Joshua de Mordecai Richler

Joshua de Mordecai Richler
(Joshua then and now)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Darius, le 19 octobre 2016 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 476 

Humour vulgaire

Vu que le roman commence par une intrigue : comment le héros du livre un écrivain juif canadien est-il contraint de rester chez lui, gardé par son père et son beau-père, en qualité de gardes-chiourmes ? Lui est-il arrivé un accident ? Il faut lire les 600 pages du bouquin pour connaître la raison. Est-ce pour cela que j’ai lu jusqu’au bout ce livre qui ne me plaisait pas ?

Joshua vient d’une famille atypique, juive montréalaise. Son père est un ancien boxeur, toujours à cours d’argent, qui fait affaire avec la mafia. Sa mère fait plus ou moins dans le strip tease ou le porno. Devenu journaliste et par la suite écrivain, il épouse Pauline, une fille de sénateur, qu’il sauve d’un mariage raté. Ils ont trois filles. La faiblesse du livre est qu’on ne s’attache pas aux personnages. Ils sont sans consistance, n’ont aucune émotion. On ignore ce qui lie Joshua, le héros du livre à sa femme Pauline, à ses enfants dont on sait qu’ils existent mais dont on ne parle jamais. On ignore aussi pourquoi soudainement Pauline est placée dans une institution, est-elle devenue folle ? En tout cas, l’auteur s’en préoccupe peu.

Le roman est aussi très décousu. Dans un chapitre, on parle de ses années d’école et de ses amitiés entre copains, dans un autre chapitre, de son séjour à Ibiza, ensuite de ses sorties avec Pauline, sa femme, son sénateur de père, les copines de Pauline. Et puis surtout, les frasques de ses copains d’université qu’il revoit volontiers et qui ne pensent qu’à draguer tout ce qui bouge, tromper leur femme, s’enivrer, vomir dans les cocktails…

Il y a aussi toute une série de références québécoises qui nous sont inconnues, des gens célèbres dont on ignore tout. Est présent également la montée du Parti Québecois, (PQ) le 1er ministre Levêque, la peur des anglophones que le Québec ne soit dominé par les francophones et leur fuite vers Toronto.
C’est supposé être un roman où l’humour est prépondérant. Mais moi, je n’ai pas apprécié, d’abord, je ne possédais pas les références nécessaires et ensuite, j’ai trouvé cela souvent vulgaire.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Joshua

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Joshua".