Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci

Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lucia-lilas, le 6 septembre 2016 (Inscrite le 21 février 2016, 51 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (18 207ème position).
Visites : 1 639 

Ordre et beauté...

Lire Monsieur Origami, c’est entrer dans un autre monde fait de silence et de contemplation, c’est se retirer de la vaine agitation du monde et faire une pause, prendre son temps. Ralentir le rythme pour méditer, profiter de ce que nous sommes ici et maintenant. Une invitation à « être »… « À quoi sert-il d’avoir si être nous manque… »
Ce roman, j’allais dire ce poème, d’une grande perfection formelle, raconte la vie d’un homme : Maître Kurogiku. Son métier consiste à fabriquer du papier : le washi. Les branches du kōso, un mûrier, permettent de fabriquer ce papier qui est à la fois souple et très résistant. On peut s’en servir pour créer des lampes, des sacs, des parois japonaises…
Fabriquer du washi est un art au Japon et Maître Kurogiku a hérité de son père ce savoir-faire. Mais, s’il vend les moins belles feuilles, il garde celles qui lui plaisent pour se livrer à sa passion : l’origami.
Il aime en effet plier le papier. Et surtout, le déplier. Il médite en observant les plis. C’est un art, une philosophie, une façon de concevoir la vie, d’échapper au temps.
Un jour, alors qu’il avait vingt ans, Maître Kurogiku quitta son pays avec trois pousses de kōso. Il alla en Italie.
Bien plus tard, il rencontre un homme : Casparo, un jeune horloger qui a un projet.
Parfois les deux hommes parlent, souvent ils se taisent.
Evidemment, Casparo aimerait savoir pourquoi ce maître en origami a tout quitté du jour au lendemain pour aller en Italie. Mais, il sait que « toute beauté a sa part d’ombre », alors il attend le bon moment pour poser sa question…
Ce premier roman de Jean-Marc Ceci est un conte poétique d’une grande beauté : chaque mot, chaque virgule, chaque silence est à sa place. La description quasi documentaire de la fabrication du washi est un véritable enchantement : les gestes sont minutieusement décrits et l’on a l’impression de se trouver dans la pièce où l’artisan fabrique le papier. De même, toute la philosophie zen liée au pliage du papier est fascinante. On sort de cette lecture comme apaisé par la beauté du monde et des choses que l’auteur déploie devant nous. L’humour de l’auteur, présent ici et là, achève de nous enchanter…
Connaissez-vous la légende des « mille grues » ? Savez-vous ce qu’est « le pli vallée » et « le pli montagne » ?
Ouvrez le livre de Jean-Marc Ceci, dépliez-vous et laissez-vous aller…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Dépaysement japonais

5 étoiles

Critique de Ddh (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 76 ans) - 14 juillet 2017

Monsieur Origami ? Un Japonais, son nom est Kurogiku et est passionné par le washi, un papier idéal pour réaliser des origamis !
Le jeune quadragénaire Jean-Marc Ceci est l'auteur de ce livre présélectionné au Festival du 1er roman de Chambéry. Il obtient cette année le Prix Edmée de la Rochefoucauld 2017 qui couronne un premier roman.
Dans son Japon natal, Kurogiku a une vision coup de foudre pour une Italienne. Il abandonne tout et part en Toscane pour la retrouver. Son hobby ? Fabriquer du papier à partir de la fibre d'un arbre ; c'est le washi qui se plie et se transforme en origami. Elsa qui vit dans l'entourage de Kurogiku invite Casparo à rejoindre « le maître ». Casparo est obnubilé par la montre qu'il veut fabriquer, une nouvelle maîtrise du temps. Il reste Ima, le chat. Et puis, rien !
La structure même du livre est originale. Une ligne poétique se dégage de ce recueil. De courtes séquences, on frise le haïku dans bien des cas ; mais sans la métrique propre à ce genre littéraire.

La part d'ombre de la beauté

10 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 10 février 2017

Quand tu entreras dans ce récit, lecteur, oublie tout ce que tu as l'habitude de rencontrer dans les romans; descriptions, portraits, analyses psychologiques, rebondissements de l'action. 

Dans MONSIEUR ORIGAMI, rien de cela. Ici, tout n'est qu'épure, solitude, contemplation et immobilité silencieuse.

La mise en page de l'ouvrage contribue à ces effets. Les nombreux blancs qui encadrent ou ponctuent les pages sont autant de pauses au cours desquelles les courtes phrases résonnent comme en écho dans l'esprit du lecteur. Ecriture minimaliste, certes, mais dont la portée se prolonge au delà des mots. Ecriture lancinante, incantatoire, envoûtante, sans rien qui pèse ou qui pose .

Si tu veux goûter pleinement le charme et la portée de ce conte poétique en mode mineur, il te faudra lâcher prise, lecteur. Tu accéderas alors à la part d'ombre de sa beauté..

Bof !

1 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 57 ans) - 28 janvier 2017

Monsieur Origami, édité par Gallimard est un petit livre de 156 pages dont la plupart sont blanches.
Le plat verso annonce un dépouillement extrême et là je vous rassure, plus dépouillé qu'ici c'est impossible.
J'ai honte d'avouer mon désarroi face ce genre de publication. Gallimard est vraiment capable du meilleur comme du pire et le pire fut ceci !

Attention pépite !

