Le cri de la mouette de Emmanuelle Laborit

Le cri de la mouette de Emmanuelle Laborit

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Sefann56, le 18 avril 2004 (Locminé, Inscrite le 17 avril 2004, 33 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 9 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 600ème position).
Visites : 10 114  (depuis Novembre 2007)

une belle métaphore filée

ce livre est bien, il y a la grande métaphore filée de la mouette tout au long du livre; qui revient et qui nous pique au vif, pour montrer ce que pensait cette enfant sourde-muette.
histoire bien mais très courte et ne retrace que le minimum

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un témoignage attachant mais qui laisse un peu sur sa faim

6 étoiles

Critique de Dervla3012 (, Inscrite le 7 décembre 2019, 15 ans) - 19 février 2021

De quoi ça parle ?

Emmanuelle est née sourde profonde. Le diagnostic tombe quelques mois seulement après sa naissance. C’est l’effondrement immédiat. Ce petit être juste à l’aube de sa vie a-t-il déjà atteint les limites de son existence ? Il semblerait bien que oui.

Pourtant, plusieurs méthodes vont aider Emmanuelle à découvrir le monde. Et à l’âge de 7 ans, c’est la grande découverte, l’ultime révélation : le langage des signes. De nouvelles perspectives s’ouvrent subitement devant la petite fille émerveillée : la promesse de pouvoir grandir, travailler et être heureuse malgré ou peut-être grâce à sa surdité.

Cet ouvrage est un témoignage et un manifeste pour la reconnaissance des sourds ainsi que le rapprochement des mondes entendant et non-entendant.

Mon avis :

Cet ouvrage dépeint la personnalité attachante d’Emmanuelle et le récit est intéressant et ponctué d’anecdotes drolatiques qui viennent pimenter le témoignage.

Toutefois, il serait excessif de ma part d’affirmer avoir été transportée. Quelques mois seulement après ma lecture, les impressions s’effacent ; l’oubli trahissant le caractère mitigé de mes sentiments. Certes, je désirais un tableau du monde des sourds et j’ai été satisfaite. Le texte comporte en effet quelques très belles envolées lyriques : « Je vois comme je pourrais entendre. Mes yeux sont mes oreilles. J’écris comme je peux signer. Mes mains sont bilingues. Je vous offre ma différence. Mon cœur n’est sourd de rien en ce double monde. »

Mais je cherchais aussi dans cette autobiographie une vision particulière de l’existence et je n’en ai pas réellement trouvé. Cet équilibre est-il un bon compromis ? Il me semble que non, car une autobiographie ne doit pas seulement documenter sur un milieu, mais tirer d’une vie un éclairage inédit sur la vie et ce n’est pas le cas ici.

Coup de coeur

10 étoiles

Critique de LeaPrepaOrtho (Paris, Inscrite le 22 février 2015, 24 ans) - 28 novembre 2015

J'ai ADORE ce livre, il permet de comprendre la vie des sourds que l'on n'imaginerait pas une seconde. Ce qui se passe dans la tête d'un enfant qui n'entend pas, la vision qu'il a du monde et de son entourage. Puis l’adolescence difficile dans un monde que l'on n'entend pas. Et enfin l'histoire du parcours remarquable d'Emmanuelle Laborit et sa réussite dans le théâtre. Le livre est très simple à lire et sachant qu'il est traduit de ses signes, je l'imaginais très clairement parler avec ses mains. Il me tarde d'apprendre la langue des signes si singulière et différente de toutes les autres langues. Ma vision du monde des sourds est totalement changée, ce livre est génial. Je le conseille à tous, et d'ailleurs je compte le faire lire à tout mon entourage.

le cri de la mouette

9 étoiles

Critique de Le Mont Carmel (Warsage, Inscrit(e) le 27 juillet 2003, 87 ans) - 17 janvier 2011

Ce livre est très beau et émouvant parce qu'il est "vrai".
C'est surtout l'expérience personnelle de l'auteur enfant qui est passionnante, plus que la discussion au sujet des implants me semble-t-il.
Chaque pas en avant a ses avantages et inconvénients, et ce livre date quand même de pas mal d'années : il y a eu d'immenses progrès depuis, dans le placement des implants comme dans d'autres traitements .
Il n'en resta pas moins que j'ai beaucoup aimé ce livre qu'on ne peut que recommander à tout monde, concerné ou non par le sujet.

Quelle leçon de courage !

10 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 85 ans) - 14 janvier 2011

À peine âgée de 22 ans, Emmanuelle Laborit entreprend de nous raconter sa vie. On aurait pu s’attendre au pire et on ne découvre que du meilleur.
Emmanuelle est sourde. Elle commence par nous raconter son enfance de solitude et de silence. Et puis, à sept ans, elle apprend la langue des signes et c’est la découverte : elle n’est pas la seule sourde au monde et elle peut communiquer.

