Réplique du chaos de Jean-Pierre Barberine

Réplique du chaos de Jean-Pierre Barberine

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lucia-lilas, le 12 août 2016 (Inscrite le 21 février 2016, 53 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 100 

Logorrhée hallucinée

Dix enregistrements datés, deux entretiens et quelques pages sans titre de chapitre : ainsi se présente Réplique du chaos de Jean-Pierre Barbérine .
Je me trouve, dans un premier temps, comme submergée voire littéralement engloutie par un flot de paroles incessant. Qui parle d'ailleurs ? Et à qui ? L'absence de guillemets, de tirets me brouille. Je me perds et me sens mal à l'aise. Le chaos est presque total, les repères difficiles. Je suis poussée dans le vide . Je ne m'y attendais pas. A moi de trouver mes repères, de redistribuer les répliques. Je reconstitue l'ensemble: les prises de parole, la chronologie. Ça n'est peut-être pas nécessaire mais je le fais. On verra après.
On est au café du Palais (c'est le lieu indiqué, le seul repère que je possède pour le moment), un narrateur dont je ne connais pas encore le nom dit à un autre : « Je te parle pas du sens des choses tu comprends . On s'en fout du sens. Merde au sens qu'est toujours là. »
Je suis prévenue. Il va falloir lâcher prise, sauter dans le vide, autrement, ça ne passera pas, je le sens.
L'autre personnage écoute. Il s'appelle Dionysos Tataye (oui, comme le dieu du vin en l'honneur duquel on jouait des tragédies) et a « un volcan dans la tête » . Il a trop bu . Il aura souvent trop bu !
Et l'autre, Alain Sabotier (ça y est, j'ai repéré son nom et la lectrice que je suis est rassurée), continue de parler. Le Dioni lui conseille d'écrire des livres, pour se défouler de son trop plein de mots, parce que, visiblement, ça déborde de partout, ça coule de tous les côtés et rien pour arrêter l'inondation, le déluge .
Les personnages du roman ont des choses à dire, à revendiquer, pas toujours politiquement correctes d'ailleurs : ils ressassent inlassablement, radotent, se répètent, se donnent la réplique. C'est un peu le bazar, pas bien ordonné tout ça, mais c'est vivant, humain, on sent leur souffle et leur haleine alcoolisée.
Et puis, il y a le Boulou qui dort dans un coin (ne me demandez pas qui c'est, on le saura peut-être plus tard, quelle impatience!).
Et le gars Alain continue de causer, encore et toujours, de tout, surtout de rien. J'ai parfois envie de lui rabattre le caquet, de lui crier de se taire en fermant mon livre, comme ça, CLAC, violemment ! Silence… Non, je suis prise par sa prose et poursuis.
Mon Dionysos moderne, clochard céleste, ivrogne somnambule, tente dans la nuit de rentrer chez lui, tourne en rond, lutte contre les mots qui résonnent encore dans sa tête : « Ils essaient de se mettre en phrases tout le temps » . Les trop bien élevés ! Visiblement les mots veulent se ranger, mettre un peu d'ordre dans un esprit plein de chaos mais Dioni résiste, il ne se laissera pas faire, il ne pliera pas. Le conformisme de la phrase n'est pas pour lui.
L'enregistrement suivant nous en apprendra un peu plus sur ce personnage : orphelin, il a été pris en charge par Madame Vertigot au foyer Nysa. Elle lui a inventé un père. Mort peut-être mais un père quand même. C'est mieux que rien ! Elle voulait qu'il ait une histoire lui aussi, comme les autres. Si elles savait à quel point il en aura des histoires… Elle a même inventé un nom à ce père fictif : Zagreus Tataye. « Pour agrémenter l'histoire » dit-elle .
Mais notre héros a bien du mal à se concentrer sur le fait que son père en noir et blanc sur la photo ne soit pas son père car Madame Vertigot a « deux grosses miches sous son pull ». Difficile de penser à autre chose. Elle file le vertige, la Vertigot, enfin, elle filait parce que maintenant, elle est morte : rupture d'anévrisme.
Dionysos est perdu : plus personne pour le protéger. Il s'évanouit. Souvent, il tombe, un peu partout, dans tous les coins . Il tient rarement debout. La terre tangue et tremble. Répliques sismiques ? Abus d'alcool ou de psychotropes ?
On le verra aussi voler comme dans un tableau surréaliste au dessus de la cathédrale de Clermont-Ferrand d'où il apercevra encore le mystérieux Boulou en bas qui pisse souvent contre les murs.
On le suivra alors qu'il erre dans une cave, devient surveillant dans l'Éducation Nationale , s'initie au vin, devient représentant vinicole chez Henri Maine (avec voiture de fonction, catalogues, échantillons… hum, on sent tout de suite que ça ne va pas durer tout ça!), rencontre des gens qui boivent du coca et lui conseillent de ne pas se faire exploiter. Toujours sur la route notre Dioni, « on the road » .
Mais il y a comme de la fuite chez lui. Partir, quitter les lieux clos qui le tiennent enfermé : l'école, la maison, l'hôpital. Il court notre garçon. Claustrophobe sur les bords, il a besoin d'air. Il serait même dangereux de tenter de le retenir...
Dionysos ouvre une bouteille puis encore une autre et ne se souvient plus de grand chose. Il ne retient que des bribes du réel, de ce qu'il entend, de ce qu'il voit, de ce qu'il fait. Des morceaux qu'il faudra reconstituer pour tenter d'y voir clair. Mais, est-ce bien nécessaire d' y voir clair ? On prend des risques et je ne vous dirai pas pourquoi.
Et ce déferlement de mots devient cyclone, formidable écho sonore, transe insensée, chaos délirant , théâtre de l'absurde et de la violence, que l'on a parfois envie de fuir comme lui, comme Dioni, pour respirer, pour y échapper, parce que ça nous agresse nous aussi.
La page est saturée. Pas d'espace, pas de blanc. Comment supporter ce monde halluciné, plein, étouffant ?
Dionysos fuit. Dans sa course folle, trépidante, il descend vers le sud, toujours un peu plus bas, poursuivi par Boulou (un ange protecteur, un double, une réplique ?), larguant tout (maison, voiture, vêtements...) petit à petit sur les bords du chemin.
Texte saccadé, heurté, rythmé comme le marathon fou de nos mots prononcés chaque jour aux uns et aux autres, à ceux que l'on ne voit même plus et à qui l'on parle pour se donner l'impression d'exister, texte qui petit à petit va faire émerger un personnage à la fois mythique, espèce de super-héros franchissant tous les obstacles, et terriblement humain, petit, médiocre, méprisable anti-héros. Texte tragique par le terrible destin qui est celui du personnage et comique à travers les scènes folles et oniriques qu'il nous décrit dans un style à la fois poétique et tendre.
Ce livre est une somme, une épopée comme on n'en fait plus, dans laquelle il faut accepter de se plonger, de lâcher tout et de tenir bon.
Il laisse le lecteur ahuri, étourdi, frappé par la foudre des phrases et le déluge de mots. Il faut se lancer, accepter de se perdre. Ce n'est pas facile de tomber à la renverse sans chercher à se retenir. Si vous ne vous en sentez pas capable, passez votre chemin …
Mais laissez-moi perdre pied !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Réplique du chaos

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Réplique du chaos".