Les puissances des ténèbres de Anthony Burgess

Les puissances des ténèbres de Anthony Burgess
(Earthly powers)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par ARL, le 6 septembre 2014 (Montréal, Inscrit le 6 septembre 2014, 32 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 952ème position).
Visites : 1 165 

Le chef-d'oeuvre de Burgess

Un énorme pavé qui est sans conteste la plus grande oeuvre de Burgess et qui représente en quelque sorte son testament littéraire. Humour et érudition se mélangent habilement et l'auteur aborde des réflexions sur la religion, la mort et l'art avec une grande profondeur sans jamais oublier de divertir. À lire pour ceux que la longueur n'effraie pas.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fausse promesse

2 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 35 ans) - 30 août 2017

« La presse anglaise et américaine a crié au « roman du siècle » devant ce livre. Tout le XXe siècle y passe, en effet, emportant le lecteur dans sa chevauchée fantastique, bruit et fureur, fumées des guerres et des holocaustes, où se répercute le galop des cavaliers de l'Apocalypse. Le génie de Burgess est d'avoir concentré l'écho du gigantesque fracas dans trois personnages : un écrivain curieux et voyageur, sa sœur, belle et intelligente, et un prêtre qui, devenu leur parent par alliance, finira pape. »

Voilà ce que nous « vend » la quatrième de couverture de l’édition poche qui compte deux tomes d’à peu près 700 pages chacun.
Je vais aller droit au but, ce roman m’a profondément déçu. Roman du siècle ? Comment peut-on dire cela lorsque l’on songe à la richesse littéraire du siècle dernier ? Dis comme cela je m’attendais à une lecture proche de la trilogie du siècle de Ken Follett mais sous la plume de Burgess. Certes le style est là, la plume est élégante mais que d’ennui au cours des 400 pages que j’ai eu la force de lire. L’histoire, du moins là où je l’ai laissée se borne autour des « aventures » et des déboires d’un écrivain à succès, Kenneth Toomey, dont l’homosexualité constitue la trame principale du roman : questionnements et constations vis-à-vis de la société, de la famille, de la religion, des moeurs…
Certains passages sont tout de même intéressants et m’ont parfois fait sourire mais cela reste bien trop peu pour accrocher un minimum le lecteur que je suis.
J’ai essayé de m’y replonger plusieurs fois mais je suis las de ces puissances des ténèbres. Rarement un roman m’aura tant donné cette impression de perdre mon temps.
Une grande déception.

Forums: Les puissances des ténèbres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les puissances des ténèbres".