Petits crimes conjugaux de Éric-Emmanuel Schmitt

Petits crimes conjugaux de Éric-Emmanuel Schmitt

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Moka, le 7 avril 2004 (Bruxelles, Inscrite le 29 mars 2001, 27 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (19 961ème position).
Visites : 3 946  (depuis Novembre 2007)

Meilleur que les autres...!

J'ai préféré ce livre-ci de Schmitt, peut-être parce que c'était une pièce de théâtre ou ,plutôt, parce qu'il était, je pense, écrit pour des adultes. Je ne peux pas vraiment vous raconter l'histoire, mais j'espère que vous la lirez vous-même ou que vous aurez l'occasion de voir la pièce. Je sais qu'elle passe en ce moment à Bruxelles, et que j'irai probablement la voir :oD.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Remue-ménage et rebondissements

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 16 juin 2015

Cette pièce met donc en scène un couple où le mari est amnésique, pour une raison ignorée, que l'épouse refuse à lui avouer. Il y a peut-être de quoi, c'est ce que va révéler la pièce, avec moult rebondissements.
En effet, les révélations sont multipliées tout le long, ce que permet la rééducation à la vie ordinaire du mari et aux révélations qui surviennent, quand la mémoire lui revient.

Les répliques font mouche, on s'attend assez vite à des règlements de compte, mais la chose est assez bien menée, bien que l'intrigue puisse arriver à l'esprit. Le texte est bien écrit, les rodomontades et piques cinglantes ne manquent pas.
Ces éléments servent à passer un bon moment, que de bons interprètes sont en mesure d'agrémenter. Cela a dû être le cas de Charlotte Rampling et Bernard Giraudeau, quand la pièce a été montée.

Merci à l'acolyte de Critiques libres qui me l'a fait découvrir.

huis clos amour / haine

6 étoiles

Critique de Luciole47 (, Inscrite le 6 janvier 2013, 53 ans) - 26 janvier 2013

le livre se lit très vite et on se prend " au jeu"...
léger et grave à la fois, plein de finesse: j'ai aimé !

La difficulté d’être toujours aimé

6 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 53 ans) - 28 septembre 2005

Un homme se fait passer pour amnésique pour comprendre ce qui lui est arrivé, et savoir où en est leur relation amoureuse. Description sarcastique d’une relation amoureuse compliquée.

la pièce

5 étoiles

Critique de Darius (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans) - 4 juin 2005

J'attendais beaucoup de cette pièce, mais j'ai été déçue. D'abord, par l'acoustique, mais à cela, Eric Emmanuel ne peut pas faire grand chose...
J'étais au 30ème rang, et à certains moments, on n'entendait qu'un chuchotement.. je ne sortais de ma torpeur que lorsqu'ils s'engueulaient.. J'aurais voulu que le torchon brûle plus souvent dans le couple...

Pour ce que j'en ai retenu des dialogues - et entendu - je comprends que Schmitt ait le vent en poupe. Il s'est inspiré de fragments de philosophie orientale et de développement personnel, phénomènes de mode pour notre société stressée et déboussolée.

La femme veut être rassurée, le mari lui répond par l'incertitude... Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, lisez "la vie à bras le corps : faire face à l'incertitude" de Susan Jeffers, docteur en psychologie.

Le point positif de Schmitt, c'est qu'il semble poser des questions, c'est qu'il semble interpeller. Malheureusement, ceux qui se sont déjà penchés sur le problème, ceux qui ont souffert, sont un pas plus loin.
Et les autres ? Soit, ils ne se sentiront pas concernés, soit, ils se contenteront de ces quelques superficialités pour affirmer qu'il est génial. Oui, Schmitt a trouvé un créneau porteur, mais il n'a rien inventé.

A certains moments, on pourrait penser que Schmitt est universel parce qu'il colle à notre réalité - d'où son succès - mais c'est là où le bât blesse, il ne vaut que pour notre siècle et pour notre culture.

Tiens, je vous lance cette citation qui vous fera sourire, qui semblera correcte à la plupart d'entre vous, mais est-ce parce que le plus grand nombre l'avalise qu'elle est juste ?

"l'homme prend une maitresse pour rester avec sa femme.
la femme prend un amant pour quitter son mari"

L'argent ?

5 étoiles

Critique de Sephira (Montreal, Inscrite le 14 septembre 2004, 62 ans) - 14 septembre 2004

Je ne mets que deux étoiles et demi....

.... car il me semble que ce n'est que le premier chapitre ou le premier acte d'une pièce qui devrait en compter trois.

Tout au long de ma lecture, j'ai eu l'impression que l'auteur était une femme, écrivant pour les femmes... étrange... L'homme de la pièce pourrait être un ''idéal'' pour la femme...

Aussi, quoique j'apprécie énormément l'auteur (La part de l'autre, Le Visiteur, L'évangile, etc.), je ne pouvais voyant la fin du livre approcher, m'inquiéter de l'absence d'un personnage très important dans le couple... pour le couple, devrais-je dire,... l'argent....

L'argent, arme du crime, objet contondant identifié post-mortem...

J'attends donc une suite à ce premier volet...

:-))

Où est le crime ?

