La tresse de Laetitia Colombani

La tresse de Laetitia Colombani

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Peche07, le 26 juillet 2017 (Inscrite le 22 février 2006, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 607ème position).
Visites : 3 859 

Belle tresse, belle histoire : à découvrir

Le prologue décrit minutieusement la réalisation d'une tresse. Laquelle réunit ensuite trois destins de femmes, qu'au demeurant tout sépare, tant la géographie ( trois continents ), que les conditions d'existence. En commun, ces trois femmes partagent la même détermination : échapper au déterminisme social et sexiste qui règne tant sur le village hindou que dans une petite entreprise italienne ou dans un grand cabinet d'avocats canadien. Contre toute attente, ce n'est pas la superwoman occidentale qui se libèrera le plus facilement, son joug , plus insidieux, apparaît parfois plus cruel. Ses comparses, elles, n'ont plus rien à perdre. Le lecteur appréciera au passage la réflexion croisée sur l'extrême pauvreté et l'issue spirituelle possible sous d'autres latitudes. Pour ma part j'ai retenu la solidarité, la transmission: allez je ne vous en dis pas plus... C'est une belle tresse, soyeuse et bien écrite...Oh pardon, une belle histoire! Métaphorique, percutante que j'ai lu d'une traite, avec bonheur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

bof

4 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 57 ans) - 22 novembre 2019

" La tresse" de Laetitia Colombani (224p)
Ed.Grasset

Bonjour les fous de lectures...

BOF BOF BOF

Qui n'a pas entendu parler de ce livre à la couverture jaune canari?
Qui n'a pas entendu ou lu ses nombreuses critiques dithyrambiques?

Il fallait donc que je rattrape mon retard et que je vois si je n'étais pas passée à côté du livre de la décennie, que dis-je du siècle !!

Trois femmes, trois vies, trois continents.
Il y a Smita, l'intouchable indienne qui rêve d'un avenir meilleur pour sa fille.
Giulia, la sicilienne qui travaille dans l'entreprise familiale de traitement des cheveux et qui fera tout pour sauver celle-ci.
Et Sarah, la carriériste canadienne qui se voit rattrapée par la maladie.

Ce roman choral nous parle de ces trois destins de femmes à la fois tellement proches et éloignées.
Trois femmes que tout sépare et qui sont cependant liées par un simple fil .. que dis-je .. un cheveu

L'histoire est bien mais trop survolée à mon goût ( le destin de ces trois femmes est résumé en 220p), on galope tout le long des courts chapitres.
J'ai eu du mal a trouver de l'empathie pour ces trois destins qui auraient mérité à être narrés séparément je pense.
Ajoutons quelques invraisemblances ...

Bref... la sauce a pris ( la lecture est aisée) mais n'a pas tellement bon goût et laisse un arrière goût amer et d'inachevé.

Vous l'aurez compris .. pas conquise et encore une fois bien du mal à m'expliquer les tirades élogieuses qui ont suivi la parution de ce livre.

Serait-ce un roman formaté pour plaire ? Il y a tant de livres sur le même sujet bien plus intéressants !!
On le dit bourré d'optimisme .. oui.. si on veut .. on va dire cela!

Alors .. Pas de panique pour celles et ceux qui ne l'ont pas encore lu. Vous n'avez pas perdu grand chose certes ... disons que je le conseille comme joli roman de vacances.
De plus, vous avez droit à la séance de rattrapage.. Un film est à l'étude.

Voilà ... je vais encore me faire des amis sur ce retour qui n'est pas construit avec des tresses d'éloges .

Trois destins tressés

8 étoiles

Critique de Mimi62 (Plaisance-du-Touch (31), Inscrit le 20 décembre 2013, 66 ans) - 2 novembre 2019

Trois femmes seules face à leur destin.
Trois départs différents mais trois situations semblables

Un roman court, sans temps mort mais sans bousculade non plus où l'action laisse la place à l'humain, où l'humain existe parce qu'il agit, où l'humain est maître de l'action et ne se la laisse pas dicter.
Ces trois femmes, bien que dans des situations économiques très différentes ont pour point commun d'être dans une impasse de leur vie et de décider de prendre leur destin en main.
Ces trois destins vont curieusement se trouver tressés sans qu'aucune n'ait connaissance de l'autre.

Une idée originale permettant une universalité sur des départs différents.

