Seules les bêtes de Colin Niel

Seules les bêtes de Colin Niel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 10 janvier 2017 (Inscrite le 22 novembre 2016, 52 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 600ème position).
Visites : 746 

suspense garanti

Un roman de saison, il débute en hiver dans les Causses. Il fait froid, il a neigé, la Tourmente souffle.
Une femme, Evelyne Ducat a disparu. On ne parle que de ça au village.

Alice ne fait pas attention à l'information qui circule, trop occupée à vouloir voir Joseph. Elle est assistante sociale, elle s'éloigne petit à petit de son mari, et, l'impensable est arrivé. Elle voit régulièrement Joseph qui est devenu son amant.

Joseph, un agriculteur, devenu dépressif depuis le décès de sa maman. Il vit isolé dans un coin des Causses avec seules ses bêtes qui lui apportent un peu de vie.

Les conditions sont difficiles pour ces agriculteurs. Nous sommes dans un roman rural, dans un roman choral en cinq actes.

Tour à tour cinq personnages nous présenteront leur vision de l'histoire : Alice, Joseph, Maribé, Armand et Michel.

Cinq personnes ayant en commun une solitude. La Tourmente souffle, c'est le vent qui crée de belles tempêtes, une légende colportée par les anciens nous dit que la Tourmente serait responsable de la disparition de personnes... Qu'en est-il ici ? Quel lien entre cette disparition et nos protagonistes ?

L'écriture est vive, chaque version s'imbriquera l'un à l'autre. La tension est palpable depuis le départ et croyez-moi, Colin Neil la fera gonfler et vous emmènera bien loin d'où vous pensiez aller.

C'est un maître des retournements de situation.

On se pose des questions, mais où veut-il nous emmener ? Soudain tout s'éclaircit, et puis non en fait.

Superbe thriller, j'ai adoré.

Vous voulez en savoir plus ? une seule chose à faire, lisez-le, vous ne serez pas déçu.

C'est pas loin du coup de coeur

Ma note : 9/10


Les jolies phrases

Dans le temps, les vieux disaient que ton ombre, c'était l'image de la mort. Comme un double de toi qui s'accroche à tes pas et qui te quittera le jour où tu seras sous la terre.

On aurait dit que la nouvelle année qui s'approchait, les gars l'attendaient avec impatience, comme s'ils croyaient vraiment qu'elle allait être mieux que celle qui finissait. Comme si ce monde meilleur, plus solidaire, plus équitable, qu'ils pensaient être en train de construire, il avait une chance d'émerger un jour. Leur utopie en ligne de mire, toujours en tête malgré les mille contradictions qu'ils s'employaient avec force à minimiser.

Elle avait un truc que jamais je n'ai retrouvé chez personne, une manière de me faire croire à la vie, au bonheur, à l'amour, à tous ces idéaux après lesquels je n'ai cessé de courir.

Au fond, je me demande même ce que ça veut dire ce mot : exister.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Isolement social

8 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 38 ans) - 15 février 2017

L’existence de Colin Niel m’a été révélée le jour où il a reçu le prix Quais du Polar en 2016, pour « Obia » un petit pavé de 500 pages. Depuis lors, je repoussais régulièrement la découverte de cet auteur, et ce, jusqu’à la sortie récente de son nouveau bébé. Même si cette nouveauté ne fait pas partie de la trilogie guyanaise qui a fait son succès, j’ai pensé que je pourrais découvrir son œuvre grâce à ce roman plus bref. Disons que ça me donnait au moins la possibilité de rencontrer son style.

Une chose est sûre, ce roman est vraiment original. D’une part par sa construction qui est composée de cinq parties. Pour chacune des parties, les narrateurs sont différents et apportent leurs versions des faits. L’évolution de cette affaire se dessine alors au fur et à mesure des détails qui nous sont rapportés. Plus on avance, plus les éléments s’emboitent et plus le dénouement se dévoile, non sans nous emmener habilement sur de fausses pistes.

Mais ce polar sort aussi de l’ordinaire de par l’environnement dans lequel il évolue, qui est très peu traité dans ce genre littéraire : la montagne et sa campagne isolée. On se retrouve dans un coin reclus, loin de la foule, au milieu des élevages et des marchés. On ressent parfaitement l’ambiance qui règne dans ces lieux particuliers. Imprégné de ces conditions géographiques, l’auteur en profite pour nous dresser le portrait de personnages plutôt singuliers qui se retrouvent malgré eux et par un pur hasard au centre de cette affaire dramatique.

En conclusion, je ressors ravi de cette première expérience avec Colin Niel. Son écriture est impeccable et m’a entraîné dans une intrigue jamais ennuyeuse et pleine de surprises. Sans user de sensationnel, mais avec quelques facilités scénaristiques, il nous offre une histoire vraiment captivante de bout en bout. Grâce à une narration bien huilée et maîtrisée, ce roman choral se distingue par le tableau social qu’il dépeint, dans lequel la solitude et l’isolement donnent naissance à des actes désespérés. Belle découverte!

Forums: Seules les bêtes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Seules les bêtes".