Gibier de potence de Kurt Vonnegut

Gibier de potence de Kurt Vonnegut
(Jailbird)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Tistou, le 3 août 2016 (Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 1 013 

Soubresauts post – « Watergate »

Ecrit en 1979, Kurt Vonnegut s’appuie sur ce qu’on a communément appelé « le Watergate » pour nous narrer une histoire … forcément déjantée. Forcément.
Il s’appuie aussi sur la fameuse école de « Harvard » et aux produits qui en sortent, les « Harvardiens », qui gravitent au plus près du pouvoir fédéral américain et qui entouraient notamment Nixon au moment du Watergate.
Apparait un personnage apparemment régulièrement convoqué par Kurt Vonnegut, « Kilgore Trout », qui côtoie le personnage principal, Harvardien raté ; Walter F. Starbuck.
Réglons le cas de Kilgore Trout ; « Il crée le personnage de Kilgore Trout, auteur de science-fiction raté, allusion parodique à l'auteur Theodore Sturgeon3. Il apparaît dans plusieurs romans et finira par obtenir les plus grands honneurs dans Breakfast of Champions. »
Kilgore Trout n’aura pas un grand rôle dans « Gibier de potence ». Non, le grand rôle c’est pour Walter F. Starbuck. Et voilà ce qu’il en est :

« … Et Mille Neuf Cent Treize me fit don de l’existence. Et Mille Neuf Cent Vingt-Neuf bousille l’économie américaine. Et Mille Neuf Cent Trente et Un m’expédia à Harvard. Et Mille Neuf Cent Trente – Huit me dégota mon premier job au gouvernement fédéral. Et Mille Neuf Cent Quarante – Six me donna une épouse. Et Mille Neuf Cent Quarante – Six me donna un fils ingrat. Et Mille Neuf Cent Cinquante – Trois me vida du même dit gouvernement fédéral.
Oui, ainsi habillé-je de majuscules les années comme si c’étaient des noms propres.
Et Mille Neuf Cent Soixante – Dix me donna un boulot à la Maison – Blanche de monsieur Nixon. Et Mille Neuf Cent Soixante – Quinze m’expédia en prison pour participation dérisoire aux scandales politiques américains collectivement baptisés « Watergate ». »

Et donc, effectivement, Walter F. Starbuck fut un communiste raté, un conseiller de Nixon tout aussi raté qui va se faire épingler à contre-temps dans le cadre du scandale. Il n’a pas grand-chose à voir là-dedans, juste au mauvais endroit au mauvais moment.
En fait d’histoire, c’est surtout l’occasion pour Kurt Vonnegut de faire connaître ses opinions sur différents sujets qui touchent à l’humanité, à l’Amérique et à son destin que Kurt Vonnegut n’envisage visiblement pas florissant …
Lire Kurt Vonnegut, c’est d’abord accepter de se faire trimballer, d’écouter les considérations d’un déçu de l’humanité et de l’Amérique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Gibier de potence [Texte imprimé], roman Kurt Vonnegut traduit de l'américain par Robert Pépin
    de Vonnegut, Kurt Pépin, Robert (Autre)
    Seuil / Fiction & Cie
    ISBN : 9782020057516 ; EUR 11,00 ; 01/02/1981 ; 267 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Gibier de potence

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Gibier de potence".