Et elle entre en furie ! L’enseignement de la langue des signes a été interdite en France jusqu’en 1976. On devait apprendre aux sourds à lire sur les lèvres et à parler. Le but, nous dit Emmanuelle, était de faire du sourd un entendant de seconde classe !
Et elle fulmine ! Le sourd, est un être différent mais nos sociétés refusent la différence. Nous serons obligés un jour d’être tous des grands blonds aux yeux bleus !
Et puis elle plaide pour la langue des signes qui est aussi belle que la langue des sons et qui enrichit le patrimoine de l’humanité.

Si je peux me permettre, Emmanuelle a raison quand elle dit que la langue des signes est magnifique mais il faut reconnaître qu’elle ne permet la communication que des sourds entre eux. L’idéal serait d’apprendre les signes et la lecture sur les lèvres et le langage. Mais le sourd n’entend pas ce qu’il dit et, comme dit Emmanuelle, pour un sourd, parler c’est « diffiti ».

Un peu plus loin elle se met dans une colère noire contre les implants. Les implants sont de mini-ordinateurs que l’on place dans le cerveau du sourd pour suppléer au nerf déficient.
Pour Emmanuelle c’est une tentative de purification ethnique, c’est un viol ! Et de répéter sur tous les tons que la surdité n’est pas un handicap mais une différence et que refuser la différence c’est du racisme et c’est la honte !

À mon humble avis, c’est discutable et l’avis d’Emmanuelle n’est pas plus autorisé que celui de la chirurgie. Elle se base sur sa propre expérience mais sa vie est en tous points une réussite exceptionnelle. (On se souvient peut-être qu’elle avait remporté un
« Molière » pour son interprétation de Sarah dans Les Enfants du Silence en 1993).
Elle en arrive même à dire qu’elle a reçu un don : elle est sourde !

Mais je crois que tous les sourds ne pensent pas comme elle, tant s’en faut ! Dans l’immense majorité des cas, la surdité est une souffrance et un devoir de la médecine et de la chirurgie est de venir en aide à la souffrance.
Son argument massue, c’est que l’opération se solde parfois par un échec (25 % des cas selon elle) et en cas d’échec le cerveau du sourd sera perturbé pour la vie.
Un vrai cas de conscience pour les malheureux parents qui se trouvent devant l’obligation de faire un choix !

Ce livre est magnifique, il va droit au cœur ! C’est le livre passionné d’une fille
« différente » qui a réussi sa vie à force de volonté et de détermination. Elle a eu des chances exceptionnelles et des dons qui ne sont pas donnés à tout le monde, c’est vrai. Mais elle a su les saisir et surmonter toutes les difficultés de la vie pour arriver à ses fins.
Son style est très personnel. Il est très direct et condensé. Il se compose de phrases précises, qui vont droit au but et qui traduisent bien la personnalité de cette fille battante et terriblement sympathique.
Un livre d’optimisme et de bonne humeur qui, si besoin était, vous rendrait le goût à la vie.

Une autobiographie émouvante

8 étoiles

Critique de Elyria (, Inscrite le 25 mars 2006, 29 ans) - 1 avril 2006

Ce livre nous fait réaliser la difficulté d'avoir un handicap quel qu'il soit dans la vie de tous les jours. Il nous met aussi sous les yeux la difficulté de communication et l'impression de solitude qui en découle
Très beau!

magnifique

9 étoiles

Critique de Dark42 (St Etienne, Inscrite le 12 mai 2005, 32 ans) - 1 décembre 2005

Ce qu'écrit Emanuelle Laborit dans son livre est d'une beauté remarquable!!
Son enfance difficile à cause de son handicap nous raconte bien la vie des sourds-muets!!!
On peut comprendre également sa délivrance lorsqu'elle apprend le langage des signes!!!
Bref, un livre d'une rare beauté!

témoignage à lire

8 étoiles

Critique de Aktiana (, Inscrite le 13 mars 2005, 35 ans) - 13 mars 2005

C'est magnifique qu'Emmanuelle ait écrit, pour exprimer ce que peut ressentir, ce que peut vivre une personne sourde.
Ces gens sont souvent oubliés de la société de part l'invisibilité de leur handicap.
Elle dénonce aussi certaines choses... Le fait que la langue des signes ait longtemps été interdite est inconcevable!!! C'est un acte dégueulasse, empêchant les sourds de communiquer entre eux de manière naturelle.
Je crois que notre société doit encore faire quelques efforts pour les sourds, pour leur permettre de mieux s'intégrer.

émouvant

7 étoiles

Critique de Nelibelul (TOURS, Inscrite le 19 juillet 2004, 52 ans) - 4 août 2004

beau livre à lire... on comprend mieux le quotidien des gens sourds.

écrit avec poésie et une énergie débordante, Emmanuelle nous touche.

femme magnifique.

Forums: Le cri de la mouette

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le cri de la mouette".