction comme une suite de nouvelles dans le monde du piratage informatique. Moi qui n’y connais rien, s’il m’est arrivé d’aller lire le glossaire, cela n’a en rien gêné ma lecture. C’est aussi un roman policier, (les dernières pages!!!), un roman drôle, sans oublier de judicieuses réflexions.
"Que ce soit entre deux nations, deux villages, deux familles ou deux voisins, l’Homme est naturellement enclin à guerroyer et à diviser. Ainsi va le monde."
"Parfois on aimerait pouvoir se détacher d’un souvenir, comme un caillou que l’on jette au fond d’un lac."

Une passionnante et bluffante réussite !

Mais pourquoi les livres de Pierre Raufast sont-ils toujours trop courts ?

10 étoiles

Critique de Ludmilla (Chaville, Inscrite le 21 octobre 2007, 65 ans) - 11 novembre 2019

Encore un excellent roman de Pierre Raufast, jubilatoire !

Un curé d’un petit village de France reçoit dans son confessionnal les mamies du village. Puis un hacker vient se confesser « car je vais bientôt mourir ». Chaque semaine, à partir d’un des dix commandements, il va avouer une arnaque informatique jusqu’à ce que…

Une chute inattendue, un coup de théâtre magistral !

Et, tout en vous distrayant, vous apprendrez aussi à vous méfier de tous ces objets qui vous pistent au quotidien…

« Il n’y a que trois types de pirates informatiques. Les jeunes qui apprennent, ceux qui croupissent en prison et ceux qui se font oublier dans un paradis fiscal »
« J'adore mon boulot. C'est comme faire le tour d'une maison cadenassée et y trouver une fenêtre laissée ouverte par mégarde. Jubilatoire. »
« Les avatars électroniques trahissent leur maître et sèment derrière eux des métadonnées personnelles incroyablement bavardes. Notre double numérique est devenu notre pire ennemi. Un Judas en puissance, un traître incorruptible et froid qui compile, jour après jour, de précieuses informations à notre insu. »
« Il y a quelques mois, sa paroisse était la plus morne du département. Plus rien ne s’y était passé depuis le passage mouvementé de Godefroy de Bouillon en 1096 lors de sa première croisade (sans parler du jour historique où Poulidor s’était pointé à l’improviste au Café des Sports pour manger leur fameux coq au vin). Et puis voilà que, récemment, une vieille dame mourait assassinée, qu’un mystérieux hacker international se mettait à déballer tout un tas d’histoires, qu’un secret vieux de soixante ans était révélé et que la fille de la victime déterrait une arnaque aux assurances-vie qui avait impliqué plusieurs villageois. »

Forums: Habemus piratam

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Habemus piratam".