Un roman sensible sans sensiblerie, une écriture fluide, alerte, sans complaisance ni effet racoleur qui emmène le lecteur tout au long des lignes.
Un beau moment de lecture qui résonne encore en soi une fois la dernière page tournée.

Touchée

10 étoiles

Critique de Clacla44 (, Inscrite le 4 mars 2011, 31 ans) - 30 octobre 2019

J'ai été touchée par ce roman. Le destin de trois femmes, vivant sur des continents différents est raconté parallèlement semble-t-il, au début. Puis leurs vies se rejoignent. L'auteur a su me captiver en relatant leurs combats de manière juste et sans pathos.
Je l'ai lu d'une traite.

Trois femmes puissantes

7 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 43 ans) - 28 avril 2019

Ce court roman présente le combat de 3 femmes contraintes de faire des choix de vie déterminants. Chacune devra affronter des carcans puissants, qu'ils soient traditionnels, familiaux ou professionnels.

Malgré la gravité et la dureté des sujets le roman garde une certaine légèreté avec un traitement très cinématographique par son découpage et les images qu'il procure. Il offre un bon moment même si le dénouement est assez attendu.

Sous mon sein la grenade…

6 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 54 ans) - 27 mars 2019

Ce roman qui évoque trois destins de femme pourrait parfaitement être illustré par la chanson « La grenade » de Clara Luciani.

Au-delà du message féministe visant à encourager et défendre leur combat respectif, il n’est demeure pas moins que le ton reste très scolaire.

Comme point positif, c’est le talent de l’auteur pour laisser au lecteur le soin de découvrir le lien qui s’est tressé entre nos trois héroïnes, Giulia la jeune et belle palermitaine, Sarah l’avocate montréalaise ashkénaze et Smita, l’intouchable d’Uttar Pradesh.

Je ne nie donc pas l’utilité et la noblesse de l’intention, mais le risque littéraire pris par l’auteur reste faible. C’est grâce à une promo "matraquage" que son discours politiquement correct mais éculé a pu faire la récolte de prix, de superlatifs et s’élever au rang de bestseller de supermarché.

A faire lire par vos jeunes ados machos…, cela devrait être de leur niveau et les rendre juste un peu moins bêtes.

Le courage des femmes

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 61 ans) - 10 janvier 2019

Smita, une intouchable de la tribu des Dalit, est ramasseuse d’excréments de mère en fille, dans la province de Badlapur en Inde. Refusant que sa fille lui succède, elle décide de fuir le village, d’abandonner son mari et le destin tracé par sa caste.

Giulia vit en Sicile et travaille dans l’entreprise familiale de fabrication de perruques jusqu’au jour où son père ne peut plus assumer ses fonctions. Elle décide de reprendre la société au bord de la faillite.

Sarah est une working-girl canadienne, travaillant dans un prestigieux cabinet d’avocats à Montréal, menant de front son travail et l’éducation de ses trois enfants jusqu’au jour où son cancer est dépisté.

L’auteure nous emmène sur trois continents suivre la vie de femmes qui décident de prendre en main leur destin, de lutter contre la société des castes en Inde, la culture patriarcale italienne, le milieu des affaires américain.
Trois combats exemplaires racontés dans une langue simple, avec une alternance dans les chapitres permettant de maintenir le rythme du récit, d’entremêler adroitement le tissage de cette tresse, bien agréable à lire.

Quand on nage parmi les requins... mieux vaut ne pas saigner !

8 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 13 décembre 2018

Un joli roman à trois voix. Trois voix de femmes, trois destins, trois histoires que tout sépare et pourtant le hasard est parfois de la partie.
La vie comporte ses épreuves mais quand on est femme le froid est plus froid et il en faut de la force pour choisir de se battre. C'est le choix qu'ont fait nos trois héroïnes.
Quand on nage parmi les requins mieux vaut ne pas saigner !

Un roman se laissant lire avec facilité mais qui exprime des choses graves.
Le style est courageux et de qualité.

