Murmures à la jeunesse de Christiane Taubira

Murmures à la jeunesse de Christiane Taubira

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités

Critiqué par Cyclo, le 5 février 2016 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 71 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 670ème position).
Visites : 893 

une ministre qui écrit bien, ça existe !

Il faut parfois du courage pour quitter une fonction officielle... et tous les avantages qui vont avec. Mais il faut aussi savoir dire ; « Non ! » quand on n'est plus d'accord ; à force de compromis, à force d'avaler des couleuvres, on y perd son âme et sa conscience. Christiane Taubira, qui était l'honneur de ce gouvernement, une des rares à savoir parler (sans dire des propos convenus), à savoir écrire (et ce livre résonne comme une sorte de superbe testament), a préféré partir que de continuer dans le désaccord et la cacophonie. Victime du racisme ordinaire et viscéral de la droite dont elle fut la bête noire depuis le début, et peut-être de celui, plus insidieux, de la gauche bobo, qui n'en finit pas de tourner en rond dans l'autosatisfaction béate et supporte mal l'intelligence et la culture quand elles viennent d'outre-mer.

À l'inverse d'un Valls et de son désormais célèbre (et funeste) « expliquer, c'est déjà un peu excuser » (je cite de mémoire), Taubira pense que "oui, il faut comprendre pour anticiper et ramener du sens au monde". Il faut en tout cas décrypter l'intelligence "méphistophélique" (rappelons que Méphisto est le nom du diable dans le Faust de Goethe) des donneurs d'ordre de l'État islamique, cette "intelligence hypnotique qui exalte les âmes disloquées, fait cas de toute folie destructrice, s'empare de tout crime, même inachevé, adoube tout forcené, pourvu qu'il soit fanatique et cruel, frappe à l'aveugle et de façon imprévisible de sorte à semer horreur et panique". Plus loin, elle assure : "Quelle puissance dévastatrice ! Mais aussi, quelle puissance tout court, pour ainsi fasciner, ensorceler, envoûter ces dizaines de milliers de jeunes qui savent si peu de la vie, n'en sont qu'à l'orée et néanmoins abdiquent toute curiosité et toute appétence pour ses promesses et ses imprévus, en acquiesçant à désirer la mort aussitôt l'avoir semée".
Et cependant, elle note qu'il est "impossible que nous soyons innocents de l'état du monde, des inégalités, des prédations qui perdurent, du détournement des richesses, des connivences en corruption, de l'oppression des femmes, de la persistance des maladies de la misère, des faibles progrès en éducation, de la prolifération des armes, de la dégradation de paysages, de la confiscation de territoires, des déprédations sur des lieux de vie". Ce qui n'excuse en rien, bien entendu, ceux qui se dévoient dans le terrorisme aveugle, car "bien que pouvant être accablant, le contexte économique, les conditions sociales, le cadre familial, l'environnement culturel, l’humiliation fréquente ne conduisent pas inévitablement à ces dévoiements », et heureusement. Ce n'est qu'une minorité : mais faut-il faire peser sur toute la communauté dont ils sont issus le poids de ces dévoiements ? Car il y a là "une menace : celle que les obsédés de la différence, les maniaques de l'exclusion, les obnubilés de l'expulsion feront peser, et le font déjà par leurs déclarations paranoïaques et conspirationnistes sur ceux qu'ils ne perçoivent que comme la cinquième colonne".
Il faudrait refonder la République, la rendre plus accueillante, généreuse, vraie. Sinon, "Faute de fabriquer une appartenance plausible et accueillante, la République laisse du champ à l’endoctrinement par les marionnettes sans scrupules qui, bafouant toute probité, parviennent à berner les esprits désemparés en assénant : Vous ne serez plus jamais algériens, marocains, tunisiens, maliens, sénégalais, et vous ne serez jamais français. Soyez musulmans, c’est votre seule identité stable et légitime". Christiane Taubira rappelle la phrase que Frantz Fanon rapportait au début des années en s'adressant aux colonisés : « Quand vous entendez dire du mal des juifs, dressez l’oreille, on parle de vous ». Remplaçons juifs par musulmans, et le tour est vite joué, car malheureusement, le racisme est un serpent qui se mord la queue et tourne en rond.
