Louis de Funès, une vie de folie et de grandeur de François Dimberton (Scénario), Alexis Chabert (Dessin)

Louis de Funès, une vie de folie et de grandeur de François Dimberton (Scénario), Alexis Chabert (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Légende, contes et histoire , Bande dessinée => Humour , Bande dessinée => Divers

Critiqué par JulesRomans, le 26 novembre 2014 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 61 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 705ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 596 

Louis de Funès, l'acteur français le plus drôle de tous les temps ?

En tenant compte d'un feed-back, l'action démarre vers 1905 en Espagne où le père de notre futur comédien décide de fuir avec la femme qu'il aime pour Paris. En effet le grand-père maternel de Louis de Funès, riche avocat des chemins de fer royaux d'Espagne, s'opposait au mariage de sa fille. C’est presque tout le XXe siècle que l’on traverse à travers cet ouvrage puisque le héros meurt en 1983.

La vie de l’acteur est traitée de façon humoristique. Se multiplient dès le départ les mimiques et afin de ménager des effets comiques certains faits ne sont révélés qu’a posteriori comme son premier mariage qui ne dure que de 1936 à 1942 (avec trois ans de vie commune).

Une belle galerie de comédiens et de cinéastes est offerte, surtout qu’en plus des films avec de Funès sont parfois signalés les créations à la mode en même temps comme "L’homme de Rio" (avec Belmondo) ou "Les parapluies de Cherbourg" à la page 80. On est même à la limite de l’overdose quand une page plus loin on nous dessine Harpo Marx et ses frères parce qu’il meurt la même année et un ensemble composé de Juliette Binoche et Benoît Poelvoorde car eux sont nés en cette même années 1964.

Le château de Clermont apparaît plusieurs fois dans l’histoire et pas une seule fois il n’est expliqué où il se situe exactement, quoique vers la fin de l’ouvrage (page 107) on devine qu’il peut être en Pays-de-Loire. En fait le château en question est entre Angers et Nantes sur la commune du Cellier, la famille de sa femme en possédait déjà une partie au début du second mariage de Louis de Funès. Le graphisme est très expressif et la mise en page se renouvelée.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le fun de Louis

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 22 février 2015

Méprisé par l’intelligentsia et les milieux cinéphiles de son vivant, De Funès est aujourd’hui en passe de devenir un acteur culte du cinéma comique populaire, aux côtés de Charlie Chaplin ou des Marx Brothers. Il faut reconnaître que ses films ne sont pas tous des chefs d’œuvre, loin s’en faut, mais l’acteur possédait une telle puissance comique que le moindre navet auquel il participait pouvait devenir digne d’intérêt. De Funès occultait la plupart du temps la présence des autres comédiens qui semblaient n’être là que pour lui servir de faire-valoir. Bien que de nature timide, marqué par une enfance défavorisée et les galères de ses débuts, le comédien visait constamment le haut de l’affiche, se démenant comme un beau diable jusqu’à y laisser sa santé.

En mêlant anecdotes authentiques et répliques cultes, les auteurs ont cherché à coller au plus près de la réalité. Bien qu’ils soient de fervents admirateurs, ils n’ont pas cherché à enjoliver à tout prix le personnage, qui avait ses zones d’ombres et pouvait parfois faire preuve de mesquinerie. On apprend ainsi que Louis de Funès ne supportait pas le fait qu’Edouard Molinaro ne riait jamais lorsqu’il le filmait, ou encore qu’il s’était mis à bouder lors du tournage du « Corniaud », découvrant que Bourvil apparaissait beaucoup plus souvent que lui à l’écran. Pourtant, l’homme était pudique et ne dévoilait rien de sa vie privée. Se sachant de santé fragile, il avait conscience de la mort qui rôdait, mais son désir de jouer la comédie resta quasiment intact jusqu’à la fin.

Alexis Chabert allie parfaitement sobriété du trait et caricatures de l’acteur ainsi que des diverses célébrités côtoyées par ce dernier. Un dessin sensible pour une mise en couleur agréable et soignée. De façon étonnante, la couverture représente en fait son père, dont la vie est évoquée brièvement au début du récit alors que, avocat sans le sou, il venait de fuir l’Espagne pour Paris en compagnie de sa belle richement dotée, afin de pouvoir concrétiser leur projet de mariage. Ce père semblait lui ressembler comme deux gouttes d’eau – sans que l’on sache s’il s’agit d’une extrapolation des auteurs. Quoi qu’il en soit, cette biographie se laissera déguster sans déplaisir, que l’on soit fan ou pas du personnage.

Forums: Louis de Funès, une vie de folie et de grandeur