4 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 69 ans) - 30 août 2004

Bien loin de l’émotion ressentie à la lecture d’Oscar et la dame rose, j’ai lu " cette portion de vie conjugale " d’une traite. Après quelques pages, bien sûr je n’ai pu m’en détacher.
Pas facile pourtant de lire le style " dialogue ". Je crois que j’aurais préféré " entendre " ces répliques au théâtre, avec la hargne bien mesurée de deux acteurs chevronnés.
Gilles & Lisa, dans ce petit récit, c’est l’amour réciproque et passionnel... jusqu’au jour où tout craque…
Dans notre monde moderne du vivre à 100 à l’heure, prenons-nous encore le temps d’écouter vraiment l’autre ? Il est vrai qu’une longue vie à deux, c’est une concession… à perpétuité.
Eric-Emmanuel Schmitt donne vachement l’impression d’en connaître un bout !

Bravo à cet auteur pour la variété de ses sujets d’écriture.


un bon texte de théâtre

8 étoiles

Critique de Rotko (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 43 ans) - 4 août 2004

Eric-Emmanuel Schmitt, Petits crimes conjugaux, Albin Michel.

L'enfer du couple ?

Petite pièce de théâtre bien menée, avec dialogues incisifs, retournements de situation et inversions des rôles. Dans ce huis clos - métaphore scénique du couple, dont chacun veut sortir à tour de rôle, chaque personnage exprime ses espoirs et ses désillusions. EES sait donner du rythme à l'action comme aux mots. A lire ou à voir !

Puissant

8 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans) - 2 août 2004

Un texte fort, rédigé par un auteur qui nous étonne jusqu'à la dernière ligne. Un couple... un(e) menteur(se) ? Non, deux menteurs ! Une intrigue, des rebondissements et surtout un formidable jeu de personnages. Une pièce écrite pour des acteurs durs, puissants dans leur jeu, surprenants à chaque instant, passant de la violence à la douceur en un quart de seconde. Un texte qui nous tient en haleine. Que va révéler Lisa à son mari ? Qu'en pense réellement Gilles ? Qu'en est-il donc réellement de cette amnésie ? Quel intérêt ? A qui profite le crime ?
C'est avant tout l'histoire d'un couple sauvage qui se blesse mutuellement, qui va de l'usure à la mort, sans possibilité de retour en arrière si ce n'est par le mensonge et l'affrontement brutal. Une névrose commune qui arrange l'un et l'autre. Jusqu'à l'éclatement.

ou plutôt, rien que de l'air...

2 étoiles

Critique de Lézard (Genval, Inscrit le 29 janvier 2004, 33 ans) - 1 août 2004

Je Sais que les gens lisent Schmitt et Nothomb et je soupire (au moins autant qu'Alain Soral!).

Schmitt est un excellent scénariste mais un bien piètre dramaturge. Sa casquette d'écrivain : une fourberie. "Petits crimes conjugaux" est mal écrit, et -pire- (surtout pour quelqu'un qui se targue, lors d'une conférence, de réciter ses dialogues à haute voix pour qu'ils sonnent justes...) pire, sonnent affreusement faux. Tout y est stéréotypé. C'est de l'arrangement littéraire. Le hasard n'est n'arrive pas de lui-même mais est créé de toute pièce par un homme sans talent qui, à l'instar d'un Werber, a décidément misé sur le fric et la quantité plus que sur l'intérêt et la qualité.

Je Sais que la Masse lit les bouquins de moins de 120 pages, et que donc, qui publie ceux-là, vendront mieux. Mais sommes-nous d'accord de cautionner message si absurdement simpliste et sans saveur?

A ranger au milieu des manuels de cuisine.

l'air de rien, que l'air

8 étoiles

Critique de Zoom (Bruxelles, Inscrite le 18 juillet 2001, 63 ans) - 18 juillet 2004

La quatrième de couverture , cynique à souhait, m'avait attirée:
"Voilà la vie conjugale, une association de tueurs qui s'en prennent aux autres avant de s'en prendre à eux, un long chemin vers la mort qui laisse des cadavres sur la route. Lorsque vous voyez une femme et un homme devant le maire, demandez-vous lequel des deux sera l'assassin".

Et bien, je n'ai pas été déçue!
Un homme rentre chez lui, amnésique suite à un accident. Sa femme le couve et lui explique qui il était, comment il aimait , comment ils vivaient tous les deux. Lui ne se souvient de rien et doit bien recevoir tout cela comme une vérité, sa vérité, qu'il a perdue. On sent bien qu'il y a quelque chose de bizarre qui se trame là-dessous, mais n'allez pas croire que je vais vous dire quoi.
Il en prend un peu pour son grade, le pauvre homme, vierge devant lui-même. Mais ne vous en faites pas, messieurs, madame ne sera pas épargnée... J'aimerais bien avoir d'autres avis car j'ai prêté ce livre à plusieurs amis qui l'ont trouvé un peu fade, voire nul, alors que je l'ai trouvé particulièrement croustillant, amusant, et bien plus profond qu'il n'y paraît à première vue.

Forums: Petits crimes conjugaux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Petits crimes conjugaux".