Refonder la République, c'est la pousser à "être mieux qu'une incantation, mieux qu'un totem, à se décliner sur tous les territoires, dans le quotidien, l'ordinaire et même l'extraordinaire de chaque citoyen". Car notre République, "malgré cette altération passagère", ne peut pas "s'exempter d'être ou de redevenir le gîte, le havre, la maison commune, et [de] recommencer à donner hospitalité, pour de vrai, à chacun de ses enfants". Refonder la nation aussi sur des bases nouvelles, non pas sur "le nationalisme, crispé, soupçonneux, souvent haineux, voyant et traquant des ennemis partout, au-dehors au-dedans", mais sur un "patriotisme qui consiste à exprimer son attachement à son pays pour ce qu'il est et pour la part qu'il prend à hauteur du monde dans les progrès qui épanouissent la personne et élèvent la société". Ne pas revenir au temps tragique où "il s'est trouvé des citoyens pour se livrer à la délation".
Alors, peut-être pourrons-nous dégager des perspectives, "une voie d'avenir fidèle à cet ancrage et échappant à la tyrannie du présent, tout en tirant conséquence du contexte, de la conjoncture, de l'état d'esprit, de l'état du monde, des nécessités politiques". La tyrannie du présent, c'est justement de "s'accommoder de ces inégalités ordinaires qui s'immiscent dans toutes les fissures, les creux et les failles du droit contre la force, dans l'incessante confrontation entre puissance financière et puissance publique, dans les effets toxiques de la cooptation, la morgue des entre-soi". C'est aussi créer des lois dans l'urgence (le fameux état d'urgence), notamment sur la déchéance de nationalité, qui font dire à l'auteur : "Une pensée me taraude. Même dans quinze, vingt ans ou plus, la seule idée qu'une personne pourrait, du fait de sa double nationalité, être bannie à tort de la communauté nationale, ou en être apeurée, me paraît terrifiante". Ce que je pense moi-même tout bas, et j'espère, sans en être sûr, que nous sommes nombreux dans ce cas !
Enfin, comprendre, analyser, c'est s'attacher aux causes des "incompréhensions primordiales : comment l'enfermement buté dans des cultures ataviques à racine unique nourrit l'exécration de ce qui bouge et qui dérange. […] ceux qui sont effrayés par la diversité et l'imprévisible du monde haïssent tout ce qui est différent, ouvert, inhabituel. […] Un temps, c'est le Juif, un autre c'est l'Arabe, puis le nègre, puis le musulman, après ou avant c'est la femme, ensuite l'homosexuel, puis le binational..."
On le voit, cet essai très bref (90 pages) est un bréviaire pour l'avenir : elle pense avoir la "légitimité qui m'autorise à m'adresser à vous, jeunes gens, jeunes filles, en aînée responsable et avec tendresse". Le livre est d'une hauteur de vue qui étonne aujourd'hui, où hommes et femmes politiques, obnubilés par les médias et l'instantanéité, ne prennent guère le temps de réfléchir, ni de lire. Christiane Taubira, femme de culture, s'appuie sur un grand nombre d'auteurs, de Victor Hugo à Albert Camus, en passant par Abd El Kader, Édouard Glissant, Joris-Karl Huysmans, Fernand Braudel, Paul Éluard, Mahmoud Darwich, Aimé Césaire, Abdellatif Laâbi, Frantz Fanon, René Char, Nazim Hikmet, Louis Aragon, Pablo Neruda, aussi bien que sur des chanteurs : Nina Simone, Georges Brassens, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Jacques Brel, Jean Ferrat, Oum Kalthoum, Juliette Gréco, Maxime Le Forestier, Claude Nougaro, ou que sur des personnages historiques : l'abbé Grégoire, Lamartine, Victor Schoelcher, ou ceux qui œuvrèrent dans la Résistance aux nazis.

Magnifique livre qui s'adresse à des lecteurs : mais ceux-ci existent-ils encore ? Texte de réflexion et d'écoute : mais qui réfléchit encore dans un monde où on ne regarde pas plus loin que le smartphone dans sa main, qui écoute encore dans un monde où les oreilles sont bouchées par la cacophonie ambiante (et par des écouteurs) ? Texte beau, juste, salutaire : mais qui recherche la beauté, la justice (et la justesse), le salut, dans un monde vidé de préoccupations spirituelles ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un si beau livre !!!

