Qui se souvient des Hommes... de Jean Raspail

Qui se souvient des Hommes... de Jean Raspail

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Rotko, le 26 août 2003 (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 45 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (20 353ème position).
Visites : 4 247  (depuis Novembre 2007)

Disparition d'un peuple primitif.

A la pointe de l'Amérique du sud, près de la "terre de feu", vivait un peuple de "sauvages", des nomades restés à l'âge du paléolithique, alors que les nations "civilisées" étendaient leur rayon d'action sur le globe.
Jean Raspail écrit pour "rendre justice à un peuple que personne n'avait jamais écouté". Son roman se fonde sur une documentation, et notamment sur les écrits non réédités de José Emperaire, ethnologue des Alakalufs.
Parlons franc : la première partie du roman est rebutante, car Raspail veut restituer sur le ton de l'épopée l'histoire des primitifs ; refrains pathétiques, anticipations sur les malheurs à venir, etc... On dirait Homère réécrit par Viollet-le-Duc ! J'aurais fermé le livre si la narration n'avait heureusement pris un autre cours.
Les rapports des Alakalufs et des Européens sont rapportés sous deux volets : D'abord un épisode où Sir John Byron revient avec un navire là où, naufragé, il a survécu, finalement intégré chez les "hommes jaunes". Il tente maintenant de retrouver une lueur d'humanité là où l'équipage voit des animaux grotesques et risibles. Puis, épisode inverse, des Alakalufs capturés reçoivent en Angleterre un vernis de civilisation et de bonnes manières : ils devraient permettre à un pasteur d'aller évangéliser leurs congénères. Retour au berceau initial.
Malentendus tragiques, comiques, cruels, émouvants, les relations entre ces primitifs et les "civilisés" montrent à quel point il est ardu de connaître et de respecter l'Autre et ses usages . Dans ces moments, où il abandonne enfin le regard de Dieu sur l'histoire, Jean Raspail touche fort et juste. Son récit se lit alors avec intérêt et une très grande émotion.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Qui se souvient des Hommes [Texte imprimé], roman Jean Raspail
    de Raspail, Jean
    R. Laffont
    ISBN : 9782221045596 ; EUR 19,67 ; 01/09/1986 ; 285 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Ne pas oublier nos frères Alakalufs.

9 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 47 ans) - 20 février 2010

Jean Raspail nous emmène loin, très loin avec cet ouvrage. Tout d'abord à l'autre bout de la terre et très profondément en nous même, le voyage le plus périlleux que nous pouvons faire. D'abord l'histoire de ce peuple fuégien. Les alakalufs, bien qu'on leur ait attribué d'autres noms erronés en fonction des événements et des circonstances de leur découverte. L'histoire de ces indiens de canots, ne possédant qu'un frêle esquif et quelques braises rougeoyantes gardiennes de la chaleur protectrice. Pour les besoins alimentaires, les Alakalufs se nourrissent au gré des rencontre de baleines échouées, ou de phoques ou de sternes. Ils s'enduisent le corps de graisse de phoque et vivent ainsi voguant en nomade sur la mer. Imaginez un milieu hostile, des escarpements rocheux, des vagues aussi prédatrices que le froid qui s'abat sans crier gare. Imaginez une surface territoriale aussi grande que le France peuplée de 1000 Alakalufs. Ce territoire est composé de caps, de rades, de criques et d'estuaires. C'est là, en toute quiétude que vivent depuis des milliers d'années les Alakalufs. Ils n'ont pas de mots pour exprimer le bonheur ou l'amour, les femmes ouvrent les cuisses pour le bien du clan, le partage amoureux est de règle, ils vivent ainsi depuis longtemps. Trop longtemps ? Les navigateurs arrivent sur leurs galions, les rencontres sont hostiles, tendues et forcément en défaveur de ce peuple. Raspail par le biais du roman fait entrer en action Magellan, Darwin et consorts. C'est cynique, effroyable, bouleversant. Il y a la prostitution, l'alcool, les rapts. Le chapitre sur l'exposition universelle parisienne où des Alakalufs sont mis en scène comme des bêtes anthropophages est terrifiant de vérité. Le chapitre de la conversion forcée au christianisme est révélateur d'une incompréhension et d'une incommunicabilité. Raspail déménage, m'inquiète, me ravit et me pousse à penser à ces êtres comme à des frères que nous avons décimés, fauchés comme des blés. Le rouleau compresseur de la civilisation a écrasé ces hommes. Seul Lafko au dernier chapitre se révolte, arrache son vernis d'homme civilisé pour s'enduire de graisse. J'ai eu envie à la lecture moi aussi de m'enduire de graisse de phoque, de croquer comme un sauvage dans la viande crue de baleine et de dormir nu contre les autres du clan, malheureusement ces hommes nous les avons tués. Jamais je ne pourrai leur chanter le refrain de Nougaro " Donne moi la main mon ami, j'ai cinq doigts moi aussi ". Un Raspail qui cingle comme une pluie glaçante de terre de feu. Sublime.

qui se souvient des livres?

8 étoiles

Critique de Ratd'bibli (, Inscrite le 10 avril 2007, 65 ans) - 11 avril 2007

Du toujours joli Raspail à la limite du rêve, encore une histoire qui pourait être vraie et on y croit...
A lire sans le poser.

Forums: Qui se souvient des Hommes...

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Qui se souvient des Hommes...".