10 étoiles

Critique de Nathavh (, Inscrite le 22 novembre 2016, 52 ans) - 13 décembre 2016

Maître Kurogiku a quitté son Japon natal à l’âge de 20 ans avec pour seul bagage trois pousses de kózo, un kimono, son secret pour faire du washi et une grue en origami, présent de son père.

Il est arrivé en Toscane à la recherche d’une panthère noire, entendez par là une superbe italienne de passage au Japon, signora Tchaó. Il s’installe dans une propriété en ruines, il y a environ quarante ans. Il serait prêt à partir si le propriétaire se manifesterait.

Il passe ses journées à méditer devant une feuille de papier chiffonnée.

Un jour, Casparo arrive, il bouleversera ses habitudes.

Quatre parties composent ce magnifique premier roman.

Washi : l’art de faire un papier particulier qui sera déclaré en 2014 patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco.
Origami : l’art de plier le washi. C’est simple, il n’existe que deux plis, le pli montagne et le pli vallée.
Zen : la méditation, la contemplation remplissent la vie de Maître Kurogiku. Méditation sur nos origines, sur le commencement.
Ima : veut dire maintenant. Maintenant que Casparo est arrivé, il faut peut-être changer le cours des choses ?

Un premier roman épuré, allant à l’essentiel. Une plume magnifique. Un livre court à lire rapidement pour le plaisir ou un livre accompagnant une vie.

Une pépite. A découvrir de toute urgence.

Ma note : coup de ♥

Les jolies phrases

Toute beauté a sa part d'ombre...

L'art de l'origami est un art aux règles simples.

Un jour, tout le monde a envie que quelque chose change - cesse.

Je cherche à concevoir le mécanisme d'une montre qui contiendrait en elle toutes les complications connues et inconnues. Je veux ... je voudrais construire la montre qui puisse contenir toutes les mesures du temps.

Je fais sans doute comme vous : je passe mon temps à une activité dont personne ne voit l'utilité. C'est sans doute ce que l'on appelle une passion.

Sans doute les êtres et les choses appartiennent à ceux qui s'en occupent.

- On ne peut comprendre où l'on va, si l'on ne sait pas d'où on vient.
Puis :
- D'où l'on vient est d'une extrême simplicité. Puisque à l'origine il n'y a rien.


Silence. Regards l'un dans l'autre, comme deux feuilles d'origami pliées l'une dans l'autre. Comme deux fibres de kózo prises l'une dans l'autre. Comme deux engrenages pris l'un dans l'autre.

Á quoi sert-il d'avoir si un être nous manque.

Monsieur Origami

8 étoiles

Critique de Hcdahlem (, Inscrit le 9 novembre 2015, 58 ans) - 25 octobre 2016

Cet OVNI littéraire – on ne peut pas vraiment parler de roman – se déguste comme une gourmandise, avec un plaisir intense et avec l’envie d’en reprendre une fois terminé. C’est que Jean-Marc Ceci a trouvé une forme de littérature très originale, à la fois proche du haïku par sa construction codifiée et du bréviaire zen par sa philosophie. Pour le résumer, on pourrait se reporter à la page 20 :
« Maître Kurogiku quitte le Japon à l’âge de vingt ans.
Avant de partir, son père l’invite au chadò, la cérémonie traditionnelle du thé.
Il lui donne un bout de papier plié.
Un origami.
Il représente une grue. »
Si on prend soin de déplier cette page vingt, on y retrouvera tout le livre. On saura que Kurogiku est Maître dans l’art de fabriquer du papier à partir du kòzo, le mûrier à papier, papier appelé washi qui sert à la confection des origamis ; on comprendra que c’est à cause du visage d’une Italienne rencontrée dans son village qu’il décidera de partir ; que c’est un déchirement pour son père de voir s’envoler son fils ; qu’il va alors lui confier ce qu’il a du plus précieux.
Après avoir appris tout cela, on peut à nouveau déplier toutes ces histoires pour en découvrir d’autres aspects.
On retrouvera alors trois plants de kòzo dans les bagages de Maître Kurogiku ; on apprendra tout de la manière de fabriquer le washi ; on découvrira les règles de l’origami. Des règles simples qui rendent «l’exercice de l’art compliqué». Le déchirement y est, par exemple, interdit ; qu’il existe une légende autour de la grue en origami.
On l’aura compris, ce récit peut, en se dépliant encore plusieurs fois, révéler encore bien davantage. Nous entraînant vers la tragédie d’Hiroshima, vers la culpabilité d’un père, vers des rencontres au bout d’un long voyage, vers la façon d’apprendre et de transmettre, vers une philosophie qui nous expliquent que «les êtres et les choses appartiennent à ceux qui s’en occupent.», qu’«on ne peut comprendre où l’on va si l’on se sait d’où l’on vient.» et que cette quête peut prendre toute une vie.
En dépliant ce livre, prenez bien soin de goûter à chaque page. Attardez-vous nous seulement à la quête de Maître Kurogiku, mais aussi à celle de son père, de son ami horloger qui aimerait rassembler en une montre tout le temps, d’Elsa qui les accompagne. En fouillant un peu, vous verrez alors un nouveau prodige : de nouvelles connaissances, d’autres émotions apparaissent… accompagnées d’une furieuse envie de relire encore chaque page, de repartir sur les pas de Monsieur Origami. Un livre magnifique de simplicité et de profondeur.
http://urlz.fr/44nq

Forums: Monsieur Origami

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Monsieur Origami".