Trois femmes exemplaires

9 étoiles

Critique de Ddh (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 78 ans) - 6 novembre 2018

Il faut trois fils pour réaliser une tresse : trois personnages, trois femmes, trois destins différents avec une même unité : vouloir, même si ça ne tient qu'à un cheveu !
En Inde, Smita n'a pas la vie facile : elle est de la tribu de Dalit, peuple esclave à qui est réservé les plus basses besognes comme vider les latrines des Brahmanes. Son soleil ? Lalita, sa fille ; elle souhaite qu'elle aille à l'école. Dès le premier jour, c'est le drame.
En Sicile, Guilia travaille dans l'atelier de son père Pietro Lanfredi qui exerce un métier plutôt spécial : il confectionne des perruques avec des cheveux humains. Là aussi, c'est la cata... Il faut réagir, mais cela va à l'encontre de la société sicilienne.
Au Canada, Sarah est une brillante avocate au sein d'un prestigieux cabinet d'affaires. Mais, certains jalousent sa place d'autant qu'elle se trouve handicapée par une grave maladie.
Le découpage des chapitres égraine successivement Smita, Guilia et Sarah. La dernière phrase de chacun des chapitres relance l'attention du lecteur.

Résilience, au féminin

7 étoiles

Critique de Isis (Chaville, Inscrite le 7 novembre 2010, 74 ans) - 14 octobre 2018

Dans ce récit que je qualifierais aisément de parabole, la vraisemblance de l’intrigue et surtout de l’épilogue quelque peu « tiré par les cheveux », comme il a été écrit ici et là, avec un à-propos indiscutable, est, à mon sens, assez peu importante.

La façon dont ces trois destins croisés de trois femmes battantes, sur trois continents fort éloignés vont pouvoir se rencontrer interpelle cependant le lecteur tout au long…de ce court récit allégorique et le tient en haleine comme sait d’ailleurs très bien le faire Laetitia Colombani, scénariste de profession, rappelons-le.

De ce point de vue, le déroulement final voulant impérativement que la boucle soit bouclée peut donc décevoir et cela, d’autant plus que cette fin est à la fois pressentie et tout à coup précipitée, en nous laissant sur notre faim, quant au devenir de ces trois héroïnes.

Toutefois, ici, l’essentiel est ailleurs, et plutôt dans la morale que ce petit opuscule véhicule, à savoir la capacité de rebondir dont tout un chacun dispose plus ou moins en lui face aux vicissitudes de l’existence et qu’il lui faut exploiter au mieux avec parfois l’aide des autres, en sachant aussi repérer avec un peu d’attention les clins d’œil de la providence.

Garder confiance, c’est le maître mot à retenir, en l’occurrence, pour rebondir. Ces trois femmes très éprouvées ont su, pour leur part, faire preuve de résilience même si le trait est un peu trop appuyé parfois, pour mieux faire passer le message. En conclusion, une lecture très agréable avec, en prime, un sujet de réflexion dynamisante dont le lecteur pourra faire son profit.

Déçue

3 étoiles

Critique de Flo29 (, Inscrite le 7 octobre 2009, 47 ans) - 1 septembre 2018

Vu le battage médiatique autour de ce livre et l'engouement des lecteurs, je m'attendais à mieux. Ce roman est sans surprise. La description de la maladie est pleine de clichés, le cancer ce n'est pas forcément que ça. Pour moi ce livre ne méritait pas autant de louanges.

Les combattantes

5 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 44 ans) - 7 avril 2018

Je suis je crois assez mitigé sur le roman. D’un côté je reconnais que l’architecture symbolique du roman, qui fait écho à la technique de la tresse et aux liens tissés par delà les océans entre les femmes du monde, est assez séduisant, et habile : pour ma part j’ai trouvé qu’il fonctionnait plutôt bien, et s'avère être une très belle ode à ces femmes combattantes ; la qualité d’écriture par contre est extrêmement standard, et tend à limiter la portée de l’œuvre, à mon avis en tout cas. Les situations, quoique sans aucun doute fort documentées et malheureusement s’appuyant sur des faits réels (la situation des intouchables en Inde en particulier), sont aussi à mon goût un peu trop démonstratives, et certains enchaînements peu vraisemblables. Pour tout dire le livre par certains aspects m’a laissé le même malaise que le film Babel de Alejandro Iñárritu.

Et si les mages...

10 étoiles

Critique de Deashelle (Tervuren, Inscrite le 22 décembre 2009, 10 ans) - 12 décembre 2017

...étaient des femmes?