10 étoiles

Critique de Presse-k (, Inscrite le 9 mars 2014, 31 ans) - 20 février 2016

Généralement, j’évite le livre politique et cela vaut pour toutes les politiques du monde. Je trouve ce genre d’œuvre prétentieux et dogmatique, tel un gourou s’exprimant à ses proies présentes ou futures.
Pour les raisons que je viens d’énoncer plus haut, j’ai hésité avant de me mettre à lire ce Taubira. Je me suis rappelé la règle que je m’étais fixée, mais je me suis aussi souvenu du jour où j’ai rencontré cette belle personne, quand elle était encore garde des Sceaux, ministre de la Justice. Elle avait été tellement gentille que j’ai commencé à l’apprécier. Oui, j’admire beaucoup les personnes gentilles. Oui, un gourou gentil peut bien m’avoir. Oui, les gourous paraissent souvent gentils. Mais que faire ? Si c’était Christine Angot, Calixthe Beyala, Dany Laferrière, Amélie Nothomb, Chimamanda Adichie, Didier Van Cauwelaert ou Fatou Diome, etc., qui avait écrit un livre de ce genre, est-ce que je le lirais ? Oui, sans hésiter ! Ce sont mes auteurs préférés. Comme quoi, je choisis mes gourous.

Parlons du livre, il est très intéressant. Je trouve qu’il tend plus vers la sociologie que vers la politique politicienne. L’auteur a choisi des bons mots, c’est lyrique et parfois poétique. Je pense que ce livre ne sera pas mal venu pour des étudiants en sociologie, qui sont d’ailleurs habitués à des œuvres qui leur parlent de l’autre et de soi. Par exemple, quand elle nous parle du terrorisme, on arrive quelquefois à se trouver sur un sujet mondial, mais très vite cela bascule dans un sujet très franco-français. Ce qui m’a réellement intéressé dans ce livre est d’entrevoir dans certains passages un angle universel.


Nb : J’ai enlevé l’auteur de ma tête, la politique et toute la communication autour de l’œuvre. Je l’ai pris comme un témoignage ou un essai. Quelque chose qui est là et que l’on me raconte. Exercice très difficile, offrant un résultat extraordinaire, c’est pour cela que je le recommande.


« Dégager la route ne signifie pas la tracer. »
« Une génération peut éclairer le présent et offrir à la suivante de choisir l’épaisseur et les couleurs de son propre présent. »
« C’est une intelligence obtuse, dépressive, car elle n’aime rien de ce qui est beau. Elle fait détruire Palmyre, la cité des caravanes, avec une frénésie lugubre. Comme d’autres avaient, avant, saccagé les Bouddhas de Bâmiyân, avec la même jubilation funèbre. »

Remarquable

8 étoiles

Critique de Bernard2 (ARAMITS, Inscrit le 13 mai 2004, 67 ans) - 18 février 2016

Merci à Cyclo pour son remarquable commentaire. Contrairement à lui je n'apprécie pas Christiane Taubira, et sans lui je n'aurais sans doute pas lu cet opuscule. Ce qui prouve une fois de plus combien nos différences contribuent à notre richesse.
Remarquablement écrit, avec une rare élégance de plume, voici un ouvrage qui, malgré son faible nombre de pages, apporte un éclairage pertinent, une véritable réflexion sur le terrorisme et les drames qu'a connus la France en 2015. J'en ai oublié l'ex-ministre pour ne voir que la femme, son sens avisé, son approche philosophique et poétique, son recul par rapport à des événements qui poussent plutôt vers des réactions à chaud, brutales et en définitive stériles.
Christiane Taubira avait-elle sa place dans un gouvernement à l'incompétence notoire ? Sans doute pas. Mais son action en tant que ministre n'est pas le sujet du livre, sinon en ce qui concerne la déchéance de nationalité, où elle démontre de manière implacable combien cette mesure est vide de sens.
A la conclusion de Cyclo, brutale mais hélas réaliste, je répondrai que oui, il existe encore des lecteurs, ce site d'ailleurs en est la preuve, ainsi que le succès d'un tel ouvrage. S'il y a encore des lecteurs, c'est qu'il y a encore de bons livres. Des livres qui nous aident à réfléchir, à prendre du recul par rapport à un quotidien qui a égaré sa boussole.

Forums: Murmures à la jeunesse

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Murmures à la jeunesse".