Les oubliés du dimanche de Valérie Perrin

Les oubliés du dimanche de Valérie Perrin

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Ddh, le 28 décembre 2016 (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 76 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 992ème position).
Visites : 609 

à oublier

Le dimanche, il y a effervescence dans les homes : la visite hebdomadaire de la famille des résidents. Mais il y en a qui ne reçoivent pas de visite, les « oubliés » !
Valérie Perrin est scénariste et photographe de profession. Elle est la compagne du cinéaste Claude Lelouch. Les oubliés du dimanche est son premier roman qui a été primé au 29ème Festival de Chambéry.
Justine, la narratrice, travaille au home Les Hortensias. Elle vit avec son cousin Jules chez Pépé et Mémé car ils sont tous deux orphelins suite à un accident de voiture dont leurs parents, jumeaux de naissance, sont les tragiques victimes. Au home, Justine reçoit les confidences d'une patiente, Hélène ; elle les écrit et cela nous vaut un récit en caractères italiques.
Les règles classiques, unité de temps, de lieu et d'action n'ont pas cours dans ce roman. Ce qui est plutôt gênant pour le lecteur lambda. Les intrigues sont multiples, parfois invraisemblables et elles désorientent. Mais l'intérêt est relancé par ces chamboulements.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les Hortensias

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 59 ans) - 23 janvier 2018

Justine, à 21 ans, n'est jamais sortie de son village de Milly. Élevée par ses grands-parents après la mort dans un accident de voiture de ses parents, elle a arrêté très tôt les études et aime son travail d'aide-soignante à la résidence pour personnes âgées des Hortensias. Elle partages son affection entre Jules, son cousin, orphelin en même temps qu'elle, (leurs pères étaient jumeaux, leurs mères amies et partaient tous les quatre pour la journée), et les résidents.
Elle aime prendre le temps de s'occuper de chacun d'eux, et surtout, d'écouter leurs histoires avant que celles ci ne disparaissent. Et particulièrement Hélène Hel. Roman, son petit-fils lui demande d'écrire la vie de sa grand-mère qui vit dans un autre monde, sur une plage ensoleillée, où elle lit des livres à Lucien son mari. Justine accepte et écrit dans un cahier l'histoire d'Hélène et Lucien, qu'elle construit à partir des confidences de celle-ci.
Une très belle histoire que celle de ce couple séparé par la guerre. Une histoire intercalée dans celle de la vie de Justine, écrite en italique.
Car l'histoire de Justine n'est pas si simple. Il y a sa fréquentation épisodique avec un jeune homme très attaché, monsieur "Je-ne-me-rappelle-plus -comment", ces étranges coups de téléphone qu'un "corbeau" passe des Hortensias aux familles pour annoncer un décès qui n'a pas eu lieu, obligeant ces familles à se déplacer et à rendre visite à ces "oubliés du dimanche" ; ceux pour qui les proches ne trouvent pas le temps ou se disent, qu’ils ne se rendent pas compte.
Et puis il y a quelques mots lancés par un vieux policier sur l'accident qui a coûté la vie aux deux jeunes couples. Et pourquoi Jules refuse-t-il d'aller voir ses grands-parents à Stockholm ?
Justine va commencer à se poser des questions, à enquêter, et ce qu'elle découvrira est terrifiant.

Pour avoir fréquenté ce genre d'établissement pendant deux mois, j'ai été très touchée par la justesse de la vie d'une résidence, et j'ai trouvé l’héroïne bien sympathique : sa gentillesse, son attention ; ses heures qu'elle ne compte pas.
L'histoire d'Hélène est elle aussi très touchante, peut-être un peu moins originale.
Et puis, celle d'Armand et Eugénie, des parents dont les deux fils et belles-filles meurent en même temps.
J'ai beaucoup aimé ces trois histoires emmêlées, même si quelquefois, il me fallait quelques secondes pour retourner dans la bonne période.
Mais rien ne m'avait préparé à la révélation finale.
De la tendresse, de l'amour, de la douleur, de la jalousie, de la haine, de la sensibilité, de l'émotion, un peu d'humour, nombreux ingrédients qui font de ce roman une lecture réussie.

Forums: Les oubliés du dimanche

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les oubliés du dimanche".