Un livre qui se lit d’une traite et qui se boit comme un tonique ! Trois femmes éprises de liberté : une trinité de courage et d’amour en lutte avec les préjugés religieux et sociétaux d’ici et d’ailleurs, distribués sur trois continents. L’incompréhension, le mépris et l’arrogance étreignent ces femmes-mages guidées par la fureur de vivre et ayant l’estime de soi comme étoile, mais n’en viennent pas à bout. Leurs destins s’entrecroisent au fil de la lecture, comme dans ce roman d’Eric-Emmanuel Schmitt «La Femme au miroir (2011)», élégance savoureuse, presque sensuelle, de la construction ! La femme est l’avenir de l’homme, fallait-il le prouver?

"La tresse" de Laetitia Colombani : un succès tiré par les cheveux ?

3 étoiles

Critique de Lettres it be (, Inscrit le 7 mai 2017, 25 ans) - 17 septembre 2017

Il n’y avait qu’à allumer votre téléviseur, votre poste de radio, votre ordinateur ou votre smartphone : impossible de passer à côté de Laetitia Colombani et de sa « tresse ». Une histoire ficelée autour du destin de trois femmes que tout oppose. Une histoire dans l’ère du temps. Un roman encensé par la critique de tous bords. Gage de qualité ? Lettres it be vous en dit plus.

// « Elle qui a tout sacrifié au travail est aujourd’hui elle-même sacrifiée, sur l’autel de l’efficacité, de la rentabilité, de la performance. Ici, c’est marche ou crève. Qu’elle s’en aille donc crever. » //


# La bande-annonce
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.


# L’avis de Lettres it be
Après avoir été tour à tour réalisatrice de courts-métrages, scénariste puis comédienne, Laetitia Colombani endosse désormais la casquette d’auteure avec son roman « La tresse » paru en mai 2017. Bientôt traduit dans plus de 28 langues, ce roman s’est très vite imposé comme un cri du cœur, comme un miroir du destin de ces femmes qui, à travers le monde, conservent un lien inaliénable. Ici, le cheveu devient ce lien et l’histoire se tisse autour de cela.

Belle lecture

6 étoiles

Critique de Krys (Haute-Savoie, Inscrite le 15 mars 2010, 36 ans) - 10 septembre 2017

Beau moment de lecture autour du destin de ces 3 femmes qui -a priori- n'ont rien en commun.
L'écriture est agréable, rapide et les personnages attachants.
A découvrir donc !

Trois femmes déterminées

9 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 64 ans) - 26 août 2017

Trois femmes de nationalité différentes se battent pour améliorer leur conditions de vie : il y a Smita, une Intouchable dont le métier consiste à ramasser la merde à mains nues et qui désire éviter un sort semblable à sa petite fille de six ans. Ensuite, nous suivons Giulia, une sicilienne travaillant dans l’atelier de son père dont l’activité se résume à recueillir des cheveux, les trier et les désinfecter afin d’en faire des perruques. Ensuite, Sarah, une avocate montréalaise réputée doit affronter une maladie terrible qui menace tout ce qu’elle a péniblement construit au fil des années. Quel rapport entre ces trois femmes ? J’ai mis un certain temps à comprendre mais une fois cela fait, le roman prend toute son ampleur et sa signification en reliant le destin de ces trois femmes aux prises avec des difficultés familiales et professionnelles terriblement graves.

Ce n’est pas l’écriture qui est le point fort du roman bien qu’elle soit d’une excellente qualité mais bien l’histoire de ces femmes courageuses refusant de céder au découragement et au fatalisme imprégnant leur entourage.

Très bon roman que j’ai lu d’une traite tellement il m’a passionnée. Je regrette seulement sa brièveté et le fait de ne pas savoir ce qui va arriver dans le futur surtout pour Smita dont l’histoire m’a particulièrement touchée.

Vive les femmes!

9 étoiles

Critique de Anna Rose (, Inscrite le 3 octobre 2006, 47 ans) - 10 août 2017

Le destin de trois femmes, issues de trois continents, est l'objet de ce livre. Chacune à sa manière doit lutter contre sa condition de femme, certaines plus durement que d'autres. Elles portent en elles des espoirs, des envies et malgré les obstacles elles luttent pour survivre.
La première affronte la société entière en refusant la théorie de la prédestination; la deuxième défie sa famille en s'opposant aux lois économiques ancestrales; enfin la troisième découvre la violence du monde professionnel.
Ces héroïnes sont attachantes; on les accompagne pendant un moment de leur vie, moment crucial et fondateur.
Un vrai plaisir à lire.

Forums: La tresse

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La tresse".