Le fils de Jo Nesbø

Le fils de Jo Nesbø
(Sonnen)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Killing79, le 6 décembre 2015 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 40 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (41 475ème position).
Visites : 2 809 

Mystérieuses vengeances

Sonny Lofthus est héroïnomane, mais c'est un prisonnier modèle. Endossant des crimes qu'il n'a pas commis pour expier le souvenir du suicide de son père, policier corrompu, il fait également figure de guérisseur mystique et recueille les confessions de ses codétenus. Un jour, l'une d'elles va tirer Sonny de sa quiétude opiacée. On lui aurait menti toute sa vie, la mort de son père n'aurait rien d'un suicide... Il parvient alors à s'évader de prison et, tout en cherchant une forme de rédemption, va se livrer à une vengeance implacable. Errant dans les bas-fonds d'Oslo, en proie aux démons du ressentiment et du manque, il entend bien faire payer ceux qui ont trahi son père et détruit son existence. Quel qu'en soit le prix.

Mon avis: Un nouveau livre de Jo Nesbo, un roman noir sans Harry Hole, une édition Série Noire avec une couverture inquiétante… tout était réuni pour attirer mon attention. Dès que je l’ai vu, je n’ai eu qu’une obsession, l’acquérir et me jeter dedans.

Au premier abord, Jo Nesbo nous offre une histoire de vengeance des plus classiques. Un homme, accusé et banni par la société, part à la poursuite des responsables de son malheur, afin de les faire disparaître de la surface de la terre et ainsi rendre sa justice. Un écrivain lambda aurait pris parti dans son récit. Il aurait choisi de le diriger soit du côté de la justice primaire soit du côté du pacifisme bien-pensant. Il aurait aussi pris le risque de se mettre une partie de ses lecteurs à dos. Mais Jo Nesbo, lui, a décidé de rendre son personnage principal beaucoup plus ambigu et flou. Il ne nous donne jamais accès à ses pensées. On suit ce protagoniste dans tous ses mouvements avec les yeux de ceux qu’il croise. Les différents points de vue alternent au fil de l’évolution de l’histoire. Ainsi chaque lecteur peut se faire sa propre opinion et avoir ses propres convictions par rapport aux actes de Sonny. Ce mode de narration construit un champ de mystère autour de la personnalité et du fonctionnement de ce vengeur.

J’ai été emballé par Joe Nesbo et ce nouveau coup de maître. L’atmosphère est sombre, les personnages hétéroclites et les enquêteurs sympathiques. J’ai pris un certain plaisir à infiltrer le milieu mafieux avec son système organisé et sa corruption. En dépit de sa violence, j’ai pris fait et cause pour Sonny Lofthus et son destin m’a tenu en haleine jusqu’à la fin. J’ai eu malgré moi de l’empathie pour cet antihéros plutôt taiseux, dont je ne savais finalement pas grand-chose. Et c’est peut-être ça la force de ce livre : Donner de la place au jugement personnel du lecteur pour qu’il participe au ressenti général… et avec une bonne intrigue en prime !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

un thriller c'est de l'écriture

1 étoiles

Critique de Phineus (Bordeaux, Inscrit le 16 février 2009, 82 ans) - 10 janvier 2018

avalanche de messages quasi-enthousiastes sur le net à propos du fils

et moi je rechigne dans mon coin
Parce que tout de même ce à quoi on a affaire avec un roman qu'il soit noir ou pas, thriller ou pas, c'est une écriture ; l'histoire n'existe pas, le lecteur la fabrique à travers ces mots, ces phrases, ce style, ces métaphores, ces trouvailles verbales, leur richesse évocatrice, la poésie du langage, bref le littéraire.
Et il faut bien que je dise ce que je pense
Nesbo écrit comme un manche.

et cette platitude, cette niaiserie du langage, ces enfilages de lieux communs, ces clichés à n'en plus finir ("le soleil couchant fait apparaître la pâleur du ciel") me désole.
je laisse tomber... le livre

Insomniaques s'abstenir

9 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans) - 31 janvier 2016

Sonny Lofthus ressemble à l'image qu'on se fait du prisonnier modèle. Paisible et silencieux, héroïnomane placide, il recueille régulièrement les confessions de ses congénères qui voient en lui une forme de sainteté qui dépasse toute bénédiction des hommes d'église. Enfermé depuis 12 ans pour des crimes qu'il n'a pas commis mais endossés pour s'assurer sa dose régulière de drogue. Tout aurait pu se poursuivre ainsi jusqu'à son overdose. Sauf qu'il reçoit un jour l'aveu d'un co-détenu qui fera tout basculer : son père, policier, ne se serait pas suicidé mais aurait été assassiné. La lettre avouant sa corruption était un faux. Et toute la tragédie ayant entraîné Sonny vers le fond, construite sur le mensonge.

Le changement s'opère, Sonny s'arrange pour se sevrer de la drogue et s'évader afin d'entamer une croisade justicière habile jusqu'aux racines de la corruption osloïte. Sur ses traces, Simon Kefas, inspecteur ami de son père, vieux renard presque à la retraite, mais mis sur la touche pour avoir flambé son argent alors qu'il travaillait dans la section financière. Le policier rusé fait son boulot, mais le gamin le fascine et l'intrigue.

De prime abord, un scénario mêlant rédemption, vengeance, soif de vérité, malversation... de quoi alimenter les rayons de récits clichés mais suffisamment adroits pour tenir le lecteur en haleine. Sauf qu'ici, Jo Nesbø brouille les pistes, en quittant très rapidement les sillons du manichéisme et en alignant une batterie de personnages tous plus nuancés les uns que les autres. Personne n'est noir ou blanc, et surtout pas le héros/anti-héros Lofthus. Ni Simon Kefas. Ni les figures secondaires gravitant autour, et ce jusqu'au bout du roman. On n'entre pas dans le facile, moralement parlant. Le lecteur doit faire son choix, avec son propre bagage de valeurs. Et c'est ça qui rend Le Fils puissant littérairement parlant. Dans notre monde déjà bien baigné de violence et d'éthique douteuse, il agit en miroir de nos consciences.

Hormis quelques lourdeurs dans la description des scènes de crime, il n'y a pas grand-chose à reprocher à ce livre. C'est un thriller, un polar, c'est du noir, on le sait : ça prend aux tripes et ça devrait franchement ravir les lecteurs qui aiment ça.

Insomniaques s'abstenir. Et pour ceux qui le découvrent en livre audio, ne l'écoutez pas en conduisant : vous risquez d'arriver en retard au boulot ou de passer la nuit dans votre voiture.

Forums: Le fils

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le fils".